Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.
Si vous désirez vous abonner à cette revue trimestrielle et recevoir l'exemplaire chez vous, remplissez ce formulaire.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 26

Bulletin 26 - Septembre 2006
Sommaire

la balise

permet de mettre un gros titre -->

Editorial

Chico et Divaldo, deux médium brésiliens, deux apôtres contemporains du spiritisme, qui ont œuvré avec confiance et qui ont accumulé pour nous les preuves du partage qui peut exister entre monde visible et monde invisible. Leurs vies en sont un témoignage permanent, exemple d'abnégation, de bonté et de générosité, nous démontrant que nous ne sommes que de passage et que nos seuls bagages ne sont que nos acquis spirituels.
Plus près de nous, dans notre centre, des personnes témoignent de ce qu'elles ont vécu, nous démontrant la nécessité de notre engagement et de la beauté du résultat. La foi déplace les montagnes et guérit les blessures les plus profondes morales ou physiques. Croire sans voir, quelle plus belle preuve de confiance pouvons nous donner à nos Frères spirituels qui chaque jour nous apportent pourtant les preuves de leur bienveillance à notre égard.
Le monde scientifique, par les Expériences de Mort Imminente, est amené également à réfléchir sur la survie de l'âme, troublé par des témoignages de plus en plus nombreux et répétés : le cerveau considéré jusqu'alors comme le siège de la conscience ne serait qu'un intermédiaire, raisonnement rejoignant ainsi le principe spirite.
La force Divine qui descend sur nous fait son chemin doucement et apporte chaque fois la lueur d'espoir qui nous fait vibrer et asseoir un peu plus nos convictions.

Gilles Fernandez

Emi : les premières rencontres internationales

EMI, 30 ans de réflexion - Nouvelle étape pour la recherche et la compréhension des E.M.I

 Le congrès EMI

Le samedi 17 juin dernier, nous nous sommes retrouvés avec des compagnons spirites de l'APES (Association Parisienne d'Etudes Spirites) dans la jolie petite ville de Martigues.
Premier plaisir : se retrouver en bord de mer, flâner sur le port ! Mais nous ne sommes pas venus en touriste... Nous franchissons à 9 heures les portes de la Halle de Martigues au milieu d'une foule (2 500 personnes environ) venue des 4 coins de la France, et de l'étranger ; nous n'en ressortirons qu'à 20 heures.
Nous en ressortirons le coeur joyeux, la tête pleine d'espoir, avec la certitude d'avoir vécu un moment historique.
Cette première rencontre internationale a réuni des chercheurs, des médecins, des infirmiers et des expérienceurs (personnes ayant vécues une EMI). C'est une jeune femme, Sonia BARKALLAH qui est à l'origine de cet événement. Elle est journaliste et s'est intéressée rapidement aux EMI.
A ses côtés on retrouve deux hommes Xavier RODIER (infirmier puériculteur) et Jocelyn MORISSON (journaliste scientifique). Ils ont créé la maison de production S17 pour l'organisation de cette journée. Nous les félicitons pour leur travail réalisé avec professionnalisme.
A la tête des intervenants : Raymond MOODY. Ce psychiatre et philosophe américain est le pionnier des recherches sur les E.M.I. Il a écrit en 1975 le premier ouvrage (" la vie après la vie ") sur les recherches effectuées sur les Expériences de Mort Imminente.
 Les intervenants du congrèsLes autres conférenciers sont : 

- Le Dr Pim Van Lommel, cardiologue ( Pays-Bas)
- Dr Sam Parnia, médecin spécialiste, soins intensifs et respiratoires (Royaume-Uni)
- Dr Mario Beauregard, neurologue (Canada)
- Dr Sylvie Déthiollaz, docteur en biologie moléculaire (Suisse)
- Dr Jean-Pierre Jourdan, médecin, responsable recherche médicale Iands France
- Dr Jean-Jacques Charbonnier, médecin anesthésiste- réanimateur (France)
- Evelyne-Sarah Mercier, doctorante en anthropologie (présidente de Iands France)
- Patrice van Eersel, rédacteur en chef de la revue " Nouvelles clés "
- Dominique Bromberger, journaliste et " expérienceur "
- Nicole Dron, " expérienceur "
- Jean Morzelle, " expérienceur "

