Réincarnation - Ishtar - 07/02/2003

Bonjour,
Je reviens une nouvelle fois vers vous : je suis comme tout le monde imparfaite, mais je m’efforce d’être toujours tolérante et de faire le bien autour de moi et surtout de ne jamais me venger, de savoir pardonner. aujourd’hui par mes ami(e)s je suis connue, et ce, sans prétention, pour être une personne qui a le souci (voir exagéré) de l’honneteté et d’être quelqu’un de tolérante ?
Je m’efforce toujours d’être authentique et disponible pour autrui. Mais je viens d’avoir 30 ans et ma vie est déjà parsemée de souffrances, physiques, morales, mentales... J’essaie de me sortir d’une longue dépression, bien que l’on me connaisse pour quelqu’un de toujours souriante, sur qui les problèmes ne semblent que glisser.
Je me suis forgée une carapace, pour que les gens ne voient de moi que du positif et pour toujours laisser une image d’espoir et de bonheur. Une personne m’a dit un jour (avec un certain humour) que je suis vraiment quelqu’un de bien mais que j’ai dû être une très mauvaise personne dans une vie antérieure pour le payer maintenant ! Il n’empêche que cela me laisse dubitative ! Serait-ce réellement possible que je paie aujourd’hui ? Si oui, pourquoi moi ? Je ne fais de mal à personne ! Et comment m’en sortir ?
S’il vous plait aidez-moi pour sortir de ma souffrance.

Bonsoir Ishtar,
Tout d’abord vous êtes-vous demandée pourquoi ce masque. Pourquoi vous dissimulez derrière une façade. De qui avez-vous peur. Je ne crois pas que ce soit vraiment du regard des autres mais je pense que c’est plutôt de vous-même. Je crois en fait que vous craignez de vous voir telle que vous êtes et surtout de vous accepter. N’y a-t-il pas de l’orgueil à paraître toujours bien ?
Vous le dites vous-même personne n’est parfait. C’est en effet impossible sur cette terre, dans le monde dans lequel nous vivons.Alors une bonne fois pour toute, jetez ce masque et respirez. Respirez le bonheur d’être vous-même, telle que Dieu vous a faite.
Sans cette liberté, vous ne pourrez rien construire de solide. Il faut que vos sentiments, vos valeurs puissent s’appuyer sur du solide, c’est à dire sur vous. On peut donner l’illusion, mais jamais à soi-même et encore moins à Dieu qui vous connaît si bien.
Vous avez trente ans et vous avez déjà connu la souffrance. Pourquoi donc puisque votre conduite semble suivre un chemin exempt de faux pas ?
Nous sommes tous ici pour accomplir une mission, celle de l’évolution et elle passe toujours par la souffrance car l’homme a besoin d’elle pour comprendre ce qui est bon et bien pour lui.
Ce peut être effectivement une vie d’expiations de fautes commises dans d’autres vies mais cela peut être également un choix, un choix que vous avez fait avant votre incarnation dans votre vie terrestre actuelle. Vous vous êtes fixée un certain nombre d’épreuves à affronter dans cette vie pour vous affranchir de vos défauts et de ce fait avancer spirituellement.
Dans les deux cas, ce n’est que dans un seul et même but, progresser spirituellement. Cette terre est un lieu d’expiation, et nous sommes tous ici pour, pas à pas, avancer. Pourquoi vous? Quelle idée! Pensez vous être la seule à souffrir? Regardez autour de vous. Ne sentez vous pas que chaque être, chaque coeur qui bat porte aussi son fardeau à sa manière. Bien sur tous les fardeaux n’ont pas le même poids. Certains semblent plus légers, mais en êtes-vous certaine ?
Avec toute mon amitié
Maxence

 

 

Vies antérieures - Isa - 05/01/2003

Bonjour,
Je viens de terminer la lecture d’un ouvrage traitant de la réincarnation. Son auteur, une thérapeute psychanaliste, y décrit des séances d’hypnose avec ses patients ayant pour but de les guérir de certains troubles. Souvent, la cause de ces troubles provient de vies antérieures : exemple un homme souffrant de maux de tête découvre qu’il a été décapité, etc... Et le fait de les faire régresser et se souvenir semble les guérir de leurs maux ...
Une question me vient à l’esprit : si je me souviens bien de ma lecture du "livre des esprits", il y est dit que si Dieu avait voulu qu’on se souvienne de nos vies antérieures, il l’aurait fait, et que leur souvenir ne pouvait que nous perturber. Mais là je m’interroge, si le souvenir de ces vies peut réellement nous aider à comprendre et à dépasser certains de nos malaises actuels, pourquoi ne pas entreprendre ce genre de thérapie ?
Qu’en pensez-vous ?
Une autre interrogation m’est venue : un de ses patients a déclaré être mort et s’être réincarné dans la même année, un délai aussi court est-il concevable ? D’avance merci.
Isa.

Bonjour Isa,
Comme vous le savez, nous sommes incarnés pour accomplir la vie que nous avons choisie en tant qu’esprit, avec les épreuves qui y sont rattachées. Pour cela, nous gardons en permanence notre libre arbitre. C’est grâce à ce choix que nous pouvons progresser puisque c’est de notre propre initiative que nous prenons nos décisions, bonnes ou mauvaises. Nous sommes donc entièrement responsables de nos actes. Pensez-vous que le fait de connaître nos vies antérieures puisse nous faciliter la tâche, déjà bien ardue ? Pensez-vous qu’avoir une vision très nette de nos erreurs et de notre lente progression puisse nous être d’un quelconque secours? Dieu a souhaité nous laisser libre devant nos choix. De plus nous devons pour chacune de nos vies terrestres grandir et nous améliorer dans un domaine bien précis, domaine encore une fois, choisi avec notre guide, avant notre incarnation. Donc aucun intérêt d’avoir en permanence la vision de nos acquis puisque nous les possédons déjà enregistrés sous forme de vibrations dans notre périsprit.
En revanche, le sommeil hypnotique permet de libérer l’inconscient, ou si vous préférez, ce qui est inscrit dans notre périsprit. Plus le sommeil est profond et plus on accède aux couches profondes de notre mémoire ( mémoire au sens global c’est à dire toutes nos vies en tant qu’incarné et toutes nos étapes dans le monde des esprits). Cet accès est ciblé et non permanent et peut effectivement dans certains cas soulager une personne en souffrance. N’oublions pas que Dieu nous a donné un corps physique afin que nous puissions accomplir notre mission sur cette terre.
703. Dans quel but Dieu a-t-il donné à tous les êtres vivants l’instinct de leur conservation ?
" Parce que tous doivent concourir aux vues de la Providence ; c’est pour cela que Dieu leur a donné le besoin de vivre. Et puis la vie est nécessaire au perfectionnement des êtres ; ils le sentent instinctivement sans s’en rendre compte.
"718. La loi de conservation oblige-t-elle à pourvoir aux besoins du corps ?
" Oui, sans la force et la santé le travail est impossible. " Donc toute action permettant de soigner notre corps ou notre esprit et qui, de ce fait, améliore notre santé est bonne. Donc si l’hypnose apporte une solution, pourquoi pas. Il faut néanmoins rester prudent car, sous hypnose, l’intervention de l’hypnotiseur peut ne pas être neutre. Elle doit, en tout état de cause, être pratiquée par un professionnel.
En ce qui concerne votre deuxième question concernant une réincarnation rapide, cela n’est guère possible dans la même année, même si le temps, dans le monde des esprits est un concept qui comme celui de l’espace, n’existe pas.
Le but de l’incarnation est l’évolution et un Esprit se réincarne quand il en éprouve le besoin. Il faut du temps entre deux incarnations pour réfléchir sur le travail effectué et sur ce qui reste encore à faire. Voila, j’espère vous avoir apporté des réponses à vos interrogations. Avec toute mon amitié.
Maxence

