Mort - P - 11/10/2021

Bonjour, une personne décédée, l'esprit de ce dernier, peut-il assister à ses obsèques ?

Bonjour,
L'enterrement a lieu généralement quelques jours après la mort physique. L'Esprit, dégagé du corps, subit un trouble plus ou moins long, et peut rester encore un peu, proche de son organisme physique et des personnes qu'il a côtoyées, attiré par leurs pensées .
De ce fait, la plupart du temps, il assiste à son enterrement d'une manière plus ou moins consciente.
Léon Denis dans son livre "Après le mort" aux Editions Philman, décrit très bien les sensations que subit un désincarné peu de temps après son décès, suivant son avancement moral.
En voici un extrait qui vous permettra de mieux comprendre les différents états de conscience d'un décédé.
"Que se passe-t-il au moment de la mort et comment l'esprit se dégage-t-il de sa prison de chair ? Quelles impressions, quelles sensations l'attendent à cet instant redouté ? C'est là ce que nous avons tous intérêt à connaître, car tous nous ferons ce voyage. La vie peut nous échapper dès demain ; nul de nous n'échappera à la mort.
Or, ce que les religions et les philosophies nous avaient toutes laissé ignorer, les esprits viennent, en foule, nous l'apprendre. Ils nous disent que les sensations qui précèdent et suivent la mort sont infiniment variées et dépendent surtout du caractère, des mérites, de la hauteur morale de l'esprit qui quitte la terre. La séparation est presque toujours lente, et le dégagement de l'âme s'opère graduellement. Il commence parfois longtemps avant la mort et n'est complet que lorsque les derniers liens fluidiques qui unissent le corps au périsprit sont rompus. L'impression ressentie est d'autant plus pénible et prolongée que ces liens sont plus puissants et plus nombreux. L'âme, cause permanente de la sensation et de la vie, éprouve toutes les commotions, tous les déchirements du corps matériel.
Douloureuse, pleine d'angoisse pour les uns, la mort n'est pour les autres qu'un doux sommeil suivi d'un réveil délicieux. Le dégagement est prompt, le passage facile, à celui qui a rempli ses devoirs, s'est détaché par avance des choses de ce monde et aspire aux biens spirituels. Il y a, au contraire, lutte, agonie prolongée, chez l'esprit attaché à la terre, qui n'a connu que les jouissances matérielles et a négligé de se préparer au départ.
Dans tous les cas, cependant, la séparation de l'âme et du corps est suivie d'un temps de trouble, fugitif pour l'esprit juste et bon, qui s'éveille bientôt à toutes les splendeurs de la vie céleste ; très long, au point d'embrasser des années entières, pour les âmes coupables, imprégnées de fluides grossiers. Parmi celles-ci, beaucoup croient vivre de la vie corporelle longtemps après la mort. Le périsprit n'est à leurs yeux qu'un second corps charnel, soumis aux mêmes habitudes, parfois aux mêmes sensations physiques que durant la vie.
D'autres esprits, d'ordre inférieur, se trouvent plongés dans une nuit noire, dans un complet isolement au sein de ténèbres profondes. L'incertitude, la terreur pèsent sur eux. Les criminels sont tourmentés par la vision affreuse et incessante de leurs victimes.
L'heure de la séparation est cruelle pour l'esprit qui croit au néant. Il se cramponne en désespéré à cette vie qui s'enfuit ; le doute se glisse en lui à ce moment suprême ; il voit un monde redoutable s'ouvrir comme un abîme et voudrait retarder l'instant de sa chute. De là, une lutte terrible entre la matière qui se dérobe et l'âme qui s'acharne à retenir ce corps misérable. Parfois elle y reste comme rivée jusqu'à la décomposition complète et sent même, selon l'expression d'un esprit, « les vers ronger sa chair ».
Paisible, résignée, joyeuse même, est la mort du juste ; c'est le départ de l'âme qui, ayant beaucoup lutté et souffert ici-bas, quitte la terre, confiante en l'avenir. Pour elle, la mort n'est que la délivrance, la fin des épreuves. Les liens affaiblis qui l'unissent à la matière se détachent doucement ; son trouble n'est qu'un léger engourdissement, semblable au sommeil.
En quittant sa demeure corporelle, l'esprit que la douleur et le sacrifice ont purifié voit son existence passée reculer, s'éloigner peu à peu avec ses amertumes et ses illusions, puis se dissiper comme les brumes qui rampent sur le sol à l'aube et s'évanouissent devant l'éclat du jour. L'esprit se trouve alors en suspens entre deux sensations, celle des choses matérielles qui s'effacent et celle de la vie nouvelle qui se dessine devant lui. Cette vie, il l'entrevoit déjà comme à travers un voile, pleine d'un charme mystérieux, redoutée et désirée à la fois. Bientôt la lumière grandit, non plus cette lumière solaire qui nous est connue, mais une lumière diffuse, partout répandue. Progressivement elle l'inonde, le pénètre, et, avec elle, un sentiment de félicité, un mélange de force, de jeunesse, de sérénité. L'esprit se plonge dans ce flot réparateur. Il s'y dépouille de ses incertitudes et de ses craintes. Puis son regard se détache de la terre, des êtres en pleurs qui entourent sa couche mortuaire, et se tourne vers les hauteurs. Il entrevoit les cieux immenses et d'autres êtres aimés, des amis d'autrefois, plus jeunes, plus vivants, plus beaux, qui viennent le recevoir, le guider au sein des espaces. Avec eux il s'élance et monte jusqu'aux régions éthérées que son degré d'épuration lui permet d'atteindre. Là, son trouble cesse, des facultés nouvelles s'éveillent en lui, sa destinée heureuse commence.
L'entrée dans l'autre vie amène des impressions aussi variées que la situation morale des esprits. Ceux - et le nombre en est grand - dont l'existence s'est déroulée indécise, sans fautes graves ni mérites signalés, se trouvent plongés d'abord dans un état de torpeur, dans un accablement profond ; puis un choc vient secouer leur être. L'esprit sort lentement de son enveloppe : il recouvre sa liberté, mais hésitant, timide, il n'ose en user encore et reste attaché par la crainte et l'habitude aux lieux où il a vécu. Il continue de souffrir et de pleurer avec ceux qui ont partagé sa vie. Le temps s'écoule pour lui sans qu'il le mesure ; à la longue, d'autres esprits l'assistent de leurs conseils, l'aident à dissiper son trouble, à s'affranchir des dernières chaînes terrestres et à s'élever vers des milieux moins obscurs.
En général, le dégagement de l'âme est moins pénible à la suite d'une longue maladie, celle-ci ayant pour effet de dénouer petit à petit les liens charnels. Les morts soudaines, violentes, survenant lorsque la vie organique est dans sa plénitude, produisent sur l'âme un déchirement douloureux, la jettent dans un trouble prolongé. Les suicidés sont en proie à des sensations horribles. Ils éprouvent, pendant des années, les angoisses de la dernière heure et reconnaissent avec effroi qu'ils n'ont échangé leurs souffrances terrestres que pour d'autres plus vives encore.
La connaissance de l'avenir spirituel, l'étude des lois qui président à la désincarnation, sont d'une grande importance pour la préparation à la mort. Elles peuvent adoucir nos derniers instants et nous rendre le dégagement facile, en nous permettant de nous reconnaître plus vite dans le monde nouveau qui nous est ouvert."
Fraternellement,
Gilles

