Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.
Si vous désirez vous abonner à cette revue trimestrielle et recevoir l'exemplaire chez vous, remplissez ce formulaire.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 77

Bulletin 77 - juin 2019
Sommaire

Editorial

Les guérisons spirituelles font partie de notre vie. Depuis Jésus qui, durant son passage sur terre, accomplit de nombreuses guérisons d’aveugles de paralytiques, de sourds ou de lépreux, jusqu’à nos jours et les chirurgies spirituelles pratiquées notamment par des médiums brésiliens.
Jésus associait également la guérison spirituelle à la guérison physique lorsqu’il disait « Te voilà guéri, ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive pire encore ». C’est d’ailleurs un point commun entre les guérisseurs spirites, et c’est toujours un élément indispensable à prendre en compte pour retrouver une santé physique ou mentale.
Ce serait donc l’âme de l’être humain qui est malade, de par ses imperfections morales, et les interventions chirurgicales, pratiquées par l’intermédiaire de médium comme Roberto Barbosa, qui officie parfois en France, se font de manière fluidique sur notre corps spirituel ou périsprit.
Mais le médium n’opère pas seul, il est aidé pour cela par ceux que l’on appelle les médecins du ciel. Ce sont eux qui par incorporation du médium diagnostiquent les maladies, conseillent les traitements, interviennent sur le plan spirituel et transmettent les fluides bienfaiteurs. On les compte par centaine dans l’au-delà et parmi eux il y a l’Esprit du docteur Fritz qui se dévoue à la cause humaine depuis des décennies.
Et puis, la musique adoucit les mœurs, et David Bailey, médium pianothérapeuthe joue sa musique sous l’influence du monde spirituel. Ses mains posées sur le clavier composent de la musique comme le font les psychographes en écriture automatique.

Gilles Fernandez

Avec Roberto Barbosa, la chirurgie spirituelle brésilienne opère en France !

Depuis quelques années le medium guérisseur brésilien Roberto Barbosa vient régulièrement en Europe pratiquer la chirurgie spirituelle sur des centaines de patients. Nous étions présents lors de sa deuxième visite en France et, pour mieux rendre compte de l’expérience, nous n'avons pas hésité à passer sur le billard !

Entrepreneur dans la construction civile et père de trois enfants, Roberto consacre le reste de son temps à la chirurgie spirituelle et à des conférences/ateliers sur le sujet. S’il exerce principalement au centre spirite Casa da Caridade qu’il a cofondé en 2000 dans sa ville natale de Fortaleza, il se déplace également dans d’autres villes du Brésil, d’Amérique latine, d’Amérique du nord et maintenant d’Europe via l’Institut Adolphe Fritz qu’il a créé pour organiser ses déplacements à travers le monde.
Pourquoi le nom d’Adolphe Fritz ? Parce qu’il s’agit de l’Esprit médecin que Roberto incorpore lors des séances de chirurgie. En médium confiant et besogneux, Roberto lui confie ses mains et ses fluides afin qu’il puisse opérer les patients. C’est déjà l’Esprit Adolphe Fritz qui travaillait dans les années cinquante avec le célèbre médium José Arigo connu pour ses opérations au canif sans anesthésie ni antiseptique. Incarné en Allemagne jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, le docteur Fritz a simplement continué, depuis le monde spirituel et sous l’égide du Dr. Bezerra de Menezes, la tâche de guérison à laquelle il se voue à 100% avec l’assistance de milliers d’autres Esprits médecins et en collaboration avec différents médiums et assistants du plan terrestre.
Au Brésil, l’Esprit Adolphe Fritz trouve d’anciens compagnons terrestres réincarnés avec des facultés médiumniques et un environnement culturel favorable à la médecine spirituelle. Roberto est l’un de ces compagnons. Sa carrière de médium guérisseur a commencé en 1995, époque à laquelle il débute déjà un long travail avec l’Esprit du Dr Mauro lui-même ancien confrère et ami de Fritz en Allemagne…
Cela fait maintenant plus de 10 ans que Roberto et le Dr Fritz travaillent ensemble et c’est au Danemark que David Bailey – médium musicien anglais – rencontre Roberto et parvient à organiser les premières sessions de chirurgie spirituelle en France, dans la région de son village adoptif de Rennes-le-Château, dans la haute vallée de l’Aude, un lieu « chargé » qui attire nombre d’âmes sensibles aux bons fluides qui s’y propagent.

