Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 90

Bulletin 90 - septembre 2022
Sommaire

Editorial

Septembre est le mois des rentrées scolaires et même si notre centre reste ouvert tout l’été, la cloche de la rentrée résonne également dans nos rangs avec son flot de nouveaux arrivants montrant leur curiosité pour découvrir une médiumnité espérée, trouver un moyen d’entrer en contact avec un proche décédé ou instaurer une paix dans leur for intérieur. Que de chemin ensuite à accomplir et d’obstacles à surmonter pour comprendre que tout passe en premier lieu par son propre perfectionnement moral. Tout un choix à réaliser dans ses pensées et ses actes de chaque jour.
C’est ainsi que chaque être se construit au fil de ses incarnations, et l’Esprit qui revient à la vie terrestre avec ses peurs et ses joies ne doit rien au hasard pour le choix de ses parents. Le fœtus matière physique en formation dans le ventre de sa mère, et qui espère, est déjà en lien avec l’Esprit millénaire qui modèle sa forme humaine jour après jour. Dès le premier instant sa personnalité est présente et interagit avec sa mère.
Pour sa propre évolution, c’est un choix aussi que de vouloir étudier la doctrine spirite, comprendre les chemins de la médiumnité, ses joies et ses écueils et les nombreuses rencontres que l’on y fait de la plus sombre à la plus lumineuse. Dans toutes les étapes de la vie la discipline mentale s’impose. Par la prière et l’amour du prochain, la force de la pensée s’intensifie et valorise les échanges entre nos deux mondes.

Gilles Fernandez

Comment s’établit le choix des parents pour le futur réincarné ?

Un Esprit va se réincarner et avec l’aide de son guide, il va choisir ses parents. Ce choix se réalise grâce aux liens qui existent entre chacun, existences du passé nous attachant les uns aux autres. La famille, dans laquelle il naîtra, diffusera le positif et le négatif dont il a besoin pour évoluer. Cette future famille dans laquelle un Esprit se réincarne est déterminée par les qualités et les défauts qui font partie du noyau familial. Cela signifie que l'enfant aura, dans cette famille, les difficultés et les facilités nécessaires pour accomplir ce qui était prévu avant la naissance.

Toujours le progrès

Chaque famille a des caractéristiques qui stimulent positivement ou négativement l'enfant, qui est en cours de formation. Par exemple, une mère aimante mais craintive tombe enceinte. Ses vibrations sont celles d'une profonde acceptation et d’une grande joie. La peur et l'insécurité l’habitent aussi. L'Esprit qui naîtra sera stimulé par tous ces sentiments, ces pensées, ces vibrations et ces sensations. Les vibrations de l'amour autant que les vibrations d'insécurité influenceront la formation du fœtus.
Supposons que cette mère craigne de perdre son travail. Cet ensemble de pensées, de sentiments atteindront le fœtus. Il sera incapable de faire face à cela. Il utilisera alors sa banque de données d’Esprit pour y arriver. L'Esprit est l’être spirituel du fœtus, c’est la référence, la mémoire et la capacité d’analyser la situation, c’est lui qui va donner un sens aux angoisses de sa mère. Nous appelons cela les stimulas dynamiseurs parce qu'ils aiguillonnent et stimulent la mémoire spirituelle, provoquant ainsi une partie de celle-ci et s'infiltrant dans l'esprit du bébé avant sa naissance, pendant la naissance et même après la naissance
Supposons maintenant que, dans une incarnation passée, cet Esprit ait eu faim à cause du chômage. Les vibrations maternelles qui dynamisent la mémoire de l'Esprit vont peut-être provoquer de l'anxiété chez le futur réincarné. Cette anxiété va créer un enfant anxieux qui devra relever le défi de l'anxiété dans sa vie. Ainsi, le bébé qui naîtra est bien dans la continuité de l'Esprit incarné en lui. Il naît avec les informations d'autres incarnations et du plan spirituel.

De multiples vies avant

Le bébé, qui arrive, n'est pas une page vierge, il possède une richesse extraordinaire d'informations et de ressources et c'est ainsi que se forme sa personnalité. Sa formation s'accompagne avec l'entrée du contenu d’un Esprit, multimillénaire, qui prend forme dans un nouveau corps.
Nous sommes une continuation. Nous sommes dans un nouveau corps dirigé par un vieil Esprit, qui a eu de nombreuses incarnations, possédant de nombreuses ressources, compétences, connaissances mais aussi conditionnements et traumatismes.
Chaque enfant est un Esprit rempli de vies et d'histoires. Il est important de savoir travailler avec son histoire et de profiter des ressources qui ont été durement développées en dizaines ou centaines d'incarnations.
Nous l’avons bien compris le fœtus est connecté à un Esprit qui a la capacité de perception et de mémoire. Les événements de cette étape de la vie sont stockés et influencent la formation de l'esprit du bébé. Ainsi, les premiers souvenirs que le bébé aura seront un mélange de souvenirs intra-utérins avec des souvenirs d'incarnations passées.