Mort - A - 26/09/2021

En prévision de mon départ prochain, je désire me faire incinéré. Je suis spirite mais je voudrais savoir votre avis sur le sujet. Tout ce que j'ai lu, c'est d'attendre 72 h.

Bonjour,
72 heures, c'est en effet le délai moyen qu'à conseillé L'Esprit Emmanuel, le guide de Chico avant une crémation.
Il est nécessaire que tous les liens fluidiques entre le périsprit et le corps physique se soient entièrement défaits.
Toutefois ce délai n'est pas valable pour toutes circonstances et pour chaque personne, et le temps de la séparation entre l'organisme physique et l'âme est variable d'un individu à un autre.
Voyez ce qu'en dit en complément, "Le livre des Esprits" d'Allan Kardec, Question 155 - Comment s’opère la séparation de l’âme et du corps ?
Pendant la vie, l'Esprit tient au corps par son enveloppe semi-matérielle ou périsprit ; la mort est la destruction du corps seul et non de cette seconde enveloppe qui se sépare du corps, quand cesse en celui-ci la vie organique. L'observation prouve qu'à l'instant de la mort le dégagement du périsprit n'est pas subitement complet ; il ne s'opère que graduellement et avec une lenteur très variable selon les individus ; chez les uns, il est assez prompt, et l'on peut dire que le moment de la mort est celui de la délivrance, à quelques heures près ; mais chez d'autres, ceux surtout dont la vie a été toute matérielle et sensuelle, le dégagement est beaucoup moins rapide et dure quelquefois des jours, des semaines et même des mois. Il est rationnel de concevoir, en effet, que plus l'Esprit s'est identifié avec la matière, plus il a de peine à s'en séparer ; tandis que l'activité intellectuelle et morale, l'élévation des pensées, opèrent un commencement de dégagement même pendant la vie du corps et, quand arrive la mort, il est presque instantané. Tel est le résultat des études faites sur tous les individus observés au moment de la mort. Ces observations prouvent encore que l'affinité qui, chez certains individus, persiste entre l'âme et le corps, est quelquefois très pénible, car l'Esprit peut éprouver l'horreur de la décomposition. Ce cas est exceptionnel et particulier à certains genres de vie et à certains genres de mort ; il se présente chez quelques suicidés.
Finalement bien préparer sa mort c'est être durant sa vie, un homme de bien, et la remplir d'amour pour son prochain!
Fraternellement,
Gilles

