Connaissance de l’avenir – Monique – 20/01/2018

 

Bonjour,
Il y a deux ans je suis allé voir une voyante qui m’a prédit plusieurs événements qui devaient m’arriver sans pouvoir me dire à quelle date ils se produiraient. Un événement seulement est arrivé il y a quelques mois dans les grandes lignes comme elle l’avait décrit. Cet événement m’a permis d’avancer dans mes démarches spirituelles, d’avoir des réponses à pas mal de questions que je me posais en rapport avec ma spiritualité. Il m’a finalement plus apporté que je pensais avant de le vivre. Les autres bassement matériels ne se sont pas réaliser, mais peu importe. Elle m’a informé que c’est un Esprit qui lui a donné ces informations et je la crois, conte tenu de mon intérêt pour le monde des Esprits. Avide de connaissance et encore plus depuis cet événement, je suis tombé sur votre site. Cette expérience m’amène à deux questions sans réponse encore, si vous pouvez m’aider. C’est celles-ci : peut-on tout savoir sur notre avenir ? Et comment les Esprits connaissent-ils l’avenir ?

Bonjour,
En principe, l’avenir est caché à l’homme. Il pourrait négliger le présent, et n’agirait pas avec la même liberté qu’en ne le connaissant pas, parce qu’il serait dominés par la pensée que, si une chose doit arriver, il n’a pas à s’en occuper, ou bien il chercherait à l’entraver. Quand rarement l’avenir lui est révélé cela peut être pour plusieurs raisons, voyons lesquelles. La connaissance de l’avenir doit dans certains cas pouvoir faciliter l’accomplissement de l’événement au lieu de l’entraver, en engageant à agir autrement qu’on n’eût fait sans cela. C’est aussi souvent une épreuve, la perspective d’un événement peut éveiller des pensées plus ou moins bonnes comme la cupidité à l’annonce par exemple d’une fortune arrivante. Elle peut éveillée aussi en l’homme de bons sentiments et des pensées généreuses. Il aura tout le mérite ou le tort des pensées bonnes ou mauvaises que la croyance à l’événement à fait naître en lui. Si la prédiction ne se révèle pas, ce peut être une épreuve de la manière dont il supportera la déception.
Comment les Esprits connaissent-ils l’avenir ? L’avenir pour nous, semble présent pour eux. Prenons un exemple pour illustré ce propos. Supposons un homme placé sur une montagne considérant la vaste étendue de la plaine et regardant un voyageur marché pour la première fois sur une route dans cette plaine. De sa place, il pourra d’un coup d’œil voir tout ce que va rencontrer le voyageur sur sa route, accidents du terrain, rivières à franchir, bois à traverser, personnes qu’il va rencontrer… Pour lui, tout cela est le présent, il voit simultanément tous les événements que le voyageur rencontrera. Pour le voyageur, c’est l’inconnu, l’avenir, parce que sa vue ne s’étend pas au-delà du petit cercle qui l’entoure. Si l’homme qui est sur la montagne descendait vers le voyageur pour lui parler de ce qu’il allait rencontrer, il lui prédirait l’avenir. Les Esprits dématérialisés sont comme l'homme de la montagne ; l'espace et la durée s'effacent pour eux. Les Esprits ne sont pas tous logés à la même enseigne sur la connaissance de notre avenir. L'étendue et la pénétration de leur vue sont proportionnées à leur épuration et à leur élévation dans la hiérarchie spirituelle, comme l’homme sur la montagne, qui plus il sera haut, plus sa vue sur la route du voyageur sera étendue. En contraste, certains Esprits peu évolués ne connaissent pas plus l’avenir que l’homme.
Pour plus d’information, vous pouvez lire la réponse à la question 243 page 120 et les réponses aux questions 868 à 870 pages 372 et 373 du livre des Esprits d’Allan Kardec et le chapitre 16, « Théorie de la prescience » pages 325 à 334 du livre La Genèse d’Allan Kardec. Vous pouvez aussi regarder la vidéo sur youtube de la TV spirite, sous le titre, « La genèse 3 « les prédictions » la plume spirite en allant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=bDx0pRwztWU&index=3&list=PL38RGmHlp5pKOnw2AjV8Uc37yOGmNfe1t
Fraternellement,
Brigitte

 

Liberté – Jean-Pierre – 03/01/2018

 

Bonjour,
J’ai l’impression en lisant vos livres que nous sommes, des humains pas vraiment libres. Ça me choque un peu. Beaucoup d’obligations et de contraintes imposées comme les incarnations et les désincarnations, pas vraiment de liberté de mouvements. Mon impression est-elle fondée ? Si elle fondée comment être plus libre ?

Bonjour,
Notre liberté est effectivement restreinte, mais en perpétuel développement. Nous sommes vraiment mûrs pour la liberté que le jour où les lois universelles, extérieures à nous, sont devenues intérieures et conscientes par le fait même de notre évolution. Le jour où nous nous sommes pénétrés de la loi et en avons fait la règle de nos actions, nous avons atteint le point moral où nous nous possédons, où nous nous dominons et où nous nous gouvernons nous-mêmes. Ainsi, chaque être conquiert sa propre liberté au cours de l'évolution qu'il doit accomplir. Ses progrès ne sont pas autre chose que l’extension de son libre arbitre. Suppléée d'abord par l'instinct, qui disparaît peu à peu pour faire place à la raison, notre liberté est très limitée dans nos étapes inférieures et dans toute la période de notre éducation première. Elle prend une extension considérable dès que l'esprit a acquis la compréhension de la loi.
L'intelligence et la volonté arrivent à prédominer peu à peu sur ce qui représente à nos yeux la fatalité. Le libre arbitre est donc un épanouissement de la personnalité et de la conscience. Pour être libre, il faut vouloir l'être et faire les efforts nécessaires pour le devenir, en s'affranchissant des servitudes de l'ignorance et des basses passions, en substituant l'empire de la raison à celui des sensations et des instincts. Quelque soit notre évolution, il y a toujours une place pour notre libre volonté.
Nous pouvons dire que l’âme subit d'autant plus le poids des fatalités matérielles qu'elle est plus arriérée et plus inconsciente ; elle est d'autant plus libre qu'elle s'élève davantage et se rapproche du divin. Dans son état d'ignorance, il est heureux pour elle d'être soumise à une direction. Mais, devenue sage et parfaite, elle jouit de sa liberté dans la lumière divine.
Etant encore imparfaits, nous sommes comme des enfants qui ont besoin encore d’être guidés. Comme des enfants qui à mesure qu’ils grandissent et mûrissent, obtiennent plus de liberté, nous acquérons au fil de notre lente évolution plus de liberté.
Comment faire pour être plus libre ? Par une éducation et un entraînement prolongés de nos facultés : libération physique par la limitation des appétits ; libération intellectuelle par la conquête de la vérité ; libération morale par la recherche de la vertu. Ce travail est long et ils nous restent encore beaucoup de chemin à parcourir. Sachant, heureusement que toujours, à tous les degrés de notre ascension, nous sommes assistés, guidés, conseillés par des Intelligences supérieures, par des Esprits plus grands et plus éclairés que nous.
Le livre « Le problème de l’être et de la destinée » de Léon Denis au chapitre 22 apporte plus de précisions sur ce sujet.
Fraternellement,
Agnès

 

Cours médiumnique à distance – B – 12/12/2017

 

Bonjour,
j'ai découvert votre site par pur hasard, et je suis attiré par la médiumnité et tout ce qui touche à la voyance.
Il m'est impossible de participer à un centre spirite, car j'habite assez loin et je vois que vous donnez des cours en ligne téléchargeable. Puis-je prétendre à devenir médium avec ces cours ?