bull77 roberto B

Cette session de septembre 2018 s’étale sur trois jours à raison de deux séances de cinquante personnes par jour soit un total d’environ trois cents patients. En bons élèves, nous sommes inscrits dans la toute première session, le vendredi matin, prêts à en découdre !
La grande salle préparée pour l’occasion est divisée en deux parties. D’un côté un vaste espace d’accueil et d’attente, où les rangées de chaises se remplissent peu à peu, et de l’autre le «bloc» dédié à la chirurgie proprement dite où cinq tables de soins sont dressées pour y accueillir tour à tour les patients. Entre les deux, un rideau tendu préserve l’intimité du soin côté bloc et l’ambiance de recueillement qui enveloppe les participants du côté des chaises.
Après le versement d’une participation d’une vingtaine d’euros pour les frais de logistique et de location de la salle, chacun se voit remettre un numéro d'ordre de passage, une grande bouteille d'eau, et une fiche personnelle pour y inscrire jusqu'à trois maux pour lesquels l’intervention chirurgicale est souhaitée. Juste le temps de remplir les fiches et les chaises sont maintenant toutes occupées par une assemblée attentive et impatiente.
Entouré de son équipe d’assistants et accompagné de sa traductrice, Roberto présente brièvement, avec des mots simples et non sans humour, son parcours personnel, sa médiumnité et les principes de la chirurgie spirituelle qu’il pratique avec le Dr Fritz : une chirurgie sans coupure où seule l’action des fluides intervient sur les tissus ou les organes sans qu’il soit nécessaire de les atteindre physiquement.
En spirite soucieux de diffuser et d’instruire, il en profite également pour sensibiliser son auditoire aux dimensions morales de la maladie et des soins : « La loi de cause à effet, qui est une loi divine, nous rappelle que pour chaque action il y a une réaction, c’est-à-dire que nos maladies et nos infirmités sont des conséquences de choix moraux équivoques faits au cours de nos diverses vies.»
Il explique également que la guérison ne s’obtient pas sans un minimum d’effort consenti de la part du patient qui devra se donner la peine de faire une partie du travail par lui-même notamment en suivant scrupuleusement et sans exceptions les consignes postopératoires suivantes :
#1 - boire matin, midi et soir une gorgée de l'eau qui sera magnétisée pendant la chirurgie et les soins post opératoires
#2 - se rendre disponible en recueillement pendant quarante minutes, chaque jeudi soir à 22h55 précises durant les six semaines qui suivent la chirurgie afin que les médecins du ciel puissent procéder au suivi des soins et à la magnétisation d'une nouvelle bouteille d'eau
#3 - limiter au maximum les dépenses d’énergie pendant une semaine en s'abstenant d’exercice physique, d’effort violent, d’activité sexuelle ou de digestion exigeante (viande de bœuf, de porc…)
#4 - ne pas enlever les pansements et attendre qu'ils tombent d'eux-mêmes car ils permettent de conserver les « vibrations » des interventions chirurgicales
#5 - s'interdire toute consommation de drogue, d'alcool ou de tabac pendant… 45 jours !
Cette dernière consigne déclenche une petite onde de stupeur qui parcourt brièvement la salle. Quarante-cinq jours ? Une éternité pour les « accrocs », presque un sevrage…

bull77 casaA

Les opérations peuvent maintenant commencer !

David Bailey accompagne la séance en jouant au piano - sous incorporation - des airs doux et mélodieux spécialement composés par des frères célestes musiciens pour concourir collectivement mais aussi individuellement aux soins, avec des notes dont les fréquences viennent subtilement se combiner au concert de toutes les « vibrations » en action.
Les patients sont tour à tour appelés par leur numéro d’ordre pour passer au « bloc ». Avec un patient toutes les unes ou deux minutes pour un temps de passage moyen de 5 à 10 minutes, il faut environ une heure et demie pour traiter l’ensemble des participants à la séance.
Un lent chassé-croisé se met en place entre les entrants et les sortants rythmé par la musique et l’égrenage des numéros. Notre tour arrive enfin et c’est non sans une certaine appréhension que nous sommes accueillis par les assistants de l’équipe médicale.

Première étape, le marquage de la bouteille d’eau avec les initiales du patient

Celle-ci va être magnétisée par les médecins du ciel pendant l’opération et il est important de pouvoir la récupérer sans confusion à la sortie du bloc. Sa couleur et son odeur pourront changer au fil des jours qui suivront mais peu importe, il faudra en boire une gorgée matin, midi et soir et la renouveler chaque semaine avec une nouvelle bouteille lors du recueillement du jeudi soir.

Deuxième étape, la préparation préopératoire

Chaque patient est suivi par un assistant de l’équipe qui veille à sa bonne installation sur la table de soin. Seules les parties du corps nécessitant une intervention doivent être sommairement découvertes. L’assistant couvre ensuite le patient jusqu’aux épaules avec un drap sur lequel il dépose la fiche personnelle qui indique les maux à traiter.

Troisième étape, l’opération !

Le Dr Fritz se présente sous les traits d’un Roberto presque méconnaissable. Regard sévère et concentré, il bredouille un portugais teinté d’un accent étrange. Il s’entretient d’abord avec la traductrice qui lit les maux inscrits sur la fiche ou demande directement des précisions au patient si cela est nécessaire.
Pour chaque élément à opérer le Dr Fritz enchaîne alors une série de gestes rapides et précis. Sur les zones concernées, il frotte d’abord la peau avec des cotons mouillés puis il fait glisser une sorte d'outil griffu, comme un bistouri qui ne couperait pas, selon un tracé précis dont il a le secret et pour finir il place un sparadrap en guise de pansement.
Dans son livre, Chirurgies spirituelles, Roberto fait témoigner Adolphe Fritz qui explique la façon dont il opère sans coupure : « Mon magnétisme en tant qu’esprit et celui du médium en tant qu’incarné sont utilisés à travers des outils pour transformer le magnétisme du patient, en favorisant la guérison physique et spirituelle [...] Ce que nous utilisons comme outils pour la concentration, la canalisation et la conduction des fluides, que j’appelle des instruments, sont des choses simples pour vous : crayons, coton… Ces véhicules physiques sont comme des batteries qui sont chargées avec les fluides des travailleurs de la salle.»