Spiritualité - J - 21/09/2021

Bonjour, voici ma question. Je ne trouve pas de réponse qui, réellement, m'apporte la vérité. Et cela me dérange dans mon cheminement spirituel et occasionne aussi de sombres moments de révolte...
Je ne comprends absolument pas pourquoi l'idée d un Dieu infini d'amour et de perfection, peut être compatible avec la notion de l'existence du mal ?
Pourquoi, puisque Dieu étant parfait, nous aurait-il créé en tant qu'être imparfaits, et engendré de ce fait, la souffrance d'innocents sur cette terre, et je pense aussi aux animaux, ces malheureuses victimes de l'homme en général. Pourquoi la guerre, la maladie, la faim des enfants, la violence, la barbarie ?
Pourquoi un Dieu si aimant, l'a t il permis ?
Pourquoi s'il voulait créer l'homme, ne l'a t il pas créé à son image, bon, parfait et heureux.
Quel plaisir pour Lui, à nous voir souffrir ?
Même l'idée d'un Christ mort sur la croix pour nous, est une chose horrible.
Toujours cette violence, cette souffrance...
Est-ce cela Dieu ?

Bonjour,
Notre relation et notre compréhension de Dieu vient de croyances ancestrales et des religions le représentant en quelque sorte à l’image de l’être humain, comme une entité personnifiée. L’homme n’a défini Dieu qu’à travers lui-même et selon ses propres facultés. Il nous faut agrandir notre champ de vision de Dieu à l’univers comme source première de toute chose et intelligence suprême.
D’autre part l’homme n’est pas une création spontanée, miraculeuse et il n’est pas apparu sur la terre tel que nous le voyons aujourd’hui. La création est continue, sans commencement ni fin.
Il fut un temps où les animaux n'existaient pas. On a vu paraître chaque espèce à mesure que le globe acquérait les conditions nécessaires à son existence.
Au point de vue corporel et purement anatomique, l'homme appartient à la classe des mammifères, dont il ne diffère que par des nuances dans la forme extérieure, pour le reste, il a la même composition chimique.
L’homme est le fruit d’une lente évolution des espèces au cours des millénaires et à l’origine tous les humains ont un même point de départ, tous sont créés simples et ignorants, avec une égale aptitude pour progresser par leur activité individuelle ; tous atteindront le degré de perfection compatible avec la créature par leurs efforts personnels ; tous, étant les enfants d'un même Père, sont l'objet d'une égale sollicitude ; il n'en est aucun de plus favorisé ou mieux doué que les autres, et dispensé du travail qui serait imposé à d'autres pour atteindre le but.
Dieu est en rapport avec tous les êtres, Il les pénètre de son Esprit et les embrasse de son amour, pour les unir dans un lien commun et les aider à réaliser ses vues. L’intervention providentielle se manifeste dans l’histoire par l’apparition en temps voulu des âmes d’élite chargées d’y introduire les innovations, les découvertes qui accélèreront leur progrès, ou d’enseigner des principes d’ordre moral, comme le fit Jésus, nécessaires à la régénération des sociétés.
L’être humain dispose, pour se grandir ou ralentir son évolution, du libre arbitre. Et c’est ainsi que toute pensée, tout acte, tout comportement lui revient inexorablement par la loi de cause à effet ou par les forces d’action et de réaction selon le bien ou le mal qu’il a engendré. L’homme est son propre bourreau et il ne doit qu’à lui les souffrances qu’il endure.
Sous l’influence d’Esprits supérieurs notre planète va passer d’un monde d’expiation, avec tous les maux et les souffrances déjà vécus, à un monde de régénération, avant d’atteindre un monde heureux. De nombreux Esprits évolués s’incarnent actuellement sur notre terre afin de contribuer à l’évolution future de nos sociétés. Nous vivons pour l’instant une période de transition avec les effets chaotiques que nous connaissons. Mais cette transition va encore prendre quelques décennies de notre temps. L’espoir est bien présent et il ne tient qu’à chacun d’entre nous de bien orienter ses pensées vers l’Amour afin de participer à cette régénération.
Fraternellement,
Gilles

Angoisses - A - 26/08/2021

Bonjour, depuis quelques temps, j'ai commencé à développer des crises d'angoisse qui, après le premier confinement se sont aggravées, malgré la consultation d'un psychothérapeute. Je suis angoissée à l'idée de me faire accoster par quelqu'un de malsain, de toxique qui s'immicerait dans ma vie et m'interdirait de faire ou d'être qui je suis. Je me demande si cela peut venir d'une vie antérieure ou si c'est seulement mon vécu actuel. J'ai consulté une amie qui a une certaine sensibilité et qui, à l'aide d'un pendule, m'a dit que j'en étais à huit cycles de vie (un cycle de vie contenant plusieurs incarnations terrestre). Je me demande donc si, en raison de ce "jeune age" pour mon âme, aurais-je inconsciemment peur de me retrouver dans une prochaine vie à nouveau dans une autre autre "Terre" d'épreuves et d'expiation et d'y souffrir si notre Terre actuelle tend vers un monde régénéré ?