Bonjour,
Nos cours que vous trouvez sur le site apportent une information générale sur le spiritisme, ce sont des initiations, ils n'ont pas la prétention de vous former à la médiumnité.
Pour développer la médiumnité, il faut du temps, beaucoup de temps. Si vous n'avez jamais eu d'intuitions ou des ressentis particuliers durant votre vie, enfin la preuve d'une forme de sensibilité, il sera certainement difficile de développer quelque chose dans cette vie.
Dans notre centre, nous avons des adhérents ainsi, nous leur apprenons à travailler alors la méditation puis les fluides. Ils ne seront jamais médiums mais ils désirent être des ouvriers disponibles et ils le deviendront certainement pour les vies prochaines.
Si vous avez parfois des images, des sensations de présences autour de vous, dans un centre spirite, on peut vous guider et vous apprendre à discerner la présence d'Esprits et vous orientez vers une médiumnité d'incorporation ou d'écriture et cela avec l'aide de nos guides spirituels. Si vous êtes loin d'un centre, cela devient difficile mais vous pouvez vous instruire, les ouvrages ne manquent pas.
Fraternellement,
Catherine

 

Prière le « Notre Père » – Colette – 10/12/2017

 

Bonjour,
Née et éduquée dans un milieu catholique, j’ai été habituée à dire ou plutôt réciter le Notre Père. Prière dite pour toutes sortes de remerciement, mais surtout de requêtes sans forcément avoir un rapport avec le contenu de la prière. Depuis la mort de ma mère en début d’année je la dis à tout va pour qu’elle trouve la paix de l’autre côté, je n’en connais pas d’autres. Je vous contacte parce que je suis plus tournée vers la réincarnation, dans le silence, puisqu’il serait peu convenable pour ma famille qu’un membre suive une autre direction. Ce qui m’a poussé à y croire, c’est la non-acceptation de l’idée d’un enfer avec des souffrances éternelles. Comment un Dieu d’amour peut le permettre, la réincarnation est à mon avis plus juste. Cette prière dite de façon récitée a quelle valeur ? Je ne sais comment prier et j’ai peur que cette prière aussi belle soit elle n’aide pas ma mère. Je ladis ou plutôt récite sans conviction, n’en comprenant finalement pas ou plus toute sa portée. Que penser de cette prière et comment faire pour ma mère ?

Bonjour,
Nous pouvons considérer cette prière comme un chef d’œuvre de sublimité et de simplicité. Elle résume tous les devoirs de l’homme envers Dieu, envers lui-même et envers son prochain. Cette belle prière en quelques mots :
1- « Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié » est une profession de foi et un acte d’adoration.
2- « Que votre règne arrive ! », la connaissance et l’application des lois divines pleines de sagesse feraient le bonheur des hommes s’ils les observaient, faisant régner entre eux la paix, la justice, la solidarité et la charité.
3- « Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel ! », est la soumission des hommes à Dieu.
4- « Donnez-nous notre pain de chaque jour », c’est demander des choses nécessaires à la vie, c’est-à-dire demander d’être secondé, si nous sommes de bonne volonté pour qu’Il nous donne du courage, de la force, les moyens d’acquérir par le travail, les choses nécessaires de la vie.
5- « Remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à ceux qui nous doivent. – Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. », requête qui nous met en face de nos responsabilités et qui nous pousse au pardon, si nous voulons nous-mêmes être pardonnés.
6- « Ne nous abandonnez point à la tentation, mais délivrez-nous du mal. », est une demande d’assistance pour résister à la tentation, nous améliorer et nous élever. « Ne nous laisse pas entrer en tentation », nouvelle version depuis le 3/12/17.
7- « Ainsi soit-il. », c'est-à-dire qu’il soit fait selon la volonté de Dieu, cela implique d’avoir foi en Lui et de Lui être soumis.
Dans le livre de l’Evangile selon le spiritisme d’Allan Kardec au chapitre 28, « Recueil de prières spirite », sous le sous-titre, « Prière générale », elle est décryptée dans les détails et toute sa portée y est montrée.
Vous avez raison d’avoir des doutes sur la portée d’une prière récitée ou dite sans conviction. Quelles que soient nos convictions, quel que soit la forme, quels que soient les mots que nous utilisons, le plus important est le cœur que nous y mettons. Une bonne pensée vaut mieux que de nombreuses paroles ou le cœur n’est pour rien.
Si malgré tout, vous avez besoin d’un support, vous pouvez trouver dans le livre cité plus haut, dans le même chapitre, au sous-titre, « Prière pour ceux qui ne sont plus sur terre », des exemples de prières que vous pouvez adapter à votre mère.
Pour plus de détails vous pouvez lire le chapitre précédant de ce livre sur l’importance de la prière, son efficacité, et sur les moyens de prier.
Fraternellement,
Sonia

 

Le livre mystérieux de l'au-delà – M – 6/12/2017

 

Bonjour, j'ai lu le livre "Le livre mystérieux de l'au-delà" de Joannes Greber, prêtre catholique converti au spiritisme après la rencontre de médiums. Dans ce livre, les esprits élevés expliquent que Satan est bien une entité puissante et individuelle, le prince des ténèbres dont il est l'autorité. Les esprits expliquent qu'il a été créé au même niveau que le Christ, c'est à dire les plus parfaits créés mais que par son libre arbitre il est tombé et a emporté dans sa chute tous les autres esprits imparfaits qui ont agi en tant que suiveurs.
A partir de là, les sphères d'évolution ont été créées selon le plan rédempteur de Dieu pour permettre aux esprits tombés de remonter vers le Père. D'où le fait de réincarnation dans les humains, nécessaire à cet effet. Le spiritisme ne parle pas vraiment d'une entité comme Lucifer. Comment expliquer cela ?

