Vous trouverez dans cette rubrique l'ensemble des Bulletins "Le Spiritisme"du CSLAK.
Si vous désirez vous abonner à cette revue trimestrielle et recevoir l'exemplaire chez vous, remplissez ce formulaire.

Tout internaute peut télécharger nos articles du bulletins, ils sont libres d'accès cependant si vous les diffusez sur internet sur votre blog, sur votre site ou facebook, twitter, etc, merci d'indiquer que vous les avez téléchargés à partir de notre site internet. Ainsi, vous contribuerez à la diffusion de la cause spirite en nous aidant à nous faire connaître.

Bulletin 11

Bulletin 11 - Décembre 2002
Sommaire

Editorial

Les brésiliens ont une grande influence sur le spiritisme internationnal.
La France est le berceau du spiritisme, le Brésil en aura été le gardien pendant de nombreuses années et il lui offre une vitrine honorable et reconnue.
Quand un brésilien vient en France et surtout à Lyon, ville natale du spiritisme, il recherche les racines du spiritisme. C'est ainsi que nous accueillîmes André Luiz et sa femme dans notre centre et que s'est créée ou renouvelée une amitié terrestre.
D'autres brésiliens, tel Marlène Nobre, présidente des médecins spirites, viennent porter la bonne parole sur notre vieux continent. Les ouvrages d'Allan Kardec n'étant pas traduits dans toutes les langues, la transmission de la connaissance doit encore se faire par le verbe dans certains pays.
Sachons apprécier notre chance d'être spirite français et d'avoir à notre portée tous les outils qui nous permettrons de propager notre doctrine suivant les principes d'amour et de charité que nous ont enseignés les esprits et dans la lignée des ouvrages d'Allan Kardec.
Bonne lecture,

Le président

L'obsession

Distinguer les bons Esprits, des mauvais, voilà une tâche difficile ! Et presque tous les médiums débutants se trouvent confrontés à cette situation : dans quelle mesure peut-on accorder de la confiance à un Esprit qui se communique ?
L'obsession, la fascination ou la possession (selon l'intensité de l'emprise de l'esprit importun) peut toucher n'importe qui mais tout particulièrement des médiums ou apprentis médiums qui n'ont pas toujours les capacités de discernement et dont l'inexpérience attire volontiers des esprits trompeurs ou farceurs.
Allan Kardec a beaucoup écrit sur ce sujet, citant de nombreux exemples. Dans son ouvrage : " Le livre des Médiums " il stipule : " La bonté et la bienveillance sont encore des attributs essentiels des Esprits épurés ; ils n'ont de haine ni pour les hommes, ni pour les autres Esprits :
ils plaignent les faiblesses, ils critiquent les erreurs mais toujours avec modération, sans fiel et sans animosité."
Si le langage des Esprits inférieurs ou vulgaires a toujours le reflet des passions, celui des Esprits flatteurs et faussement instruits trompent souvent le médium qui débute.

Le bon grain de l'ivraie

Voici un exemple récent d'une communication d'un de ces Esprits faux savant, au cours d'une réunion spirite de cette année. Nous raconterons tout d'abord les faits dans leur déroulement brut puis nous avons interrogé les principaux protagonistes c'est à dire le médium trompé et le président de séance qui a débusqué l'intrus.
Le prêche moralisateur d'un esprit trompeur ou l'histoire d'une obsession.
L'Esprit s'exprime par l'intermédiaire d'un médium et il dit ceci :