La famille est le terrain d'essai pour l'évolution de l'Esprit

La maman peu sûre d’elle comme dans l'exemple précédent, devrait-elle se sentir coupable ? Non, jamais. Le choix de cette mère ainsi que celle du père pour recevoir cet Esprit est dû à la combinaison de leurs qualités et de leurs difficultés. L'Esprit naît dans un nouveau corps pour combattre, surmonter les difficultés et évoluer. Il se réincarne parce qu'il a beaucoup à apprendre et à mûrir. Les difficultés qui se dynamisent dans la formation du fœtus sont déjà présentes dans l'Esprit et doivent être résolues par celui-ci, ce qui veut dire que la famille n’aiguillonne que ce que l'Esprit qui se réincarne porte en lui.
C'est la même chose dans la vie quotidienne : qu'attendez-vous d'un ingrat ? De l’ingratitude. Qu’avons-nous d'une personne malhonnête ? De la malhonnêteté…
Si quelqu'un donne un plat de nourriture à un ingrat, comment sera-t-il animé ? Par l’ingratitude… Il pensera et dira : « Elle m'a donné du riz et des haricots, elle aurait dû me donner des nouilles ! " Par contre, si cette personne est reconnaissante, elle sera satisfaite par cette assiette de nourriture, quel que soit le contenu, car ce sont les qualités de l’individu qui brillent et se reflètent dans chaque acte et ce qui n'existe pas, ne peut être stimulé.
De même, si la mère émet des vibrations anxiogènes et que l'Esprit est en paix, elle n'activera rien du tout. Tout ce qui est bon ou mauvais qui s’active dans le fœtus peut l’être parce qu'il est déjà présent dans l'Esprit. Ce qui existe peut-être stimulé et l'enfant l’affrontera en bien ou en mal.

Qu'est que les parents transmettent à leurs enfants ?

Les enfants sont une bénédiction pour la famille car avec leur personnalité unique, ils contribuent à l’apprentissage des parents qui ne cessent de progresser grâce à eux. Tout le monde apprend parce que tout le monde a besoin de se grandir.
Les parents fournissent aux enfants le matériel pour la formation du corps qui, quasiment toujours, a une similitude physique et organique avec celui de leurs parents, grâce à l'hérédité. À cette vie animale que les parents transmettent à leurs enfants, une nouvelle âme vient se joindre en apportant la vie morale. Les similitudes morales qui existent parfois entre les parents et les enfants viennent du fait qu'ils sont des Esprits sympathiques, attirés par l'affinité d’inclinations. Elles peuvent être aussi le résultat de l'éducation, puisque les Esprits des parents exercent beaucoup d'influence sur les Esprits des enfants après la naissance.

Éduquer est la mission des parents

Ce sont les parents qui ont la mission de développer l'Esprit des enfants à travers l'éducation, en cherchant à corriger les mauvaises tendances qu'ils apportent et à cultiver les bonnes qualités qu'ils possèdent en potentiel, comme toutes les créatures de Dieu. Les parents ne pourront pas, à travers leurs pensées et leurs prières, inciter un bon Esprit au lieu d'un Esprit inférieur à venir dans le corps de l'enfant qu'ils vont avoir à gérer, mais ils pourront améliorer l'Esprit de l'enfant par l'éducation. Cela est leur devoir.
Les mauvais enfants sont une épreuve pour les parents ou une opportunité de réparation selon les lois divines, pour leur contribution dans une vie passée à la déviation morale de l'Esprit qui est maintenant leur enfant. Des parents bons et vertueux peuvent avoir des enfants pervers parce qu'un mauvais Esprit peut demander de bons parents, dans l'espoir que leurs conseils puissent le diriger vers le bon chemin et, plusieurs fois, Dieu peut lui concéder cette opportunité.
Éduquer des enfants est une tâche que Dieu confie aux parents et, s'ils manquent à cela, ils en seront responsables. Mais s'ils font tout ce qu'ils peuvent et assistent leurs enfants dans le progrès moral et que ceux-ci n'acceptent pas la bonne orientation, les parents peuvent avoir la conscience tranquille. L'amertume qu’ils ressentent pour ne pas avoir réussi dans le succès attendu est soulagé par la certitude que, dans le futur, ils pourront encore finir l'œuvre commencée et qu’un jour, les enfants ingrats les récompenseront avec amour.
Toutes les personnes qui vivent avec des enfants doivent coopérer à leur éducation puisque la fraternité nous rend responsables les uns des autres. En complément de la tâche éducative des parents, les centres spirites cherchent à organiser des groupes pour l'évangélisation de l'enfance, c'est-à-dire, pour la transmission de la morale spirite.

Divaldo, l’ambassadeur de la paix

Divaldo Franco Pereira est un médium spirite au service de son prochain. Avec plus de 75 ans de diffusions, d’écoutes et d’attentions, il est véritablement un spirite chrétien qui ne cesse de répandre la bonne parole aux quatre coins de la Terre. Voici une histoire que vous pouvez retrouver dans l’ouvrage Sexe et Conscience compilé par Luiz Fernando Lopes. Elle raconte le voyage à la recherche de l'amour qui libère, il est fait de défis et de difficultés.

