Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.
Si vous désirez vous abonner à cette revue trimestrielle et recevoir l'exemplaire chez vous, remplissez ce formulaire.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 10

Bulletin 10 - Septembre 2002
Sommaire

Editorial

L'harmonie, c'est la combinaison de sons simultanés agréables. L'élément fondamental d'une bonne harmonie, c'est l'accord parfait entre différents éléments.
Dans un groupe spirite, rien ne peut se faire sans une parfaite harmonie en pensées, en paroles et en actions.
Une assemblée est un foyer ou rayonnement des pensées diverses ; c'est comme un orchestre, un chœur de pensées ou chacun produit sa note. Il en résulte une multitude de courants et d'effluves fluidiques dont chacun reçoit l'impression par le sens spirituel.
Si toutes les pensées sont harmoniques, l'ensemble est harmonique, l'impression est agréable. Il règne alors une atmosphère morale salubre, où l'on respire, où l'on se sent réconforté. Associer nos actes aux plans divins, agir de concert avec la nature dans le sens de l'harmonie et pour le bien de tous, c'est préparer notre élévation, notre félicité.
Bonne lecture,

Le président

Le courrier des lecteurs

Bonjour,
Je vous écris aujourd' hui, car j' ai un petit doute sur une médium-voyante que j'ai rencontré début avril 2002, et j'aimerais avoir votre avis, qui me semble assez juste dans l'ensemble des témoignages que j'ai pu lire.
Cette médium m' a dit qu' elle était en contact permanent avec sa grand-mère décédée, et ceci grâce à l'écriture. C'est grâce à cette dernière qu' elle communique avec d' autres personnes décédées.
Elle m' a demandé si ma mère était morte, et lorsque je lui ai dis que oui depuis 1993, sa grand-mère est tout de suite passé en lien direct avec ma mère.
Alors, je ne sais pas si tout ce qu' elle m'a dit est vrai, car je n'ai eu aucune preuve que c'était bien ma maman.
Vous dites que les personnes désincarnées ne sont pas à notre service, que ces dernières viennent à nous par procuration Divine.
Dois-je croire aux dires de cette médium ?
J' ai tellement envie d' y croire, de la savoir bien.
Merci de bien vouloir me répondre, car je doute beaucoup actuellement.

Bonjour Hervé ,
Je comprends dans quel état tu es actuellement et je vais essayer de t'amener quelques informations pour que tu y vois un peu plus clair.
Il faut d'abord savoir qu'aucun médium ne peut commander, ni diriger, ni avoir le moindre ascendant sur le moindre esprit ! Ce sont eux qui viennent se ommuniquer lorsqu'ils le désirent, et s'ils ont la procuration Divine comme tu le sais déjà.
Il faut également que le médium soit en affinité avec les fluides de l'esprit pour qu'il se communique.
Tout médium peut être dupé sur la source du message, c'est pour cela qu'il faut recevoir les témoignages, toujours avec beaucoup de précaution. Cela demande beaucoup de pratique et d'analyse, car les risques sont importants qu'un esprit léger se substitue et se joue du médium en se faisant passer pour l'esprit que l' on souhaite contacter, surtout si rien dans les messages transmis ne sont clairs ou fiables sur l'origine.
En effet, à trop vouloir avoir à tout prix un message, on risque fortement de ne pas avoir ce que l'on désire, ou plutôt la personne que l'on ne désire pas, à la place ..!! donc méfiance avant tout.
Les esprits n'ont bien sûr pas que cela à faire, et ne sont pas à notre disposition, la vie de l'au-delà n'est pas faite d'oisiveté, mais bien de réflexion, et de travail, ce qui n'empêche pas les esprits "familiers" de toujours garder un regard sur nous à distance et de nous guider par leurs bons conseils chaque jour par le canal de "l'intuition", surtout si le lien affectif auparavant était fort. Je comprends ton envie d'y croire, Hervé, mais sache que chacun sur cette terre a son chemin à faire, et que si l'on s'incarne, c'est pour venir réparer ses fautes réalisées dans des vies antérieures, se défaire de ses défauts actuels et d'apprendre également...
Si certains êtres chers ont quitté notre terre, c'est que la tâche qu'ils devaient accomplir dans cette vie est finie, ils peuvent retourner à la vie spirituelle. Notre vie, par contre, doit continuer, elle a un but aussi, elle a un sens, nous avons notre travail également à faire. Trop vouloir se raccrocher à ceux qui sont partis, nous empêche de progresser, il faut bien en prendre conscience…
Tu comprendras donc qu'il ne faut pas à tout prix rentrer en contact avec nos défunts, cela les dérangent, les bloquent dans nos sphères bassement matérielles et les empêchent d'évoluer.
Cela t'empêche également de faire ton propre deuil, et ainsi pouvoir te concentrer sur ce que tu es venu faire sur cette terre. Là, est le vrai but, et c'est sur quoi il faut s'investir !!
Concernant ta maman, la meilleure façon de la savoir bien, c'est de prier pour elle, car la prière est la force et l'outil le plus puissant que Dieu nous ai donné à chacun pour aider, et garder le lien entre les êtres chers et nous aider sur le chemin de notre vie, à supporter les moments difficiles.
Fraternellement