1. Lors d'une première séance
" Il faut rechercher le sacré dans nos actes pour pouvoir avancer et surtout ne pas faire du surplace afin de gagner une vie future meilleure. Nous pouvons avancer à petits pas, à grands pas, la vitesse n'a pas d'importance, seule la qualité de cet avancement compte. Nous n'avons pas à juger ni de la qualité, ni de la vitesse de notre avancement. Nous ne pouvons pas juger, il faut se contenter d'avancer, toujours avancer et c'est cet avancement qui nous procure une satisfaction du travail accompli. Nous pourrons juger alors de la place que nous occupons actuellement et de la place que nous avons à acquérir pour avancer Si vous gardez en mémoire la loi de la réincarnation, alors cet avancement par le travail vous accompagnera et vous motivera dans votre vie actuelle.
N'oubliez pas : le travail et la volonté vous aideront. Ce travail ne vous est pas impossible à fournir, il est à votre hauteur, seulement la volonté qui est en vous n'est peut-être pas à la hauteur. Alors, vous avez votre libre arbitre qui vous permettra d'ajuster la volonté pour pouvoir accomplir votre travail.
Vous seul êtes responsable de votre volonté, nul ne peut l'avoir à votre place. Ayez la volonté de travailler pour avancer, ayez la volonté et l'humilité de demander de l'aide, de l'aide à Dieu et à votre guide. Ces deux paramètres : volonté et humilité vous sont indispensables. N'oubliez pas : nous ne sommes que ce que nous voulons être, que ce que nous acceptons.
Vous avez là tout ce qu'il vous faut pour repartir chez vous et travailler à votre avancement. Vous n'êtes pas venus ici pour vous distraire, vous êtes venus pour chercher un enseignement qui vous sera profitable… profitable au niveau spirituel, c'est là le plus beau cadeau que l'on puisse vous faire aujourd'hui. "
Cet Esprit, fort moralisateur semble très sûr de son fait, chacun l'a écouté, certains médiums commencent à avoir quelques doutes quant à la crédibilité de son message.

2. Cependant à la séance suivante, il revient avec son petit discours…
" Il faut pratiquer la critique, pas la critique envers les autres car elle n'est pas constructive mais la critique envers soi-même. Elle peut être positive si l'on s'en sert pour avancer dans cette vie spirituelle. La critique envers soi-même peut être négative si l'on s'en sert pour s'enfoncer dans un complexe d'infériorité. Cette autocritique positive peut s'apparenter à l'examen de conscience qui est indispensable. Elle ne se fait pas dans le but de se glorifier, elle doit être faite dans le but de s'améliorer, elle doit nous permettre de voir ce que nous n'avons pas fait et que nous aurions du faire, elle nous permet de voir ce que nous avons fait et que nous n'aurions pas du faire. En résumé, elle doit nous permettre de voir le mal que nous avons fait ou le bien que nous n'avons pas fait pour ne pas retomber dans la même erreur, pour ne pas recommencer et c'est ce non recommencement qui nous permettra d'avancer dans cette vie spirituelle.
Je le redis la critique envers les autres n'est pas constructive car vous n'êtes pas apte à juger, vous êtes seulement apte à vous juger à condition que vous ayez envie de progresser parce que si vous voulez faire du surplace ou vous dévalorisez, vous allez pratiquer l'autocritique envers vous-même, vous allez vous enfoncer et vous ne servirez pas Dieu. Pratiquez cette autocritique pour voir ce qui est en vous, pour vous permettre de vous débarrasser de vos défauts et d'être plus propre et d'avancer vers la perfection, celle qui a été citée dans la lecture.
Beaucoup de chemins mènent à cette perfection mais il y a un chemin, un des premiers chemins à faire, c'est de pratiquer un bon nettoyage et lorsque vous vous sentirez propre, vous pourrez passer à un autre chemin, à un chemin qui permettra d'aider votre prochain mais la première des aides, c'est le nettoyage.
Ce nettoyage peut ne pas être valorisant, il ne vous apportera pas forcément la reconnaissance des autres mais il vous apportera la certitude que vous avancez à votre regard et au regard de Dieu, les autres, ce n'est que pour plus tard. Ne cherchez pas le regard des autres, cherchez votre regard sur ce que vous êtes et là Dieu vous aidera et vous apportera la lumière dans votre travail.
Ayez confiance, ayez confiance dans ce petit travail souterrain, de ce petit travail qui peut paraître inaperçu pour les autres mais indispensable et nécessaire et n'oubliez pas que ce nettoyage peut paraître gros au début mais au fil de votre travail, il deviendra plus petit mais il sera toujours nécessaire parce que la perfection est à atteindre et que la perfection au début peut paraître être un seul but et plus vous avancerez vers ce but, plus vous verrez qu'elle a plusieurs buts parce qu'elle a plusieurs facettes et même une multitude de facettes.
Alors, frères et sœurs, pour avancer dans ce chemin spirituel qui nous mène à Dieu, vers la perfection, commencez par ce travail souterrain difficile à faire qui vous mènera vers la lumière ; ne l'oubliez pas qu'il faut sortir de l'ombre pour atteindre la lumière, ce ne peut être que progressif… "
Le ton semble donné et le discours de cet Esprit semble interminable aussi,

