Religions - Samantha - 30/03/2013

 

Tout d'abord veuillez m'excusez si je ne poste pas au bon endroit je ne sais pas si un/une agora est comme un forum (question/réponse) mais je voulais poster sur un forum spirite seulement il y a un bug avec leur système de captcha. J'aurais une question à vous posé.
Il existe de très nombreuses religions,avec des degrès d'évolutions différent (comme vous le savez certaines sont arrierés ou d'autres plus avancés)et j'aimerais savoir : Par exemple : Quelqu'un est musulman,un autre,chrétien,et enfin un autre, spirite. Cela dérange t-il Dieu que ces personnes ne soit pas spirites ? (Cela le met-il en colere ? bien sur le spiritisme est la vérité absolu ce dont je ne serais jamais certaine jusqu'à ma mort.Je garde toujours le bénéfice du doute et afin de ne pas tomber dans l'orgueil je considere que chaque religion peut etre la vérité,il y a toujours possibilité.Les humains n'ont pas la connaissance ou la compréhension parfaite.)
Egalement,comment pourrait-on expliquer que quelqun soit musulman mais pas spirite (a part l'influence religieuse familiale etc) ?
Est-ce le degrè d'évolution de l'Esprit de la personne qui fait qu'elle est de tel ou tel religion ? (Genre une personne est plutot arriéré,elle ira donc vers une religion polythéiste arriere par exemple,qui est a son niveau de comprehension et d'évolution)
Un esprit sera t-il ''punit'' pour s'etre trompé de croyance,si le spiritisme lui est parvenu et qu'il n'y a pas cru ? Désolé mais je ne comprend encore pas très bien le spiritisme et sa vision des autres confessions.
Merci,frères,de me répondre.(J'espere que cela ne vous derange pas que je vous appelle Frères,ou Soeurs, mais pour moi les spirites et les religieux sont comme des membres de ma famille pour des raisons diverses.)

Bonjour Samantha,
Une agora fonctionne un peu comme un forum, à la différence que les questions et réponses sont uniquement échangées entre les utilisateurs et notre centre spirite (alors que dans un forum, un autre utilisateur pourrait intervenir sur votre question)
Pour répondre à vos questionnements sur l’éventualité d’une hiérarchie dans les religions, nous prendrons une réponse du livre des esprits pour dire que « L'intention, en cela comme en beaucoup d'autres choses, est la règle. Celui qui n'a en vue que de respecter les croyances d'autrui ne fait pas mal ; il fait mieux que celui qui les tournerait en ridicule, car il manquerait de charité ; mais celui qui pratique par intérêt et par ambition est méprisable aux yeux de Dieu et des hommes. Dieu ne peut avoir pour agréables ceux qui n'ont l'air de s'humilier devant lui que pour s'attirer l'approbation des hommes. »
Tous les hommes priant Dieu sont entendus, qu’ils soient catholiques, protestants, musulmans… car Dieu aime chacun de ses enfants, peu lui importe la voix qu’ils choisissent pour s’élever vers lui.
Fraternellement,
André

 

Critique - S - 07/02/2009

 

Bonjour,
la lecture du livre des Esprits constitue peut-être une nouvelle révélation pour l'humanité. Peut-on dire que sa forme actuelle est représentée par l'essor du bouddhisme qui, finalement, développe une métaphysique similaire ?
Par ailleurs, on ne peut que noter le fait que les Esprits dont il relate les manifestations sont toujours chrétiens, voire occidentaux (platon), pourquoi ? S'adressent-ils seulement aux chrétiens ou à l'occident ? Il y aurait contradiction alors, avec la portée universelle du message, d'autant qu'une citation de « Saint Louis » (un saint qui a dû expier beaucoup de fautes : expulsion des Juifs, croisades...) laisse entendre que Mahomet n'était même pas un prophète ! En sait-on davantage sur cette affirmation ? Certes, les Anciens (à savoir les Juifs) ne sont pas oubliés, mais on y fait référence plus par allusion que par dévotion, contrairement au Christ ; Christ qui pourtant est salué comme homme-dieu par Paul, mais qui ressemble plus à un esprit Pur selon d'autres esprits...
J'ai ainsi quelques interrogations auxquelles je vous prie de bien vouloir répondre et aussi des doutes que
j'aimerais vous voir dissiper.