En introduction, un reportage vidéo est projeté sur deux écrans géants. Plusieurs personnes relatent leur expérience et ce qui en a découlé. Nous entrons dans le sujet : qu'est-ce qu'une EMI ou NDE ?
Le terme d'EMI est né au 19ème siècle en France. Il désigne une expérience vécue par une personne ayant frôlé la mort, pendant la période d'inconscience. Il y a tout d'abord la sensation de sortie du corps, l'impression de pénétrer dans une autre réalité, la perception d'une lumière-présence irradiante d'amour, le contact avec des personnes décédées. Durant l'expérience, les sens sont en alerte et plus développés, l'intelligence plus vive et la mémoire excellente.
Cette expérience a des effets à long terme. L'expérienceur n'a plus peur de la mort, son échelle de valeur se transforme ; les valeurs d'altruisme deviennent prioritaires. Il vit le présent intensément. Il a acquit un sens de la vie, ainsi qu'un but de la vie.
Toutes les expériences sont différentes bien qu'ayant des points communs. On les retrouve dans toutes les catégories de la population quelque soit l'âge et le sexe. Toutes les personnes ayant connu une mort clinique n'ont pas vécu une EMI. On estime que seul 15 à 20 % de ceux qui ont frôlé la mort en rapporte une. Pourtant rien qu'aux Etats Unis on en recense plus de 8 millions.
Les avancées scientifiques permettent aujourd'hui de sauver des millions de vie chaque jour à travers le monde, en ramenant des personnes inconscientes, dans le coma, cliniquement mortes à l'état de conscience. L'activité cardiaque et cérébrale des patients est mesurée, tracée par des appareils. Grâce à tous ces progrès, un nouveau champ d'exploration sur les différents états de conscience s'ouvre à la science.
Il y a un peu plus de 30 ans, le docteur Raymond Moody a exposé au monde médical, scientifique et au public les témoignages d'Expérience de Mort Imminente.
Il a posé la pierre d'angle des recherches sur laquelle vont s'appuyer au fur et mesure des années des chercheurs de tout bord.
Tous les intervenants vont tour à tour exposer leurs travaux et leurs expériences des EMI. à travers leurs spécialités.

Tous sont arrivés à la même conclusion :
1. Les personnes ayant vécu une EMI sont reconnues être cliniquement mortes au moment de leur expérience. Le Dr Pim van Lommel, dans une intervention de presque 2 heures, a fait la démonstration scientifique de la mort clinique : arrêt des fonctions cardiaques et du cerveau.
Hors, grâce à des témoignages très précis de personnes ayant eu une EMI assez longue, qui vont rapporter avec détail ce qu'elles ont vu et entendu pendant ce temps, les médecins vont pouvoir avec certitude préciser l'heure et la minute de l'EMI et constaté qu'elle s'est produite au moment où l'encéphalogramme était plat. Ce qui signifie qu'il n'y avait aucune activité cérébrale (pensées, ressenties). A fin de sa longue intervention le Dr Pim van Lommel recevra une ovation du public.

2. La théorie qui place la conscience dans le cerveau est ainsi réduite à néant. La conscience vit hors du corps.
Le cerveau ne serait qu'un intermédiaire.

3. L'énergie lumineuse dans laquelle évolue la conscience dégagée du corps est une énergie d'Amour.
Cette énergie, en certaines circonstances, s'est avérée source de guérison. Le docteur Sylvie Déthiollaz a rencontré entre autre deux femmes en soins palliatifs en phase terminale d'un cancer. Alors qu'elles semblent vivre leurs derniers jours, elles vont vivre une EMI. Pour l'une l'expérience est simple. Elle se voit baignée dans une lumière intense mais douce, imprégné d'amour. A son réveil, elle se sent mieux. Quelques semaines plus tard elle sera guérie.
Pour la deuxième, l'expérience est plus riche ; elle évolue dans un univers lumineux, portée par une énorme sensation d'amour. Elle rencontrera des êtres lumineux... Dès qu'elle reprend vie, une énergie nouvelle la porte. Elle va s'asseoir et parler. Elle sera rapidement guérie. Pour le docteur Déthiollaz c'est comme si la lumière dans laquelle ont baigné ces deux femmes avait un pouvoir de guérison totale.