Bonjour,
Chacun d'entre nous a déjà vécu des centaines et des centaines d'incarnations et notre vie actuelle n'est que la conséquence de nos actes antérieurs. Chacun revient avec ses défauts, ses qualités, ses joies, ses peines et ses traumatismes. L'incarnation a pour but de faire arriver l'Esprit à la perfection et c'est pour cela que le chemin est aussi long et demande de revenir de nombreuses fois.
Nous nous revêtons alors d'un corps physique afin de subir ces épreuves et de les surmonter une à une suivant la force et le courage que nous développons: c'est l'expiation de l'âme dans la matière avant la régénération. Nous vivons sur la terre que nous méritons et c'est donc à chacun d'entre nous d'apporter sa part dans l'évolution morale de celle-ci et dans l'œuvre de la création.
Fraternellement,
Gilles

Vie dans l'au-delà - G - 22/08/2021

Bonjour, la vie dans l'au-delà est désignée comme lumineuse mais sans océan, sans forêt, sans la possibilité de sentir la brise du vent cela doit être tellement triste, non ?

Bonjour,
Je ne sais pas d'où vous tenez ces informations, mais la vie dans l'au delà n'est pas lumineuse pour tous, elle est le reflet de notre comportement sur terre. le médium brésilien Chico Xavier a écrit une série de 13 ouvrages intitulée la vie dans le monde spirituel. Le premier est Nosso lar. Lisez ce livre et les douze qui suivent vous aurez une meilleure idée du monde spirituel.
Fraternellement,
Gilles

Alcool - G - 18/08/2021

Bonjour, je ne sais pas trop par où commencer ! Médium ! Je crois l'avoir été depuis mon plus jeune âge ! Et je crois que j' ai brouillé toutes les pistes depuis à travers l'alcool ! Est-il trop tard pour accepter de nouveau ce dont ?

Bonjour,
Si vous ne l'avez pas encore fait votre première action doit être d'arrêter de boire, ensuite il faut vous instruire et prier. Il y a de nombreux ouvrages qui vous permettront d'évoluer dont "l'évangile selon le spiritisme" d'Allan Kardec et d'autres livres de médiums brésiliens dont Chico ou Divaldo.
Fraternellement,
Gilles

Mal-être - C - 23/07/2021

Bonjour, j’ai des ressentis très forts mais je ne suis pas médium. J'ai juste des impressions comme « je le savais, je le sentais » très régulierèrement. Actuellement, je suis perdue dans ma vie amoureuse, ma vie professionnelle, ma vie spirituelle, j’ai l’impression d’être écartelée par les doutes, je ne vais pas bien, depuis trop longtemps et je ne sais pas quoi faire. Les techniques « normales usuelles » ne m’attirent pas, je pense qu’elles peuvent m’aider mais il y a une grosse part de spiritualité que je ne peux pas aborder avec des praticiens basiques. Je m’en remets donc à vous.

Bonjour,
L'enseignement spirite est un long apprentissage qui permet de donner un sens à sa vie et d'en comprendre le pourquoi. Si vous souhaitez suivre cet enseignement vous pouvez vous inscrire à nos cours qui débuteront en septembre et venir aux réunions d'aide spirituelle qui se tiennent tous les mercredis. Une journée portes ouvertes aura lieu le 1er septembre.
Fraternellement,
Gilles

Prière - B - 17/07/2021

Bonjour, je lis souvent qu'il est nécessaire de ce recueillir et de prier. Cependant je n'arrive pas à faire la différence entre ces deux notions. Que signifie se recueillir ? Et surtout comment se recueillir ? Quels bénéfices pouvons nous en tirer ?

Bonjour,
Vous pouvez considérer le recueillement comme une phase préparatoire à la prière. Il vous permet de vous extraire du monde extérieur pour vous replier sur votre monde intérieur, c'est un état de méditation qui s'acquiert au fil du temps par un effort quotidien mille fois répété. C'est à chacun de trouver le chemin. La prière devient alors un état naturel dans lequel on peut se mettre en rapport de pensée avec l'être auquel on s'adresse. la prière est une vibration, un sentiment d'amour, une expression de notre être. La prière peut être aussi un remerciement dans tous vos gestes quotidiens.
Vous pouvez consulter également le chapitre 27 de l'Evangile selon le spiritisme.
Fraternellement,
Gilles

Animaux - E - 7/07/2021

Bonjour, je voulais savoir si vous arriviez à rentrer en contact avec un animal décédé ? Celui ci était tellement important dans ma vie. Je souhaitais avoir des nouvelles de lui.