Bonjour,
Vous n'êtes pas la seule à avoir noter des différences avec le contenu du livre des Esprits. En matière de spiritisme, la référence est et restera toujours le livre des Esprits qui est une révélation. En ce qui concerne Greber, il était un prêtre catholique avant tout et sur certains aspects comme Satan, il est resté avec ses idées.
Sur le plan spirituel, il existe des Esprits méchants, perturbateurs, haineux. La terre est un monde en cours d'évolution.
L'idée d'un Esprit qui aurait la même évolution que le Christ et serait tombé est ridicule car si l'on acquiert et comprend la fraternité, la charité, on ne peut pas chuter ensuite, cela fait partie de l'évolution.
Fraternellement,
Catherine

 

Sympathie - antipathie – Valérie – 27/11/2017

 

Bonjour,
A une sortie, je me suis retrouvée en face d’une femme pour qui j’ai eu une antipathie instantanée. Antipathie confirmée et renforcée à la suite d’une conversation que j’ai eue avec elle dans la soirée. Depuis, à chaque fois que je la vois, sa vue m’indispose au point de tout faire pour l’éviter. Nous avons pourtant des gouts en commun c’est pour ça que nous nous croisons parfois. Mais rien y fait. Ce n’est pas la première fois que je rencontre une situation où je me retrouve devant une personne avec qui j’éprouve d’emblé de l’antipathie, mais jamais de cette importance. En contraste avec cette situation, j’ai une amie proche, pour qui j’ai eu une sympathie immédiate. Dès les premiers instants de notre rencontre, nous nous sommes très bien entendus. Nous sommes toujours sur la même longueur d’onde. Notre entente donne souvent l’impression que nous nous connaissons depuis notre plus tendre enfance. Depuis la rencontre avec cette femme, je me pose des questions. Est-ce que ces relations d’emblées antipathiques ou au contraire sympathiques ont-elles un rapport avec notre karma ? Est-ce que j’ai rencontré ces deux femmes dans d’autres vies ? Et si nous nous étions déjà rencontré, qu’elles étaient nos relations ? Si vous pouvez m’aider.

Bonjour,
La sympathie ou l’antipathie soudaine sont presque toujours le retour de sensations ressenties dans une incarnation précédente, dans des circonstances provoquant ses sentiments. En principe, l'oubli des existences antérieures est une des conséquences de la réincarnation. Toutefois, cet oubli n'est pas absolu. Chez beaucoup de personnes, le passé se retrouve sous la forme d'impressions, sinon de souvenirs précis. Ces impressions influencent parfois nos actes ; ce sont celles qui ne proviennent ni de l'éducation, ni du milieu, ni de l'hérédité. Au nombre, on peut classer les sympathies et les antipathies soudaines.
Un exemple sur une raison qui peut provoquer une antipathie est donné dans un livre écrit par Gabriel Delanne sous le titre « Réincarnation », chapitre 7, « les expériences de rénovation de la mémoire », sous titre, « haine tenace ». C’est l’exemple d’un Esprit qui exerçait sa vengeance sur une femme. L’Esprit expliqua au médium qui avait gagné sa confiance la raison qui le faisait agir.Dans une précédente existence, dit-il, je faisais partie d'une famille princière russe. Nous étions trois enfants, deux filles et un garçon. Mes sœurs, pour jouir de mon patrimoine, me firent enfermer dans une maison d'où je ne pus sortir que par la mort. Là je me suis juré que, si je le pouvais, tôt ou tard, je me vengerai. Dieu dans sa bonté a permis que nous nous réincarnions dans le même milieu, de telle façon que par les liens du mariage nous sommes arrivés à être beau-frère et belle-sœur ; malgré cela, pendant ma vie, nous n'avons pu sympathiser ensemble sans en connaître les raisons. Je suis mort au monde de la matière voilà treize ans ; je pus me reconnaître assez vite pour voir que ma sœur du passé était ma belle-sœur du présent. De là notre antipathie l'un pour l'autre et de là aussi ma vengeance ; j'étais mort enfermé ; je voulus qu'à son tour elle subit le même sort.
Toute antipathie, aussi justifiée soit-elle, devrait finir par laisser place à la sympathie par un travail constructif.
Pour compléter ces explications, vous pouvez lire, si vous le voulez, le livre des Esprits d’Allan Kardec, Livre 2, monde spirite ou des Esprits, chapitre 7, retour à la vie corporelle, sous titres, sympathies et antipathies terrestres ; le livre, Le problème de l’être et de la destiné de Léon Denis, deuxième partie, le problème de la destinée, chapitre 14, les vies successives – preuves expérimentales – rénovation de la mémoire ; le livre, le consolateur psychographié par Chico Xavier, dicté par l’Esprit Emmanuel, partie 2, sentiment, titre, affection et sous titre, sympathie et antipathie.
Fraternellement,
Antoine

 

Manifestation d'Esprits – Chloé – 20/11/2017

 

Bonjour,
Depuis petite, j’ai des Esprits qui se manifestent à moi en donnant des coups dans le mur, en bougeant des objets ou en ouvrant ou claquant des portes. Je suis longtemps restée discrète sur ce sujet. Récemment, pour mes 20 ans, je me suis lâchée et j’en ai parlée. Ça fait le tour d’une bonne partie de mes connaissances. Certains ont voulus voir, histoire d’avoir des sensations et n’ont pas été déçu. Ils sont depuis convaincus de l’existence des Esprits et me défendent face aux sceptiques en particulier face à une qui n’a jamais rien vue et qui essaye de monter ceux qu’elle peut contre moi. Ces vacances, à quelques jours d’intervalles, nous sommes allés visiter le même château. En se moquant, elle a dit que j’allais encore fantasmer et prétendre avoir vue des choses. Elle n’a rien vu, moi si, coups dans le mur, portes qui s’ouvraient ou se fermaient toutes seules, objets qui tombaient…. Une copine qui souvent voit et ressent des choses, qui a visité ce château, m’a dit qu’elle n’avait rien vu, ni remarqué. Ce château est connu, comme un château où il se passe souvent des manifestations. Pourquoi, en visitant le même endroit, certains ont des manifestations, d’autres pas ? Pourquoi aussi cette copine qui voit régulièrement des choses, n’a rien vu dans le château ? Et, comment calmer cette femme qui est maintenant tout le temps après moi ?