4. La méditation, la prière intense, des chocs émotionnels puissants peuvent conduire également à des expériences de " décorporation " similaires aux EMI.
Le docteur Mario Beauregard a relaté des expériences menées aux Etats Unis et au Canada avec des groupes de prière. Les malades ayant bénéficié sans le savoir du soutien de la prière par l'intermédiaire de groupes ont guéri plus rapidement, ou ont eu une amélioration de leur santé.
Les études menées mettent en évidence la force de la prière, de la pensée.

5. Le Docteur Charbonnier partage avec nous des phénomènes de télépathie entre des personnes mortes cliniquement et lui. Il insiste sur l'importance d'entretenir une relation verbale avec les personnes dans le coma.

En conclusion de cette journée exceptionnelle, tous les intervenants ont réalisé et signé un communiqué commun à l'intention de la communauté scientifique et des pouvoirs publics :
" Nous sommes un groupe de médecins, praticiens et/ou chercheurs de différentes disciplines et nationalités. A l'occasion des 1 ères Rencontres Internationales consacrées à l'Expérience de Mort Imminente (EMI ou NDE pour Near-Death Experience) - organisées à Martigues le samedi 17 juin 2006 - nous tenons à faire connaître au grand public ainsi qu'à la communauté médicale et scientifique les convictions qui sont les nôtres après des années de recherche sur ce phénomène.
Bien que, d'un point de vue scientifique, le déclenchement de l'Expérience de Mort Imminente soit sans aucun doute relié à des phénomènes neurobiologiques dans le cerveau, son contenu extrêmement riche et complexe ne peut être réduit à une simple illusion ou à une hallucination produite par un cerveau en souffrance à l'instant de la mort. La réalité de l'expérience humaine n'est pas exclusivement déterminée par des mécanismes neurologiques, et la signification de l'EMI ne peut se réduire aux simples processus neurologiques qui accompagnent sa survenue dans le cerveau.
Certaines avancées scientifiques majeures ont pu être acquises grâce à l'étude des manifestations inhabituelles ou "exotiques" de phénomènes que l'on croyait avoir compris dans leur intégralité.
Il est très important que les scientifiques puissent conduire des recherches dans différentes disciplines, en particulier les neurosciences, sans préjugés d'aucune sorte.
D'importantes publications dans des revues scientifiques comme Nature ou The Lancet, ont permis une meilleure acceptation des ces recherches dans la communauté médicale et scientifique et sont un premier pas vers la constitution d'un corpus de connaissances reconnu par cette dernière.
Nous pensons que cet effort de recherche doit être encouragé pour progresser dans la compréhension de l'Expérience de Mort Imminente, même si ce phénomène remet en cause les conceptions établies sur la nature de la conscience et le fonctionnement du cerveau.
L'Expérience de Mort Imminente, comme d'autres "états modifiés de conscience", ouvre une nouvelle voie de recherches pluridisciplinaires. Cette voie est porteuse d'espoir et de progrès pour l'humanité. Nous formons le vœu que les instances médico-scientifiques et les pouvoirs publics en prennent la juste mesure.  Le Docteur Moody Signataires :
- Dr Raymond Moody, psychiatre et philosophe (Etats-Unis)
- Dr Pim van Lommel, cardiologue (Pays-Bas)
- Dr Sam Parnia, médecin spécialiste, soins intensifs et respiratoires (Royaume-Uni)
- Dr Mario Beauregard, neurologue ( Canada)
- Dr Sylvie Déthiollaz, docteur en Biologie moléculaire (Suisse)
- Dr Jean-Pierre Jourdan, médecin, responsable recherche médicale Iands-France (France)
- Dr Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste- réanimateur (France),
- Evelyne-Sarah Mercier, doctorante en anthropologie, Présidente de : Iands-France (France) "

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons eu le sentiment de vivre un moment historique. Cette journée a été vécu de bout en bout dans l'émotion et la joie, tant du public que des intervenants. Le docteur Moody emporté par son enthousiasme a promis que d'ici deux ans il publierait un ouvrage apportant la preuve de l'EMI, de la conscience hors du corps. Celui-ci a laissé une forte impression sur chacun par sa simplicité, son humilité et son regard lumineux.
D'ailleurs tous les conférenciers ont fait preuve de simplicité et d'humanité. Ils ont su mettre à notre portée leur connaissance. Nous les remercions d'être venu jusqu'à nous pour partager les résultats de leurs expériences. Les EMI sont désormais reconnues en tant que problème scientifique à part entière.
Le Dr Moody, en marge de la conférence, a annoncé la constitution d'un groupe de travail et de réflexion en vue de travaux susceptibles de retenir l'intérêt d'une grande fondation américaine. Les médecins et chercheurs intervenants sont conviés à y participer.
Pour tous les orateurs, ce samedi 17 juin 2006 marque le début d'une nouvelle étape pour la recherche et la compréhension des EMI. Pour nous public, ce jour est celui d'une reconnaissance scientifique des EMI et de la localisation de la conscience hors du corps.
C'est un jour de fête et d'espoir.
A quand la prochaine rencontre ?