3. Un médium intervient comprenant qu'il a affaire à un Esprit faux savant et très imbu de lui-même.
- Dis, mon frère, ce que tu nous dis là, l'as-tu mis en pratique dans ta dernière vie ?
- Ca, je n'en suis pas sûr !
- Oui, il me semble que tu as souvent prêché, je crois !
- Oui, prêcher, c'est quelque chose que je sais faire et je prêche en principe ce que je n'ai pas fait.
- C'est bien dommage, prêcher c'est bien mais agir, c'est mieux. Tu vois, tu donnes des conseils, on t'écoute mais les mettre en pratique, c'est difficile.
- Oui, c'est plus difficile parce qu'il faut faire la critique de soi-même. Prêcher, on regarde dans les livres, on apprend sa foi, elle est toute intellectuelle mais on n'apprend pas la foi du cœur et on s'applique à mettre en pratique une foi intellectuelle, ça je sais faire. Cela s'apprend, il suffit de…
- Oui, tu sais faire mais mettre en pratique tous les conseils que tu donnes, cela est difficile et dans ta dernière vie, tu as su prêché mais tu n'a jamais su mettre un seul de tes conseils en pratique !
- Oui, je sais mais ce n'est pas valorisant au regard des autres.
- Tu as beaucoup parlé, nous t'avons écouté maintenant restons-en là mon frère, tu as beaucoup à apprendre encore.
- Je te remercie mais je ne sais pas comment je vais apprendre.
- Tu vas apprendre avec le temps et surtout tu vas demander à Dieu que tu puisses revenir sur terre, tu vas demander à te réincarner pour mettre en pratique tous les conseils que tu as donnés aux autres et il te faudra quelques vies.
- Mais vois-tu là, je ne suis pas encore prêt…
- Alors à ce moment-là, tu auras des discours moins longs ! Mais à présent, il faut laisser ce médium, tu le fatigues inutilement puisque tu ne veux pas écouter les conseils que l'on te donne et que tu restes avec tes idées. Quitte ce médium !
A suivre...

Au revoir André et Mariangela

 André et Mariângela

André Luiz, sa femme Mariângela et leurs enfants, jeunes brésiliens et spirites fervents, se sont retrouvés en France, à Lyon, pour des raisons professionnelles. Tout naturellement ils ont participé aux activités de notre Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec (CSLAK).
A présent, après une année, l'heure du départ est proche et ils nous livrent leurs impressions.
Un brésilien chez Allan Kardec par André Luiz

Le Brésil est un pays intéressant. Si d'un côténous avons une énorme pauvreté, de l'autre nous avons beaucoup de richesse. Si nous avons des villes mal planifiées, par contre nous avons une nature exubérante. Si nous avons des problèmes avec la violence, par contre nous sommes le pays le plus religieux du monde.
Le spiritisme s'est développé là-bas à la faveur de cette religiosité qui marque le peuple brésilien. Il a pu implanter une série d'institutions et de pratiques, qui souvent, fascinent le spirite français. Ainsi, la caractéristique principale du mouvement spirite brésilien, c'est qu'il s'est établi comme une religion, étant pleinement accepté par la société et pratiqué par des millions de personnes. Il représente un énorme marché éditorial et quelques-uns de ses médiums sont des "vedettes" des médias.
Un mouvement si grand avait besoin d'une bonne organisation et ainsi ce fut fait. On a créé la Fédération Spirite Brésilienne qui a donné aux centres spirites liés à elle, d'une façon générale, les directions de fonctionnement. Ça ne veut pas dire qu'il existe une structure rigide, au contraire, juste des normes générales.
Une séance spirite ouverte au public, a normalement le déroulement suivant :
Prière initiale
Lecture et commentaires d'environ une demi-heure
Magnétisation offerte à tous les présents dans une salle à côté
Prière de clôture