Bonjour,
Pour qu’une manifestation se produise la présence d’un médium est nécessaire. Les Esprits, séparés par la mort de la matière grossière, c’est-à-dire de leur corps physique, ne peuvent plus agir sur celle-ci. De ce fait, ils ne peuvent plus se manifester non plus dans le milieu humain, sans le secours d’une force, d’une énergie qu’ils empruntent à l’organisme d’un être vivant. Toute personne, appelée médium, susceptible de fournir, d’extérioriser cette force, est propre à jouer un rôle dans les manifestations comme le déplacement d’objets, les coups frappés.
Contrairement à la femme que vous décrivez comme vous ridiculisant, vous avez une médiumnité suffisante que les Esprits utilisent pour se manifester comme vous l’avez décrit. Ce qui a pu être constaté dans ce château.
Dans le cas du château pour qu’il y ait manifestations, en dehors d’un médium il faut aussi qu’il y ait des Esprits et qu’ils veulent se manifester, sachant qu’ils ne sont pas à notre service et qu’ils ne se manifestent pas toujours au moment où nous le voudrions.
La pratique de la médiumnité est un acte grave et sérieux et doit être utilisée dans un but d’aide bénévole à son prochain. Ce n’est pas un jeu, ni une distraction. La majorité des Esprits qui se communiquent par des manifestations physiques telles que vous connaissez visiblement bien, sont des Esprits peu évolués. Ces Esprits peuvent avoir besoins d’aide ou vous donner des avertissements. Comment comprendre leurs messages s’ils sont pris à la légère. D’autres se manifestent de ces façons pour s’amuser et entretenir la peur des humains. Jouer avec ces Esprits peut-être vraiment dangereux, ils peuvent dans certains cas, s’attacher à un individu et réellement le persécuter.
Ayant une forte médiumnité non contrôlée, il serait préférable de vous rapprocher d’un centre spirite, pour l’exercer en groupe où des médiums confirmés peuvent vous guider et surtout vous protéger, dans le but d’aider votre prochain. La lecture d’ouvrages, comme le livre des Esprits, le livre des médiums et le livre de l’Evangile selon le spiritisme d’Allan Kardec, vous permettra de mieux la comprendre, connaitre le monde des Esprits et comprendre toute sa portée morale et spirituelle.
Le comportement d’une personne sérieuse, irréprochable donne peu d’arguments aux moqueurs.
Fraternellement,
André

 

Possession ? – Philippe – 07/11/2017

 

Bonjour,
En ma présence, des phénomènes électriques se produise. La plupart du temps c’est des lampes qui grillent. Il arrive parfois qu’il soit impossible de les allumer pendant plusieurs jours, les lampes ne sont pas grillées, mais ne peuvent être utilisées pendant plusieurs jours. Des batteries de téléphones, d’ordinateurs portables, de voitures se décharge complètement et subitement. Des ordinateurs, des smartphones et d’autres appareils électriques deviennent incontrôlables. La porte de l’ascenseur de mon allée s’ouvre et se referme plusieurs fois quand je m’en approche, ce qui ne se produit pas avec les autres voisins. La liste est longue. Ces phénomènes ce produisent uniquement quand je suis dans un état d’émotion intense et en colère. Malheureusement, je suis assez émotif et colérique. Quand j’allais chez une amie dont les rapports avec son mari sont très tendu et avec lequel j’éprouve un vrai malaise, il se passait systématiquement un phénomène. A cause de cela, je ne la vois maintenant plus qu’en dehors de chez elle. Par contraste, il arrive quelque fois que des piles se rechargent quand je les serre dans la main. Comme une pile d’un minuteur qui était complètement vide, qui avait refonctionné pendant 3 ans après l’avoir serré dans mes mains. Certains de mes amis me disent que je suis possédé et que je devrais faire quelque chose avant que ça prenne une ampleur invivable. Je me tourne vers vous, si vous pouvez m’aider, voir si c’est un Esprit qui est après moi ?

Bonjour,
Vous êtes ce que l’on appel une personne électrique douée d’une certaine dose d’électricité naturelle, produisant par le simple contact tous les effets d’attractions et de répulsion. L’intervention des Esprits implique un caractère intelligent des manifestations, quand ce caractère n’existe pas les manifestations ont une cause purement physique. Les personnes électriques puisent en elles-mêmes le fluide nécessaire à la production de phénomènes, et peuvent agir sans le secours d'Esprits étrangers. Nous pouvons dire que l’électricité est l’unique agent des phénomènes provoqués. Un Esprit peut toutefois les assister et profiter de leurs dispositions naturelles. Dans votre cas, il faut que vous soyez dans un état d’émotion spécial ou en colère pour que se produisent des phénomènes électriques. Si un Esprit était après vous, il n’aurait pas besoin que vous soyez dans un état d’émotion intense ou de colère pour provoquer des phénomènes électriques. Les Esprits ont besoins qu’un individu ou un groupe d’individu aient suffisamment de médiumnité pour pouvoir se manifester. Cette médiumnité ne varie pas en fonction des émotions.
Pour plus de renseignement vous pouvez lire le livre des médiums d’Allan Kardec parties 2, chapitre 4, paragraphe numéro 74-20 aux pages 88 et 89 et toujours dans la partie 2, le chapitre 14, paragraphe numéro 163, page 201.
Fraternellement,
Jean

 

Fin de vie – Candice – 20/10/2017

 

Bonjour,
A chaque fois que je reviens de l’hôpital, après avoir vu ma mère je suis dépitée de voir à quel point les médecins s’acharnent sur elle. Elle est condamnée et la seule chose qu’ils font, est de lui donner des médicaments à forte dose avec des effets secondaires qui ne font qu’accroitre sa douleur. Elle n’en peut plus de cette vie douloureuse et inutile. Je ne suis pas pour l’euthanasie, comprenant que c’est une forme de suicide assisté pas très bien vue du côté divin, mais cet acharnement ne peut-il pas être évité ? Croyante et convaincu que le karma existe, mais pas spirite bien que je trouve vos ouvrages intéressant, je me retourne vers vous, si vous pouvez m’aider à comprendre quelle position je dois avoir face à ce problème ?

Bonjour,
Etant croyante vous comprenez que la vie nous est donnée par Dieu et par Lui seul peut nous être prise, ce qui va donc à l’encontre de l’euthanasie, forme de suicide assisté. Nous constatons souvent qu’une maladie grave ou des épreuves difficiles permettent à ceux qui les subissent de voir la vie d’une autre manière les aidant à murir plus vite, à grandir. Et les derniers instants de vie d’une personne agonisante peuvent lui être très importants par les réflexions sur son esprit, lui épargnant à l’avenir bien des tourments, améliorant son karma, ce qui ne peut se produire dans le cas d’euthanasie.
L’incarnation est nécessaire pour l’évolution de l’Esprit et doit être préservée jusqu’à sa fin naturelle. Répondant à la loi d’amour et de charité, nous nous devons de faire tous nos efforts pour adoucir les épreuves de nos prochains. La mort naturelle permettant la désincarnation à son terme est à privilégier. Pour cela, quand la guérison est impossible, une démarche consistant à soulager la douleur est appropriée. Par contre la solution qui consiste à abréger la vie ou à la prolonger inutilement par une thérapie lourde, imposant des souffrances supplémentaires, n'est pas appropriée. Il est bien que votre mère puisse partir en douceur, c'est-à-dire avec ses douleurs calmées, sans précipiter sa mort ni s’acharner sur elle, la laissant se désincarner dans le temps prévu pour elle.
Pour un complément d’information vous pouvez consulter le livre de l’Évangile selon le spiritisme d’Allan Kardec, chapitre 5, « bienheureux les affligés », les points 27 et 28
Fraternellement,
Emilie

 

Bataclan – JP – 14/10/2017

 