Christophe

 

13ème symposium spirite à Douai

Le rassemblement, à Douai, des spirites de langue française a donné lieu à des communications et des débats suivis attentivement par notre envoyé spécial, armé de sa bonne volonté, d'une plume et d'un magnétophone. Il raconte en exclusivité.
Durant la journée du samedi et la matinée du dimanche, une bonne quinzaine d'orateurs se sont succédés à la tribune pour de petites interventions suivies de débats. Tous étaient remplis d'enthousiasme mais les sujets traités diversement intéressants, certains purement intellectuels se cantonnant à des connaissances livresques. D'autres ont donné lieu à de vives passes d'armes ainsi celui proposant avant le congrès de 2004, comme une sorte de rodage, l'organisation d'un mini-congrès à caractère médical en 2003, à Paris. Je revois encore la tête des dirigeants, surpris et inquiets, déjà complètement immergés dans la préparation de la gigantesque manifestation de 2004, peu désireux d'un surcroît de travail et de complication. Ce fut un grand moment ! Je peux confesser qu'à cet instant-là, être spirite ne signifiait pas être soumis ou docile ! Parmi tous les exposés, j'ai retenu celui de Charles traitant de la structure européenne et internationale du spiritisme, de Michel plaidoyer pour le congrès de 2004 à Paris, de Gilles, notre récent président lyonnais, abordant le délicat problème de la formation des médiums et enfin celui du marseillais Jean, hymne à la prière et à la méditation. J'ai également mis à contribution. mes camarades d'escapade, pour qu'ils nous livrent leurs impressions.

 

 Symposium de Douai

Charles a longuement commenté l'organigramme du mouvement qui possède à sa tête un Conseil Spirite International (CSI). Il a pour but l'étude et la diffusion de la pensée spirite dans le monde, la promotion de la charité spirituelle et de la solidarité entre les groupes. Il encourage et organise l'étude de la doctrine spirite ancrée à un trépied formé de la science, de la philosophie et de la religion.
Le CSI cherche l'unification du mouvement spirite, pour ce faire, il propose mais n'impose rien. Pour terminer Charles a rappelé les 4 classes de spirites selon Allan Kardec :
1. Les spirites expérimentateurs considérant le spiritisme comme une science d'observation,
2. Les spirites imparfaits s'intéressant en plus des faits à la philosophie,
3. Les vrais spirites ou spirites chrétiens pratiquant la morale et en acceptant les conséquences,
4. Les spirites exaltés, les pires, acceptant tout, trop facilement et sans contrôle.
Michel avec la fougue qui le caractérise, a dressé un tableau très réaliste du futur congrès de 2004, célébrant le bicentenaire de la mort du maître.
Il se déroulera, en principe, au palais omnisports de Paris-Bercy. 3000 à 3500 brésiliens sont attendus ! Le budget prévisionnel est colossal, c'est pourquoi les pré-inscriptions sont les bienvenues. De multiples tractations sont encore en cours. Ceci dit pour nous français, une telle manifestation est importante et il est de notre devoir d'y participer, d'autant plus qu'il est peu probable qu'elle se répète en France de notre vivant (les congrès ont lieu tous les 4 ans !), de nombreux pays postulent pour l'organiser.