 

 

De l’existence de Dieu - Billy Kervyson - 13/12/2002

De tout mon être, je ne crois pas à l’existence d’un dieu comme étant la cause de toute chose. C’est l’homme par absurdité, par illusion et imagination qui fait exister dieu.
Comment dire alors qu’il est l’infini ? Lui qui n’existe pas ? D(dieu)n’existe pas. La cause de toute chose, c’est l’homme... Dire que cet être existe, c’est limité la liberté de l’homme.
Mais je crois à l’existence de monde des Esprits, c’est ce que j’appelle "MONDE IDEAL", c’est là où règne les purs Esprits. Tous les Esprits sont égaux.


L’homme dans son immense orgueil croit parfois qu’il est à l’origine de toute chose et que rien ne lui est supérieur. L’infériorité des facultés de l’homme ne lui permet pas de comprendre la nature intime de Dieu.
On juge la puissance d’une intelligence par ses oeuvres. Nul être humain ne pouvant créer ce que produit la nature, la cause première est douée d’une intelligence supérieure à l’humanité.
Gilles

 

 

Omniprésence des Esprits et intimité - Cédric B - 30/11/2002

Bonjour,
Vous expliquez souvent que l’air est peuplé d’Esprits. Mais si tel est le cas, dans quelle mesure peut-on parler du maintien de l’intimité ? N’y a-t-il pas là une idée particulièrement angoissante, voire contraire à l’idée de liberté d’automonie ?
Enfin, cela ne nuit-il à l’idée que l’être serait placé sous le seul regard, donc, le seul jugement, de son créateur ?
Merci.

Bonjour Cédric,
Tu as l’air inquiet, voire scandalisé que les Esprits désincarnés puissent être témoins des secrets de ta vie privée, comment pourrait-il en être autrement ?
Ne sais-tu pas que par leur intermédiaire, Dieu sait tout ce que tu fais et même ce que tu penses ?
Bien plus, ne sais-tu pas que tout ce que tu as fait au cours de tes incarnations successives est inscrit dans ton périsprit et que certains mystiques, comme le curé d’Ars ou Benoîte Rencurel, lisent dans ce passé à livre ouvert.
Personnellement, ce qui me gêne le plus n’est pas que les Esprits sachent tout de ce que je fais, dis ou pense, non, ce qui me gêne le plus c’est que ce que je fais, dis ou pense influe sur le monde. Quelle responsabilité ! Inversement, savoir que lorsque je me guéris, je guéris un peu le monde, quel encouragement ! Alors, et la liberté individuelle dans tout cela ?
C’est certain, jamais Dieu ou les Esprits ne me privent de mon libre-arbitre. Tout au plus, les Esprits peuvent-ils m’influencer dans mes choix. Si j’élève mon taux vibratoire par la prière, je vais attirer à moi de bons Esprits qui vont me suggérer le bien, si j’abaisse mon taux vibratoire par de mauvais comportements ou la consommation de drogues, je vais attirer à moi de mauvais Esprits qui vont m’incliner à faire le mal. Cependant je reste toujours maître de mon choix, mais ma liberté s’arrête là. En effet, mon action va déclencher des réactions en chaîne dont je dont je devrais assumer les conséquences sur ma vie et sur la vie des autres à qui je devrais donc rendre des comptes. Ceci est vrai pour mes actes positifs comme pour mes actes négatifs. La liberté a pour corollaire la responsabilité.
Comme nous l’avons vu précédemment, l’être est sous le regard de Dieu, mais Dieu ne le juge pas. C’est l’homme qui se juge lui-même car il se voit avec un “certain regard de Dieu”, de plus en plus proche du vrai regard de Dieu au fur et à mesure qu’il progresse en conscience. En effet, si au début de son évolution, l’homme se voyait avec le regard de Dieu, il serait anéanti immédiatement. C’est le sens du mythe d’Adam et ève et du “péché originel”. Au commencement était Dieu. Comme Dieu est Amour, il créa l’homme car l’Amour, par nature, se partage. Pour créer l’homme, Dieu se servit de la matière (la glaise). A la matière (ignorante) il adjoignit un peu de conscience (ils goûtèrent à l’arbre de la connaissance). Dès lors la matière se rendit compte de la distance qui la séparait de Dieu (ils virent qu’ils étaient nus). Mais par les progrès accomplis au cours des incarnations multiples, la matière se dépouillera peu à peu de ses imperfections pour atteindre sa dimension divine et ceci dans le creuset des épreuves successives (les hommes travailleront à la sueur de leur front et les femmes enfanteront dans la douleur). L’église a induit une notion de punition pour racheter une soit disant faute commise par Adam et ève.
Comment peut-on croire cela ? Si nous, qui sommes imparfaits, ne punissons pas des enfants pour des actes commis par leurs parents, comment Dieu, qui est Amour et Justice, peut-il nous punir pour des actes commis par d’autres il y a plusieurs générations ?
Non, le péché originel ne signifie pas qu’il y a eu faute, il est un terme impropre pour désigner l’imperfection de notre nature humaine du fait de son origine toute matérielle. Dieu a voulu cela pour que nous ayons le mérite de notre avancement et que nous connaissions le “prix de notre part divine.
Par le spiritisme, nous savons que tous les hommes passent par les différents stades de ce perfectionnement et que ce progrès est continu, ou tout du moins, qu’on ne peut pas régresser d’une vie à l’autre.
Par Jésus, nous savons que nous devrons passer par le stade christique”avant d’arriver à ce que les bouddhistes appellent l’illumination : Nul n’ira au Père sans passer par moi, sous-entendu par mon état.
Quand nous mesurons le chemin qu’il nous reste à parcourir, comment cela serait-il possible sans des réincarnations successives ? Alors, Cédric, n’aie pas peur des Esprits qui sont témoins de ton intimité, ni du jugement de Dieu. Ils nous accompagnent dans le lent processus de maturation auquel toutes les créatures sont conviées. Sois en intimement persuadé !
Bien fraternellement.
Marc