Cette description rapide a pour but de montrer le milieu où j'ai appris le spiritisme.
Etant à Lyon, pour une année, j'ai cherché les places où se pratique la doctrine. Avec une forte émotion, j'ai fait connaissance avec le Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec. Pour moi, c'était spécial, car j'avais contact avec un centre dans la ville où Kardec naquit. Mais, en arrivant, je savais que j'y rencontrerais des pratiques différentes du Brésil, et plus encore avec l'image que les Français sont beaucoup "cartésiens". Donc je ne me suis pas fait de souci en cherchant un lieu de bonne volonté pour bien pratiquer la doctrine.
Cependant, le contact avec le personnel du Centre Lyonnais Allan Kardec, m'a révélé qu'il existait plus de bonne volonté. En premier lieu, l'organisation et la structure du Centre m'ont impressionné. Ensuite, les travaux avec la participation du public ont été une autre découverte.
Les médiums toujours prêts à donner des éclaircissements aux gens sur les manifestations et sur la doctrine, les messages sous forme de dessins. Enfin, tout a constitué une bonne surprise.
Mais, c'est le personnel du Centre Allan Kardec qui a été la plus grande découverte, car j'y ai rencontré des gens toujours bien disposés, chaleureux, gais et pas beaucoup "cartésiens". D'ailleurs, c'est la gaieté qui a attiré mon attention. J'ai vu que le travail était fait avec légèreté, sans être un fardeau pour personne.
Un autre facteur qui m'a impressionné, c'est l'abnégation et le dévouement sans forcément que le spiritisme devienne une religion dans son sens le plus traditionnel. Ceci ce passe, selon moi, à cause que les écrits de Kardec et Léon Denis sont plus connus et lus. Au Brésil, ce sont les livres de Chico Xavier qui sont les plus connus et lus.
Ça ne veut pas dire qu'une pratique du spiritisme est plus pure ou plus orthodoxe que l'autre ; au contraire, on doit avoir en considération chaque société et le développement de la doctrine dans chaque société. Ce qui est important, ce sont les choses que j'ai rencontré au Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec : l'amour, le dévouement, la joie et l'amitié de tous.
Je retourne au Brésil avec la certitude que j'ai de bons amis en France et que je reviendrai pour les voir.

Le centre de Douai

Dans le courrier des lecteurs, nous avons ce mois-ci une présentation du chaînon spiritualiste de Douai.
L'association est propriétaire de ces locaux et entretient d'excellents rapports avec le maire de Douai, député européen. C'est un des plus anciens centre spirite français puisque le début de son histoire remonte à 1875. Depuis 1990, c'est Madame Renée Kueffer qui en assure la présidence. Le dynamisme et la fraternité règne au sein de cette assemblée composée d'une soixantaine de personnes réparties en sept groupes de travail. L'étude de la philosophie spirite et le développement de la médiumnité sont les principaux axes de travail du centre. Des activités plus ludiques sont également organisées qui permettent de resserrer les liens d'amitié entre les adhérents.
Le chaînon spirite de Douai peut être cité comme exemple de longévité et de sérieux dans la diffusion et la compréhension de la doctrine spirite basée sur les ouvrages de la codification d'Allan Kardec.

Conférence au Centre Spirite Lyonnais

 Conférence sur l'au-delà

Organisée par l'Union Spirite Française et Francophone (USFF), a eu lieu le 5 octobre une conférence ayant pour thème : "Notre vie d'en l'au-delà, le processus de la mort, la traversée, adaptation et activités."
Un public nombreux, des spirites et des sympathisants de la région Rhône-Alpes, avait répondu présent, attiré par un thème porteur et par la personnalité de la conférencière, le docteur Marlène Nobre, brésilienne, présidente de l'association internationale des médecins spirites.
Après quelques mots de bienvenue de notre responsable local Gilles Fernandez et la présentation de la conférencière par Roger Perez, président de l'USFF et vice-président du Conseil Spirite Internationale, le docteur Nobre, dans un français très correct, est entré dans le vif du sujet. Parler de la mort même devant des spirites n'est pas chose facile. Ce sujet réveille en nous de vieilles angoisses ou douloureux souvenirs, parfois bien enfouis. La projection régulière de diapositives a permis à tous les participants de suivre facilement l'exposé.