Aux États-Unis, après les attentats du 11 septembre 2001, transiter dans un aéroport était un véritable parcours du combattant pour les passagers. Pour des raisons compréhensibles, la surveillance était très intense et parfois les agents étaient très grossiers.
En 2003, je me trouvais dans la ville d'Atlanta et j'avais terminé une série de conférences dans la région. Curieusement, j'ai remarqué que chaque fois que je m'enregistrais à l'aéroport, ma carte d'embarquement comportait la lettre "S" écrite trois fois (SSS), comme un code d'identification. Ainsi, chaque fois que le passeport était celui d'un brésilien, ils mettaient cette inscription ce qui obligeait le passager à faire la queue dans la file de la fouille approfondie, ce qui nécessitait un temps beaucoup plus long pour monter dans l'avion.
Comme je suis très prudent, j'arrive toujours, dans les aéroports internationaux, quatre heures avant l'embarquement. Certaines personnes préfèrent rester à l'hôtel mais je ne veux pas prendre de risque. J'étais avec Nilson dans une longue file à attendre d'être fouillé. Après une bonne heure, cela a été notre tour. Nous sommes passés dans la machine à rayons X, après avoir retiré tous les objets métalliques. Il ne nous manquait qu’à retirer notre périsprit... Et juste au moment où j'allais reprendre mes objets pour continuer à avancer, l'alarme a retenti. Les agents sont devenus fous et ont commencé à crier :
- Arrêtez ! Arrêtez !
J’ai été stoppé et j’ai mis les mains en l’air puis j’en ai profité pour dire à Nilson, avec une certaine inquiétude :
- Ne bouge pas. Reste immobile !
À ce moment-là, une jeune femme noire s'est approchée de nous. D'une manière extrêmement grossière, elle m'a dit en criant :
- Baissez les mains !
Alors, calmement, j'ai pensé. "Je vais donner à cette jeune femme une leçon qu'elle n'oubliera pas, même pas dans sa prochaine incarnation ! ".
Je me suis entouré d’un sentiment de compassion mêlé à un peu de révolte. Révolte car il n'y avait aucune raison pour qu'elle me traite de cette manière. Et puis, j’avais de la compassion parce que je savais qu'elle avait un problème sérieux.
Je ne parle pas anglais et je ne connais que quelques mots de base. Cependant, j’arrive à me débrouiller quand je voyage.
Comme résoudre cette problématique ?
J’ai fait appel au Créateur et j'ai dit : "Mon Dieu ! Le reste dépend de Vous !"
À ce moment-là, de bons Esprits se sont approchés et la bienfaitrice Joanna de Ângelis m'a enveloppé d'une douce paix pour me permettre de m'exprimer facilement.
- Que voulez-vous, madame ?
- Baissez vos mains ! Je l’ai déjà dit !
- Je ne vais pas les baisser.
- Baissez-les maintenant !
- Je ne vais pas les baisser !
- Pourquoi ?
- Parce que je ne veux pas. J'ai le droit de mettre mes mains où je veux. Vous n’êtes pas mon patron, ni mon épouse et l'esclavage aux États-Unis est terminé depuis longtemps. Je suis un citoyen ! Je connais parfaitement le concept de la citoyenneté. Pour tout cela et pour le fait que vous avez été très impolie, je ne vous obéirai pas. Je viens d'un pays considéré comme moins développé, dans lequel les gens sont si gentils et si polis que je trouve étrange que vous, dans le premier pays du monde, soyez si agressive !
Il est évident que j'ai un peu exagéré en parlant de mon pays ainsi, mais c'était une façon d’évangéliser en lui rendant la monnaie de la pièce...
Surprise par ma réponse, elle a pâli ! Elle a tremblé de colère et a insisté :
- Je vous ordonne que…
- Monsieur ! ai-je coupé court, avant qu'elle ne puisse finir sa phrase, c'est le titre que vous devez me donner. Et je ne baisse pas les bras parce que j'ai peur de vous, vous, qui avez l'âge d'être ma petite-fille. Vous travaillez grâce à moi puisque pour entrer dans votre pays, j'ai payé cent cinquante dollars pour obtenir un visa et cet argent paie votre salaire et celui de vos collègues ici dans cet aéroport. Je ne tolérerai pas que vous soyez grossière à mon égard et que vous me fassiez des demandes qui n'ont aucun sens.
J'ai remarqué qu'elle tremblait à mes paroles. J'ai continué à la regarder et j'ai détecté qu'elle était une jeune femme obsédée, méritant ma compassion. Je suis resté calme.
Pendant ce temps, l'alarme a cessé de sonner. C'était juste un exercice. Tous les agents sont revenus à l’état normal et ont demandé que la file continue d’avancer. Alors j'ai dit :
- Maintenant, je vais baisser mes mains parce que je le veux. Je vais prendre mes affaires et je vais partir. Mais je vous propose une suggestion qui vous sera utile pour votre vie et pour votre profession. Soyez gentille avec les gens, inspirez-leur de l'amour ! En agissant comme vous le faites, vous ne faites qu'inspirer de la haine. Je suis sûr que vous avez des problèmes mais je vous assure que tous les passagers qui passent ici, à votre contact, repartent avec des pensées amères. Vous êtes si malheureuse que cela ! Mais vous avez un emploi et que vous jouissez d’un certain ascendant, pourquoi maltraitez-vous les gens ?
- C'est parce que j'étais très nerveuse !
- Nous le sommes tous. Faire la queue pendant une heure n'est pas agréable. Si vous êtes une employée gouvernementale et que vous êtes nerveuse, vous n'avez rien à craindre de l'immigration, imaginez comment nous sommes, nous, les voyageurs. Nous avons de nombreuses raisons d'avoir les nerfs à fleur de peau.