Quatrième étape, les passes magnétiques

Après l’opération qui ne dure pas beaucoup plus d’une minute, Fritz passe aussitôt au patient suivant sans faire la moindre pause. L’assistant reste auprès de son patient pour poursuivre le travail sous forme de passes magnétiques pendant un temps très variable selon la nature des maux opérés. Il raccompagne ensuite le patient jusqu’à la sortie du bloc en l’invitant à rejoindre les chaises ou se promener aux alentours mais en veillant absolument à rester calme dans les heures qui suivent. Certains ne semblent pas du tout affectés par le soin ; d’autres au contraire ont besoin de s’asseoir, de souffler et de se reposer encore un moment.
Peu après la séance, nous saisissons l'opportunité de nous entretenir seuls avec Roberto dans un joyeux mélange de portugais fraîchement appris et d'anglais poussif. Venir au centre à Lyon et visiter la ville qui a vu naître notre "codificador" est un rêve pour le spirite kardéciste qu'il est, lui qui témoigne puiser chaque jour, dans la doctrine, l'inspiration de ses actes et les réponses à ses questions. Nous sommes restés en contact avec lui et suivons son agenda dans lequel il prévoit de revenir régulièrement à Rennes-le-Château.
Nos sparadraps ont mis entre deux jours et deux mois à tomber (deux jours seulement pour celui fixé en plein milieu du front, merci !). L'un de nous a senti durant deux jours des douleurs internes assez vives comme une cicatrisation après une vraie intervention physique et le mal initial a totalement disparu ensuite : une guérison authentique donc ! Pour le reste de nos maux, certains se sont franchement atténués et d’autres sont restés en l’état. Nous ne demandons donc qu’à y retourner pour continuer le travail et récolter d’autres témoignages !
En attendant, espérons que cette incursion même ponctuelle, de la chirurgie spirituelle en provenance du Brésil concourt à irriguer les liens invisibles qui unissent nos deux continents sous la bannière commune et prometteuse du spiritisme !

Adolf Fritz

Généralement, il est appelé docteur Fritz et il est l’Esprit qui se manifeste auprès d’un certain nombre de médiums brésiliens. Il réalise, à travers eux, une chirurgie spirituelle visible ou non. Il s’est fait connaître durant les années 50 auprès du médium Arigo.

Sa vie terrestre
En ce qui concerne sa dernière incarnation, aucun document officiel n’est venu appuyer les informations données par l’Esprit et les biographies diffèrent d’un médium à l’autre. Il existe donc une multitude de versions sans preuve.
Selon le centre spirituel Dr Adolph Fritz, il est né en 1861 en Pologne et est le fils d’une famille traditionnelle. Adolf Fritz Frederick Yeperssoven obtient son diplôme de chirurgien à l’âge de 26 ans, à l’université de Berlin. Pendant la première guerre mondiale, il dirige un hôpital de campagne à Tannenberg, proche des champs de bataille. Le docteur Fritz et son équipe sont morts en 1918 sous les frappes des obus.
Selon Arigo, Adolf Fritz Frederick Yeperssoven est né à Munich et pour des problèmes d’asthme, il a déménagé en Pologne. Ayant perdu ses parents tôt, il a étudié seul la médecine. Mis en prison pour une erreur médicale, il est torturé. Il s’en échappe et s’enfuit en Estonie. Il est mort en 1918 à l’âge de 53 ans.

Sa vie céleste
Après avoir quitté le plan terrestre et avoir compris son nouvel état, cet Esprit désire continuer à aider les incarnés. On peut supposer qu’il se retrouve dans une colonie où il apprend à manipuler les fluides et à s’approcher d’un médium pour pouvoir travailler à travers lui. Il appartient à une phalange d’Esprits qui œuvrent sous la direction du docteur Bezerra.

Il travaille à travers divers médiums
Ses premières manifestations se font au Brésil. Il «exerce» par l’intermédiaire d’une médium, puis avec José Pedro de Freitas, plus connu sous le nom Arigo.

José Arigó
Selon le médium, il aurait connu le docteur Fritz durant la première guerre mondiale où ils auraient été amis. Vous trouverez, dans le bulletin 61, toutes les informations sur ce médium et son travail. Après sa mort, en janvier 1971, dans un accident de voiture, Arigo rejoint le groupe d’Esprits médecins dans l’au-delà et travaillerait maintenant au côté du docteur Fritz comme assistant.

Edivaldo et Oscar Wilde
Le docteur Fritz poursuit son travail auprès d’un autre médium Edivaldo. A la mort de celui-ci, il continuera son travail avec son frère Oscar. Edivaldo réside dans l'état de Bahia, où il enseigne. En dehors de son travail, il œuvre dans un centre spirite et aide des centaines de personnes. Oscar utilise, lui aussi, un couteau de cuisine, comme Arigo et son frère, pour opérer. Plus de 400 000 patients recevront ainsi de l’aide. Comme Arigo, il sera accusé de charlatanisme.