La diversité

Pendant ce symposium spirite de Douai, j'ai remarqué la diversité du genre humain et de là, la diversité des actes qui en découlaient.
Une prière inspirée, faite chaque fois par des médiums différents, ponctuait l'ouverture et la fermeture de chaque demi-journée.
De la diversité du moment, des médiums et des guides spirituels, il en est résulté une diversité dans la prière, selon le choix des mots, du phrasé et des émotions ressenties.
Les médiums étant déjà tous différents les uns des autres par leur tempérament, leur engagement, leurs aptitudes et leurs objectifs, il est logique de constater de grandes différences dans le fonctionnement des centres spirites.
Cette diversité des centres, prouve que la pratique du spiritisme n'est pas uniforme dans son expression et que chaque centre possède sa propre identité.
Chaque centre abordait pendant une vingtaine de minutes un thème qu'il avait choisi.
Là encore, la diversité était flagrante :
Dans le choix des sujets, certains philosophiques, d'autres d'actualité et un très pratique (de la prière à la méditation)
Dans la présentation qui passait de la lecture totale à l'improvisation (ou inspiration ?) complète. Cette diversité parfois décriée, est source de richesse lorsqu'elle est acceptée tout simplement. A Douai, nous avons vécu en toute simplicité notre diversité.

Joëlle

Gilles, de façon claire et pratique, a expliqué le fonctionnement de notre centre de Lyon dans un de ses objectifs majeurs : la formation de médiums. Les candidats doivent posséder un minimum de connaissances et chercher à se spiritualiser. L'étude des ouvrages fondamentaux du spiritisme est nécessaire et c'est pourquoi le centre de Lyon organise des cours très prisés et animés sur la philosophie spirite et met à la disposition de ses adhérents une impressionnante bibliothèque. Les séances spirites proprement dites, pour les apprentis médiums, débutent par des séances d'initiation hebdomadaires par petits groupes, présidées par un médium confirmé et encadrées par des médiums plus anciens. Tout est mis en œuvre pour faciliter au novice volontaire l'accès au monde spirituel dans un climat de sécurité, de confiance et d'amitié.
Les médiums débutants assistent aux séances spirites publiques du samedi après-midi assis dans la salle.
Ils participent par la prière et l'envoi de fluide, à leur bon déroulement.
En plus, il existe des séances mensuelles d'initiation médiumnique ouvertes à tous les adhérents et qui servent d'avantage aux médiums en voie de développement.
Toutes ces réunions se terminent par des tours de table (mais les tables ne tournent pas !), où chacun avec amour et humour exprime son ressenti.
Les personnes plus clairvoyantes peuvent ainsi prévenir les débutants d'une anomalie de fonctionnement, en particulier les communications avec des esprits trompeurs et beaux parleurs.
Une telle organisation est très lourde et nous sommes reconnaissants à nos anciens de l'important investissement consenti pour cette tâche. L'intégration de nouveaux médiums dans un groupe doit se faire de façon progressive et réfléchie.

Au terme des deux journées du symposium de Douai, il reste à nous spirites encore beaucoup de travail à effectuer pour aider nos frères en humanité.
Néanmoins cela nous permet de constater que le travail entrepris dans notre centre Allan Kardec de Bron est dans la bonne direction, avec l'aide de nos frères désincarnés qui sont toujours là pour nous aider à évoluer, réconfortés par le fait que nous progressons sans cesse, chacun à notre niveau. C'est une question de volonté.

Quant à Jean, avec son accent chantant, ses paroles étaient réellement inspirées, l'Esprit alors soufflait sur la salle. Il est difficile de résumer ses propos sans les attiédir. Il a parlé de la prière et de la méditation "Dieu est à l'intérieur de nous et la prière a pour but de réveiller l'Esprit de Dieu qui est en nous. La prière révèle notre entité. Nous avons déjà vécu dans le genre humain et pour réveiller cette entité, il y a la prière, supplique à un supérieur. La prière nous permet de trouver l'Unité. Cette révélation va nous donner la lumière, l'étincelle divine sur laquelle nous allons souffler comme sur la braise et alors nous serons des illuminés au sens propre du terme, illuminés de lumière divine. Nous pouvons reconnaître cette révélation par la méditation.
Il y a différentes façons de méditer. Vous ne méditez pas pour être mieux mais pour être en phase avec l'invisible. Le but est d'harmoniser le corps et le mental conscient avec leur source spirituelle.
Le mental ne doit pas vagabonder ni être guidé mais être apaisé et concentré sur l'esprit de Dieu en nous, l'énergie spirituelle étant alors libre de circuler dans notre mental et notre corps et de s'exprimer dans tous les aspects de notre vie.
Il ne s'agit pas d'obtenir mais de devenir.
La méditation est une rencontre sur un pied d'égalité qui permet de se libérer de tout ce qui, en nous, empêche les forces créatrices.
La prière et la méditation sont complémentaires, la prière posant des questions auxquelles la méditation apporte des réponses". Ces propos ont trouvé en moi beaucoup d'échos, me confortant dans une pratique assidue. Mais que le chemin semble long et tourmenté ! Heureusement il y a beaucoup d'aide, celle de nos frères spirites embarqués dans la même galère et surtout celle de nos guides, véritables timoniers, nous indiquant invariablement le bon cap.
Ce premier symposium, hymne à la diversité et à la fraternité, en appelle d'autres. Je serai présent à Liège l'an prochain. Ma progression spirite me permettra alors d'améliorer la qualité des échanges avec les participants et la compréhension des textes. A côté des lectures, de la prière et de la méditation, de l'apprentissage de la médiumnité, le symposium constitue une nourriture spirituelle non négligeable.
Un grand merci à tous ceux qui ont permis une telle manifestation.
Et pour conclure je citerai les célèbres mots : "Militant ici-bas, triomphant au-delà."