À ce moment-là, j'ai détecté psychiquement quel était le contexte difficile dans lequel se trouvait la jeune femme. J'en ai donc profité pour rajouter :
- Je sais que ce comportement injustifiable est dû à votre petit ami, qui vous a agressé et abandonné !
Elle a ouvert les yeux, montrant une immense surprise :
- Comment savez-vous cela ?
- Je le sais et bien plus encore, mon enfant. L'agression que vous avez subie a provoqué en vous une grande révolte. Comme vous ne pouvez pas vous venger de lui, vous déversez votre malheur sur moi, qui n'a rien à voir avec votre drame personnel.
- Mais comment pouvez-vous savoir ces choses que personne ne sait ? Je n'ai parlé à personne de ma liaison !
Dans un souci de clarté, j'ai expliqué :
- Je suis médium, mon enfant. J'ai certaines perceptions psychiques et j'ai capté votre problème au cours de notre conversation.
- Mais mon petit ami ne m'a pas vraiment frappée, a -t-elle dit, honteuse que son secret soit révélé.
- Si, il l'a fait ! ai-je rétorqué. Il vous a frappé et vous êtes tombée au sol. Mais l'important est de ne pas blâmer les passagers, qui n'ont rien à voir avec ce malheureux incident. Si vous deviez vous mettre en colère contre quelqu'un, il serait plus juste de vous mettre en colère contre lui, et non contre ceux dont vous êtes censée servir poliment. Si vous perdez votre emploi, des centaines de candidats viendront prendre votre place.
Pendant que je lui parlais, Nilson, l’ami fidèle qui m'accompagne dans les activités spirites, m'attendait plus loin sans rien comprendre à ce qui se passait... Il m'a fait signe de le suivre jusqu'à la porte d'embarquement. J'ai également fait un geste de loin, demandant un peu plus de temps pour m’attendre.
Je l'ai regardée tendrement et j'ai ajouté :
- Maintenant que vous êtes calmée, je vais vous donner un conseil comme si j'étais votre grand-père. Je vous suggère de ne pas vous mettre en colère contre votre petit ami. Libérez-vous de lui ! Vous travaillez et vous avez une vie digne. Vous ne dépendez pas de lui pour quoi que ce soit. Je comprends que vous aimiez beaucoup ce garçon mais il ne mérite pas votre compagnie. En fait, il vous aime aussi, bien qu'il soit d’un tempérament primitif. Sachez qu'il reviendra vers vous.
- Vous êtes sûr ?
- Avec le temps, tout est relatif mais je suis sûr que cela se produira. Votre petit ami vous traite avec mépris parce que vous l'y encouragez. Votre comportement est trop permissif. Le fait d'être une femme que l’homme peut utiliser comme il le veut vous apportera toujours frustration et malheur. Ne soyez pas une femme qui se laisse utiliser. Soyez une femme utile, ce qui est très différent !
- Il vivait avec moi et nous menions une vie ensemble et hier, il a décidé de me quitter.
- Cela s'est produit parce que vous avez cessé d'exiger une attitude saine avec votre partenaire. Il vivait dans votre maison et vous exploitait. Ne le laissez pas avoir accès à votre corps et à votre intimité sans qu’il s’engage. Dites-lui à son retour : "Mon chéri, à partir de maintenant, tout va être différent ! Tu ne reviendras chez moi et nous ne serons intimes que lorsque nous nous marierons !" Imposez-lui le respect ! Faites-lui prendre une décision. Acceptez son retour que pour un mariage.
J'ai remarqué qu'elle n'avait jamais pensé de cette façon avec son petit ami. Pour ajouter une touche d'humour et rendre la conversation plus légère, je lui ai dit :
- Et si, après le mariage, vous êtes maltraitée, allez au tribunal et demandez le divorce car vous garderez alors la moitié de son argent.
Profitant de l'occasion, je lui ai offert L'Évangile selon le Spiritisme en anglais, en lui dédicaçant l’ouvrage. Je lui ai ensuite indiqué une institution spirite à Atlanta et je lui ai suggéré de la fréquenter. Je lui ai également donné mon adresse afin que nous puissions entretenir une correspondance. À la fin, j'ai précisé :
- Lisez ce livre et rendez visite au centre spirite que je vous indique. C'est ainsi que vous trouverez le bonheur ! C’est une suggestion, celle d’un grand-père à sa petite-fille.
J’ai alors réalisé qu'elle pleurait. Cette policière, apparemment si sévère, était en fait une enfant effrayée. Tout au long de notre dialogue, j'ai parlé avec tendresse, même si parfois, j'ai utilisé un langage fort.
- J'ai tellement envie de vous serrer dans mes bras, m'a dit la jeune fille, revigorée.
- Mais ce n’est pas possible ici, ai-je répondu, imaginez ce que les gens diraient s'ils voyaient une policière faire un câlin à un passager ! Personne ne comprendrait rien. Certains penseraient même que je vous agresse…
Elle a souri légèrement et j'ai complété :
- Faisons ceci, lisez le livre, allez à l'institution spirite et écrivez-moi ensuite.
- Merci beaucoup, M. Franco !
- Nous nous retrouverons un jour, vous pouvez en être sûre !
J'étais déjà en train de partir quand elle a eu un comportement typiquement féminin :
- Mais mon petit ami va vraiment revenir, n'est-ce pas ?
- Oui, il le fera ! Je le garantis !
Quand tout a été terminé, j'ai continué à marcher et je suis allé à la rencontre de Nilson, qui m'a demandé :
- Un problème, Divaldo ?
- Non, Nilson. Aucun problème. Je viens d'avoir un doux dialogue avec cette jeune femme là-bas…
Puis, nous avons continué notre voyage à New York.