Bonjour,
la mort de ces compagnons est souvent douloureuse et laisse un vide dans nos vies, mais il y a des différences fondamentales entre l'âme d'un animal et l'âme humaine. Un animal ne peut donc s'exprimer avec nos mots, ni de son vivant, ni après sa mort physique.
Voici ce qu'écrit Allan Kardec dans le livre des médiums chapitre XXV à ce sujet ; Evocation des animaux 283.
36. Peut-on évoquer l'Esprit d'un animal ? «Après la mort de l'animal, le principe intelligent qui était en lui est dans un état latent ; il est aussitôt utilisé par certains Esprits chargés de ce soin pour animer de nouveaux êtres dans lesquels il continue l'oeuvre de son élaboration.
Ainsi, dans le monde des Esprits, il n'y a pas d'Esprits d'animaux errants, mais seulement des Esprits humains. Ceci répond à votre question.»
- Comment se fait-il alors que certaines personnes ayant évoqué des animaux ont obtenu des réponses ?
«Evoquez un rocher, et il vous répondra. Il y a toujours une foule d'Esprits prêts à prendre la parole pour tout.»
Remarque. C'est par la même raison que si l'on évoque un mythe ou un personnage allégorique, il répondra ; c'est-à-dire qu'on répondra pour lui, et l'Esprit qui se présentera en prendra le caractère et les allures. Quelqu'un eut un jour l'idée d'évoquer Tartufe, et Tartufe vint aussitôt ; bien plus, il parla d'Orgon, d'Elmire, de Damis et de Valère dont il donna des nouvelles ; quant à lui il contrefit l'hypocrite avec autant d'art que si Tartufe eût été un personnage réel. Il dit plus tard être l'Esprit d'un acteur qui avait joué ce rôle. Les Esprits légers profitent toujours de l'inexpérience des interrogateurs ; mais ils n'ont garde de s'adresser à ceux qu'ils savent éclairés pour découvrir leurs impostures, et qui n'ajouteraient pas foi à leurs contes. Il en est de même parmi les hommes. Un monsieur avait dans son jardin un nid de chardonnerets auxquels il s'intéressait beaucoup ; un jour le nid disparut ; s'étant assuré que personne de chez lui n'était coupable du délit, comme il est lui-même médium, il eut l'idée d'évoquer la mère des petits ; elle vint, et lui dit en très bon français : «N'accuse personne, et rassure-toi sur le sort de mes petits ; c'est le chat qui en sautant a renversé le nid ; tu le trouveras sous l'herbe ainsi que les petits qui n'ont pas été mangés.» Vérification faite, la chose fut trouvée exacte.
Faut-il en conclure que c'est l'oiseau qui a répondu ? Non, assurément ; mais simplement qu'un Esprit connaissait l'histoire.
Cela prouve combien il faut se défier des apparences, et combien est juste la réponse ci-dessus : évoquez un rocher, et il vous répondra. 
Fraternellement,
Gilles

Xénoglossie - J - 26/06/2021

Bonjour, J'aimerais avoir votre avis sur les phénomènes de xénoglossie, alors que les Esprits utilisent la télépathie... Est-ce des Esprits récemment décédés encore dans le trouble spirites ? Des Esprits de bas niveau ? Ou encore autre chose ?...

Bonjour,
La xénoglossie est simplement une capacité médiumnique assez rare que possède certains médiums. Si vous voulez en savoir plus sur ce phénomène je vous conseille de lire l'ouvrage très détaillé de Ernest Bozzano "La médiumnité polyglotte".
La médiumnité polyglotte est un phénomène psychique rare et pourtant bien réel dans lequel les médiums parlent ou écrivent en des langues qu'ils ignorent totalement et, qui sont inconnues aux personnes qui assistent à leur manifestation. Il ne faut pas les confondre, malgré une ressemblance purement apparente, aux cas de glossolalie, dans lesquels les sujets somnambules parlent ou écrivent des langues inexistantes, élaborées dans les tréfonds de leurs subconsciences. Au point de vue théorique, la médiumnité polyglotte constitue une manifestation spirite majeure. Ces manifestations discréditent toutes les hypothèses qui se proposent de les expliquer par les pouvoirs paranormaux inhérents à la psyché humaine. Partisan convaincu de la doctrine spirite, Ernest Bozzano considère que, grâce aux phénomènes de xénoglossie, on peut considérer comme démontrée l'intervention, dans les expériences médiumniques, d'entités spirituelles. Pour cela, il a classifié l'ensemble de ces phénomènes en quatre types bien distincts, ils sont tous étayés de témoignages irréfutables.
Fraternellement,
Gilles

Règnes - G - 6/06/2021

Bonjour, j'ai une question concernant la doctrine spirite. Il est cité les quatre règnes : minéral, végétal, animal et humain. Cela veut-il dire que nous avons été en premier lieu minéra, puis végétal, puis animal et humain ? Comment le comprendre...