Monique Salvador
Présidente du C.E.S.GA.DE

 Les membres du groupe du CESGADE

L’Aide Spirituelle

Le groupe Lyonnais Allan Kardec organise, tous les mercredis, des séances d'aide spirituelle. Ces séances, comme toutes les réunions du centre, sont placées sous l'égide du frère Jean de la Lumière, le guide spirituel de notre centre et d'un président de séance sur le plan terrestre. Ces séances ont pour but d'aider nos frères et sœurs en souffrance qui viennent se confier et chercher le réconfort, l'amour, la force qui leur sont nécessaire pour combattre et surmonter leur épreuve.

L'aide de nos frères spirituels est primordiale. La puissance de leurs fluides est indispensable dans ce type de travail. De ce fait, nous orientons notre démarche vers une action de magnétisation et d'envoi de fluides à distance. Nous pouvons, de notre coté, en servant de canal, leur permettre d'agir avec plus de facilité et d'efficacité. Mais pour ce faire, nous devons nous discipliner et travailler à la fois en union de pensée et avec une volonté soutenue. Ce rayonnement et cette force qui émanent du groupe permettent aux frères spirituels d'harmoniser nos fluides et de travailler de leur côté.Nous avons donc décidé de structurer nos séances en six phases.
La première phase est consacrée à la lecture d'un texte, extrait d'un ouvrage spirite, et d'une prière faite pour demander l'aide et la protection de nos frères spirituels.
Lors de la seconde phase, nous prenons sur fiche des personnes, non présentes, qui nous ont sollicité par courrier ou Internet et pour lesquelles nous avons besoin de l'éclairage des frères spirituels pour leur venir en aide.
La troisième phase est exclusivement consacrée à l'envoi de fluides à distance. Tous les médiums travaillent sans discontinuité sur l'envoi de fluides. La volonté et la pensée commune sont extrêmement importantes. C'est pourquoi aucune coupure n'est faite si ce n'est la voix du président qui ponctue par le nom de la personne prise en soin.
La quatrième phase est une phase de magnétisation en directe pour les personnes qui en ont besoin et qui se sont préalablement préparées pour ce travail par des lectures conseillées. Cette démarche est indispensable afin que chacun s'implique à la hauteur de sa compréhension et reçoivent au mieux les fluides que nos frères spirituels diffusent à chacun. Il est alors essentiel que cette magnétisation se fasse sur plusieurs séances en suivi.
Une prière inspirée de remerciements est dite par un médium pour la cinquième phase.
Enfin, la sixième phase consiste en un tour de table au cours duquel les médiums délivrent les messages qui leur ont été transmis au cours de la séance.
Puis la séance est levée.
Cette aide spirituelle revêt un caractère sacré et fait appel en fonction du travail réalisé à deux types d'Esprits. Il y a les Esprits qui nous assistent dans l'envoi des fluides et la magnétisation en direct et les Esprits qui interviennent pour les conseils et messages à transmettre. C'est pourquoi nous devons adapter nos pensées et notre volonté en fonction de l'orientation que nous voulons donner à notre travail.
Bien évidemment, comme pour toute évolution, une période d'adaptation est nécessaire. Mais il y a dans ce groupe une grande unité et une volonté de progression. Nous savons tous que chacun à sa place et son travail. Nous savons tous que chacun a besoin de l'autre. Nous savons tous que nous sommes liés par une force d'amour et que cette force là ne nous abandonnera jamais c'est une force Divine, elle est indestructible.
Pour preuves, voici quelques témoignages qui montrent bien la force de ces fluides divins que nous apportent nos frères spirituels :