Des mois plus tard, j'ai reçu une lettre d’elle :
- Monsieur Franco, je fréquente le centre spirite ! J’ai trouvé un trésor inestimable pour la vie ! À la fin de la lettre, il y avait un post-scriptum. Mon petit ami est de retour ! Il a demandé à revenir dans mon appartement et je n'ai pas accepté, je lui ai dit qu’il devait prendre une décision et s'engager avec moi. Par conséquent, j'ai exigé le mariage. Il ne viendra dans mon appartement qu'après avoir signé les papiers chez le juge. Il refuse de céder et moi aussi. Que pensez-vous de mon attitude ?"
Je lui ai répondu en insistant : "Soyez ferme ! Les hommes aiment les femmes difficiles ! Plus elles sont difficiles, plus ils les aiment ! Plus elles sont faciles, plus ils les méprisent ! N’acceptez de le reprendre que si vous vous mariez ! Gardez votre dignité à tout prix ! Cela vaut la peine d'attendre un peu plus longtemps."

Un an plus tard, je suis retourné à Atlanta où je suis allé donner une conférence. Au bout d’un moment, j'ai remarqué que la jeune femme était présente, dans l'institution, avec une physionomie transformée. Il m'a fallu du temps pour la reconnaître sans son uniforme de travail. Elle était magnifique ! Elle m'a salué de loin d'un bref signe de tête, auquel j'ai répondu discrètement. Il est impressionnant de voir comment l'expérience de l'amour provoque un changement significatif chez les gens ! Leurs apparences deviennent plus agréables car lorsque nous nous améliorons à l'intérieur, nous reflétons une immense beauté à l'extérieur.
À la fin de la conférence, elle s'est approchée de moi et nous avons parlé un peu.
Elle m'a informé :
- Monsieur Franco, j'aimerais beaucoup vous présenter à mon mari. Je ne l'ai pas amené ici aujourd'hui parce qu'il travaille. Quand repartez-vous ?
- Demain, je me rends à New York pour une série de conférences.
- Alors je viendrai vous voir ! À quelle heure est votre départ ?
- Ma fille, ne vous inquiétez pas pour ça !
- J'insiste ! Demain, j'ai un jour de congé et je peux vous rendre visite à l'aéroport. Je veux vous embrasser et vous présenter à mon mari.
- Si vous le voulez vraiment, ce sera avec plaisir. Je serai sur le vol X, mais j'arriverai à l'aéroport trois heures plus tôt.

Le lendemain, je suis allé à l'aéroport d'Atlanta et là, je suis allé dans la file des malchanceux, j’ai fini par m’y habituer. Maintenant, je prends un livre à lire en attendant d'arriver à la porte d’embarquement. À un moment, alors que je faisais la queue, j'ai entendu un appel venant de dans le hall :
- Monsieur Franco ! Monsieur Franco !
Soudain, j'ai vu cette belle femme entrer au côté d'un américain typique. Elle souriait avec une immense joie et l'expression de son visage était parfaitement heureuse. Tous les deux se sont approchés et nous avons discuté pendant un moment. Elle m'a donné l’accolade qu’elle avait tant désirée depuis notre première rencontre. Puis elle a pris le jeune homme par la main et a dit :
- Bob, voici M. Divaldo Franco, mon grand-père ! Tu te souviens que je t'ai parlé de lui ?
- Oh, oui ! a répondu le jeune, avec un chewing-gum dans la bouche.
Je ne comprends déjà pas bien l'anglais quand quelqu'un le prononce parfaitement alors avec un chewing-gum, c'est une tragédie...
Le jeune homme m’a serré la main fermement, pour montrer qu'il était fort, au même moment je lui ai dit :
- Ah ! Alors c'est vous, Bob ? Mais pouvez-vous enlever le chewing-gum de votre bouche pour qu'on puisse mieux parler.
Au milieu de notre fraternisation, elle s’est exclamée :
- Sortez de cette file, M. Franco !
- Mais ils m'ont mis ici, ma fille. Qu'est-ce que je peux faire ?
- Pas question ! Vous êtes un ambassadeur de la paix ! Venez avec moi !
Et elle nous a emmené, Nilson et moi, dans le secteur réservé aux ambassadeurs. Quelle sensation merveilleuse ! Enfin, j'ai eu le privilège d'aller à la rencontre des autorités, bien que je ne sois aucunement une autorité... Ma nouvelle amie souriait à tout le monde et je souriais aussi, pour qu'ils pensent que j'étais important... En arrivant aux rayons X, elle a dit à un collègue :
- Untel, c'est M. Franco, un ambassadeur de la paix !
J'avoue que je me suis senti un peu bizarre avec le petit mensonge de la jeune femme... Mais comme ses intentions étaient les meilleures, j'ai décidé de tout laisser faire. Le plus drôle, c'est qu'elle m'a présenté comme un ambassadeur de la paix, alors que notre amitié a commencé dans une vraie guerre. La paix n'est venue que plus tard, puis elle m'a parlé, avec un enthousiasme touchant :
- M. Franco, ma vie a changé ! Vous voyez tous ces employés là-bas qui nous regardent ? C'est vrai. Ils sont tous de notre côté. J'ai raconté notre histoire à mes collègues. Je leur ai raconté notre rencontre ici à l'aéroport et combien nous avions tort de maltraiter les passagers. J'éduque tout le monde et je conseille : "Mes chers collègues, pourquoi traitons-nous les gens de manière grossière ? Ce sont eux qui paient nos salaires !".
Il était très curieux de voir qu'elle répétait exactement les mots que je lui avais dit un an auparavant. Lorsque je suis passé de l'autre côté du point de contrôle et que j'ai récupéré mon bagage à main, un des employés m'a dit :
- M. Franco, merci beaucoup ! L'aéroport d'Atlanta vous remercie !
- Mais pourquoi ? ai-je demandé, surpris.
- Parce que, grâce à vous, nous avons instauré une règle de travail pour les employés : "Fraternité et sourire, au nom du trésor de l'amitié ! ".
Et j'ai ajouté :
- Au nom du trésor de l'amour universel !

Il y a quelques mois, j'ai de nouveau rendu visite au centre spirite d'Atlanta et elle était présente à la conférence. À la fin, elle m'a dit :
- M. Franco, je suis enceinte ! Dans cinq mois, je serai la maman d'une magnifique petite fille !

Cette expérience met en lumière le miracle de la libération par l'amour ! Cette jeune femme, qui s'était laissée humilier par un homme qu'elle disait aimer, a compris quand on se valorise, quand on développe l'estime de soi, on trouve le chemin de l'équilibre et du bonheur conjugal.

Afin de ne pas être entraîné dans des difficultés ou des complications supplémentaires, il faut faire le bien et ne pas réagir au mal par le mal, ne pas avoir de mauvaises réactions face aux tentations et aux épreuves naturelles de la vie terrestre.