 

 

Preuve d’identité des Esprits - Jérémie - 08/10/2002

Aksakof, dans son livre : animisme et spiritisme rapporte beaucoup de faits sérieusement établis dont certains de vues d’Esprits par des médûms voyants, et même de matérialisations d’Esprits.
Il se refuse pourtant à interpréter ces faits comme des preuves de l’identité des Esprits qui se manifestent : si un médûm voit ma mère décédée, il se peut très bien que ce soit un autre Esprit qui, par un effort de volonté, a pris la forme corporelle de ma mère.
A cela, Delanne dans : l’âme est immortelle rétorque que c’est impossible et que la forme prise par les désincarnés ne peut être qu’une forme d’un corps d’une incarnation précédente.
Ainsi, pour Gabriel Delanne, lorsq’un Esprit se matérialise, cela apporte une information sur une de ses identités passées. Plus tard, dans les années 20-30, Charles Lancelin travaille à l’extériorisation du fantôme du vivant.
Un de ses nombreux résultats fut d’ extérioriser le périsprit du sujet et, par suggestion, de faire prendre à ce périsprit une forme quelconque ( un animal, une autre personne, lui-même... ), tout ceci étant contrôlé par des médûms voyants travaillant de manière indépendante.
Si je pense que Delanne avait raison, je pense que les expériences de Lancelin sont également valides mais comment concilier les deux ? Jérémie.

Cher Jérémie,
Les expériences de Lancelin était effectuées avec plusieurs médûms voyants qui n’avaient pas de contact ensemble et qui tous, séparément, voyaient la même chose. Difficile donc de remettre les expériences de Lancelin en doute. On peut donc en déduire que l’esprit peut modeler son périsprit selon sa volonté ou selon la suggestion qu’on lui a faite. C’est ainsi par exemple, que les Esprits d’êtres désincarnés dans l’enfance se présentent à leurs parents parfois sous la forme adulte puis après sous la forme qu’ils avaient lorsqu’ils se sont désincarnés.
En revanche, dans les expériences de matérialisation d’Esprits de Delanne, les données sont différentes : il ne s’agit plus d’un périsprit, mais d’une matérialisation. On conçoit que par la volonté, l’Esprit puisse modifier les formes de son périsprit, mais le processus qui permet à l’Esprit de condenser le fluide vital ne permet peut être pas à l’Esprit de prendre la forme qu’il veut. A ma connaissance, dans aucune expérience de matérialisation complète, un Esprit n’a pris successivement plusieurs formes, ou ne s’est fait passé pour un autre.
Mickael

 

 

Ecriture automatique - Christian - 01/09/2002

Bonjour,
J’ai 16 ans et je m’intéresse depuis 2 ou 3 ans à l’occultisme (donc aussi au spiritisme) et depuis que j’ai entendu parler de la décorporation - j’ai eu qu’une vague expérience - et des NDE, j’ai ma propre idée sur les différents plans (ou dimensions) et les corps (astral, mental,...). J’aimerais pratiquer l’écriture automatique. Est-ce que vous auriez des conseils ou une marche à suivre ? J’ai lu sur votre site que vous ne croyez pas à Satan. Pourtant, j’ai lu qu’il se manifestait (très rarement) sous le nom de NATAS. Qu’est-ce que vous en pensez ? Merci d’avance.

Bonjour,
Tu es jeune et à ton âge, on se pose beaucoup de questions. On cherche un peu partout des réponses ou des phénomènes un peu extraordinaires.
Si tu t’intéresses à notre site, tu as du lire qu’il était déconseillé de pratiquer le Spiritisme isolément. Avant de croire n’importe quoi, il faut avant tout des bases solides que tu pourras obtenir par la lecture d’ouvrages sérieux écrits par des personnes désintéressées et ayant une solide expérience : Allan Kardec, Léon Denis, Gabriel Delanne.
Tu y apprendras notamment que de même que dans notre monde, il y a de bons et de mauvais êtres humains, pareillement dans le monde des Esprits, il y en a proches de la perfection et d’autres très pervers qui se parent de noms les plus divers pour effrayer les hommes crédules et naïfs.
Alors sois patient et sois prudent !
Gilles.

 

 

Je suis malheureux - Marc Duval - 11/08/2002

Bonjour,
Je vous écris sans trop savoir ce que vous allez bien pouvoir me répondre à ce que je vais vous racontez ... En effet, je pense qu’une personne et je crois savoir qui m’a jeté un sortilège de façon à ce que je ne rencontre jamais la femme de ma vie. Car il faut savoir qu’à chaque fois que je rencontre une personne et que tout va bien, je subis un échec sentimental et que j’en souffre énormément. Je prie Dieu le père de bien vouloir faire en sorte que je rencontre la femme de ma vie, par Jésus le Christ, notre Seigneur. J’ai été voir un psychiatre. Je suis malheureux dans ma vie. J’ai tout pour être bien. J’ai la santé, mes parents, du travail. Je suis aide-Soignant. Je suis propriétaire de mon logement, j’ai une voiture et je suis beau garçon, on dit de moi que je suis bel homme, très gentil avec la gente féminine, je suis sentimentale, très romantique et hyper sensible. Mais à part toute cette vitrine, je ne suis pas heureux car il me manque l’essentiel à savoir l’Amour, partager ma vie avec une femme, fonder un foyer, me marier et avoir des enfants mais à chaque fois ça ne marche pas. J’ai 36 ans et je commence à désespérer. Je prie Dieu mais il ne me répond pas. Je suis malheureux. Au secours. Marc

Bonjour,
Pour nous spirites, les épreuves que nous rencontrons dans notre vie actuelle sont les conséquences de nos vies antérieures. De même, notre conduite dans la vie présente prépare nos vies futures. Quelque soit la dureté de l’épreuve et nous l’avons choisie avant de nous incarner, elle permet notre évolution, évolution à travers la souffrance, à travers la peine mais aussi apprentissage de la patience et mise à l’épreuve de notre foi envers Dieu.
Néanmoins la bonté de Dieu étant infinie, je ne peux que vous conseillez dans cette situation de continuer vos prières : prières du coeur avec vos mots, avec toutes vos angoisses, vos espérances, vos souhaits, vos attentes et surtout votre confiance et votre amour en Dieu. Remettez-vous à lui comme un enfant envers son père et patience.
Amicalement à vous.
Bernard.