Bonjour,
Vous touchez là un point important et complexe de l'apparition de la vie sur terre, depuis la formation des corps inorganiques jusqu'à l'évolution du vivant. Les chapitres X (génèse organique) et XI (génèse spirituelle) du livre d'Allan kardec "La Génèse selon le spiritisme" vous donneront toutes les informations détaillées sur cette loi d'unité.
Fraternellement,
Gilles

Formation - M - 30/05/2021

Bonjour, je voudrais des renseignements sur la formation médiumnique.

Bonjour,
Nous donnons un enseignement spirite basé sur des messages donnés par des Esprits supérieurs et codifiés dans les ouvrages d'Allan Kardec. Nous n'avons pas la prétention de former des médiums mais simplement de vous orienter vers un chemin spirituel.
Si vous ne l'avez pas encore fait, lisez ses trois livres principaux : le livre des Esprits, le livre des médiums et l'évangile selon le spiritisme. Rajoutez Sécurité médiumnique de Nunes Maia aux éditions philman.
Fraternellement,
Gilles

Vide - G - 15/05/2021

Bonjour, je suis âgé de 31 ans et voulait savoir pourquoi je suis venu sur terre ? Pour me détruire et être vide d'émotions ? Pourquoi donner vie à un être pour qu'il ne ressente rien ?

Bonjour,
L'incarnation est une chance d'évolution pour chaque être humain et vous venez de faire un premier pas vers cette compréhension. Vous n'êtes pas un être physique fait simplement de matière périssable, mais un esprit immortel venu une nouvelle fois dans un nouveau corps physique qui vous est prêté le temps d'une incarnation, d'une vie terrestre. Et les questions que vous devez vous posez maintenant sont: Qu'ai je fait de ma vie jusqu'à aujourd'hui? Que vais je faire à partir de maintenant? quelle est le meilleur chemin? sachant que ce que vous ne ferez pas dans cette vie, vous devrez le faire dans une autre, ou la suivante.....etc.
Dites vous que vous n'êtes qu'un voyageur sur cette planète à la recherche du bonheur et il ne dépend que de vous de le trouver. Il ne passe pas par les plaisirs de la vie mais par les efforts quotidiens, par votre évolution morale et spirituelle, par l'envie de vivre, d'aider votre prochain, de donner de l'amour même si vous n'en recevez pas.
Alors gardez courage !
Je viens d'ouvrir L'Evangile selon le spiritisme et voici une lecture à méditer.
18. Chers amis, soyez sévères pour vous-mêmes, indulgents pour les faiblesses des autres ; c'est encore une pratique de la sainte charité que bien peu de personnes observent. Tous vous avez de mauvais penchants à vaincre, des défauts à corriger, des habitudes à modifier ; tous vous avez un fardeau plus ou moins lourd à déposer pour gravir le sommet de la montagne du progrès. Pourquoi donc être si clairvoyants pour le prochain et si aveugles pour vous-mêmes ? Quand donc cesserez-vous d'apercevoir dans l'oeil de votre frère le fétu de paille qui le blesse, sans regarder dans le vôtre la poutre qui vous aveugle et vous fait marcher de chute en chute ? Croyez-en vos frères les Esprits : Tout homme assez orgueilleux pour se croire supérieur en vertu et en mérite à ses frères incarnés est insensé et coupable, et Dieu le châtiera au jour de sa justice. Le véritable caractère de la charité est la modestie et l'humilité qui consistent à ne voir que superficiellement les défauts d'autrui pour s'attacher à faire valoir ce qu'il y en a lui de bon et de vertueux ; car si le coeur humain est un abîme de corruption, il existe toujours dans quelques-uns de ses replis les plus cachés le germe de quelques bons sentiments, étincelle vivace de l'essence spirituelle.
Spiritisme, doctrine consolante et bénie, heureux ceux qui te connaissent et qui mettent à profit les salutaires enseignements des Esprits du Seigneur ! Pour eux, la voie est éclairée, et tout le long de la route ils peuvent lire ces mots qui leur indiquent le moyen d'arriver au but : charité pratique, charité de coeur, charité pour le prochain comme pour soi-même ; en un mot, charité pour tous et amour de Dieu par-dessus toute chose, parce que l'amour de Dieu résume tous les devoirs, et qu'il est impossible d'aimer réellement Dieu sans pratiquer la charité dont il fait une loi à toutes ses créatures.
Fraternellement,
Gilles

Médiumnité - A - 10/05/2021

Bonjour, je me permets de vous écrire dans l'espoir d'être conseillée. Il m'arrive depuis quelques années des choses inexpliquées et je me suis rendue compte que je devenais "médium".
J'ai beaucoup étudié le sujet de l'écriture automatique et je me suis lancée car je sentais que ma main partait lorsque je tenais un crayon. Après quelques pages, je me suis vite rendue compte qu'un esprit tentait de me duper et j'y ai mis un terme tout en lui disant que je prierai pour lui.
Après 8 mois sans écrire, (je développe néanmoins ma médiumnité autrement, par les ressentis, les flashs), je viens de me mettre à écrire sans le vouloir et je suis certaine que c'est le même esprit. J'ai demandé de l'aide auprès de mon guide mais j'aimerais également pouvoir trouver de l'aide auprès de vous.
Comment faire pour ne plus être "suivie" et importunée par cet esprit ? Je prie chaque soir depuis, j'élève mes vibrations et pourtant il est encore là. Je ne veux pas reprendre l'écriture et je conseille même autour de moi de ne pas en faire.