Il faut aussi être attentif envers les autres pour ne pas suivre leurs erreurs et ne pas accepter leurs mauvaises suggestions. Il ne faut pas les laisser nous porter préjudice moralement et spirituellement afin de les aider au mieux lorsqu’ils ont besoin de soutien matériel ou spirituel.Enfin, nous devons être attentif avec tout ce qui nous lie à la vie terrestre, pour développer et perfectionner ce qui est juste, pour le plus grand bien de tous et corriger les dérives.

Rencontres spirituelles

Quoi de plus naturel que de voir, d’entendre et de ressentir avec son corps physique mais, une chose est certaine, je ne pouvais pas m’attendre à ce merveilleux chemin que j’ai emprunté en envoyant ce premier mail le 20 juillet 2019 au centre spirite lyonnais Allan Kardec : « Bonjour, on m'a conseillé votre centre pour trouver un enseignement sérieux sur le spiritisme. C'est un peu long à expliquer mais j'ai besoin d'aide dans mon évolution. Je suis isolée et seule avec moi et mes livres depuis 3 ans où la médiumnité s'est imposée à moi depuis la naissance de mon premier fils en 2012. Merci d'avance de votre retour. »

Une première certitude

J’ai démarré les cours d’initiation de première année en septembre 2019, avec une grande joie. Tout s’est mis en place tranquillement, les lectures, la compréhension des cours, jusqu’au jour où mon fils est tombé malade et est hospitalisé pour des troubles du rythme cardiaque en décembre 2019. Le mercredi suivant, alors que nous étions à l’hôpital pour sa surveillance, les médiums étaient en prière au centre pour mon fils.
J’ai été transportée d’émotions, dans un premier temps, de savoir que ce groupe que je connaissais depuis peu de temps priait pour mon fils, qu’il demandait à des Esprits des fluides de l’aide spirituelle pour l’aider. Tout me paraissait abstrait, je priais une fois par semaine les mercredis, je lisais un peu, mais je n’avais pas encore pris conscience de cette force invisible qui arrivait du ciel.
Le mercredi 18 décembre 2019 a été pour moi une révélation. Durant cette séance, une nouvelle demande d’aide spirituelle fut formulée pour mon enfant. Pendant ce travail, une pluie d’étincelles est descendue sur mon visage et j’ai été enveloppée d’une force qui m’immobilisa et m’envahit d’une émotion intense. Cette douche céleste a été ma première certitude de l’action de ce monde invisible. J’ai compris qu’il existait une force descendante. Mon fils, depuis ce jour, n’a plus aucun problème de santé.
Cette puissance, je l’ai accueillie chaque mercredi. Elle m’a traversée durant quelques semaines. Une chaise longue m’attendait pour un plus grand confort car mon corps vibrait sous son action ; mes mains et mes pieds ne cessaient de taper le sol. Je me trouvais honteuse, après chaque réunion, du bruit que je faisais mais j'acceptais le travail qui se mettait en place. Je n'ai jamais eu de reproches ni ressenti un agacement de la part des membres du groupe et je les remercie encore aujourd'hui de leur tolérance.

Des révélations troublantes

En mars 2020, nous vivions tous l’isolement et c’est à cette période que j’ai pris conscience de l’importance de la méditation, de l’enseignement du centre et des lectures. La méditation, je l’ai mise en place chaque jour grâce au confinement. Depuis, c’est une habitude qui est restée.
Puis, les réunions reprennent au centre mais sans public et en petit groupe.
Le 18 mai 2020, j’apprends que mon travail médiumnique sera, au centre, si je le désire, la psychophonie c’est-à-dire devenir un médium à incorporation. Cette séance a été très marquante, car je faisais depuis 2016 de l’écriture automatique. En effet, depuis fin 2012, au décès de mon beau père (le père de mon mari), je me voyais écrire sur une feuille blanche accompagnée de sa photo. J’ai attendu deux ans, après avoir tout lu et entendu sur internet sur la pratique de l’écriture. Puis, après une séance chez un hypnotiseur qui m’a dit : « Faites-vous confiance ! », je me suis lancée et j’ai commencé seule un après-midi. J’ai reçu des messages durant quatre ans que je gardais au fond de mon tiroir et seulement mon mari était au courant de cette pratique. Puis, j’ai commencé à en parler à des amies, un peu à ma famille, mais j’ai été très discrète sur ce que je vivais.
Un Esprit prénommé Murielle, venait toujours démarrer cette communication écrite, elle était remplie d’amour et de bienveillance pour moi. Elle s’était présentée à moi comme étant mon guide.
Or, au cours de cette séance du 18 mai 2020, j’apprenais que Murielle n’était pas mon guide mais simplement un Esprit bienveillant, merci à elle ! Maintenant, après avoir eu le sentiment d’avoir été trompée par un Esprit, j’ai compris que sa présence m’a fait grandir par son enseignement et mon devoir de servir s’est étoffé.