A. Les expériences à la frontière de la mort (NDE pour les anglo-saxons).
Les travaux du Docteur Moody sont bien connus et ont été confirmés par de nombreux auteurs. 35% des sujets réanimés après une mort clinique apparente raconte une NDE avec plusieurs expériences : traversée du tunnel long et sombre, rencontre de parents et amis décédés, rencontre d'un esprit lumineux, récapitulation de la vie et au final, une forte résistance à revenir reprendre le cours d'une vie qui se trouvera transformée de toutes les façons.
Il faut citer d'autres auteurs : Elisabeth Kubler-Ross qui a étudié la psychologie des mourants, Kenneth Ring, Melvin Morse dont les ouvrages font référence.
Le Lancet, prestigieux journal médical américain indiquait fin 2001 que sur 344 malades réanimés, 41 (12%) avaient vécu une expérience de NDE.

B. Les explications d'Allan Kardec
La mort consiste en un détachement de l'âme qui se sépare du corps, c'est une coupure lente. Il existe des difficultés de séparation du fait de la solidité du contact entre le corps et le périsprit. Il existe un état intermédiaire de transition fait de torpeur et de paralysie.
Les qualités morales et spirituelles d'un être déterminent la façon dont il va mourir et se désincarner.
Selon Chico Xavier
Le détachement est graduel à partir de 3 centres importants :
1. Le centre végétatif (gastrique)
2. Le centre émotif (le cœur)
3. Le centre mental (le cerveau)

C. Le processus de mourir
Il n'y a pas 2 désincarnations identiques. Le meilleur exemple symbolique est la transformation du cocon en papillon, lorsque la chrysalide se détache.
Ce processus peut durer quelques minutes, plusieurs heures ou jours, ou même des années.
Les besoins n'étant pas les mêmes dans le monde physique et dans le monde spirituel, existent simultanément une histolyse (suppression de tissus existants) et une histogenèse (construction de nouveaux tissus).

Les étapes de la mort

1. Le sommeil profond, hibernation de la conscience : torpeur et perturbations peuvent durer des années chez des sujets qui n'étaient pas préparés à mourir
2. Récapitulation : c'est la rétrospective de la vie qui vient de s'achever durant des minutes ou de longues heures, sorte de synthèse mentale. "Qu'est-ce que tu as fait de ta vie ?"
3. Le cordon d'argent (ou corde d'argent) : c'est la liaison entre le cerveau physique et le périsprit en une sorte de flux et reflux qui permet la construction des organes nouveaux du périsprit.
Le détachement s'effectue habituellement en 50 à 72 heures. La libération dépend des idéaux et de la vie mentale.Mourir c'est facile, se désincarner c'est plus difficile.
La traversée a lieu une fois la corde d'argent coupée.
Cet état est conscient avant le sommeil et met le désincarné en présence de ce que l'on nomme commission de réception, c'est à dire des parents, des amis venus l'accueillir. Elle s'effectue avec différents moyens de transport par exemple le tunnel qui conduit à la lumière ou la possibilité de voler en groupe vers un pont illuminé. Parfois la route ne mène pas à la lumière.
Ce sont les acquis de l'être (connaissances, qualités morales, qualités spirituelles..) qui détermineront sa position future.