Bonjour,
Je ne pense pas que le Spiritisme soit l'essor du bouddhisme ou d'une religion en particulier. Ce que nous enseigne le Spiritisme, c'est que la vie ne s'arrête pas à la mort du corps physique. Nous sommes tous des esprits qui évoluons petit à petit afin de grandir et de nous améliorer pour nous rapprocher toujours un peu plus de la perfection, grâce à la bienveillance et à l'aide de Dieu et de ses messagers.
Peu importe la manière dont se manifeste notre foi, c'est le fond qui est important. Toujours s'améliorer, faire des efforts, de notre mieux pour répondre à la demande des esprits qui veillent sur nous, c'est cela notre devoir au cours de chaque incarnation et entre celles-ci.
Le Spiritisme a bien spur une portée universelle. Toutefois, le message d'un Esprit est toujours un peu teintée par la personnalité du médium qui les reçoit. Plus le médium a une morale pure, élevée et qu'il agit avec coeur et sincérité, plus il sera capable de transmettre le message sans interférer. Mais il n'y a que très peu de médiums qui actuellement peuvent accomplir ce travail aussi bien. C'est pourquoi, très souvent, une partie des messages sont tintées par la personnalité du messager (du médium). C'est pour celà que dans les écrits de spirites chrétiens, il y a souvent des références à la religion chrétienne et ainsi de suite. Pour autant, cela ne signifie pas que les messages soit faussés, mais il est vrai qu'ils peuvent parfois différer par la forme, malgré que le fond soit toujours le même.
De plus, il faut aussi se rappeler que beaucoup d'écrits religieux ont été transcrites par des mains humaines, puis retraduites etc..., il se peut que certains aient pu être réinterprétés au cours des innombrables années qui se sont écoulés de leur transmission par les esprits jusqu'à aujourd'hui.
Ne dit-on pas actuellement qu'un évangile écrit par le Christ lui même aurait été retrouvé, mais ne serait pas accepté par l'église car il prône une foi simple et sincère qui ne nécessite ni lieu, ni organisation de culte ?
Il faut toujours se rappeler qu'en tant qu'humains nous avons nos défauts, et que ceux-ci peuvent interférer au cours de l'histoire avec tout ce que cherchent à nous transmettre les Esprits qui veillent sur nous et nous guident dans nos différentes incarnations.
J'espère avoir répondu à vos questions. S'il subsiste en vous quelques points sombres, n'hésitez pas à nous réécrire.
Fraternellement,
Claire

 

Spiritisme et religion - Joyna - 06/02/2009

 

Bonjour,
Je m'intéresse à la médiumnité depuis environ 3 ans. Je n'ai pas encore un parfait savoir. Je prends un peu de mon temps pour essayer de comprendre cette science.
J'ai deux questions qui me reviennent souvent, celle de la religion. En effet, la croyance en Dieu est elle le moteur de la compréhension du spiritisme.
Le degré de notre croyance influe t'elle sur notre médiumnité ? Pour finir, pouvez-vous me donner si possible des références littéraires pour m'aider à prier mon guide spirituel ?
Je vous remercie par avance.