Un tiraillement interne

En octobre 2020, j’ai commencé les cours d’initiation de deuxième année. Lors d’une séance, je perçois une énergie qui me traverse et s’exprime par une parole. A ce moment-là, un accord se met en place et, lors de mes méditations à la maison, je ressentais un Esprit qui se rapprochait de mon corps physique. Par affinité, il s’invitait à me communiquer des réponses à mes pensées par des hochements de tête, par un oui ou par un non.
Je comprends, alors, que je peux être en lien, voir en accord avec des Esprits. Maintenant, ils s’invitent à des discussions en criant ou en hochant la tête avec mes amis, mes voisins et même des patients qui venaient me consulter dans le cadre de mon métier de diététicienne. Ces Esprits, qui s’imposaient, sans que je les appelle, sans que je puisse les voir, viennent avec des réponses de l’ordre du oui ou du non. J’étais tiraillée par deux états contraires, celui de vivre ce phénomène médiumnique et celui de ne pas maitriser cette situation car je criais souvent et je faisais donc peur.
Peut-être que vous vous demandez si moi-même j’avais peur de ce phénomène ? Eh bien jamais ! Je savais que l’élévation dans ce travail était encore un long chemin. Alors, j’acceptais ce qui se mettait en place, tout en expliquant au centre ce qui se passait. On m’apprenait à être critique sur les informations que je recevais. Je compris par les conseils du centre et par nos lectures que les Esprits qui intervenaient de cette manière n’étaient pas des Esprits très évolués. Alors, je continuais à méditer et à lire quotidiennement pour m’élever.

J’entends une voix

Et un jour, lors d’une méditation, chez moi, un samedi matin, j’entends un Esprit me parler… une voix dans ma tête. Elle arrive comme un rugissement très puissant.
J’ai noté ce moment-là d’ailleurs et je vous livre ce texte : « Aujourd’hui 11 décembre 2021, ça y est ! J’ai compris comment rentrer en communication par la pensée avec ces êtres spirituels, encore une fois, j’espère qu’il soit bien mon guide, j’ai essayé de mettre ma confiance à l’intérieur de moi, de me recentrer uniquement sur ma confiance intérieure et de parler à cet Esprits comme je parlais à mon fils, en me présentant par un « Bonjour » et en me disant que peut-être j’allais entendre la réponse… J’ai dit bonjour à plusieurs reprises et à un moment donné une réponse a jailli et la communication a commencé. Me voilà donc partie dans cette relation avec cet Esprit. Je n’ai pas ressenti un moment de rencontre, mais j’ai entendu une voix, ma voix parler et c’étaient les réponses à mes questions.
J’étais étonnée d’entendre ces réponses si fluides et si audibles que je commence à rentrer en communication avec ce frère et lui demande de me dire une phrase qui, pour lui, est importante et qui me permettrait de bien comprendre que ce n’est pas mon âme qui parle mais bien lui. J’ai reçu une phrase magnifique sur l’amour : « L’amour est comme le soleil qui se lève. » Au moment où j’écris ce texte, je ne me souviens plus avec certitude des mots qui m’ont été donnés. Alors, un instant, j’essaie de me reconnecter à lui et pouvoir retranscrire exactement ces mots, si bien sûr on me le permet… et j’entends de nouveau : « L’amour est comme le soleil qui se lève où tout arrive, continue le travail et avance dans la lumière, tous les frères sont là pour ce travail, tu es bientôt prête pour ce travail continue ».
C’est plein de questions qui me viennent. C’est compliqué de faire le choix dans les questions et de savoir celle qui est la plus importante à lui poser. Mon corps physique s’adaptait tellement aux fluides durant ces derniers mois que je ne pensais pas rentrer en communication de cette manière pour la première fois. Je pensais à quelque chose de beaucoup plus impressionnant, de beaucoup plus compliqué. On a tellement travaillé sur mes cordes vocales et sur la catalepsie de mon corps physique que je pensais que la médiumnité que les frères me permettaient de travailler était les incorporations... »

Un accord qui s’installe

Tout se met en place chaque jour un peu plus… Je ne l’entends plus seulement durant les méditations, j’entends à chaque réveil cette voix. Elle me demande de me lever et de travailler ; à chaque repas, elle me demande de moins manger pour le travail ; elle me sensibilise à l’écologie, elle me demande de planter des arbres, de jardiner. Cet Esprit était très préoccupé des soucis terrestres et, durant ma méditation, il me coachait. Il avait une grande foi en Dieu, et il m’a littéralement inondée de son amour pour Dieu.
Nous avons prié Dieu ensemble avec ferveur, il me demandait de répéter encore et encore des prières. Il s’est imposé à mes côtés, en pensant que notre action était trop lente au centre et que nous manquions de discipline et de rigueur. En quelque sorte, il voulait nous aider, en réalisant des actions matérielles par mon intermédiaire... Pour lui, seules comptaient la rigueur et la discipline.
Il me demandait de lire. Ainsi grâce à lui, j’ai beaucoup lu. Tous les matins, je lisais, et quand je terminais, il me demandait de continuer… Je l’écoutais… Il me faisait travailler les accords que les frères du centre nous enseignent, chaque étape devait être réalisée avec discipline et rigueur comme toujours. Et voyant mes progrès, je l’écoutais encore et encore… et l’accord se fortifiait de plus en plus, de mieux en mieux. Je ne me sentais plus seule, je me sentais chanceuse et forte. Malgré tous cela, la parole ne se mettait pas en place ou très difficilement.

Prise de conscience

Le mercredi 9 mars, lors d’une séance d’aide spirituelle, cet Esprit s’est enfin communiqué. Il disait avoir des informations mais que tout le monde ne pouvait pas les entendre. C’étaient paroles qui pouvaient engendrer la suspicion et la discorde dans le groupe. Après cette séance, les médiums du centre ont reconnu la présence d’un Esprit perturbateur et ils avaient quelques idées au sujet de son identité.
En effet, il y a quelques années, un groupe d’Esprits malveillants avait attaqué le centre. Leur chef de file de l’époque a provoqué une obsession. C’était une épreuve à subir que de nombreux centres spirites rencontrent et le centre spirite lyonnais Allan Kardec n’était pas à l’abri de ce genre de difficultés qui éveillent les consciences et obligent à avoir des objectifs bien déterminés et bien précis. Cette histoire est relatée dans le bulletin du centre n°57 de juin 2014. Depuis, cet Esprit est toujours resté à observer le travail du groupe et parfois certains médiums ressentaient sa présence mais l’hospitalité n’est-elle pas une qualité que doit avoir tout spirite ?
Quand il a été identifié, son comportement a complètement changé, il était maintenant sans compassion. Alors que je mettais toute ma volonté pour ne pas accepter les accords, il souhaitait parler tout le temps à travers moi. Avec mon mari, par exemple, c’étaient des paroles sans douceur et sans bienveillance. Je priais et je ne cessais de demander de l’aide, ce qui est arrivé en attendant la séance suivante. Cette semaine a été interminable.