1er témoignage

" Je suis rentré à l'hôpital Desgenettes à la mi-novembre 2004 pour une infection au genou suite à des infiltrations. J'ai dû être opéré pour éliminer un staphylocoque doré et je fus traité à forte dose d'antibiotiques. A la mi-décembre, toujours hospitalisé, j'avais des vomissements réguliers le soir. Les docteurs s'inquiétant sur les raisons de ces vomissements, ont fait de nombreux examens dont des radios de l'estomac.
Les moyens d'investigation de l'hôpital n'étant pas suffisants, il fut décidé de me confier à la clinique Ste Anne ce qui fut fait le 19 janvier 2005. On me découvrit de nombreux calculs à l'orifice du cholédoque et la décision d'une intervention rapide fut communiquée à l'hôpital Desgenettes le 28 janvier 2005 : rendez-vous fut pris pour le 4 février.
Je suis sorti de l'hôpital et je regagnais mon domicile, c'est alors qu'intervient le médium spirite A. pendant la période précédant l'opération par des passes magnétiques. Préparé le 3 février, on fit le nécessaire pour m'extraire les calculs décelés. A 18 heures, ce même jour, le chirurgien vint m'annoncer qu'il n'avait trouvé aucune trace des calculs signalés mais uniquement de la boue. " Monsieur Ch. F.

2ème témoignage

" En décembre 2005, mes petits enfants, Chloé et Clément, en manipulant une bouteille de Zip cheminée, se sont trouvés brûlés au 2ème degré : de la peau qui partait en lambeaux sur toute la surface du tronc. Ils ont été hospitalisés trois jours et bandés sur tout le corps. J'ai demandé une aide au centre spirite de Bron, un mercredi soir, et ce jour-là, il y a eu un envoi de fluides. Trois jours après, lors de soins spécialisés par une infirmière, les deux enfants ne portaient plus aucune brûlure, ni trace, ni marque quelconques sans qu'une explication puisse être avancée. Pour ma part, je remercie beaucoup pour cette intervention spirituelle" Josiane.

3ème témoignage

" A l'automne 2004, mon ami Camille entrait une seconde fois à l'hôpital (Tonkin) pour se faire raccorder l'intestin, il avait une poche externe à ce moment-là ; des bactéries sont venues perturber son organisme. Ce fut un véritable calvaire. Pendant six mois, à demi inconscient, il est resté entre la vie et la mort. J'ai parlé de ce cas à mon ami A. spirite, pour qu'il m'aide. Alors que l'état de Camille était désespéré, comme par enchantement, les médecins ont trouvé l'antibiotique adéquat qui a annihilé les bactéries. Je peux certifier que c'est à ce moment-là que l'aide spirituelle prodiguée a changé l'état du malade. Depuis, Camille a toujours sa poche mais… il rejoue à la pétanque. Un grand merci pour lui. Plus tard, je l'ai mis au courant de votre intervention… il a pleuré. Merci. "

4ème témoignage

" Je m'appelle Dany, j'ai des problèmes de vue, hémorragie sous la rétine. Après plusieurs lasers, peu de résultats ont été constatés, c'est alors que j'ai été magnétisé plusieurs fois par des spirites et tout s'est cicatrisé, l'ophtalmologiste qui me soigne, n'y comprend plus rien.
Je remercie toutes les personnes qui m'ont aidé. "

5ème témoignage

" En juin 1997, j'ai perdu subitement la vue. J'ai été hospitalisé en service de neurologie. Après une semaine d'examens, de prélèvements, le samedi matin, le verdict tombait : sclérose en plaque. Je suis restée stoïque. Puis, ce fut 9 ans de galère, des moments de calme suivis de moments de crises, des séjours à l'hôpital plus ou moins rapprochés et une vie de famille perturbée. Je connaissais déjà le centre mais je ne trouvais pas forcément une réponse, un manque de foi, sans aucun doute et puis peu à peu, j'ai commencé à croire et à venir régulièrement au centre pour me faire magnétiser, le résultat arriva en avril 2006. Le neurologue m'annonce qu'il n'y a plus rien, plus de sclérose en plaques !
Aucune erreur possible, les radios sont formelles.”
Nous avons voulu en savoir plus sur le cheminement de Véronique, aussi nous lui avons posé quelques questions, voici l'interview :

Tu n'as plus rien ! Lorsque que tu as entendu ces paroles, quelles ont été tes pensées ?

Tout d'abord, je n'ai pas pensé mais je me suis mise à pleurer. Ensuite lorsque j'ai réalisé, je me suis dit : " Alléluia, je suis guérie " et la première personne à qui je pouvais annoncer cette nouvelle a été ma fille.