Bonjour, je me permets de vous faire part d’un témoignage et de vous poser quelques questions. Cette semaine, en déplacement professionnel sur Paris et en sortant d’une réunion de travail avec une collaboratrice nous souhaitions aller débriefer autour d'un bon verre. Nous sommes passés à proximité du Bataclan. Arrivé à près de 150 mètres j’ai commencé à entendre, de façon diffuse, des cris de paniques et de terreur dans ma têtes, de brèves visions de personnes courants dans tous les sens et la sensation d’une terrible tristesse et douleur de la part des proches sur la place ou nous nous trouvions. Ce n’est pas des cris tels qu’on pourrait les entendre distinctement de personnes physiques proches de nous ni des images nettes, c’est difficile à exprimer. La seule chose est que je n’ai pas supporté de rester dans cette zone et j’ai demandé à ma collaboratrice de nous éloigner. Ressentir ces émotions était très lourd et deux jours après il en reste encore une bien désagréable sensation et une grande tristesse. Ma remarque et questions sont les suivantes, il est tout a fait possible d’avoir fait ressurgir, en s’approchant du lieu, un choc émotionnel personnel enfoui depuis l’annonce de cette information il y a bientôt 2 ans, ou est-il possible d’avoir ressenti des personnes désincarnées encore dans le trouble et revivant ce terrible moment ? Ou est-il possible d’avoir ressenti des charges émotionnelles imprégnées, enregistrées dans ce lieu, cette zone et dans ce cas qu’elle est la nature physique ou vibratoire de ces émotions liées à un lieu ?

Bonjour,
Nous opterions plutôt pour votre troisième proposition. Dans un lieu où s'est déroulé un drame, des images s'impriment et une personne ayant une sensibilité peut les percevoir. Ainsi, vous pouvez vous trouver à Carcassonne et entendre le bruit des batailles. Ces images sont créés par les personnes qui ont vécu le drame et elles restent sur les lieux comme des créations mentales. Cela ne veut pas dire que les personnes qui sont mortes dans ce drame sont au plus mal, cela n'a rien à voir.
C'est la force de la pensée. Notre pensée est créatrice de masses que nous ne voyons mais qui existent. Pour plus d'informations sur le sujet, voyez Ernest Bozzano, la force de la pensée.
Fraternellement,
Catherine

 

Le périsprit – Louis – 10/10/2017

 

Bonjour,
1) Que devient le périsprit d’une personne physique qui perd par exemple un doigt ou une jambe lors d’un accident ou opération d’amputation ?
2) Un mort qui de son vivant a été estropié, peut choisir d’apparaitre de deux façons, avec ou sans le membre perdu, n’est-ce pas ? Comment ce fait-il avec son périsprit pour apparaitre estropié ?
Sincères salutations
Louis

Bonjour,
La perte d’un membre quel qu’il soit ne provoque pas la perte d’une partie du périsprit, ce qui explique les sensations dites « d’intégrité », qui accompagne la perte d’un membre quelconque. Tout au long de son passage sur terre, le corps d’une personne varie constamment, le renouvellement cellulaire constant en témoigne. Ce corps n’est que temporaire et périssable, il se désagrège et se dissout à la mort. Le périsprit, quand à lui existait avant la naissance et survit à la décomposition du corps suivant l’âme dans ses transmigration. Il ne subit pas l’influence permanente des perpétuelles transformations du corps. Il n’est cependant pas immuable, il s’épure ou s’alourdi suivant nos actes et nos pensées. C’est le périsprit qui assure le maintien de la structure humaine et des traits de la physionomie, de la naissance à la mort. C’est lui qui a donc une influence sur le corps. Les maladies sont la conséquence d’un déséquilibre du périsprit provoqué par des actions en désaccord avec les lois divines dans cette vie ou dans les vies précédentes. Vous pouvez lire, pour plus d’information le livre des Esprits d’Allan Kardec, livre 2, chapitre 1, rubrique « périsprit », réponses aux questions 93 à 95, le livre « La genèse » d’Allan Kardec chapitre 11, paragraphe 17,18 et 20 et chapitre 14, paragraphe 7 à 11 et 18 le livre « Après la mort » de Léon Denis chapitre 21, le Livre « le problème de l’être et de la destinée » de Léon Denis, chapitre 3 et le livre « L’âme de la matière » chapitre 2 de Marlène Nobre
Un Esprit à sa mort n’est plus infirme, mais peut effectivement apparaitre estropié ou non pour se faire reconnaitre. Quand un Esprit apparaît, il met son périsprit dans l’état nécessaire pour le rendre visible. La modification de son périsprit s’opère par sa combinaison avec le fluide propre du médium dont la présence est indispensable. Il parait généralement comme il était sur terre dans le but qu’on le reconnaisse avec des traits physiques qui lui était propre, comme des infirmités.
On peut dire que les modes d’action de l’Esprit varient suivant les ressources offertes par les milieux où il opère. Les phénomènes de matérialisation doivent être classés en trois ordres : D’abord, les cas où le double du médium extériorisé est utilisé et modifié par l’Esprit, au point de reproduire l’aspect que celui-ci avait sur la terre et même les traits de sa physionomie. L’Esprit, par la volonté, se reflète, se photographie dans la forme fluidique du médium ; c’est une transfiguration plus ou moins complète, selon le pouvoir du manifestant. Aussi, dans certaines expériences, l’apparition conservera quelque ressemblance avec le médium. En d’autres cas, l’Esprit, à l’aide des fluides ambiants, crée des formes temporaires qu’il anime et dirige du dehors, sans s’incorporer. Enfin, il y a les cas, plus nombreux, où l’Esprit concrète et matérialise sa propre enveloppe fluidique, au point de reparaître tel qu’il était dans sa précédente existence terrestre. La matérialisation serait alors une sorte de réincarnation passagère.
Le livre des médiums d’Allan Kardec au chapitre 6, paragraphes 101 à 107 donne des explications sur les apparitions. Vous pouvez trouvez aussi dans le livre « Dans l’invisible de Léon Denis au chapitre 20, l’exemple d’un Esprit qui change de forme au cours d’une séance de matérialisation, pour se faire reconnaitre par sa sœur.
Fraternellement,
Sylvie

 

L'enfantement – Louis – 20/09/2017

 

Bonjour,
En vous posant déjà la question, vous m'avez précisé que le périsprit se loge dans le corps du bébé "au premier cri".
A)
Est-ce que cela veut dire que le périsprit, qui doit s'incarner dans le bébé, ne peut en aucun cas s'incarner dans le corps du bébé, quand celui-ci est dans le ventre de la mère?
Autrement dit: 2 périsprits ne peuvent être l'un dans l'autre? Le périsprit (de la mère) ne peut accepter l'inclusion d'un autre périsprit (le bébé)?
B)
A partir d'un certain niveau de croissance dans le ventre de la mère, la science révèle que le bébé entend les sons extérieurs.
Si le périsprit ne s'incarne dans le bébé qu'à sa naissance; durant la grossesse doit-on craindre les sons horribles diffusés par les films et séries qui passent à la télévision (explosions, détonations, cris de peur, musiques macabres) ? Cela parce que le bébé gardera en mémoire le stress de ces sons.
C)
Quand, durant la grossesse, les parents parlent au bébé, peut-on dire que d'une part le corps physique du bébé réagit aux sons, et d'autre part le périsprit qui attend de s'incarner dans ce bébé, attend à proximité des parents en les entendant parler au bébé à travers le ventre de la maman?
D)
Si vous me répondez que le périsprit du bébé à naitre ne se loge pas dans le périsprit de la maman, pourquoi l'avortement pose alors un problème?
Sincères salutations
Louis