Michel

Dimanche midi, le symposium se termine. Suite à un malentendu le jour où nous avons acheté les billets de train, je me trouve avec un billet différent de mes six compatriotes lyonnais. Leur train part à 15 H, le mien à 20 H 30. Ils m'encouragent alors de venir avec eux à la gare pour changer mon billet. Pourtant, une intuition me dit qu'il faut rester ; je décline leur offre.
L'après-midi passe. Un à un, les différents participants repartent chez eux. La salle se vide. Il ne reste bientôt plus que quelques douaisiens et Roger Perez, président de l'USFF et fondateur du Centre Spirite Lyonnais. Ayant constaté que nous prenions le même train, Roger sort sa place - wagon 20, place 47 - Je sors la mienne - wagon 20, place 48 ! Nous ne pouvons empêcher un rire. Je repense alors à cette citation d'Albert Einstein : " le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito. "
A l'heure où j'écris ces lignes, je repasse en mémoire toutes ces petites anecdotes qui ont jalonné mon parcours depuis mon adhésion au spiritisme. Toutes ces coïncidences sont comme autant de preuves de la présence et de la protection du monde spirituel. Malheureusement, ces souvenirs s'effacent peu à peu (par ingratitude ?) et avec eux, la foi et l'assurance qu'ils procurent.
Absorbé par les paroles de Roger, je n'ai pas senti passé les 3 heures du trajet retour. Dans un élan de nostalgie, celui-ci m'a raconté l'histoire de la reconstruction de l'USFF. Je reste songeur en pensant à ce que peuvent faire une poignée d'hommes lorsqu'ils ont le désir sincère de servir une noble cause. Les apôtres, douze hommes (en comptant Saint-Paul à la place de Judas) n'ont-ils pas révolutionné le monde ?
Voilà à quoi je pense en regagnant mon domicile. Les impressions et les souvenirs de ce week-end se gravent en moi, comme autant de messages d'espoir et d'encouragement, tandis que demain les activités du centre de Lyon reprendront.

Mickael

Décès de Chico Xavier

Le plus célèbre médium brésilien, Francico Candido Xavier, appelé affectueusement Chico Xavier par les Brésiliens, s'est désincarné à l'âge de 92 ans le 30 juin 2002. (il était né le 2 avril 1910).
Un de nos adhérents brésiliens nous a dit :
" On ne peut pas mesurer les effets de la mission de Chico Xavier aujourd'hui. Elle est bien plus grande que l'on ne peut l'imaginer.
L'ampleur du mouvement spirite au Brésil a été possible grâce au travail de Chico Xavier. Le Spiritisme, de part le monde, est redevable à l'œuvre que nous a laissé Chico Xavier.
La mort n'existe pas ; c'est la fin d'un cycle : le physique. Il n'y a donc pas de regrets à avoir, parce que nous avons la certitude que cette mission se continuera dans l'Au-delà.
Cela ne peut que nous inspirer l'espoir d'un futur meilleur. "
Chico Xavier a écrit plus de 400 livres dictés par des Esprits, dont Notre Demeure et La vie continue, vendus au total à environ 25 millions d'exemplaires.
Avant qu'il ne soit enterré, environ 300 000 personnes sont venus se recueillir près de son corps.