Tu as pris part, semaine après semaine, aux soins spirituels. Ta détermination a-t-elle été constante ?

Non, au début, je n'ai pas été constante, je venais de temps en temps durant l'année 2003, je n'avais rien à perdre, j'attendais le miracle mais les douleurs étaient toujours les mêmes. En novembre 2004, j'ai pris la décision d'être plus régulière, soutenue par mon mari. J'ai commencé à lire mais je n'avais toujours pas de ressentis lorsque l'on me magnétisait. Au mois de décembre de cette même année, j'ai eu un déclin physique alors je me suis dit : " Si tu t'y tiens, peut-être que… " C'est à partir de février 2005, que je suis venue tous les mercredis très régulièrement.

As-tu eu des périodes de doute, de découragement ?

Oui. Au début j'y allais parce que j'avais la foi. Les médiums me disaient qu'il y avait du fluide et j'y croyais. J'ai commencé à véritablement les sentir au mois d'avril. En fait, à ce moment-là, je me préparais avant la séance avec de la musique douce puis plus tard, dès la veille je commençais à y penser. Je me suis appuyée pour cela sur la personnalité de Chico Xavier pendant plusieurs mois. C'est seulement ensuite que j'ai ressenti la présence de ma grand-mère qui me soutenait.

Dans ce cheminement quels ont été tes points d'appui, tes supports, tes repères ? La foi en Dieu, la présence de ton Guide à tes côtés, l'engagement de tes frères incarnés dans cette démarche ?

En fait, avant la magnétisation, j'appelle mon guide ainsi que l'aide de Dieu. Lorsque l'on me magnétise, je ressens la présence de mon guide près de moi et avant que les fluides n'arrivent, je vois une grande lumière. Je sais alors que je suis aidée. Les fluides étaient parfois très forts et d'autres fois très doux. Dans ce travail, je me suis aidée de la foi que j'ai en Dieu, de la protection de mon guide que je ressentais souvent la veille des passes, du soutien de mon mari et des médiums du centre. Le petit fascicule que vous avez sur " les passes" m'a également beaucoup aidé.

En dehors des soins au centre qu 'elle a été ton cheminement, ton implication personnelle ?

Je dois d'abord signaler une rencontre que j'ai faite durant l'année 2005 qui a été décisive dans mon cheminement personnel, c'est celle de Divaldo. J'ai eu le privilège de le recevoir à la maison et, après son passage, j'ai eu envie de lire et de m'instruire. A travers cette instruction, j'ai modifié ma vision des choses, à savoir de croire que cette maladie me tombait dessus par hasard, comme une fatalité. J'ai commencé à comprendre que c'était un chemin de vie que j'avais choisi et dans lequel je devais m'engager. J'ai donc lutté différemment. La lecture des cinq ouvrages de Chico Xavier, dictés par André Luiz, m'a ouvert les yeux.

Qu'est-ce qui a motivé cette persévérance dans la continuité de ta présence aux séances spirituelles ?

Au départ, j'avais envie de venir parce que je trouvais au centre une famille spirituelle. En suite, j'ai commencé à ressentir les fluides pendant les passes. Je me sentais portée et dans mon quotidien, je n'avais plus de douleurs pendant 5 à 10 mn. Et puis, j'ai commencé à être impliquée vis-à-vis des médiums du centre, des frères spirituels de l'au-delà et j'ai donné mon engagement.

Penses-tu que sans cette régularité dans les séances tu aurais pu obtenir un tel résultat et pourquoi ?

Non et aujourd'hui même je le constate. J'ai encore actuellement des problèmes à résoudre et les passes m'aident et soulagent. Cependant, j'ai été absente pendant trois mois et depuis, cela me réveille la nuit. Je pense que s'il n'y a pas de continuité aussi bien chez soi que dans les visites au centre, il ne peut y avoir de résultat.

Quelle porte, quel éclairage, quel chemin s'ouvre devant toi après cette concrétisation de l'aide spirituelle qui t'a été apportée par les frères ?

Sur le plan spirituel, je veux continuer à venir le mercredi pour prier pour les personnes qui souffrent, j'en ai besoin. Je poursuis la lecture et j'en parle avec ma fille. En famille, nous faisons chaque dimanche, le moment où l'on se retrouve, une prière collective. Sur un plan personnel, je suis plus sensible aux maladies des autres et j'ai un besoin d'aider tout en ayant aussi besoin de réapprendre à vivre sans la maladie.