Bonjour,
Dans le livre des Esprit d’Allan Kardec à la réponse à la question numéro 344, « A quel moment l’âme s’unit-elle au corps répond à votre question, il est montré que lorsque l’Esprit doit s’incarner dans un corps humain un lien fluidique le rattache à l’embryon. La réponse à la question numéro 345 montre que ce lien est définitif. L’Esprit se trouve attiré par une force irrésistible dès le moment de sa conception. A mesure qu’il se développe, le lien se resserre. Le périsprit, qui possède certaines propriétés de la matière, s’unit, molécule à molécule, avec le corps qui se forme. On peut dire que l’Esprit, par l’intermédiaire de son périsprit, prend en quelque sorte racine dans ce germe, comme une plante dans la terre. Quand le fœtus est entièrement développé, l’union est complète, alors il naît à la vie extérieure.
Quand aux sons, à l’environnement et aux comportements de la mère et du père, nous pouvons avoir une explication dans le livre Entre la terre et le ciel d’André Luiz psychographié par Chico Xavier. Il décrit les liens profonds entre la mère et l’Esprit de l’enfant à naitre. Il est montré que les pensées de la mère gardent une immense force sur l’Esprit, de la même manière que celle de l’Esprit se révèle d’un grand pouvoir sur la nouvelle mère. C’est une peu comme si l’esprit de l’un et de l’autre ce juxtaposaient et se maintenaient en parfaite communion, jusqu’à la naissance. D'une telle association provient ce que l'on appelle les marques de naissance. Certains états intérieurs de la femme atteignent, d'une certaine manière, le principe fœtal, le marquant pour toute son existence. Le travail de la maternité ressemble à un délicat processus de modelage. Le père quand à lui, par son attention et sa tendresse ou non, facilite ou non la tâche maternelle de la femme.
Au vue de ce qui a été dit plus haut et de ce que dit André Luiz, nous comprenons que la mère, mais aussi indirectement le père par la douceur ou non qu’il apporte à la mère, ont une grande influence sur l’enfant à naitre et ce, dès le début de la conception.
Sachant aussi que ce n’est pas le corps du bébé qui réagit directement aux sollicitudes des parents, mais l’Esprit qui influe sur le corps du bébé par lequel il est lié.
L’avortement, quand à lui, rompt le lien fluidique qui unit le corps de l’enfant à l’Esprit depuis le début de la conception. Ce lien rompu, l’enfant ne peut pas vivre et donc l’Esprit ne pourra pas s’incarner dans ce corps qui aurait dû être un instrument pour supporter ces épreuves comme le montre la réponse à la question numéro 357 du livre des Esprits d’Allan Kardec. L’avortement revient à ôter la vie à l’enfant avant sa naissance.
Fraternellement,
Marc

 

La langue des Esprits – C – 12/09/2017

 

Bonjour, je voudrais savoir quelle langue l'esprit d'un être ayant vécu plusieurs siècles avant qu'il s'exprime via l'écriture automatique d'un médium utilise-t-il ? Garde-t-il la langue en vigueur à son époque ou sait-il l'actualiser, l'adapter à l'époque propre à son médium ? Ceci pour l'ancienneté ou la contemporanéité de l'expression, mais l'esprit peut-il aussi utiliser une langue étrangère dont il n'avait pas connaissance de son vivant ? Et, là aussi, gardera-t-elle son caractère ancien ou saura-t-elle être "mise à jour" par cet esprit. Auriez-vous des documents explicatifs à m'indiquer à ce sujet, s'il vous plaît ?

Bonjour,
L'écriture automatique est un processus médiumnique où il y a suffisamment de fluides pour rendre le bras du médium indépendant de la volonté du médium pour écrire.
Pour une écriture en langue étrangère, il faut un accord avec l'Esprit et le médium et il faut beaucoup de fluides. Il y a peu de médiums polyglottes à l'heure actuelle.
En règle générale, l'Esprit se communique par la pensée qui se traduit en mots à l'Esprit/médium qui le transmet. On retrouve plus facilement des expressions ou des tournures de phrases. Voyez pour des exemples, la médiumnité polyglotte de Bozzano.
Fraternellement,
Alexis

 

La richesse – X – 06/09/2017

 

Bonjour, j'ai une question importante concernant (comme l'indique le titre) sur l’épreuve de la richesse. En effet, j'ai lu votre article " vigne de lumière n°8 " qui m'a beaucoup intéressé. Je sais donc que ceux qui ne vivent pas dans un milieu "aisée" ont : soit déjà vécue dans ce milieu durant une vie antérieur, ou bien y vivront dans leurs prochaine vie.
Seulement voilà, viens alors la question qui est la suivante : est-ce qu'une âme désincarnée ayant réussie son épreuve de la richesse dans sa dernière vie peut, dans sa vie suivante, retourner dans un milieu aisée ? Ou bien, qu'il réussisse son épreuve de richesse ou non, le désincarné ne pourra pas revivre une vie de "riche" dans sa vie future, après avoir déjà vécue ce genre de vie dans sa dernière vie ? Y a t-il des romans, articles, livres spirite parlant de ce genre d'esprit ayant réussie l'épreuve de la richesse dans leurs vie précédente pour en enchainé une nouvelle dans un milieu similaire ?
Je veux dire ce serait pour moi illogique et incohérent qu'un esprit qui, après avoir réussie son épreuve de la richesse dans sa dernière vie, ne puisse pas réitérer son épreuve dans la suivante (sans passer par une vie dans un milieu modeste ou moyen, bien entendue) ! Sinon, a quoi bon se donner du mal dans l'une des épreuves les plus dures de la vie matériel, si au final on ne peut pas réitérer dans la foulée. Ça n'encourage nullement l'envie de faire tout pour réussir cette épreuve en consacrant pleinement et à 300 % de sa vie aisée à satisfaire nos plaisirs personnelles.