Bonjour Joyna,
Effectivement, la croyance en Dieu est à la base de tous les principes du Spiritisme, mais par contre je pense qu'il ne faut pas confondre religion et croyance en Dieu. On peut avoir la foi, sans toutefois adhérer à un système de pensées particulier comme le Christianisme ou l'Islam etc... Ce qui est important c'est d'être sincère.
A la vue de vos questions, je me permets de penser que vous avez peut être encore quelques doutes quand à l'existence de Dieu. Je ne pense pas que cela soit un problème en soi concernant votre médiumnité, toutefois, celà semble un peu paradoxal de recevoir une capacité de quelqu'un tout en ne croyant pas à son existence...
Je pense que ce qui influe le plus sur nos capacités médiumniques c'est notre engagement. En effet, si les frères spirituels nous accordent la chance de développer de telles capacités, c'est pour qu'on puisse les aider dans le travail d'assistance spirituelle que se soit pour des personnes incarnées ou pour aider des Esprits à poursuivre leur chemin. Aussi, si l'on est pas près à suivre cette voie ou si l'on souhaite uniquement développer une médiumnité pour entrer en contact avec des esprits par curiosité, on risque à coup sur d'avoir beaucoup de difficultés à développer notre médiumnité puisque c'est avec leur aide que l'on y parvient.
Le fait de bloquer notre développement est aussi pour les frères spirituels un moyen de nous protéger car si l'on se sert uniquement de la médiumnité par curiosité ou dans le but de se faire rémunérer, on attire tôt ou tard la présence d'entités perturbatrices qui peuvent nous faire beaucoup de mal par des processus d'obsessions.
En ce qui concerne la prise de contact avec votre guide spirituel, il n'y a pas vraiment de mode d'emploi miracle. Il vous faut le prier avec sincérité, lui demander des conseils, avoir des pensées positives régulières pour lui et pour le travail que vous effectuez ensemble. Même si vous ne l'entendez pas, essayez de rester à l'écoute. Lorsque vous avez une intuition, c'est lui qui vous aura murmuré à l'oreille quoi faire. De même, si au réveil vous avez rêvé d'une solution à un problème qui vous préoccupait, là encore, c'est lui qui vous aura guidé.
Par contre, si vous êtes intéressée par des lectures pour continuer de mieux comprendre le sujet, je ne peux que vous conseiller les ouvrages d'Allan Kardec, de Léon Denis ou encore de Francisco Candido Xavier. Le dernier auteur retransmet la vie spirituelle et les leçons qu'apprend un médecin désincarné au fur et à mesure de sa découverte de la vie spirituelle, celà pourrait vous donner plus de détails par exemple sur comment nos guides travaillent à nos côtés tous les jours.
Fraternellement,
Claire

 

Le Bouddhisme - Josselin - 26/06/2006

 

Bonjour,
je souhaiterais vous demander votre point de vue de spirite à propos de cette religion ou pour certains une philosophie qu'est le bouddhisme. Quelles seront par exemple les conditions de vie d'un pratiquant bouddhiste dans le plan spirituel.
J'ai souvent vu sur vos sites une affirmation sur le fait que Jésus était l'homme le plus parfait qui se soit incarné sur Terre. Et pourquoi pas le Bouddha, "l'éveillé" qui a parlé en des termes très claires de comment échapper à la souffrance.
Je trouve pour ma part qu'il offre une vision beaucoup plus claire que Jésus, du moins plus pragmatique car il a lui même expérimenté la souffrance. Votre vision d'un Jésus comme le numéro un des incarné et à mon sens un peu erroné car vous ne pouvez évaluer le degré de spiritualité du Bouddha et dire qu'elle est moins élevé que celle de Jésus.
De plus, j'ai souvent entendu dire que les spirites ne rejetaient aucune autre religion du moment que la croyance était sincère. Mais les spirites connaissent-ils tous les exigences qui font d'un bouddhiste un pratiquant sincère. On a souvent l'impression que le spiritisme est LA religion et que les autres ne sont réservées qu'à des gens pas encore prêts pour recevoir le message spirite.
Merci à vous. Josselin.