 

 

Résolution de problèmes grâce au Spiritisme - Rose - 05/06/2002

Bonjour,
Je viens de lire le livre des Esprits et j’ai l’impression que tout ce en quoi j’ai toujours cru jusqu’à présent se trouve synthétiser dans ce livre. C’est comme la confirmation de quelque chose que je croyais sans savoir d’où cela venait. Enfant, j’ai parfois vécu des choses étranges et plusieurs personnes m’ont dit que j’avais beaucoup de magnétisme en moi mais que je n’étais pas prête à l’exploiter. Aujourd’hui, j’ai envie de vivre selon les préceptes évoqués dans ce livre. J’ai cependant une question à poser : j’ai beaucoup de problèmes relationnels avec ma famille, surtout depuis le décès de mon père. J’aimerais savoir s’il y a un moyen spirite de régler ces problèmes et de quelle façon je dois m’y prendre car j’en souffre beaucoup. J’attends mon premier enfant et j’en souffre encore plus depuis. Merci d’avance pour votre réponse.

Bonjour Rose,
J’ai été particulièrement sensible à votre message, car comme vous, la lecture du Livre des Esprits d’Allan Kardec m’a semblé évidente. Je me sentais chez moi, je rentrais à la maison. J’ai eu la même sensation en lisant, du même auteur, l’Evangile selon le spiritisme dont je vous conseille la lecture.
Mais revenons à votre question : y a-t-il une façon spirite de régler vos problèmes relationnels familiaux ?
Vous ne précisez pas de quels problèmes il s’agit, mais on peut les deviner. Les plus graves conflits sont ceux liés au manque d’amour, quelle que soit la forme sous laquelle il se manifeste. N’oubliez pas que la gravité d’un conflit s’amplifie lorsqu’il est vécu dans le silence et l’isolement. De grâce parlez ! Choisissez un confident ou à défaut un thérapeute et exposez-lui votre situation. Et, en même temps, à cet enfant que vous portez, expliquez que votre trouble n’est en aucune façon lié à sa venue, que vous l’attendez dans l’impatience, le cœur ouvert pour lui. il comprendra !
La philosophie spirite nous enseigne que l’esprit qui s’incarne choisit ses conditions de vie en fonction de son évolution. C’est vous, alors Esprit, qui avant votre venue sur terre, avez accepté, en toute connaissance de cause, la situation difficile que vous vivez actuellement.
Elle ne peut qu’être profitable si vous l’acceptez et la dépassez. Comment ? En la comprenant, en cherchant son sens c’est à dire la direction qu’elle veut vous faire prendre et en la résolvant soit de façon pratique (explications, actes.) soit en la sublimant (pardon, prières.). Dans tous les cas de figure, nous vous conseillons vivement de demander de l’aide à votre guide (ange gardien) car c’est en accord avec lui que vous avez choisi le canevas de cette vie. L’aide du monde spirituel est indispensable, aussi demandez, demandez sans cesse, ne craignez pas d’importuner. Le sommet semble inaccessible pour celui qui, immobile et gémissant, est assis sur son derrière. Pour celui qui marche, il se rapproche à chaque pas.
Ne soyez plus endormie, soyez spirite ! Bien à vous
Michel

 

 

La souffrance - F - 11/05/2002

Cher tous et toutes,
Ma question est simple : En quoi le spiritisme peut-il aider à gérer, comprendre voire accepter la souffrance ? Dans mon cas, je suis quasi sûr de vivre avec une souffrance continue et psychiquement minante jusqu’à la fin de mes jours. A moins que je ne mette fin à mes jours, ce n’est pas cette souffrance qui devrait raccourcir mon espérance de vie. Bref, je vis une torture qui me donne envie d’hâter le passage dans l’au-delà ou le néant alors qu’auparavant j’aimais la vie. Que peut dire le spiritisme à cet égard ? J’ai toujours demandé l’assistance du Créateur et de mon guide mais je me sens fort seul malgré tout. Merci de m’apporter une éventuelle réponse.

Bonjour,
La douleur sait chacun de nos pas dans cette humanité. Elle nous guette à tous les détours du chemin. Pourquoi la douleur ? Est-elle une punition, une expiation ? Est-elle la réparation du passé, le rachat des fautes commises ?
Au fond, la souffrance n’est qu’une loi d’équilibre et d’éducation. Sans doute, les fautes du passé retombent sur nous de tout leur poids et détermine les conditions de notre destinée. La souffrance n’est souvent que le contre coup des violations commises envers l’ordre éternel.
Devant la douleur et la mort, l’âme du martyr se révêle dans sa beauté touchante, dans sa grandeur tragique. Supprimez la douleur et vous supprimez du même coup ce qui est le plus digne d’admiration dans ce monde, c’est à dire le courage de la supporter. C’est par les souffrances dignement supportées qu’on gravit les chemins du ciel.
Alors ne faiblissez pas, si vous n’allez pas au bout de vos souffrances dans ce monde, vous devrez les continuer dans l’au-delà.
Priez votre guide, priez Dieu qu’ils vous apportent la force nécessaire pour supporter votre épreuve que vous avez demandé avant de vous incarner et ils vous aideront à poursuivre votre chemin jusqu’à son terme. L’aide dont vous avez besoin vous sera accordée.
Prière du coeur, bien sûr !
Fraternellement,
Gilles.

 

 

Questions sur la régression - Holmes - 01/05/2002

Salut,
C’est encore moi, on m’a parlé d’une expérience sous hypnose appelée régression et qui permettrait d’en savoir plus sur son passé et même ses vies antérieures. Ne pouvant qu’admettre mon ignorance sur le sujet, je me tourne vers vous afin de vous demander ce que vous savez sur ce type d’expérience, en quoi ça consiste exactement, les risques... Merci d’avance pour votre réponse et pas d’avance pour le boulot que vous faites si bien et bénévolement. Fraternellement, Olivier.