Et avec l’autorisation des frères spirituels du centre, les guides et les Esprits bienveillants, les médiums du centre ont reçu des conseils et des informations nécessaires pour orienter l’Esprit obsesseur et guider le médium que j’étais dans cette obsession.
Nous avons vécu une séance particulière ce mercredi 16 mars, et pour moi, une libération avec grande joie ce soir-là...
Extrait du compte-rendu de cette réunion : « Par cette expérience, nous avons appris que même avec les meilleures intentions, les Esprits inférieurs peuvent se glisser auprès des médiums. Les guides et les Esprits bienveillants, qui nous aident dans ce travail, nous ont dit que, comme nous, ces Esprits inférieurs cherchent la paix, de l’assistance, du soutien, des encouragements. Leur but est comme le nôtre : l’évolution. Par contre les médiums qui ont pour travail d’aller chercher une communication avec des Esprits supérieurs doivent trouver le bon équilibre pour donner la communication désirée (…) Il faut garder la conscience de l’objectif à atteindre et cet objectif n’est pas la communication, mais la volonté de servir humblement avec foi. »
Les frères spirituels m’ont prouvée encore une fois qu’ils étaient présents et que cette expérience était une étape dans mon apprentissage médiumnique.

Retour au travail

Le lendemain, l’Esprit était parti... et je me sentais vidée… J’ai compris que beaucoup de mes pensées venaient de cet Esprit, même ma foi en Dieu, que je développais depuis des mois, n’était pas de mon impulsion. J’ai dû par la force de ma volonté, refaire le même travail mais seule. J’avais l’impression de devoir monter une montagne immense. Je devais tout réapprendre, mettre de la rigueur et de la discipline chaque jour par ma volonté et non pas grâce à un Esprit qui me coachait à chaque instant avec insistance et empressement.
Les échanges avec les médiums du centre m’ont permis de continuer plus sereinement ce long chemin spirituel et je remercie chacun qui m’ont permis de vivre cette expérience, car j’en sors grandie.
Je souhaite conclure et dire que l’accompagnement par un centre spirite sérieux est essentiel ! Si j’avais été seule, à quel moment aurai-je pris conscience qu’un Esprit s’imposait doucement à moi ? L’expérience et les connaissances de l’enseignement des Esprits, les lectures proposées sont indispensables pour réaliser notre devoir de servir notre prochain par le biais de notre médiumnité.
La lumière attire l’ombre, alors nous devons toujours rester très vigilants, car les pièges sont nombreux et tout en douceur pour nous faire baisser la garde afin de nous entraîner, sans même qu’on s’en rende compte, sur un chemin de perturbation. Tant qu’on reste dans la volonté constante de servir humblement avec foi, dans la sécurité d’un groupe uni, capable de percevoir qu’un danger nous guette et d’y faire barrage, on se prémunit de bien des attaques. Les frères nous protègent et ne laissent passer que ce qui peut être utile à notre compréhension et donc à notre progression. Merci à tous !

Quand tu rentres dans un centre spirite…

Lorsque vous entrez dans un centre spirite, vous ne devenez pas médium. À moins d'être né avec un corps physique préparé pour lui, vous ne pouvez pas commencer à voir ou entendre des Esprits.
Lorsque vous entrez dans un centre, il n'y a pas de message d’Esprits supérieurs qui vous est adressé exclusivement. Vos proches décédés ne vous enverront pas non plus des lettres disant ce que vous devez ou ne devez pas faire dans la vie.
Lorsque vous entrez dans un centre spirite, les gens ne vous diront pas qui vous étiez ou ce que vous avez fait dans une vie passée. Si cette information vous est nécessaire pour votre progrès, vous vous souviendriez. Sachez juste que vous récoltez aujourd'hui ce que vous avez semé hier, dans une autre existence, jusqu'à ce que vous commenciez à semer avec plus de sagesse et d'amour.
Lorsque vous entrez dans un centre spirite, vous n'obtenez pas une solution magique pour résoudre vos problèmes. Vos douleurs sont toujours là, vos chagrins, vos difficultés relationnelles et tout ce que vous devez faire face à la vie ne changent pas.
Lorsque vous entrez dans un centre spirite, vous n'êtes certainement pas sauvé. Votre place pour avoir une conscience tranquille du devoir bien rempli ne peut être achetée.
La vérité, que peu comprennent ou veulent comprendre, c'est que lorsque vous commencez à fréquenter un centre spirite absolument rien ne change dans votre vie. Croyez-moi, rien du tout. À moins que vous ne preniez la décision de changer, que vous ne compreniez que vous devez vous améliorer, que vous acceptiez l'invitation à une réforme intime et morale, sinon tout continuera comme avant.
Personne ne peut vivre votre vie ou changer certaines étapes nécessaires. C'est à chacun de nous de construire son propre bonheur. Cette notion de responsabilité individuelle, si peu considérée ces jours-ci, est certainement l'une des premières leçons, parmi tant d'autres, que vous apprenez quand vous entrez réellement dans un centre spirite.

bull 90 centreA