Bonjour Josselin,
Vous avez raison de l’exprimer il y a bien des points communs entre l’enseignement du bouddha et la doctrine spirite : pratique du bien, respect des êtres et amour, esprit de charité, croyance en la réincarnation, loi de cause à effets.
Bouddha ne se présente pas comme un dieu ou un, ni le messager d'un dieu, son système de pensée n'a pas d'origine divine, mais il est plutôt axé sur la compréhension de la nature de l'esprit humain.
Par contre si la doctrine spirite est si proche de Jésus Christ c’est bien en raison de son enseignement des vérités fondamentales :
- la vraie vie n’est pas de ce monde mais sur les plans spirituels - Les moyens de parvenir au royaume de Dieu (amour, foi et perfectionnement) - La connaissance du divin et de l’immortalité de l’âme L'éthique spirite coïncide donc avec l'éthique chrétienne, telle qu'elle a été enseignée et pratiquée par Jésus, et avec celle dictée par la conscience, exempte de préjugés et d'intérêts. A la question 625 du Livre des Esprits :
"Quel est le type le plus parfait que Dieu ait offert à l'homme pour lui servir de guide et de modèle ?", les Esprits ont répondu : "Voyez Jésus."
"La morale des Esprits supérieurs se résume comme celle du Christ en cette maxime évangélique : Agir envers les autres comme nous voudrions que les autres agissent envers nous-mêmes ; c'est-à-dire faire le bien et ne point faire le mal. L'homme trouve dans ce principe la règle universelle de conduite pour ses moindres actions Comme l’a recommandé le Christ, le spiritisme ne se réfère à aucun dogme, ni rituel, ou à un quelconque endoctrinement, il ne connaît pour chacun que son propre culte intérieur. Le spirite ne se retire pas du monde, il ne s’isole pas des autres ou dans un monastère, mais bien au contraire il rencontre les épreuves de la vie, comme des joies et poursuit son évolution à travers celles-ci et son travail personnel dont il est son seul juge.
C’est bien pour ces raisons que les spirites se réfèrent aux premiers enseignements du christ, donnés sous des formes allégoriques en leur temps, et aujourd’hui commentés par les communications des esprits, communications concordantes dans le monde entier, nous permettant une meilleure compréhension, du sens de la vie, du devenir des âmes dans l’après vie.
Enfin, le spiritisme enseigne mais n’impose rien, il est certainement par sa simplicité, sa lucidité, un point de rencontre pour tous les êtres en recherche spirituelle. Les religions ont leur rôle à jouer et comme vous le dites, nous ne les rejetons pas, il y a des pratiquants sincères et l’on ne peut que s’en féliciter.
Comme le dit Léon Denis "les dogmes et les prêtres sont nécessaires, et le seront longtemps encore, aux âmes jeunes et timides qui pénètrent chaque jour dans le cercle de la vie terrestre et ne peuvent se diriger seules dans la voie de la connaissance, ni analyser leurs besoins et leurs sensations." Mais cela ne convient plus "aux esprits libres et majeurs, qui veulent trouver par eux-mêmes la solution des grands problèmes et la formule de leur Credo". Cependant pour nous, la vraie religion est un sentiment, sans manifestation ostentatoire et vient du cœur. Dieu sonde les cœurs et les intentions, pas les apparats !! Pourquoi donc un pratiquant bouddhiste ne connaîtrait-il pas lui aussi un plan de vie spirituelle selon ses mérites et sa sincérité !
Cordialement
Michel
Je vous suggère la lecture de l’ « Evangile selon le spiritisme » d’Allan Kardec et « le livre des esprits ».

 

Christ, Karma, Spiritisme - Laurent - 08/02/2006

 