Edson Cavalcante Queiroz
Il est né à Recife en août 1950. Tout jeune, il voit des Esprits, notamment son arrière-grand-mère ; il les confond souvent avec les vivants. Rapidement, il fréquente un centre spirite avec ses parents. Jeune étudiant, il voulait faire des études d’ingénieur mais les Esprits lui conseillent de s’orienter vers la santé. Il rentre à la faculté de médecine et se spécialise en gynécologie. Lors de sa première dissection de cadavre, il sera tourmenté par l’Esprit qui vivait auparavant dans ce corps. Effrayé par des visions incessantes, Edson s’appuie sur l’aide du centre spirite afin de secourir cette entité. À la fin des années 70, il commence à incorporer l’Esprit du docteur Fritz. Celui-ci prescrit des ordonnances et fait également des chirurgies. Elles se réalisent très rapidement et avec de rares saignements, les coupures se ferment sans suture et l’on ne ressent que peu de douleurs. Elles se font sans anesthésie.
Ce centre spirite devient la fondation Adolf Fritz de Recife. Le médium et son équipe voyagent et se déplacent en Argentine, en Bolivie, au Paraguay, en Uruguay puis en Amérique du nord. Il vient aussi en Europe. En 1983, il est accusé par le conseil de l’ordre des médecins, puis acquitté deux ans plus tard, puis, est assassiné à l’arme blanche par son gardien, José Ricardo. Une rue dans la ville de Curitiba, capitale de l'état du Paraná, reçoit son nom.

Maurício Magalhães
Maurício da Silva Magalhães, médium de l’état du Mato Grosso, réalise lui aussi des opérations sous l’influence d’Adolf Fritz. En février 1998, il est arrêté pour exercice illégal de la médecine et charlatanisme. Cependant, il fonde des hôpitaux et des centres dans le Mato Grosso et notamment à Santa Catarina. Actuellement, il continue son travail à Uberaba dans le Minas Gerais.

Rubens Farias
Il est né en 1954 à Sao Paulo. Ingénieur en électronique, il réside à Rio de Janeiro où il vit avec sa femme Rita. Ils ont une fille. Au milieu des années 1980, Rubens dit être incorporé par le docteur Fritz. De nombreuses personnalités viennent le voir et sa notoriété grandit. Rapidement, il est accusé de charlatanisme, d’exercice illégal de la médecine ainsi que de blanchiment d’argent. Il est inculpé. Son couple se déchire pour des raisons d’adultère et d’argent, puis le décès d’une malade, le conduit à une interdiction de quitter le territoire. En 2003, il est acquitté. Il décède, un peu plus tard, victime d’arme à feu.

Aylla Harard
En 2003, le médium Aylla Harard dit travailler avec l'entité Fritz et effectue des chirurgies spirituelles mais sans outil tranchant. Il vit à São Paulo.

Mauro Pacheco Vieira
Ce médium vit à Santana do Livramento. Très jeune, il fréquente des centres d’Umbanda. Au début de l'année 2014, il annonce qu’il reçoit le docteur Fritz.

Joao Teixeira de Faria de Goias
Il a fondé la maison d’Ignacio en 1976 et près de 3000 personnes par semaine y viennent du monde entier. Il ne se présente pas comme un spirite mais comme quelqu'un d'œcuménique. Médium à transe, il réalise le plus souvent des chirurgies sans incisions. D’après les recherches réalisées par la revue de l'association des médecins brésiliens, sur 10 cas étudiés, il a été démontré qu'il n'y a pas eu d'infection et aucun problème avec les patients.

Autres médiums
- Kleber Aran Ferreira e Silva du Minas Gerais
- Francisco Monteiro du Minas Gerais
- Laerson Candido de Oliveira de Sao Paulo
- Verna Yater d’Australie
Plusieurs médiums ont ressenti son approche ou ont travaillé avec le docteur Fritz. D’autres ont reçu simplement des informations de cet Esprit. La plupart du temps, les opérations sont réalisées avec la pointe du doigt, sans incision physique. Interrogées sur l'improbabilité qu’un Esprit puisse être canalisé par plus d'un médium en même temps, certaines entités ont indiqué que l'Esprit ne suit pas les mêmes règles de temps et d'espace que nous et, par conséquent, il peut avoir une telle capacité.

La technique de travail du docteur Fritz
Cet Esprit dispose d’une équipe spirituelle de plusieurs centaines d’Esprits et sa façon de travailler évolue. Il utilise des instruments non aseptisés comme les couteaux, les ciseaux, les aiguilles hypodermiques, il n’y a pas d’anesthésie lors de ses interventions. Ce sont les fluides qui font office d’anesthésiant et le patient se trouve dans un état hypnotique. Il y a une absence totale de douleurs, il n’y a pas d’infection et la guérison des coupures est rapide. Si lors de la chirurgie, le médium extrait du corps un élément, il correspond bien à celui du patient et de la partie malade.

David Bailey

Rennes le Château, petit village de l’Aude dans le sud-ouest de la France, dont le bourg ne compte pas plus de vingt âmes, est perché à 500 m d’altitude. Il est devenu célèbre grâce à l’un de ses curés qui vécut dans cette paroisse à la fin du XIXème et début du XXème siècle. L’abbé Béranger Saunière qui aurait découvert un trésor et de ce fait dépensé sans compter dans la rénovation de l’église, la construction d’un domaine et dans de conviviales réceptions. Conséquence d’une si belle notoriété, les rues du village, en été, sont noires de monde et accueillent plus de 40 000 visiteurs par an. L’église est dédiée à Marie Madeleine et regorge de symboles qui entretiennent le mystère. Cet endroit attire des gens de tous bords et de toutes croyances et nombreuses sont les dames qui se disent être la réincarnation de Marie Madeleine.