Bonjour,
Un Esprit qui a vécu dans la richesse et celui les lois divines c’est-à-dire avec droiture, respect de son prochain, etc.. peut bien demander dans la prochaine vie à avoir une nouvelle vie dans l’abondance et cela autant qu’il le souhaite comme d’autres préfèrent la pauvreté. Le but étant l’évolution ; pour chacun, elle passe par des choix. Nous n’avons pas de récit précis, vous trouverez des exemples dans le Ciel et l’enfer dans la deuxième partie, celle des témoignages.
Fraternellement,
Catherine

 

J’entends – E – 22/08/2017

 

Bonjour, je vous écris, car je souhaiterai évoluer dans la médiumnité.
Petite, après la mort de mon grand-père, j'ai senti que ça ne pouvait pas être la fin, qu'il y avait une vie après la mort. J'ai beaucoup lu sur le sujet depuis mon plus jeune âge, en commençant par Allan Kardec. J'ai pratiqué le spiritisme plus jeune afin de contacter mon grand-père. Puis j'ai continué mon chemin, mes lectures. Déjà, je sentais que j'avais un potentiel guérisseur, donc je me suis tournée vers le magnétisme, et j'ai pu vérifier à certains moments de ma vie que j'ai pu aider en ce sens-là.
J'ai entendu pour la première fois de ma vie une entité très clairement lorsqu'une amie s'était suicidée. Je ne savais pas ce qui lui était arrivé, et ce jour-là, j'essayais de raconter à une amie un rêve que j'avais fait qui m'avait réveillé à 6H du matin en sueur : une chute d'une personne de très haut, puis une table roulante avec un corps dessus qui entrait dans une morgue et deux scientifiques qui se parlaient avec des mots que je ne connaissais pas. J'en ai d'ailleurs relevé un dans le dictionnaire dès le réveil : apoplexie. En voulant lui raconter, nous étions dans une voiture, qui n’avait habituellement aucun problème : la voiture n'arrêtait pas de caler. Je finis par raccompagner mon amie, et me gare à l'endroit où je vivais à l'époque. Et là, j'entends une voix, un ordre qui me dit "restes là". J'ai eu une trouille bleue : première fois de ma vie que j'entendais une voix sans qu'il n'y ait personne autour de moi. J'étais seule dans la voiture. Là je sors vite en claquant la porte et en disant : "non je reste pas là ".
Ce jour-là, j'avais oublié mon téléphone à la maison. J'avais plusieurs messages et j'apprenais la mort d'une amie qui se serait suicidée. J'appelle, je me renseigne, elle se serait défenestrée.
Ayant par le passé pratiqué l'écriture automatique, je tente : "marin-pompier", je ne me souviens pas de la suite, mais je me dis que j'ai écrit autre chose que ce que pensait ma tête. Un ami m'appelle et me dit qu'elle a passé la nuit avec un Fred, un marin pompier, qu'elle avait coupé son téléphone et que le lendemain, on l'a retrouvée en bas....
Et à ce moment-là, je compris que c'était vrai, je lui parlais, je savais qu'on communiquait, elle m'a guidée vers des endroits dont sa tombe, quelques jours après son décès. "Droite, gauche, non pas par-là" (quand je faisais exprès d'aller dans un autre sens. puis elle me guidait une fois devant l'école de mon compagnon de l'époque, elle me dit de fouiller dans sa poche (tout cela en direct). Je trouve un préservatif que nous n'utilisions pas ensemble. Énervée, je rentrais à la maison, il me rejoint pour s'expliquer et là, j'entends à répétition : "Corinne, Corinne, Corinne".
Malgré toutes les fausses explications qu'il tenta de me donner, il finit un jour par passer aux aveux et me dire qu'il avait couché avec cette Corinne et devant la fille de celle-ci qui devait avoir 3 ans à l'époque. Elle avait voulu m'aider, mais j'étais tellement en souffrance d'avoir tout su, que je criais là-haut, que je ne voulais plus entendre... Je n'ai plus entendu, plus aussi clairement, malheureusement.
J'ai quand même eu plusieurs expériences médiumniques dans ma vie, que je n'arrive plus à situer dans le temps par rapport à cet évènement que je viens de vous relater. En voici quelques-unes : écriture automatique, entente de voix qui avaient des mots savants que je ne connaissais pas, dont je devais chercher les mots sur un dictionnaire. J'ai entendu une fois à une table ce qu'allaient dire les gens à l'avance, j'entendais leurs pensées, j'ai ressenti à une période de vives douleurs aux mains et aux pieds quand je conduisais à certains endroits, notamment un dédiée à la vierge Marie vers Chorges.
Une fois, on m'a demandé de chercher une fille qui avait disparu, en me concentrant j'ai eu une voix qui m'a indiqué un département et c'est dans celui-ci qu'on l'avait retrouvée quelques heures après. J'ai, une fois, en posant mes mains, su transmettre des images qu'on me transmettait dans la tête d’une autre personne. J'ai eu des flashs à une période, j'ai réussi à lire des cartes de voyance, en trouvant par exemple un évènement qu'il allait nous arriver le soir, j'ai eu aussi des visions comme des films.
Une fois, un monsieur allait venir dans une maison où je me trouvais et je ne le connaissais pas. Avant qu'il arrive, je sentais comme une gêne au niveau de l'œil et il est arrivé avec un bandage à l'œil ; je lui ai écrit une lettre par écriture automatique, qu'on a lu chez lui, car il ne pouvait pas lire et apparemment il en aurait pleuré : c'était un message de ses parents qui lui demandaient de ne plus culpabiliser à propos d'un sujet que j'ai oublié à ce jour. Il y a quelques années, j'ai rencontré une fille et on a parlé cartes. Puis je me suis mise à lui parler et lui décrire un défunt avec des détails...
Plus récemment, cette fille, qui est devenue mon amie, est venue chez moi. On s'est mise à l'écart des autres puis j'ai eu une incorporation avec un message d'un guide spirituel, que je sentais bon, et qui disait (elle me l'a répété car je n'en avais pas le souvenir) qu'il ne pouvait pas trop rester car je ne tiendrais pas. Il lui a donné un message en lui donnant une référence d'un livre qu'elle avait semble-t-il sur sa table de chevet avec une page exacte et un sujet qui était, après vérification de sa part, dans cette page.
J'ai vraiment eu plusieurs expériences médiumniques extraordinaires mais non contrôlées et que je ne sais pas reproduire.
Ai-je toujours ces capacités ? Comment les développer ? Comment les canaliser ? Comment me protéger ? J'aimerais pouvoir partager, avancer sur ce chemin, qui malgré que je pense à autre chose dans ma vie, finit toujours par revenir. Je me sens prête à présent, à recevoir de là-haut.
On dit que lorsqu'un élève est prêt le maître apparaît.
Je suis tombée sur votre site aujourd'hui en tentant de trouver une aide sur la médiumnité. Alors je vous écris. Je ne m'attends pas forcément à une réponse, mais j'envoie ce message comme une bouteille à la mer. Merci à vous pour l'intérêt que vous donnerez à cette lecture et espérons que vous me guiderez. En vous remerciant,

Bonjour,
Pour développer sa médiumnité et vous en avez, il faut la contrôler. Pour cela, il est nécessaire de s'instruire, commencez par le livre des médiums d'Allan Kardec, puis avec le livre des Esprits toujours du même auteur pour comprendre le monde de l’au-delà. Ensuite, vous avez Dans l'invisible de Léon Denis.
Tâchez de vous rapprocher d'un centre spirite car un médium a toujours besoin d'être épaulé et de rencontrer d'autres personnes avec lequel il puisse échanger et discuter.
Nous vous conseillons aussi de lire l’ouvrage de Mickaël Ponsardin sur Chico Xavier, l’homme et le médium, cela vous donnera un aperçu d’une médiumnité contrôlée et développée, un bel exemple.
Fraternellement,
Lucien

 

Le Brésil – A – 20/08/2017

 

Bonjour, je vois que la plupart des spirites dans le monde se trouvent au Brésil. En effet, il est pratiquement impossible de faire des recherches sur le spiritisme sur le web sans se tomber sur quelques sites en portugais, notamment quand on recherche un centre spirite. Est-ce que le Brésil joue un rôle spécial sur le niveau spirituel ?