Bonjour,
Lorsqu'une médiumnité se met en place, il faut en comprendre les principes afin de ne pas devenir vulnérable aux influences spirituelles. Le premier pas serait que vous puissiez vous rapprocher d'un centre spirite, mais il n'y en a pas de partout. Une deuxième chose importante est l'étude approfondie de la doctrine spirite et des ouvrages d'Allan kardec, de Chico ou Divaldo.
Plus on étudie et plus on constate qu'il y a beaucoup à apprendre. La bienveillance et la pratique de la charité est également un allié indispensable du médium. L'éducation de la médiumnité peut commencer par la simple manière de de parler avec les autres en transmettant tendresse et bonheur, amour et charité, dans tous les actes de notre vie.
Il ne suffit pas de demander l'aide de son guide, il faut la mériter et être à son écoute. Continuez ainsi votre travail d'élévation, précédez vos prières par la lecture d'un passage de "L'Evangile selon le spiritisme". Un esprit qui s'attache à vous devra soit se lasser de votre comportement moral exemplaire, soit grâce à vous trouver le chemin vers la lumière.
En attendant évitez l'écriture qui peut vous mener à l'obsession. Et comprenez qu’il n’y a pas de meilleures protections contre les médisances et les Esprits facétieux qu’une âme et un cœur purs qui créent un environnement spirituel protecteur. Elles se constituent par la pureté et la bonté stables qui rayonnent sur toutes choses et entraînent tout élément indésirable dans une puissante effusion d’amour.
Fraternellement,
Gilles

Médiumnité - E - 5/05/2021

Bonjour, je souhaite développer ma médiumnité depuis très longtemps. Pour le moment je ne suis absolument pas développée psychiquement. J'ai étudié la numérologie et j'étudie depuis plusieurs années la théosophie. J'ai perdu des personnes que j'affectionnais et j'aimerais aider les personnes qui comme moi ont eu des épreuves. J'aimerais être un(e) intermédiaire pour rendre service aux personnes en souffrance. Je ne sais pas si on peut devenir médium (quand on n'est pas déjà né médium) mais j'aimerais tant.

Bonjour,
La première démarche est l'instruction. Aussi, dans un premier temps je vous conseille de lire le livre des Esprits, le livre des médiums, l'ABC de la médiumnité et sécurité médiumnique. Vous pouvez trouver ces ouvrages aux Editions Philman.
Fraternellement,
Gilles

Enfance maltraitée - C - 25/04/2021

Bonjour, victime de gestes très déplacées, d'attitudes incestueuses dans mon enfance, je suis aujourd'hui à 55 ans encore profondément marquée et choquée. La période charnière que je vis aujourd'hui semble être freinée par ces douloureux souvenirs. Malgré l'étude des livres de Chico Xavier et d'Allan Kardec, je n'arrive pas à trouver, comprendre et comment dépasser ce traumatisme. A quoi cela sert-il à l'avancement, au progrès de vivre au cours de son enfance des moments si douloureux ?

Bonjour,
Enfant ou vieillard, un être humain est avant tout un Esprit incarné de façon éphémère dans de la matière que l'on appelle un corps physique.
Cet esprit a déjà vécu des centaines de fois et est responsable de tous les actes commis, bons ou mauvais, dans ses vies antérieures.
Tout le bien que l'on fait nous revient inexorablement, de même, tout le mal généré au fil des siècles nous rattrape et revient percuter nos vies.
C'est la loi de cause à effet, du karma. C'est un phénomène que l'on a tendance à oublier pour soi-même, tout en criant à l'injustice lorsque l'on voit un crime impuni dans nos sociétés. Mais rien ne se perd dans le cycle des vies et le moment vient toujours où il faut payer sa dette.
Alors la souffrance physique ou psychologique nous ramène à notre état d'être humain désemparé devant tant de malheurs incompréhensibles à celui qui ne voit pas plus loin que sa vie actuelle. La créature peut alors se rebeller devant cette souffrance qu'elle considère injuste, ou faire preuve d'humilité face à cette leçon de vie, et s'en remettre entre les mains de Dieu prier, demander pardon et pardonner à son tour.
C'est là, tout l'enseignement que l'on trouve dans les ouvrages d'Allan KARDEC et de Chico XAVIER.
Fraternellement,
Gilles

Décès - O - 23/04/2021

Bonjour, j'ai perdu ma mère récemment. Je vis en Afrique et il n'y a aucun centre spirite dans mon pays. J'ai une forte croyance pour la doctrine spirite et j'ai d'ailleurs lu tous les livres d'Allan Kardec et de Chico Xavier.