La vie nouvelle, les points essentiels

1. L'adaptation à la vie nouvelle est facilitée par des aides dans des genres d'hôpitaux.
2. L'apparence est fonction du degré d'évolution.
3. Libération des engagements affectifs relatifs à ceux qui sont restés.
4. Les répercussions négatives de la vie terrestre par manque de préparation à la mort (mort = néant).
5. L'influence réciproque des actions et des pensées, ainsi l'attachement excessif des incarnés provoque des difficultés d'adaptation.
6. La culture de la charité : c'est le mode de fonctionnement entre désincarnés.
7. Le pardon des offenses : les morts n'incriminent pas les vivants ni ne livrent les criminels à la police.
Il existe des sortes d'écoles dans le plan spirituel où les désincarnés effectuent des apprentissages.
9. Les enfants dans l'au-delà adressent à leurs proches des témoignages d'amour et de certitude de survie.

Conclusion : Personne ne meurt.

Cette affirmation doit s'accompagner d'actes pour être crédible. Ainsi il convient de dispenser des soins au corps comme s'il était immortel et à l'esprit comme s'il allait mourir demain.
L'important sur terre est la capacité d'aimer, aimer sans égoïsme et le bonheur réel peut s'obtenir simplement en mettant en pratique les paroles de Jésus : "Aimes ton prochain comme toi-même".
La mise en pratique de cette maxime détermine le bonheur dans la vie présente, la rapidité et la qualité du passage lors de la mort et la position plus ou moins confortable dans la future vie spirituelle.
De très nombreuses questions ont suivi l'exposé. Ce sujet ne peut laisser neutre et peut heurter certaines de nos croyances héritées de notre culture ou de nos traditions familiales. Morceaux choisis.
1. Lorsqu'un malade grave quitte la terre, que se passe-t-il ensuite ?
La maladie physique, la douleur physique et mentale, s'il y a acceptation est une source de progression spirituelle. La maladie grave est une possibilité de perfectionnement de notre esprit.
2. Que penser de l'acharnement thérapeutique ?
Tout comme l'euthanasie qui est son contraire, il est condamnable. Il faut laisser faire la nature.
3. Quand se réincarne-t-on ?
La réincarnation est un choix de l'Esprit effectué avec son guide. Certaines sont imposées par exemple pour des esprits désincarnés depuis des siècles et qui restent dans le monde spirituel comme des espèces de clochards.
4. Parlez-nous du transport dans le monde spirituel Il s'effectue avec des moyens et des matériaux différents de ceux du monde physique. On peut penser aux OVNI.
5. Quelques mots sur le sommeil après la mort
Ce sommeil est pathologique. Il peut durer plusieurs années, c'est un sommeil agité.
6. Pourquoi toujours plus de gens, c'est à dire plus d'esprits ?
La création divine est partout, ce qui explique cet accroissement.
7. Schizophrénie et médiumnité ?
Le schizophrène n'est pas médium, il est malade, il paie une erreur du passé.

Rencontre avec le Docteur Marlène Nobre

Médecin gynécologue, spécialisée dans la prévention du cancer, psychothérapeute, elle est président de l'association internationale des médecins spirites qui regroupe environ 1200 médecins d'une dizaine de pays dont le Brésil, le Portugal, l'Argentine, la Colombie, le Canada.. Elle est également présidente de l'association brésilienne des médecins spirites.
Ecrivain, conférencière, très proche du célèbre médium Chico Xavier qui vient de se désincarner, elle s'occupe de la publication au Brésil de 2 journaux : "Follia Espirita" qui tire à 9000 exemplaires et "Médiumnité et spiritualité".
Elle a fondé des crèches recevant gratuitement des enfants en difficulté.
Nous l'avons interrogée sur la complémentarité entre savoir médical et spiritisme.
"Dans les centres spirites au Brésil se pratique une thérapie complémentaire entièrement gratuite. Quand le médecin est médium, il travaille dans ces centres et aide les malades de par sa médiumnité. Il a la possibilité de l'intuition et de soigner le corps et l'Esprit. Il est ouvert à toutes les thérapies complémentaires comme prière méditation, magnétisme, eau magnétisée, désobsession, l'auto-connaissance c'est à dire le rencontre de l'individu avec soi-même. Nous utilisons aussi des thérapies qui rétablissent l'équilibre de l'énergie vitale comme acupuncture et homéopathie, yoga.
Chaque association nationale fait des recherches, des études, des cours."

Fiche du mois : Echelle spirite

Pour consulter la fiche du mois : cliquez ici