Bonjour,
Je voudrais aborder quelques points importants. Des points touchant à la Religion, à la Théologie, à la Spiritualité.
Tout d'abord, je dois dire que j'ai énormément apprécié la lecture du "Livre des Esprits" qui m'a apporté un éclairage sur nombres de points importants. J'apprécie également l'existence de ce site ainsi que de pouvoir communiquer avec vous. J'aimerais cependant avoir votre point de vue.
Il est écrit dans le "Livre des Esprits" que la nature exacte de Dieu, ainsi que la nature exacte de notre âme, font partie du plus grand secret. N'est-ce pas justement parce que ces deux natures ont un lien ?
Dans les écrits de Kardec (quelque part dans "Le livre des Esprits" ou dans "Le Ciel et l'enfer") il est écrit qu'il ne faut pas confondre la créature avec son créateur, de sorte que l'on ne puisse se confondre avec Dieu. Mais si Dieu a utilisé une partie de Lui-même pour nous créer, ne retrouvons-nous pas une partie de cette Divinité en nous ?
Et justement, cette partie que nous devons retrouver n'est-elle pas représentée par le Christ ? C'est à dire que lorsque Jésus est devenu le Christ, ne s'est-il pas "connecté" au Père par son étincelle divine ? De sorte que Dieu était en lui, qu'Il était Dieu : Le Verbe incarné. Cette reconnexion au Divin n'est-elle pas promise à chacun lorsque Jésus-Christ nous dit: "Tout ce que je fais, vous pourrez le faire et même plus". N'est-ce pas là le véritable BUT de l'Esprit incarné ?
De même, lorsque le Spiritisme parle du Karma comme processus incontournable, ne s'enferme t'il pas dans un schéma involutif ?
Les lois morales et spirituelles n'évoluent-elles pas en fonction de l'élévation des âmes ? Ne sommes-nous pas passés, dans la Bible, d'une Loi de Vengeance (la loi du Talion), à une Loi de premières responsabilités morales (Les Dix Commandements), puis à une Loi de pardon et d'Amour Universel (tel qu'enseignée par Jésus-Christ) ?
Qu'est-ce donc que le Karma ? Qui a créé le Karma ? N'est-ce pas l'esprit de l'Homme qui a créé le Karma et qui en a accepté les mécanismes pour se punir lui-même ? N'est-ce pas l'Homme, qui en se trouvant trop indigne et accablé par ses fautes, ne s'auto-flagelle lui-même et tente de s'épurer tout seul ? Car, qui nous condamne en définitive ? Est-ce Dieu ? Assurément non. Dieu nous aime, Il ne nous condamne pas. Que peut-on lire dans la Bible ? Quelque chose de très important comme : "J'utiliserais la même mesure dont tu te sers pour juger les autres". Cela ne signifie t'il pas que c'est en définitive l'Homme qui se juge lui-même ? Or, si c'est l'Homme qui se juge lui-même, ce jugement est relatif à chacun. De sorte que cela est incompatible avec une justice implacable et universelle jugeant de la même manière les fautes de tous. Si l'on y réfléchit, comment cela pourrait-il être ?
La douleur et le mal perçus ne sont-ils pas fonction de la sensibilité de chacun ? Comment, dès lors, appliquer un "tarif unique" pour chaque même genre de faute commise ? La justice et le mécanisme du Karma, deviennent donc relatifs à chacun. Et si l'Homme ne juge pas, pardonne aux autres leurs fautes, et se pardonne à lui-même ses propres fautes, ne se place t'il pas sur un plan supérieur au mécanisme du Karma ? N'est-ce pas là la TRANSCENDANCE démontrée par Jésus-Christ, pour dépasser un schéma qui n'a plus lieu d'être, que chacun peut accomplir ? N'est-ce pas aussi toute la valeur de : "Je suis l'agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde" ? Car si vous êtes en contact avec des Esprits très Supérieurs, ou mieux, angéliques, vous devez savoir que Jésus-Christ était missionné, qu'Il était bien plus qu'un Esprit Supérieur incarné sur notre Terre, et qu'Il a notamment effacé la dette karmique de l'humanité lors de sa venue. Les pendules ont ainsi été "remises à l'heure" même si, depuis, d'autres erreurs se sont accumulées... J'aimerais que vous me confirmiez ou m'infirmiez ce point. Alors oui, il est possible à l'âme de s'épurer en se soumettant au Karma, comme il est possible de désensabler un véhicule en enlevant les grains de sable un à un. Mais combien de millénaires cela prend-il ?
Ne vaut-il pas mieux accepter la dépanneuse qui nous est envoyée afin de se sortir de ce bourbier au plus vite ? Conséquence merveilleuse : ne pouvons-nous pas, à notre tour, devenir des "dépanneuses" pour nos frères encore embourbés ?
J'ai d'autres points importants à aborder mais je le ferais ultérieurement.
Je vous remercie de votre attention et de la future réponse que vous apporterez à ce message. Que l'Esprit de Vérité se répande sur la Terre et Paix aux Hommes de bonne Volonté.