Bonjour,
Les régressions sous hypnose sont effectivement pratiquées pour retrouver des vies antérieures. Néanmoins, on ne sait jamais si les souvenirs qui reviennent sont exacts ou non car il y a souvent intervention d’Esprits farceurs et trompeurs. De plus, cette pratique peut provoquer des désordres psychiques.
Si Dieu a jugé bon de mettre un voile sur nos vies passées, elles sont souvent pas très belles, c’est pour éviter de raviver les douleurs, les haines et les passions. De connaître nos vies antérieures risquent pour la plupart d’entre nous d’être un boulet pour notre évolution actuelle et future !
Fraternellement à vous.
Bernard.

 

 

De la mission spirite - Holmes - 19/04/2002

Premièrement je tiens à vous remercier pour votre réponse à la fois amicale et encourageante.
Ensuite, je tiens à vous faire part de mes réflexions sur la mission spirite.
Pour cela je vais en premier lieu vous conter une histoire qui m’est venue à l’esprit il y a seulement quelques minutes comme en réponse à plusieurs des questions que je me suis posé aujourd’hui : il était une fois un paysan qui avait deux fils ; lorsqu’il mourut, il légua à chacun d’eux la moitié de sa terre avec pour seule instruction d’en faire ce que bon leur semblerait. Le premier planta du blé et autres céréales pour pouvoir faire du pain. Le second décida de cultiver des plantes exotiques pour gagner beaucoup d’argent en les vendant aux riches.
Tous deux travaillèrent durs pour faire pousser leurs semences mais si les céréales poussaient bien, les plantes tropicales, loin de leur environnement d’origine ne poussèrent pas. Ainsi le premier frère put faire du pain et le vendre alors que le second se retrouva sans rien que sa terre nue. On peut tirer de cette fable plusieurs enseignements quant à la mission spirite. Celui qui est placé en premier plan se rapporte à l’orgueil.
Afin d’accomplir sa tâche de la meilleure manière, il faut d’abord ne pas s’auto-assigner une mission trop lourde pour soi car alors on ne peut arriver à rien. il faut savoir faire preuve d’humilité et se limiter à ce que l’on peut faire.
Mais cela n’est pas suffisant car quand on sait que l’on peut faire quelque chose, il faut encore le faire et cette fable nous dit bien que les deux frères travaillèrent durs et il doit en être de même pour nous.
Je ne voyais pas très bien au début en quoi consistait réellement la mission spirite et même je ne me vanterai pas de le savoir exactement aujourd’hui car des choses peuvent toujours nous échapper et nous échappent toujours.
Je le vois mieux maintenant et je sais que j’aurais toujours quelque chose à faire dans le cadre de cette mission et qu’il me suffira de regarder attentivement autour de moi pour savoir quoi et quand il sera temps de le faire.
Cette mission est importante car elle nous enseigne à la fois humilité, patience, dévouement, désintéressement et amour et c’est pourquoi je vous invite tous à la continuer.
Fraternellement, Olivier.

Bonjour Olivier,
Effectivement, la mission d’un spirite est grande et importante mais la moisson sera belle !

 

 

La consultation des morts - Francis - 21/03/2002

Bonjour,
Je progresse moralement grâce à la pratique du spiritisme depuis plusieurs années (écriture automatique). Permettez moi, je vous prie d’apporter quelques commentaires sur le chapitre de la Bible (Deudetronome) qui interdit le contact avec les morts. 1) Ce n’est pas Dieu qui parle mais Moïse 2) Le Deudétronome n’est pas un texte divin mais un texte de loi de tribus primitives il y a plus de 4000 ans. 3) il contient nombre de lois qui parraissent invraissemblabe de nos jours (oeil pour oeil , dent pour dent ..etc) 4) Dans la plupart des chapitres de la Bible, le mot "mort" ne signifie pas "décédé" mais "éloigné de Dieu". Par exemple,Adam risque la "mort" s’il désobéit. Les prophètes proposent toujours de choisir entre la "vie" (le rapprochement avec Dieu) et la "mort" (l’éloignement de Dieu). Voilà, en résumé, Moïse connaissant les mauvais penchants des tribus qu’il commande choisit d’interdire le contact avec les mauvais esprits, ce qui était certainement une sage décision. 2000 ans plus tard, Moïse viendra s’entretenir avec Jesus (chapitre de la transfiguration), montrant ainsi que le spiritisme peut être employé de manière bénéfique. Amicalement.

Bonjour,
Nous pouvons que vous féliciter dans votre démarche vers le Spiritisme de plus vos commentaires sur la Bible est des plus pertinent. Bonne poursuite.
Catherine.

 

 

Plusieurs questions à propos du Spiritisme - Marie - 11/03/2002

Bonjour,
Tout d’abord, je veux préciser que je n’ai pas encore lu les livres d’Allan Kardec. Mais j’ai regardé tous les messages du forum et quelques questions me sont venues à l’idée. Je précise que j’ai pratiqué la planche une fois, il y a pas très longtemps. Nous l’avions fait à trois mais rien de bien sérieux car nous n’avions pas réussi à nous concentrer.
Ma première question est de savoir pourquoi il ne faut jamais le faire seul ? J’ai vu dans le forum que c’était comme ça qu’on attirait les Esprits trompeurs.
Mais quand on est plusieurs, il y a des témoignages qui disent avoir quand même attirés de mauvais Esprits. Quand on est plusieurs, n’y-a-t-il pas plus de risques que ça tourne mal ?
Je m’explique : un d’entre nous peut être possédé et avoir des gestes violents envers les autres et ça peut tourner très mal.
Qu’en pensez-vous ? Sinon je voudrais savoir si les Esprits peuvent nous faire des blessures physiques ? Egalement je voudrais savoir s’il est possible de pratiquer la planche oui-ja dans une pièce où se trouve des objets électroniques comme la télévision, le magnétoscope, le frigo... ?
Ma dernière question, n’y-a-t-il pas de conflits entre les bons et mauvais Esprits ? J’aimerais également savoir d’où viennent les mauvais Esprits c’est-à-dire qui sont-ils vraiment ?
Merci de répondre à mes questions. Elles peuvent paraître idiotes mais elles me tracassent dans ma tête depuis quelques jours. Fraternellement, Marie.