En parcourant la rue centrale, notre œil fut attiré par un panneau posé là et proposant chaque jour à 16 heures précises une méditation de trente minutes en l’honneur de Marie Madeleine. Ce moment de recueillement est à l’initiative d’un homme aimable et souriant qui nous accueille devant le portillon d’un jardin faisant partie intégrante du château de ce lieu. Il s’agit de David Bailey que les initiés en musique classique connaissent fort bien car c’est un pianiste internationalement célèbre. Décidément, Rennes le Château est un site plein de ressources.
Il utilise la musique comme une thérapie et il compose, selon les besoins propres à chacun, des airs destinés à aider à la guérison des personnes, à la méditation, à la relaxation, à l’inspiration.  David Bailey David Bailey est né au Royaume Uni en 1955 et il est issu d’une famille de guérisseurs depuis plusieurs générations. Après la séance de méditation publique à Marie Madeleine, nous avons pu le rencontrer et discuter avec lui.

Un don familial de guérisseurs

Mon grand-père, nous dit-il, arrivé à l’âge de 14 ans, il y a plus de 100 ans, vivait au Canada avec sa famille. Il était en contact avec les vrais canadiens indiens de cette époque et il a appris beaucoup de choses de la nature et des Esprits. Après le travail, en fin de journée, tous les indiens se retrouvaient autour d’un feu, et ils parlaient avec leurs ancêtres décédés et cela l’intéressait particulièrement et ils ont commencé à lui expliquer des choses. Ma mère était directrice de l’école mais aussi clairvoyante. Mon père était professeur de chimie à l’université. Quand j’étais petit, mes parents m’ont dit :
- David tu vas jouer du piano.
Et je n’ai pas eu le choix, mais aujourd’hui, je leur dis merci. Puis, vers l’âge de 12-13 ans, mes mains se sont mises à jouer sans suivre une partition, je n’ai pas compris ce qui se passait. J’en ai parlé à mon grand-père qui m’a dit :
- C’est comme de l’écriture automatique, c’est comme ça.
- Qu’est-ce que je dois faire, lui ai-je demandé.
- Tu joues, tu laisses faire les choses, tu joues.
père était président de la Fédération Nationale des Guérisseurs Spirituels du Royaume Uni et beaucoup de personnes venaient à la maison, et il me disait quand les gens arrivaient :
- Joue un petit morceau pour eux.
A cette époque, cela ne durait que 30 secondes, une minute, c’était très court, mais à chaque fois, cela touchait les personnes pour qui je jouais et certains pleuraient. Mon grand-père me répétait :
- Joue, David, juste joue, ne te pose pas de question !

La musique comme thérapie

Les années ont passé, je suis allé à l’université, j’ai eu mon doctorat. Puis, quand j’ai dû commencer les concerts, je n’ai pas voulu rentrer dans le monde des classiques parce qu’il y a trop de monde, trop de pianistes qui font du Mozart, du Beethoven, je pouvais le faire mais je ne voulais pas vivre avec ça. Alors je me suis dit, je vais jouer les airs que les gens connaissent bien, comme Glenn Myler, Édith Piaf et d’autres. Mais, mon premier agent de musique, à Londres, m’a dit :
- David, c’est bien mais tu dois faire quelque chose pour les gens, parce que si tu as 500 spectateurs dans la salle, ce n’est pas 500 billets vendus, mais ce sont 500 personnes, 500 âmes qui sont là. Tu dois faire quelque chose pour eux.
Alors, à la fin des concerts, je suis allé vers le public, pas pour signer des CD mais pour leur dire merci et au revoir. Et les gens étaient contents et me disaient :
- Merci David c’était une super bonne soirée, mais qu’est-ce que tu m’as fait ? Je suis venu avec un mal de dos et c’est parti…
Et un autre :
- J’avais mal au genou et je vais mieux !
Je n’avais aucune idée de ce qui se passait et ça continuait à chaque fois, je faisais neuf concerts de deux heures par semaine. En même temps je faisais des recherches parce que je voulais voir ce que mon grand-père avait vu. Cela doit faire maintenant une bonne vingtaine d’années que j’ai commencé à assister à des réunions médiumniques en Angleterre et c’était la première fois pour moi, et j’ai vu beaucoup de choses, les tables bouger mais je n’avais pas entendu de voix.