Bonjour,
Les personnes décédées ont besoin de notre aide pour évoluer dans l’autre monde, et ce qui est demandé par les bons Esprits pour ceux qui sont morts c’est une action d’amour et de charité afin de montrer que nous avons compris le sens de la vie, que nous restons conscient du chemin qu’il nous reste à parcourir, que nous surmontons notre peine et qu’ainsi nous pouvons apporter du réconfort à ceux qui nous ont quitté momentanément, pour alléger ce sentiment réciproque de séparation. Le passage pour l’au-delà n’est pas toujours facile, c’est pour cela qu’il nous faut prier, pour nous, pour ceux qui ont rejoint la patrie céleste afin de mieux se retrouver plus tard.
Si, grâce aux lectures des livres de Kardec et de Chico, vous avez compris les relations qu'il y a entre nos 2 mondes, la loi de réincarnation et celle de cause à effet et que votre conscience vous porte à réfléchir sur la sort de cet Esprit, la question que vous devez vous poser est: : « Est-ce que mes pensées pour le cher désincarné à mon cœur portent leurs fruits et est-ce que l’incarné que je suis, travaille avec charité et amour pour l’aider dans sa rénovation ? ».
Vous pouvez apporter le réconfort par vos prières, par vos pensées d'amour, par la compréhension des liens qui unissent nos deux mondes.
Fraternellement,
Gilles

Démangeaisons - M - 6/04/2021

Bonjour, me me permets de vous écrire, car il y a des nuits une forte démangeaison et le gonflement de mes deux mains me réveillent, je me gratte. Je ne vous cache pas qu'il m'arrive de soulager des petites douleurs mais cela fait longtemps que je ne me suis pas servie de mes mains.

Bonjour,
Généralement, ce genre de phénomène provient d'un apport fluidique important. Il faut faire circuler ces fluides par la force de votre pensée. Lisez le chapitre 32 du livre Après la mort de Léon Denis.
Fraternellement,
Gilles

Solitude - G - 23/03/2021

Bonjour, Voilà j'ai un penchant pour la solitude. Les fois où j'étais en couple, j'aspirais également à ce statut de façon périodique.
Un cas concret. Récemment je parlais avec deux collègues tous les jours au téléphone. Bref, cela fait maintenant plusieurs jours où je me dis ne plus pouvoir continuer comme ça. Depuis plus de coup de fil, je me sens plus libre et moins énervé. J'aime me retrouver le week-end seul, je ne ressens pas ce besoin de voir du monde. Y a t il dans ce comportement quelque chose de mal chez moi ?

Bonjour,
Nous avons tous une personnalité différente découlant de nos vies précédentes. Les moments de solitude sont nécessaires et bénéfiques s'ils permettent de faire un examen de conscience afin de corriger ses défauts et de donner plus d'amour à son prochain. Profitez-en pour vous recueillir, prier et revenir à la vie sociale rempli de bonnes intentions.
Fraternellement,
Gilles

Avortement - A - 16/03/2021

Bonjour, en 1984, j’ai perdu mon enfant suite à un avortement, nous avions déjà, mon mari et moi, deux enfants. Mon mari ne désirait pas cet enfant et je m’en suis toujours voulue d’avoir accepté cet avortement, encore aujourd’hui je fais des rêves récurrents, un enfant que j’aurais abandonné dans une chambre, sans boire ni manger, et pourtant ce bébé vit encore .. dans ce rêve. Peut-être peut-on contacter cette petite âme en perdition, lui demander ce qu’elle est devenue, si elle s’est incarnée à nouveau.

Bonjour,
Tout acte qui va à l'encontre des lois divines est une dette que nous contractons envers nous même ou envers un autre être. la question que l'on peut alors se poser est "que puis-je faire pour réparer cette erreur". Ce qui est demandé par le monde spirituel, dans votre cas, c'est une compassion pour cet être qui n'a pu s'incarner et non pas la confirmation d'un état qui bien souvent est éphémère, changeant et donc difficile à apprécier. Si vous avez compris les relations qu'il y a entre nos 2 mondes, la loi de réincarnation et celle de cause à effet et que votre conscience vous porte à réfléchir sur la sort de cet Esprit, la question que vous devez vous poser est :
Est-ce que mes pensées pour le cher désincarné à mon cœur portent leurs fruits et est-ce que l’incarné que je suis travaille avec charité et amour pour l’aider dans sa rénovation ?
Vous pouvez apporter le réconfort par vos prières, par vos pensées d'amour, par la compréhension des liens qui unissent nos deux mondes.
Par vos prières de chaque jour, par le pardon demandé, vous permettrez à cet Esprit d'évoluer, de ressentir l'amour qui lui a été refusé. C'est ainsi que vous progresserez et que vous lui permettrez d'avancer. Plus tard, vos rêves vous montrerons l'évolution accordée et vous apporterons plus qu'une demande de nouvelle de l'au-delà.
Fraternellement,
Gilles