Bonjour,
En effet, nous recommandons souvent d’éviter de pratiquer seul le développement de la médûmnité car seul, il est difficile d’avoir un contrôle de la véracité du message reçu et l’on attire à soi des Esprits trompeurs… mais il y aussi d’autres raisons.
Bon nombres de personnes sont attirées par le Spiritisme pour pouvoir communiquer avec l’au-delà, elles s’orientent vers la pratique sans en étudier sa philosophie, sa moralité et sans comprendre que le monde de l’au-delà est composé de ces hommes ou de ces femmes qui ont vécu sur terre mais qui sont dépouillés de leur enveloppe terrestre. ils veulent avoir des nouvelles d’êtres chers et aimés ou savoir par curiosité par l’intermédiaire de parents ce que leur réserve l’avenir… ils appellent, ils évoquent hors il s’avère que dans nos centres spirites nous l’appelons jamais mais nous sommes à la disposition des bons Esprits et de Dieu, nous sommes des instruments de transmission. Les communications sont donc différentes. Avant de pratiquer, il faut donc s’instruire, comprendre ce monde de l’au-delà, puis vouloir développer une médûmnité au service de Dieu pour aider son prochain afin de l’amener vers une spiritualité et non pour répondre à tout un tas de questions d’ordre matériel que la réflexion peut résoudre.
Pour répondre à vos questions, on attire des Esprits trompeurs si l’on pose des questions stupides ou ridicules ou si l’on a des pensées inintelligentes que l’on soit seul ou nombreux et si l’un d’entre-vous devient violent, il peut effectivement se blesser. il n’y a pas de conflits entre les bons et les mauvais Esprits car ils ne sont pas sur le même plan astral. Les mauvais Esprits se sont simplement des gens qui se sont désincarnés mais qui sont peu évolués.
Voir livre des Esprits, échelle spirite. Fraternellement,
Bernard.

 

 

Peut-on parler d’une "révélation spirite"? - Cédric B. - 18/02/2002

Mickael,
Je tiens d’abord à te remercier pour tes réponses concernant le problème complexe de la nature du spiritisme. Et si je t’écris à nouveau, c’est pour te dire qu’elles ont fait évoluer mon point de vue à ce sujet.
Tout d’abord, il est exact que ma définition d’une révélation était un peu restrictive, et que, d’un point de vue plus large, il semble que l’on puisse appliquer ce terme au spiritisme.
Toutefois, je maintiens qu’il y a une énorme différence de nature entre ce qu’il convient d’appeler la "révélation spirite" et les autres.
D’une part, parce que, étant une loi naturelle, il a toujours existé, et existera toujours. Et, d’autre part, parce qu’il se veut avant tout explicatif par rapport aux grandes religions, qui correspondaient à une humanité devant être fermement guidée, et ce malgré toutes les dérives que cela a pu engendrer.
Je vous écris pour évoquer à nouveau le problème de la nature, et du statut, du spiritisme. En fait, il me semble que le problème vienne du fait que les insuffisances de notre vocabulaire font que l’on regroupe sous le même vocable de "révélation" les grandes religions, et le spiritisme.
En effet, le spiritisme est bien une forme de révélation, dans le sens qu’il apporte de nouvelles informations. Mais il me semble que le facteur fondamental qui le rend, à mes yeux, distinct des religions est le fait qu’il soit une révélation sans prophète: Mahomet avait raison quand il disait être le dernier prophète.
Ainsi, le spiritisme correspond sans doute à un autre âge de l’humanité, où la raison vient prendre le relais des prophéties d’origine divine. Le spiritisme est donc essentiellement différent, car il s’inscrit hors du cadre de ces prophéties. Merci. Cédric B.

Tout à ton écoute

 

 

Peut-on parler d’une "révélation spirite"? - Cédric B. - 14/02/2002

Mickael,
Je t’écris pour commenter ta réponse concernant la nature du spiritisme. En effet, je suis d’accord avec toi pour dire que le titre de "3e" révélation n’est pas important, car cela n’est en sorte qu’une adaptation à un contexte religieux et surtout culturel bien précis. Cependant, je ne suis toujours pas d’accord avec le terme même de révélation appliqué au spiritisme. Une révélation à proprement parler est une voie à suivre, qui n’implique pas un rôle réellement actif de ceux qui la suivent. Par contre, les adeptes du spiritisme sont amenés à effectuer un "tri sélectif" parmi les enseignements qui leur sont apportés, jouant par là-même un rôle actif sur le contenu de leur doctrine, en usant de leur raison. N’est-ce pas là le contraire d’une révélation? J’attends ta réponse avec impatience. Fraternellement, Cédric B.

Cédric,
Tout d’abord il n’est pas exact de dire que les spirites font un ’tri sélectif’ de leurs communications. il est vrai qu’il faut bien discerner les communications des Esprits farfelus ou des Esprits n’ayant pas encore compris qu’ils sont morts et ayant conservé leurs idées terrestres. Lorsque nous avons à faire à de tels Esprits, nous savons qu’il ne faut pas croire aveuglèment ce qu’ils disent mais le témoignage de ces Esprits est un enseignement précieux : Nous pouvons comparer la situation de ces Esprits par rapport à leur vie terrestre, à leur comportement. La définition d’une ’révélation’ est un phénomène par lequel des vérités cachées sont révélées aux hommes d’une manière surnaturelle. Voilà qui semble s’adapter parfaitement au spiritisme ! Bien sûr, nous ne considérons pas les phénomènes spirites comme surnaturels, ils font partie des lois de la nature, mais quelle autre révélation n’a pas pour base des phénomènes médûmniques ?
Le sens que tu donnes au mot ’révélation’ laisse penser que tu assimiles celui-ci aux grandes religions, à leur dogme et à leurs articles de foi. il ne faut toutefois pas oublier que cette ’voie à suivre sans rôle actif’ a été bien souvent déterminé par des institutions religieuses des années après la dite révélation. Prenons le cas de Jésus par exemple, celui-ci n’a fait que dire et mettre en pratique : ’Aimez-vous les uns les autres’ et c’est l’Eglise qui a obscurci ce message au moyen d’une ’voie à suivre’ mêlant confessions, prières payées, intolérance envers les autres croyances, etc...
Mickael

 

 