Un contact avec l’au-delà

Au cours d’une réunion, j’ai entendu une voix qui me dit :
- Monsieur David Bailey, tu te lèves ! Alors, dans l’obscurité, je me suis levé et j’ai mis mes deux mains, devant moi, les paumes vers le haut et j’ai pensé il va y avoir un apport ou quelque chose comme ça. Tout à coup, j’ai vu un vieux monsieur tout en lumière devant moi. Il a pris mes mains et il m’a dit :
- David, je suis George DAISLEY, je suis décédé depuis deux semaines et je cherche partout quelqu’un pour lui laisser mes dons ; utilise-les bien, David, utilise-les bien !
Puis, il est parti. Ce fut quelque chose d’extraordinaire. A la fin de la réunion, il y avait une vingtaine de personnes toutes émues qui me disaient : c’était George DAISLEY mais je ne le connaissais pas. C’est un ministre du spiritisme en Angleterre. Dans les années 1940 et 1950, il remplissait des salles grandes presque comme Bercy. Les gens venaient le voir depuis tout le Royaume Uni, c’était un très bon clairvoyant et un guérisseur incroyable. Il était connu pour fédérer des gens partout dans le monde et il m’a laissé son don. Qu’est-ce que je vais en faire ? Je n’en avais aucune idée.
- Joue David, joue, me disait mon grand-père.
Alors, j’ai continué à jouer. Deux ou trois ans après, Glenn, mon beau fils, médium, a reçu un message pour moi : « Tu vas dire à David que nous allons faire une nouvelle musique et je vais travailler avec lui. Je suis Wolfgang Amadeus MOZART. » Glenn me transmet le message et je lui dis :
- C’est fantastique mais ce n’est pas la peine parce que si je vais sur la scène et que je dis que c’est la musique de Mozart, je ne veux pas faire rire les gens. Moi, je ne veux que jouer et laisser la musique parler. Sa musique, elle a 300 ans !
Plus tard, au cours d’une réunion médiumnique, nous avons appelé Mozart, il est venu et a dit :
- Je suis Mozart, je respecte beaucoup la façon dont tu joues et je veux travailler avec toi.
- Je te remercie mais je ne veux pas que les gens rient de moi, parce que si je vais sur scène en disant : voilà, j’ai une nouvelle symphonie de Mozart ! Que vont penser les gens ?
- David, tu n’as rien compris, je ne te demande pas de jouer dans mon style ! Tu mettras les mains sur le piano et je serai derrière toi, une main dans ton dos et l’autre levée vers le ciel. Tu seras connecté avec la source de ma musique et l’énergie passera. La seule chose que tu auras à faire : c’est de jouer !
C’était fantastique et je le ressentais, de temps en temps, cependant, je souhaitais avoir une confirmation de sa présence à mes côtés. Un jour, j’étais au Danemark, dans un grand salon de bien-être, je jouais des airs de musique pour différentes personnes. A un moment, une femme, qui était banquière, vint me trouver après ce concert et me dit :
- David, j’ai quelque chose à vous dire, quand vous avez joué, il y avait Mozart derrière vous, il a mis une main dans votre dos et une autre était dirigée vers le ciel. Un flot d’énergie est arrivé.
Merci, j’avais ma confirmation, j’accepte et je respecte ce contact. De temps en temps, je ressens un autre contact, c’est une femme très lumineuse. Lorsque je fais un travail pour les femmes, elle est présente auprès de moi. Je ne sais pas qui est cette femme dans la lumière qui vient parfois à mes côtés, ce n’est pas Marie Madeleine.

La musique et les médecins du ciel

J’ai également des contacts avec le docteur Fritz, un médecin du ciel. Je pense que, dans le futur, il y aura un lien entre la musique et les médecins du ciel. J’avais une image dans ma tête depuis plus de vingt ans où je voyais un piano avec 1000, 2000, 3000 personnes autour. Il y avait beaucoup de gens malades qui cherchaient à être guéris, il y avait également des guérisseurs et je jouais. Cela provoquait un énorme échange spirituel. C’est une image que j’avais dans la tête, maintenant, j’ai la possibilité de la réaliser.

Auschwitz et les chambres à gaz

J’ai eu d’autres prémonitions. Quand j’étais petit, j’avais l’image que je jouais ma musique à Auschwitz. C’est interdit, on ne peut pas faire de la musique dans ce lieu. Il y a quelques années, j’habitais à Albi dans le Tarn. J’ai joué, un soir, avec un groupe anglais, puis j’ai discuté avec le public qui était venu. Deux jours plus tard, une de ces personnes m’a rappelé et m’a demandé :
- Est-ce qu’il y a quelque chose dans ta vie que tu n’as pas faite et que tu souhaites faire ?
- Je voudrais jouer à Auschwitz mais je sais que ce n’est pas possible.
Il m’a recontacté quelques jours après et m’a dit :
- Je suis juif et je connais bien le rabbin à Auschwitz, il te donne la permission de jouer là-bas, voilà un billet d’avion et j’ai retenu un hôtel sur place.
Je ne pouvais pas prendre un piano alors j’ai composé et enregistré puis, j’ai passé ma musique où je voulais. C’était bizarre, chaque fois que je rentrais dans une pièce comme une chambre à gaz, il y avait une centaine de personnes et tout le monde sortait sans qu’on leur demande. Je me retrouvais seul alors, je mettais la musique. Lorsque je ressentais que c’était suffisant au bout de 5 à 8 minutes, j’arrêtais la musique et tout le monde revenait. Je suis allé de partout à Auschwitz. Je fais les choses comme je sais que je dois les faire. Je ne sais pas pourquoi mais je sais que je dois les faire. Plus tard, j’ai rencontré un vieux monsieur qui est venu me parler :
- Après ton passage à Auschwitz, chaque soir, des anges sont venus. Toutes les âmes des prisonniers, exterminés dans ce lieu, ont été emmenées dans la lumière, elles sont toutes parties. Je me suis dit que peut-être c’était vrai puisqu’il était venu spécialement pour me dire ça !