Un jeudi soir au centre...

Ce jeudi soir, nous sommes six autour de la table. Dehors il fait nuit, la soirée va commencer. Nous sommes réunis pour apprendre, apprendre à développer notre médiumnité. Drôle d'apprentissage direz-vous et pourtant nous y croyons dur comme fer. Nous adhérons de toutes les forces de notre conviction au message spirite, séduits et convaincus, entre autre, par la clarté des écrits d'Allan Kardec et des ses successeurs.
Bref, nous sommes cinq néophytes groupés autour de Catherine comme des poussins autour de leur mère poule. Heureusement il y a Catherine, notre initiatrice. A la fois elle rassure et elle fait envie. Elle communique avec les esprits, en particulier son guide, avec naturel et aisance. Jamais nous ne l'avons surprise en flagrant délit de propos erronés ou inappropriés. Bien au contraire, souvent nous sommes stupéfaits par ses remarques.
Elle se meut parfaitement à l'aise dans un monde qui nous semble encore bien lointain et mystérieux.
Et tout ça avec humour et gentillesse. C'est pourquoi nous avons tous envie de l'imiter.
Bref, nous sommes au travail.
La lecture a été lue par Joëlle, je l'ai écoutée d'une oreille distraite, bercé par une voix agréable. Puis Gilles, à la demande de Catherine, a fait une prière inspirée. Au fait, de quoi a-t-il parlé, de disponibilité je crois ?
Passons. Le temps fort de la soirée arrive.
Chacun à notre tour, nous allons exprimer ce que nous ressentons à l'intérieur de nous-mêmes.
Que ce soient des couleurs, des mots, des images, il est intéressant de les capter et de les formuler. Catherine est experte pour nous permettre de tirer le maximum de nos sensations. Et puis, elle au moins, elle peut les commenter et les interpréter. Si souvent elle est caressante et compréhensive, parfois elle peut pousser et bousculer.
Comme un collégien le jour de l'oral du bac, j'éprouve un petit pincement de cœur. Est-ce que je vais être à la hauteur ? Je me réprimande intérieurement. Je n'ai rien à prouver, je suis là pour progresser et expérimenter. Comme mes cinq collègues d'ailleurs. et le fait d'être novice rend tolérant. La voix de Catherine : "Elevez votre esprit, appelez votre guide."
Elle en a de bonnes, je sais bien que son guide lui répond, mais le mien il doit être sourd et muet. J'élève mon esprit, j'élève mon esprit, j'appelle mon guide. Rien, rien de rien, le silence effrayant. Des images de ma journée qui repassent.
Et je suis presque certain que dans très peu de temps, je vais entendre sa douce voix déclamer : "Michel, c'est à toi de travailler !"
Je vais être obligé d'avouer mon inaptitude. C'est pas possible, pourquoi dans tous ces esprits supérieurs, aucun ne s'intéresse à moi.
C'est trop injuste, je suis rempli de bonne volonté, je fais des efforts pour venir, et il ne se passe rien. Une sorte de colère sourde s'empare de moi.
Je n'entends plus Catherine qui continue à nous exhorter :
" Appelez votre guide !" Je suis pris dans de violentes émotions.
Je ne me reconnais pas, d'habitude je conserve mon calme. Puis tout d'un coup, j'ai froid, très froid, moi qui crains le chaud.
Subitement, comme un soufflé, toutes mes émotions retombent. Je ressens une sorte de vide complet à l'intérieur. Et puis une voix, mais est-ce bien une voix, en tout cas je l'entends de façon très nette : "Il n'y a pas de place pour moi !"
Qui parle ainsi, quelle place ?
Et soudain je vois l'intérieur de mon être comme l'intérieur d'une habitation. Quel capharnaüm ! Tout est encombré, en désordre. Je suis rempli de vieilles rancœurs, de haines inavouées, de désirs insatisfaits, d'autosatisfaction et de bien d'autres sentiments que ma pudeur naturelle et mon orComme je regrette, non parce que je vais réaliser une médiocre séance, non mais parce que je me sens lourd, pesant.
Et c'est au moment où je me sens le plus lourd que je réussis à élever mon âme :
"Pardon, pardon, pardonnez-moi. Mais que faire à présent ?
Et à nouveau la voix :
"Je vais t'aider, à présent c'est possible."
Et je vois mon espace intérieur se modifier. Il y a toujours autant d'objets, les mêmes, mais une main invisible les range. Je sens que plus tard, il me faudra trier et jeter, plus tard. Pour le moment il y a beaucoup plus d'espace à cause du rangement. On peut s'asseoir sur le canapé, ouvrir les placards, entrer et sortir. C'est drôlement plus confortable !
Je n'entends plus la voix, mais je ressens comme un sourire malicieux à l'intérieur. Le sourire de quelqu'un qui a joué un bon tour.
Et la voix de Catherine : 'Michel, c'est à toi de commencer le travail."