As-tu un message à délivrer vers ceux qui espèrent une guérison ?

Je peux leur dire qu'il faut qu'ils y croient même si parfois on peut se décourager, il faut s'y tenir. Il faut qu'ils croient en Dieu, en leur guide qui est là et qui leur tient la main, qu'ils ne sont jamais seuls face à la maladie.

Tu seras un Educateur

Le visage rayonnant, le regard pétillant, il parlait. Claudia traduisait chaque petit morceau de phrase. On aurait pu l'écouter même sans comprendre une de ses paroles, sans doute parce que son message allait bien au-delà des mots.

 Divaldo Pereira

Il est venu à notre rencontre comme un pèlerin du spiritisme pour nous apporter sa force, sa foi, sa conviction mais aussi tout son amour. Il nous a parlé du spiritisme en France depuis la nuit de la St Barthélemy jusqu'à la prise de la Bastille. Des Esprits, pour se racheter, se sont réincarnés, à l'aube d'une ère nouvelle pour la France. Le spiritisme s'est alors développé à Paris, ville lumière, pour y combattre le matérialisme. Puis des Esprits français se sont réincarnés au Brésil où sévissait l'esclavage des noirs et la guerre contre le Paraguay.
C'est dans cette patrie que naquit Chico Xavier. Un jour , alors qu'il n'avait que quatre ans, sa mère malade lui dit : " mon fils, si un jour on te dit que je suis morte, ne le crois pas ". Quelques temps après, une tempête s'éleva sur la ville, et Chico était terrorisé. C'est alors que sa mère lui apparut, illuminée, et lui dit " n'aie pas peur ". A partir de là, d'autres Esprits lui apparaissent. Il devient un outil médiumnique hors du commun. Son premier ouvrage psychographié est l'œuvre de cinquante poètes désincarnés. Le style de l'écriture est identique à celui de chaque Esprit du temps de son vivant. Cela lui valut d'ailleurs des procès de la part des familles, mais Chico en sortit toujours sans une égratignure, l'académie ayant même reconnu les œuvres comme étant celles de l'Esprit de l'auteur.
Puis André Luiz, médecin désincarné, est venu élargir la vision de l'au-delà avec 16 ouvrages psychographiés dont six sont actuellement traduits en français. André Luiz y décrit le monde spirituel dans lequel il vit.
Chico était aussi porteur de la médiumnité d'odeur. Lorsqu'il servait une tasse de café, elle pouvait sentir la rose, la violette, l'éther ou l'alcool. Quand on lui demandait d'où venait ce parfum, il répondait avec un beau sourire " c'est le vent qui l'amène ".
Puis Divaldo nous a parlé d'autres grands médiums brésiliens. Certains, en lévitation, capables d'écrire avec les deux mains en même temps chacune dans une langue différente. Ou bien encore de procéder à des matérialisations en pleine lumière. D'autres comme José ARIGO, qui n'est pas spirite, capable d'opérer sans anesthésie, sans asepsie, sans douleur en quelques secondes. Il a été incarcéré, le corps médical n'acceptant pas ses pratiques, ou plus précisément la chirurgie spirituelle. Mais même en prison, il continue d'opérer. Divaldo qui était allé lui rendre visite, pour lui apporter son soutien, a assisté à une opération de la cataracte. José a tenu absolument à ce qu'il assiste à une telle opération afin qu'il puisse témoigner dans le monde de ce qu'il avait vu.
Le drapeau de la charité, nous dit Divaldo, flotte sur le monde spirituel comme sur le monde matériel. Au Brésil de nombreux foyers d'enfants, des écoles, des maisons pour personnes âgées ont été crées. Des hôpitaux spirites permettent de traiter les cas d'obsessions par passes magnétiques, eau magnétisée ou dialogues avec l'esprit obsesseur. Il y a actuellement au Brésil trois cents radios, trente chaînes de télévision qui consacrent des programmes au développement du spiritisme et plus de 7500 associations spirites.
Mais actuellement, les Esprits sont de retour en France, où une nouvelle ère s'annonce au travers d'un renouveau social dans le domaine de la politique et des arts. D'ailleurs l'art spirite sera bientôt une réalité et Léon Denis devrait prochainement dicter un livre sur l'art.
Le spiritisme est universel et va apporter un éclairage nouveau aux religions. Jean-Paul II avait dit " les morts reviennent et se communiquent " et à la veille de sa mort " dans les profondeurs de ma réflexion, j'arrive à la conclusion que le ciel et l'enfer ne sont pas des endroits géographiques mais des états de conscience ". Kardec ne s'était-il pas exprimé ainsi dans son ouvrage " Le ciel et l'enfer " ?
Lorsqu'on demande à Divaldo de nous parler de lui, il nous confie cette merveilleuse aventure qui lui est arrivée alors qu'il voyageait en train. Il regardait un paysage et eut soudain la vision de ce lieu rempli d'enfants qui jouaient au milieu de constructions. Il y avait un vieux Monsieur aux cheveux blancs et lorsqu'il s'approcha de lui il se reconnut. C'est alors qu'il entendit une voix : " c'est ce que tu feras de ta vie, tu seras éducateur ". Aujourd'hui plus de 25 foyers accueillent 30 000 enfants dont 826 ont été adoptés. Il a depuis 230 petits enfants et 42 arrières petits enfants.
Mais il serait impossible de ne pas vous faire partager cette histoire que Divaldo nous a confiée. Il arriva un matin devant la première maison qu'il avait crée et trouva un attroupement au pied de cette bâtisse. Mas que se passe-t-il demanda-t-il ? Un petit enfant avait été abandonné et les fourmis commençaient à le dévorer. On prit soin de ce petit garçon et Divaldo alla chez le notaire, c'est la procédure au Brésil, pour adopter cet enfant. Nom du père, lui demanda-t-on ? Divaldo. Nom de la mère ? Il n'a pas de mère. Stupeur générale. Mais cela est impossible ! Non il n'a pas de mère. Mais nous ne pouvons enregistrer votre demande. C'est alors que Divaldo vit apparaître un Esprit ? C'était une femme. Elle le regarda et lui dit, tu n'as qu'à lui donner mon nom. Ce que fit Divaldo en disant, je plaisantais bien sûr pour rassurer les notables. Ce fut le premier qui porta son nom et bien d'autres suivirent. Depuis les autorités ont accordé à Divaldo la garde des enfants et la responsabilité de leur éducation au sein du foyer dont il eut la clairvoyance, un jour, lors d'un voyage en train.
En attendant que ce grand Monsieur ait des cheveux blancs, et qu'il regarde jouer tous ces enfants, il voyage inlassablement de par le monde pour témoigner de cette doctrine spirite et apporter l'espoir à nous tous qui cheminons pour construire un monde meilleur.
Merci à toi Divaldo, nous essaierons, à notre mesure, de suivre ton exemple et sache que l'empreinte que tu as laissée dans nos cœurs est indélébile car elle est comme ton regard, remplie d'amour.