Des faits marquants

Parmi les évènements particuliers qui ont parsemé la vie de David Bailey, nous avons appris qu’il avait écrit un nouvel Ave Maria avec de nouvelles paroles et une adaptation musicale qui ont profondément touchés l’abbé Pierre. Celui-ci avait demandé, avant de mourir, qu’il soit joué pour son enterrement. Notre dame de Paris a refusé, mais hommage lui a été rendu à Bercy où David a joué avec la soprano de la Scala.  David Bailey
Il s’est produit également pour Sa majesté la reine d’Angleterre et la famille royale.
Un chirurgien ophtalmologue appelé, par Mère Thérèsa, pour opérer des enfants en Inde s’est servi de la musique de David pour anesthésier 150 enfants. Tous s’endormirent et les opérations purent avoir lieu sans autre anesthésiant.

Depuis quelques années, David s’est installé à Rennes le Château où il ressent une énergie sacrée. Malgré sa notoriété, il est resté un homme simple qui conserve un regard lucide et bienveillant sur son entourage. Après avoir connu la foule des grands concerts, il joue maintenant dans la salle Wisigoth du château où, parfois, il n’y a que trois ou quatre personnes. Mais, quel que soit le nombre, il honore son public. Il dépose ses mains sur le clavier du piano et demande sereinement à recevoir la musique du ciel, cette musique qui apaise les âmes et soulage les corps.
- Joue, David, joue ! doit lui dire encore son grand-père.

Le traitement spirituel

L'expression traitement spirituel est utilisé pour englober un ensemble d'actions qui visent à aider dans le traitement des maladies du corps ou de l'esprit. Bien qu'ils aient été largement étudiés par les scientifiques depuis la fin du XVIIIème siècle, l'efficacité de ces traitements n'a pas encore été prouvée par la méthode scientifique. Cependant, de nombreux professionnels de la santé considèrent que le traitement spirituel a une efficacité authentique. Tandis que beaucoup d'autres ne le considèrent pas, attribuant les bons résultats observables chez les patients à d'autres causes, telles que le traitement médical conventionnel, l'effet placebo et la rémission spontanée.

Les êtres humains ont un corps physique et un corps spirituel ; la maladie peut avoir pour origine un dérèglement du corps spirituel dont les raisons se trouvent dans les vies antérieures. La maladie peut également venir d’un mauvais usage du corps physique ce qui affecte le périsprit. Beaucoup de centres spirites, dont la morale est la charité pour son prochain, proposent de l’aide spirituelle.

L’aide spirituelle reste une thérapie complémentaire

Les êtres humains ont un corps physique et un corps spirituel ; la maladie peut avoir pour origine un dérèglement du corps spirituel dont les raisons se trouvent dans les vies antérieures. La maladie peut également venir d’un mauvais usage du corps physique ce qui affecte le périsprit. Beaucoup de centres spirites, dont la morale est la charité pour son prochain, proposent de l’aide spirituelle.

L’aide spirituelle reste une thérapie complémentaire

Une thérapie complémentaire est une pratique qui est associée à la médecine conventionnelle. On y trouve, par exemple, les thérapies biologiques comme les diètes, les herbes, les vitamines, les techniques corporelles comme les massages, la chiropraxie, les systèmes médicaux alternatifs comme la médecine chinoise et les thérapies énergétiques comme les passes, le reiki. Au Brésil, suite à des recherches, on a trouvé chez des patients atteints du cancer, que la grande majorité utilisait des pratiques comme la prière individuelle, en groupe et plus de 90% ont eu accès à de la chirurgie spirituelle. Ils pensent que leur qualité de vie est meilleure et que cela les aide dans leur traitement. La grande majorité n'a pas informé leurs médecins qu'ils faisaient quelque chose en parallèle, d'abord parce que leur médecin ne leur a pas posé la question et ensuite les patients n’ont pas pensé qu'il était important de leur en parler. Dans une thérapie complémentaire, les patients ne doivent, en aucune façon, abandonner le traitement médical conventionnel qu'ils suivent et s’ils n’ont pas consulté de médecin, ils doivent le faire.

Les conditions pour qu’un traitement spirituel soit efficace

Le patient et la personne qui l'accompagne doivent avoir foi dans le traitement, car s'ils n’y croient pas, leur manque de collaboration travaillera contre lui, bloquant tout avantage éventuel. L’effet psychologique, qui provient des encouragements provoqués, sur le patient de par sa présence, dans une ambiance de personnes intéressées à l’aider, lui donne une sensation de sécurité et confiance en lui. Si le patient attend un miracle et qu’il est désespéré, en arrivant au local, il ne verra rien se passer et le miracle ne se produira pas. S’il pense qu'une seule intervention va tout faire et qu'il n'a pas besoin de se modifier et de continuer le traitement médical, il passera à côté de l’aide spirituelle.
Une autre condition en accord avec les lois divines, la maladie ne doit plus être nécessaire au patient aux fins auxquelles elle était destinée.

Quels sont les modèles de traitement spirituel ?