Ce que le Spiritisme n'est pas...

Dans son ouvrage " le phénomène spirite ", Gabriel Delanne nous dit : " Le spiritisme n'est pas une religion : il n'a ni dogmes, ni mystères, ni rituel. C'est une science d'expérimentation de laquelle, découlent des conséquences morales et philosophiques dont l'importance est considérable, l'étude de l'âme après la mort, des conditions de sa vie dans l'espace. "
Or, nous sommes surpris de voir que le Spiritisme reste encore associé à la seule communication avec les Esprits. En effet, à travers les nombreuses questions que l'on nous adresse, nous constatons que l'on nous demande toujours les mêmes choses à savoir : " Comment peut-on communiquer avec mon ami ? ou mon grand-père ? ou mon frère ? Faut-il un verre ? Une prière particulière ? Un lieu donné ? "
Non, le Spiritisme ne s'arrête pas à la seule fonction de recevoir des messages de l'au-delà !
D'autant qu'" il peut arriver aussi que les Esprits que l'on évoque ne puissent pas répondre à l'appel qui leur est fait, et ceci pour plusieurs raisons. En supposant que ces Esprits ne soient pas réincarnés, c'est-à-dire ne soient pas revenus sur la terre, ils peuvent être occupés dans l'espace à des recherches ou à des travaux qu'il ne leur est pas possible d'abandonner sur-le-champ ; ils sont, comme ici-bas, peu disposés à se déranger pour le premier venu, surtout si l'évocation n'a pas un motif très sérieux. En second lieu, tous les Esprits qui vivent dans l'erraticité ne sont pas au même degré d'avancement moral. Il y en a un très grand nombre qui ne se rendent pas compte de leur état. Ils ont une vie analogue à celle du rêve. Ils vont et viennent, ont conscience qu'ils existent, mais les événements défilent devant eux sans qu'il leur soit possible de les classer méthodiquement. Ils éprouvent des sensations, souvent très vives, sans se les expliquer. Les causes qui les suscitent leur sont étrangères, et leur volonté est tout à fait impuissante à modifier leur vie psychique. Les uns ne se croient pas morts et vivent de notre existence, en s'étonnant qu'on ne réponde plus à leurs questions ou que ceux qu'ils ont aimés semblent ne plus les voir ou les entendre. D'autres sont dans une obscurité profonde et cherchent vainement dans quel lieu ils se trouvent ; ils errent dans un silence et des ténèbres épaisses que nul bruit et nulle lueur ne viennent dissiper. Pour ceux-là, l'évocation est un bienfait, car la pensée vient les sortir de cet état malheureux et leur ouvrir la porte du tombeau spirituel dans lequel ils sont emprisonnés, mais leur état leur interdit le plus souvent de répondre, malgré l'envie qu'ils en ont. "

Fiche du mois : Corps physique/Périsprit/Ame

Pour consulter la fiche du mois : cliquez ici.

Poésies médiumniques

L' HUMILITE

L'humilité n'est pas sans pitié,
L'humilité n'est pas un péché,
Elle doit rayonner dans le cœur de chacun,
Elle doit nous mener sur le même chemin.
Que Dieu nous apporte son secours
Et nous y arriverons avec tout son amour.
L'avenir est là pour toute l'humanité
Qu'elle abatte à jamais sa fierté.
L'arrogance nous mène sa cadence
Arrêtons ce mauvais pas de danse,
Et partons sur les routes de l'Amour
Qui seules peuvent nous porter secours.
9 mars 2002

PARTIR
Du plus bas de l'abîme
Jusqu'au plus haut des cimes.
Partir pour revenir
Et essayer encore.
Partir tel est notre destin
A nous, pauvres humains.
Nous reviendrons demain,
Du bonheur plein les mains.
Partir sans jamais revenir
Serait notre plaisir,
Il ne faut pas gémir
Et suivre notre chemin.
28 février 2002