Peut-on parler d’une "révélation spirite"? - Cédric B. - 12/02/2002

Amis spirites,
Je vous écris pour évoquer la nature du spiritisme. En effet, les spirites, et Kardec le premier, n’hésitent pas à qualifier le spiritisme de "3e révélation". Et c’est ce point qui me pose problème, si bien que j’estime que cette idée mérite d’être reconsidérée.
Tout d’abord, qualifier le spiritisme de "3e révélation" revient à occulter l’islam, ce qui est pour le moins contradictoire avec votre aspiration à l’universalité. Mais là n’est pas le plus grave.
Le vrai problème est le terme même de révélation. Cette notion évoque un apport brut d’informations, du divin à l’humain par le biais d’un prophète. Elle sous-entend aussi une instantanéité, une rupture, qui définit un avant, et un après. Or, cette définition, que vous accepterez certainement, ne correspond à mes yeux nullement au spiritisme.
Le spiritisme n’est pas une émanation de Dieu ou d’un Absolu divin, mais un simple mode de communication; il se définit ainsi par sa forme, et non son contenu. Et c’est comme tel qu’il a été pratiqué par l’homme, depuis des millénaires, pour des résultats très différents.
Quant au spiritisme moderne, il n’est qu’une codification de cette pratique ancestrale. Et c’est là sa force, et sa limite. Sa force, car le spiritisme permet d’introduire la raison dans le champ du religieux, en constituant une "grille de lecture" des différentes religions ou traditions. Sa limite, enfin, car le spiritisme ne peut, et ne doit pas, prétendre détenir la vérité absolue, du fait même qu’il est un véhiculant, et non un véhiculé.
Ainsi, j’irai jusqu’à parler du spiritisme comme d’une "antirévélation", car il repose avant tout sur une démarche rationnelle et personnelle.
Qu’en pensez-vous? Y a-t’il un débat chez les spirites à ce sujet? Je vous remercie d’avance pour votre réponse. Cédric

Cédric,
Si Kardec a parlé de "3ème révélation", cela s’inscrivait bien sûr dans le cadre de notre civilisation judéo-chrétienne. Toutes les cultures, selon les époques, ont eu leur propre révélation. il est bien évident que pour la majorité de l’humanité, ni l’enseignement de Moïse, ni celui de Jésus n’ont été des révélations !
Le Spiritisme est-il une nouvelle révélation ? il faut bien sûr, pour répondre à cette question, s’entendre sur la définition que vous donnez du spiritisme. Si vous entendez, comme cela semble être le cas, que le spiritisme est un mode de communication alors il ne s’agit pas d’une révélation, car, comme vous l’écrivez, cette communication a toujours existé. Par spiritisme, nous n’entendons pas exclusivement la communication mais, avant tout, la philosophie spiritualiste et ses conséquences morales. On peut alors parler, dans notre culture judéo-chrétienne, de troisième révélation : Moïse a révélé l’existence d’un Dieu unique et ses dix commandements Jésus a révélé que ce Dieu n’était pas vengeur, qu’il était Amour et que le commandement le plus important était : Aimez-vous les uns les autres.
Le Spiritisme, consolateur annoncé par Jésus, est venu révéler les lois qui régissent les deux mondes ; il est venu apporter la preuve de l’immortalité et réconciler science et religion. De plus, n’ayant pas été révélé par un homme, mais par les Esprits, il transcende notre culture judéo-chrétienne pour s’adresser à l’humanité entière. Bien Amicalement,
Mickael

 

 

Petite question - Arnaud - 12/02/2002

Bonjour a tous,
cela va faire plus d’un an que j’ai decouvert le spiritisme et j’ai lu un grand nombre de livres sur le sujet ,en particulier ceux que vous proposez sur votre site ,je n’ai encore jamais pratique ( comme vous le preconisez ) car le centre le plus proche se trouve a 2 h de route de chez moi.
Comme Kardec l’a dit lui meme si les intentions sont bonnes et si des prieres sont faites assez souvent a son esprit guide ( a qui je parle regulierement ) il y a peu de chances de rentrer en contact avec de mauvais esprits .Je ne souhaite pas pratiquer par curiosite mais uniquement pour obtenir de l’aide de mon esprit guide ou d’un autre esprit plus evolue.
Dernierement j’ai lu les ecrits du medûm Oune et lui aussi nous dit que si le but de cette pratique est l’amelioration de l’esprit alors il n’y a aucun danger . J’ai lu un autre livre qui disait que Kardec et Denis etaient assez branches "politique" et que a leur epoque la grande partie des spirites etaient des ouvriers alors peut etre que la creation de ces centres spirites vient de la ...non ?
J’aimerais bien avoir votre avis sur le sujet. Merci d’avance.Amicalement. Arnaud.

Bonjour,
Kardec et Denis branchés "politique" ? Presque tous les écrits de Kardec sont téléchargeables et consultables sur notre site, si vous parvenez à trouver un seul passage "politique", je vous tire mon chapeau !
Denis a parfois parlé de progrès social mais au plan philosophique et non au plan politique.
Au 19ème siècle, Le Spiritisme a touché toutes les classes ; Et, si à Lyon et dans le Nord, le spiritisme a davantage touché les ouvriers, ceci est dû aux conditions difficiles de vie de l’époque (canuts et mineurs) qui avaient besoin de courage moral et d’espérance.
La pratique du spiritisme en groupe n’a donc pas son origine dans la politique mais dans la nature même des manifestations spirites. Un ouvrage de Kardec, "l’obsession" permet, à travers de nombreux exemples, de comprendre les dangers que comportent la pratique du spiritisme. Si certains Esprits sont grossiers et peu dangereux, il y en a d’hypocrites qui n’hésitent pas à parler de Dieu, d’amour pour mieux endormir la vigilance de leur proie. Seul et inexpérimenté, il est difficile de les confondre. Un des traits caractéristiques de ces Esprits, c’est qu’ils demandent à être cru sur parole. ils vous disent que si vous faites du spiritisme avec "amour", vous ne pourrez communiquer qu’avec votre guide.
Ceci est bien sûr faux et n’a d’autres buts de rendre leur jouet plus dociles ; les bons Esprits, en revanche, vous mettent en garde... rappelez-vous cette parole de Saint-Paul : « Ne croyez pas tous les Esprits, mais éprouvez si les Esprits sont bien de Dieu. ».
Comme vous l’avez écrit, la prière et l’examen de conscience, vous rapprocheront de votre guide, et celui-ci pourra alors vous aider par intuition.
Amicalement,
Mickael

 

 

Existence ou non-existence ? - Carlos - 24/01/2002

Bonjour,
Je n’arrive pas à trouver un but à cette vie et encore moins à toute mon existence ? Je sais, le but de la vie c’est d’évoluer jusqu’à la perfection... A-t-on une idée d’une moyenne du nombre de vies pour arriver à cette perfection ? Mais une fois cette perfection atteinte, quelle est notre utilité ? En fait, mon esprit se torture sans cesse pour trouver la réponse à cette question : pourquoi l’existence ? Quelle lourde épreuve de vivre vie après vie ? Dans quel but ? Pourquoi n’a-t-on pas le choix de la non-existence ? Dieu peut-il selon notre désir nous faire disparaître ? Cordialement,