La Terre, un lieu de passage

On raconte qu'au siècle dernier, il y eût un groupe de touristes Français de passage au Brésil dans l'Etat de Minas Gerais avec pour objectif de rencontrer le fameux médium : Cândido Francisco Xavier surnommé plus simplement Chico. Les touristes ont été stupéfaits en constatant qu'il habitait dans une petite chambre de bonne, pleine de livres. Les seuls meubles qu'il y avait dans la pièce étaient un lit, une table et un banc.
- Où sont vos meubles ? Demandèrent les touristes.
Et Chico, aussi rapidement, leur demanda :
- Et où sont les vôtres ?
- Les nôtres ? surprise des touristes - mais nous sommes de passage !
- Moi aussi….répondit Chico. Mes amis, la vie sur la terre est seulement un passage. Cependant, quelques-uns vivent comment s'ils allaient rester ici éternellement et ils oublient d'être heureux.

Tradution d'Alex Cabral Teixeira

 Chico Xavier

Chico reçut des milliers de messages personnels et, parmi ceux-ci, des témoignages d'Esprits visant à disculper des innocents, accusés à tort de crime. Ce furent les premiers cas, qui firent d'ailleurs jurisprudence, où un tribunal reconnut le témoignage d'un Esprit. Chico est un des auteurs sud américain le plus vendu avec 22 millions de livres, traduits en 14 langues. Mais Chico a toujours vécu tout simplement de sa retraite, sans jamais toucher un seul centime des droits d'auteur de ses ouvrages.