Bonjour,
Les centres spirites peuvent se développer partout dans le monde quand des hommes ou des femmes s'engagent pour en défendre ou pour répandre les idées du spiritisme.
Au brésil, le mouvement s'est développé grâce à des hommes engagés et qui ont consacré leur vie à cela comme le docteur Bezerra qui a dû faire face à une puissance église catholique. Il y en a eu bien d’autres encore qui ont soutenu la cause avec ferveur puis, il y a eu le médium Chico Xavier. Il a apporté des preuves de l'immortalité et des informations importantes sur le monde de l'au-delà avec plus 490 livres psychographiés…
La croyance des brésiliens en Dieu est un levier puissant face aux français cartésiens et fiers de l'être et il est certain que le Brésil est un terrain fertile pour s'incarner et diffuser les idées spirites...
Nous vous conseillons pour trouver un centre spirite en France, ce nouveau lien là https://mongroupe.conseil-spirite.org/
Fraternellement,
Aurélie

 

Le choix – C. – 15/08/2017

 

Bonjour, L’âme choisit le moment de sa réincarnation ainsi que sa famille mais choisit elle aussi le moment et les conditions de sa mort ? Si oui, peut-on mourir avant l’heure choisie initialement et pourquoi ? Il y a beaucoup de drames en ce moment, notamment des attentats. Les personnes tuées lors de ces attentats avaient-elles choisis de mourir ce jour-là ou est-ce la faute à "pas de chance"? Les personnes qui en sortent vivantes mais blessées ou handicapées ont elle choisis ces épreuves ?

Bonjour,
Le moment de la mort et les conditions de cette mort peuvent être choisis par ceux qui sont le plus avancés et comprennent le sens de l’incarnation sur terre mais ce qui n'est pas toujours le cas sur terre.
Si l'on choisit de partir avant, on appelle cela un suicide ou une euthanasie.
Les personnes qui sont tuées dans un attentat répondent à un destin collectif car rien ne se fait au hasard. Il n’y a pas de hasard, la vie sur terre a un sens et celui-ci correspond à l’évolution de l’individu incarné. Pour ceux ou celles qui sont blessées lors des attentats, ils ou elles traversent cette épreuve difficile également pour une évolution. Il est donc nécessaire de prier pour ils ou elles afin qu’ils ou elles puissent faire face à cette situation.
Fraternellement,
Corinne

 

La conviction – Bernard – 15/07/2017

 

Bonjour, je m’intéresse à tout ce qui touche l’au-delà, les EMI, les communications, les témoignages. Mon amie ne partage pas ma conviction ; si elle participe à l’une de vos réunions pourrait-elle être convaincue par ce qu’elle verra ? Qu’en pensez-vous ?

Bonjour,
Allan Kardec nous conseille de présenter les principes fondamentaux de la doctrine spirite avant d'inviter une personne. Ainsi éclairée, une personne participant à une réunion médiumnique ne sera pas désorientée, même si elle constate des erreurs humaines, des imperfections médiumniques, de l'ignorance de la part des Esprits qui se communiquent. Elle sera dans la compréhension et saura séparer ce qui est bon de ce qui ne l'est pas. Il n'existe pas de réunion médiumnique idéale à présenter aux nouveaux car la manifestation des Esprits n'est pas un processus didactique et leur manière d'être ou de se comporter, ainsi que leurs communications, se font naturellement, spontanément. Pour ceux qui sont en recherche spirituelle, nous proposons l'étude d'une doctrine convaincante et réconfortante, dont les enseignements ont été révélés par les Esprits et codifiés par Allan Kardec. Car même sans les phénomènes, la connaissance de la doctrine spirite répondra au désir intime de la personne en recherche d'une véritable croyance.
Fraternellement,
Nadia

 

L'emploi de la prière dans une réunion – Thierry - 02/07/2017

 

Bonjour, j’ai assisté à l’une de vos réunions, je ne suis pas croyant et je ne sais pas à quoi sert la prière que vous faites quand vous commencez vos réunions.

Bonjour,
L'objectif de la prière d'ouverture d’une séance est l'union des pensées et des sentiments de tous les participants pour chercher la communion avec le plan spirituel supérieur et demander l'aide des bons Esprits en faveur de l'échange médiumnique qui va se réaliser.
Elle est assez courte afin de ne pas fatiguer les participants, parce que si cela a lieu, l'ambiance ne s'harmonise pas suffisamment pour la formation du courant.
Fraternellement,
Corinne

 

Enfant – Stéphanie – 19/06/2017

 

Bonjour, je lis avec attention les articles que vous faites paraître mais je ne trouve pas la réponse à ma question aussi je me permets de vous écrire. Je suis maman d’un petit Thomas qui est très drôle, c’est le soleil de ma vie. Maintenant, c’est un adolescent intéressant et il me pose beaucoup de questions sur son petit frère. J’ai eu un deuxième enfant qui est tombé malade lorsqu’il avait 6 ans. Nous avons traversé cette épreuve avec difficulté et Julien est parti si vite. Nous n’étions pas préparés à cela mais la foi en ma famille m’a aidé et nous avons surmonté notre peine pour continuer à vivre malgré la séparation. Que puis-je répondre à Thomas, son petit frère est-il dans la lumière ?

Bonjour,
Dans son ouvrage Les derniers instants de la vie, le Dr Elisabeth Kubler Ross affirme que la préparation à la mort doit commencer tôt dans nos vies et que nous devrions enseigner cela à nos enfants et à nos jeunes pour affronter la réalité de la mort avec plus de sérénité. Selon son expérience, les êtres humains préparés depuis tous petits, ne passent pas par toutes les étapes difficiles de la désincarnation s'ils sont atteints d'une maladie mortelle. Par le degré de maturité que certains enfants malades démontrent face à la mort, il est certain que le détachement se fait rapidement et qu’ils trouvent dans l’au-delà l’accueil qu’ils méritent. A l’heure d’aujourd’hui même si les trois quarts de l'humanité croient à la survie de l'âme, la plupart des croyants ne sont pas préparés pour la vie dans l'au-delà. C’est une question d'éducation et les parents, eux-mêmes, sont très peu préparés, et s'avèrent être des enseignants incompétents qui n'abordent le sujet que de manière fugace lorsque un membre de la famille ou un ami décède subitement.
Fraternellement,
Antoine