Bonjour,
Nous n’avons aucune idée du nombre de réincarnations nécessaires dans l’évolution ; ce nombre dépend bien sûr de l’Esprit et des ses efforts. Plutôt que de dire que l’Esprit évolue vers la perfection, il serait plus exacte de dire qu’il évolue vers Dieu. Or, Dieu étant infini dans toutes ses perfections, l’évolution de l’Esprit ne s’arrête pas avec sa dernière incarnation ; il continue encore d’évoluer, d’apprendre, il se rapproche sans cesse de Dieu sans jamais l’atteindre.
Le bonheur des purs Esprits est là, ils sont heureux de toujours grandir ; chaque pas qui les rapproche de Dieu est une jouissance.
Pourquoi l’existence ? Pourquoi pas la non-existence ? A notre point de vue matériel, ces questions nous semblent légitimes, d’autant plus lorsque nous traversons des épreuves ; une fois dans l’au-delà, l’Esprit voit les choses autrement : soulagé des souffrances physiques, il est heureux de retrouver et de vivre en harmonie avec ceux qu’ils aiment ; il goûte des jouissances nouvelles, propres à l’Esprit, qui nous sont inaccessibles ; il sonde les mystères de l’infini avec un regard qui nous est inconnu.
Mickael

 

 

Questions - Cédric - 03/01/2002

Bonjour,
Bien que jugeant le théorie de la réincarnation tout à fait plausible d’un point de vue philosophique, certaines considérations purement quantitatives me rendent sceptique. En effet, comment concilier cette doctrine avec le phénomène de croissance démographique universellement observé sur la longue durée? Ainsi la population mondiale s’est multipliée par 6 entre 1820 et aujourd’hui, passant de 1 à 6 milliards d’individus. Or, si on peut admettre que la plupart des personnes incarnées en 1820 le sont encore aujourd’hui, d’où viennent les 5 milliards restant ? Vous me répondrez sans doute qu’ils viennent d’autres planètes, d’autres galaxies ; mais alors, cela reviendrait à supposer que ces mondes ne connaissent pas de croissance démographique, quand bien même ce phénomène accompagne le développement de toute société. Enfin, ce problème soulève la question de l’authenticité des témoignages de vies antérieures. En effet, les souvenirs de personnes prétendant s’être réincarnées ont tous la terre pour cadre, ce qui statistiquement paraît, au vue des problèmes démographiques évoqués tout à fait miraculeux. Et quelle probabilité, pour un français du XiXeme siècle (je pense bien entendu à Kardec et Denis), d’avoir été druide en Gaule, il y a plus de 2000 ans. J’espère toutefois que vous saurez répondre à ce problème. Merci d’avance, Cédric B.

Cédric,
Comme vous l’avez pressenti, l’augmentation démographique, qui a toujours existé, s’explique par la venue d’Esprits venant d’autres planètes. Ces Esprits peuvent avoir deux origines : une planète moins avancée que la Terre où de « jeunes Esprits » s’ouvrent à la conscience et viennent ensuite épanouir leur conscience et leur intelligence sur une planète plus adaptée. Certains viennent au contraire d’une planète plus évoluée que la Terre où ils ne peuvent plus se réincarner. En effet, dès le 19ème siècle, les Esprits nous ont appris que les mondes comme la Terre sont des mondes d’épreuves et d’expiation pour les Esprits mais qu’ils deviendront un jour des mondes régénérateurs d’où le mal sera banni. Les Esprits s’obstinant dans le mal seront alors envoyés vers d’autres planètes ayant plus d’affinités avec leur niveau d’évolution. Personnellement, je pense que ce phénomène de croissance démographique qui accompagne le développement des sociétés est caractéristique des mondes d’épreuves et d’expiation comme la terre. Lorsque cette croissance sera nulle (elle est presque atteinte dans nos sociétés occidentales et elle tend à le devenir à l’échelle planétaire) alors la Terre deviendra progressivement un monde régénérateur.
Les souvenirs de vies antérieures sont le plus souvent obtenus sous hypnose et il faut être très critiques à leurs égards pour plusieurs raisons : tout d’abord, dans l’hypnose, la suggestion de l’hypnotiseur joue un grand rôle. De plus, dans l’état hypnotique, le sujet est sensible au monde spirituel. Quelle preuve pouvons-nous avoir que son récit ou que ses images ne sont pas ceux d’un Esprit perturbateur ? Celui-ci peut soit raconter sa propre vie passée ou peut tout simplement s’amuser à faire croire à sa victime qu’elle a été roi ou reine ? La majorité des souvenirs de vies antérieures ne sont pas précis (date, pays) ; ils donnent davantage des renseignements sur l’« état » de l’Esprit avant : le métier effectué, le rôle social. Rien n’indique que ces souvenirs aient bien eu lieu sur la Terre.
La probabilité est bien sûr faible qu’un Français du 19ème siècle ait été un Druide en Gaule mais elle n’est pas nulle : il faut bien que ces druides se réincarnent eux aussi ! Or, les Druides avaient une forte croyance en l’au-delà, il n’est donc pas étrange que dans une nouvelle vie ils aient conservé cette croyance et ait sacrifié leur vie pour elle, comme ce fut le cas pour Kardec et Denis.
Mickael

 

 

 

 

L’histoire du spiritisme en France - Arnaud - 03/01/2002

Bonjour,
Sur votre site, on ne trouve quasiment rien sur l’histoire du spiritisme en France et pourtant il y a un grand nombre de choses à dire sur le sujet ainsi que sur la vie de Kardec et de Denis qui, ce dernier appartenait à la franc maconnerie. Je pense qu’il serait bien de votre part de raconter réllement ce qu’a été l’évolution du Spiritisme en France.

Bonjour,
En ce qui concerne la vie d’Allan Kardec et celle de Léon Denis, nous l’avons brièvement retracée dans notre site et des ouvrages comme ceux d’André Moreil, Allan Kardec, sa vie son oeuvre aux Editions Vermet ou celui de Claire Baumard, Léon Denis, intime aux Editions Philman, le font bien mieux que nous, aussi nous vous invitons de les consulter pour combler toutes les lacunes.
L’histoire du Spiritisme en France est longue, vous pouvez en trouver des passages dans nos cours ainsi que dans certains fascicules que vous pouvez télécharger sur notre site. Retracer toute l’histoire du Spiritisme ferait sûrement l’objet d’un livre... mais nous sommes tous des personnes bénévoles, adhérents à une association où nous oeuvrons selon notre disponibilité... nous avons tous une famille et des obligations qui ne nous permettent pas toujours d’avoir du temps !
Catherine.