L'imposition des mains est une forme de traitement spirituel largement pratiquée par le mouvement spirite. Au Brésil, toute personne peut faire des passes ; c'est une transfusion d'énergie d'une personne à une autre. Nous avons chacun du fluide que nous pouvons transmettre aux autres. Emmanuel nous explique qu’il existe un parallèle entre la transfusion d'énergie avec la transfusion sanguine. Dans le premier cas, c’est la rénovation des forces psychiques, dans le deuxième, c’est la rénovation des forces physiques. S’il existe une limite pour la transfusion sanguine et qu’il faut un certain temps entre deux transfusions pour que le patient récupère ; dans le cas des passes spirites, la quantité de fluides que l’on peut recevoir est illimitée. L’amélioration du patient, dans ce traitement, va dépendre de la quantité de fluides donnée, de leurs qualités ainsi que de la volonté du donneur et de la direction qu’il donne à ces fluides.
La prière et la méditation sont d’autres formes de traitement spirituel. Plusieurs recherches ont été réalisées et ont démontré une réelle amélioration de la santé grâce à la prière. Le neurochirurgien Mario Beauregard, de l'Université d'Arizona, a observé longuement des sœurs carmélites en prière. Le radiologiste Andrew Newberg, de l'Université de Pennsylvanie, s’est tourné vers des sœurs franciscaines et des moines bouddhistes en méditation. Le docteur Sara Lazar, docteur en biologie moléculaire, à l'Université de Massachusetts, a également fait des recherches sur la méditation et ils ont montré, tous les trois, que pendant la prière ou la méditation, il y a des altérations physiologiques au niveau de notre cerveau. Cette altération sur une partie interne du cerveau, en relation étroite avec notre mémoire, permet l'auto régulation de notre organisme. Dans des situations de stress, elle permet de les modifier et de les contrôler.

La chirurgie spirituelle

C’est une intervention où un médium, un guérisseur ou un chaman, en association avec une entité spirituelle ou une énergie spirituelle guérit quelqu'un ou promeut un traitement en touchant ou non le patient. Selon la doctrine spirite, elle n’est rien de plus qu'un type spécifique de passe qui est appliqué pour la restauration énergique d'un organe d'un individu. En fait, les entités spirituelles soignent le périsprit détérioré et le corps physique guérit. Ces « soins » se produisent très souvent durant le sommeil sans que l'individu soit conscient. Le Brésil et les Philippines sont les deux pays où l’on fait le plus de chirurgies spirituelles.

Comment se produisent ces chirurgies et ces traitements spirituels ?

Très souvent, un médium est dirigé par une équipe spirituelle ou par une énergie spirituelle. Face au patient, elle lui donne des recommandations. A distance, le patient, étant chez lui, doit se mettre en état de réception et l’intervention se réalise par l’équipe spirituelle.
La chirurgie peut être ponctuelle ou en continu suivant les centres. Les incisions, quand il y en a, ne génèrent aucune infection, l’organisme du patient étant saturé de fluides spirituels, il est souvent dans un état de catalepsie et il ne ressent rien de l’intervention.
Les objectifs d'un traitement spirituel ou d'une chirurgie spirituelle, c'est d’avoir un effet positif sur la personne, dans ces pensées, sa façon de raisonner, de voir le monde et les autres. Ensuite, cette aide doit générer un changement des habitudes, parfois dans le mode de vie alimentaire et surtout elle doit amener de la bienveillance pour les proches, les amis et une meilleure écoute. Par l’énergie spirituelle activée, les fluides spirituels négatifs sont retirés des lésions physiques. Pour toutes les maladies graves, si la guérison n’est pas au rendez-vous, il se produit toujours un changement. La colère se transforme en patience, la haine se transforme en amour, la dépression en espoir, la résolution du problème en dépassement, le pessimiste devient l'optimiste.

Quelle est l'influence de la spiritualité sur la santé ?

Dans la Bible, on note vingt-sept cas de guérisons spirituelles collectives que Jésus a réalisées. S’avançant vers la foule, Il ne disait pas : « Je t’ai guéri ! » mais Il disait toujours : « Ta foi t’a sauvé ! » montrant ainsi combien la croyance en la force divine permet la guérison. Jésus avait beaucoup de fluides à transmettre à ceux qui croyaient en Lui et en Dieu. Il disait que chacun de nous pouvait réaliser la même chose que Lui parce qu'Il connaissait les propriétés intimes de l’Esprit. Par la foi, nous pouvons trouver des forces que l’on ignore et qui peuvent servir lorsque nous en avons besoin. Nous pouvons donc, chacun, réaliser des guérisons ! Dans son livre Plénitude, Joanna de Angelis explique cette action de la pensée forte qui peut renforcer notre champ psycho-physiologique en expulsant les maladies et en générant des ondes successives de bien-être, révélateurs de santé.
En 1868, Allan Kardec écrit que la puissance de la foi reçoit une application directe dans l'action magnétique. Par elle, l'homme agit sur le fluide, agent universel, il en modifie les qualités et lui donne une impulsion pour ainsi dire irrésistible. André Luiz dans le livre Entre la Terre et le Ciel explique que l'homme enseignera à l'homme. D'après les instructions des médecins divins, la guérison, de tous les maux, réside en lui-même ; la presque totalité des maladies humaines prend son origine dans le psychisme.
Aujourd'hui, la médecine peut prouver que beaucoup de nos maux proviennent de notre psychisme. Lorsque nous serons plus équilibrés physiquement, psychiquement, émotionnellement et spirituellement, nous serons tous guéris.