Bonjour,
Le lien qui existe entre Dieu et nous est celui d’un père à son enfant mais le père reste le père et l’enfant reste l’enfant.
Il y a une part de divinité en nous comme il y en a une dans celle de Jésus qui au même titre que nous qui est un des enfants de Dieu, un des enfants le plus avancé qui soit venu s’incarner sur Terre mais il n’est pas Dieu.
Je vous conseille dans cette démarche de lire l’ouvrage de Léon Denis :« Christianisme et Spiritisme » qui vous éclairera sur ce sujet afin que vous ne confondiez pas les conceptions spirites et celles du catholicisme. Son propos est clair, concis et particulièrement étayé et je ne vais pas répéter ici dans cette agora toute sa réflexion.
Le but de l’esprit incarné, c’est l’évolution vers la perfection au travers des épreuves en nous réincarnant sur terre, chacun a son libre arbitre et sa conscience pour le guider dans ce processus.
La notion de karma que vous développez ne correspond pas à celle que le Spiritisme explique, d’ailleurs, nous ne parlons pas de karma mais de loi de cause à effet. Là aussi, pour bien comprendre, la lecture est grandement conseillée afin de mesurer toute la sagesse divine dans cette grande loi ; vous trouverez notamment le livre : « Nosso Lar » de Chico Xavier qui raconte le parcours d’un esprit et toujours chez Léon Denis, dans « Après la mort » au chapitre XIII, une explication concernant les épreuves et la mort ainsi que la nécessité et le rôle de la souffrance.
En ce qui concerne le pardon, les fautes et le Christ qui est venu « enlever le péché du monde », cette idée est essentielle catholique et pour nous spirites, elle ne correspond à rien. Au mois de mars, l’ouvrage : « Christianisme et Spiritisme » sera consultable sur le site avec des liens et des mots-clefs dans le moteur de recherche, pour l’instant, vous pouvez le télécharger. Je pense que vous trouverez là toutes les réponses à vos interrogations.
Fraternellement,
Catherine.

 

Existence de Jésus - Victor - 03/09/2005

 

Bonjour,
On m'a donné le lien de ce site qui démontre de A à Z que Jésus est une fable. Depuis que je suis allé sur ce site, je doute de l'existence J-C http://www.truthbeknown.com/francais.htm

Bonjour,
Un site et quelques références n’apporte pas la preuve ultime qu’il n’a pas existé, je pense qu’il faut un peu plus pour établir votre jugement. Lire aussi les textes qui appuient son existence, se pencher sur l’histoire de son passage et celle de tous ces hommes et femmes qui ont suivi son exemple…
Et puis ce n’est pas à moi d’étayer votre foi et votre croyance en Lui, c’est une démarche personnelle qui se fait lentement, au fil de vos recherches approfondies. Prenez le temps de vous convaincre aussi.
Dans notre site, vous trouverez dans « L’évangile selon le Spiritisme » d’Allan Kardec les paroles de Jésus commentées, la grandeur des propos suffisent à eux-mêmes et l’essentiel n’est-il pas dans son application ?
Fraternellement,
Catherine

 

L'omniscience - G - 26/03/2005

 

Bonjour,
Je voudrais parler de l'omniscience de certains yogis. Tout d'abord, il y en a très peu de yogis qui ont cela et ceux qui ont ceci on doit les trouver dans des ermitages.
L'omniscience peut être acquis en fusionnant leur moi personnel avec leur Soi divin par le Jnâna-Yoga ou Yoga de la connaissance. J
e l'ai lu dans un livre qui parle du yoga. On me dit qu'"il ne serait aucunement surpris d'apprendre par les grands titres des journaux que des microscopes super-électroniques ont décelé dans chaque électron, dont la charge est négative...".
Bref, on prétend qui ont cela. Mais il y a quelque chose que vous allez m'expliquer : comment se fait-il que ces yogis ont leur omniscience et qu'ils connaissent tout après avoir fait des exercices mentaux, des méditations..., alors que vous, spirites et les esprits, disent qu'on connaîtra un jour tout par de très multiples réincarnations en apprenant chaque chose, alors que ces yogis savent tout après plusieurs années ou quelques réincarnations ?
C'est bizarre ! Je ne sais pas si c'est faux, mais j'ai jamais entendu parler que ces yogis mentaient, et que l'omniscience qui auraient serait faux. Il y a quelque chose qui cloche, ou bien c'est les yogis qui mentent sur ce sujet, ou bien les esprits nous mentent, car il y a un des deux qui soit faux.
Veuillez m'expliquer, s'il vous plait. Et si vous avez un doute demandez aux esprits.

Bonjour,
Si l'on suppose que de tels yogi existent et qu'ils peuvent avoir accès à certaines connaissances de manière transcendante, cela n'est pas incompatible avec le spiritisme.
Les hypothèses explicatives de ce fait qui me viennent à l'esprit seraient :
- les yogi puisent leurs informations dans une sorte de champ psychique entourant la Terre. C'est en quelque sorte les archétypes ou l'inconscient collectif de Jung
- les yogi sont influencés par des Esprits évolués : ils sont alors des médiums.
- les yogi ont vécu bien plus de vies qu'ils n'en ont conscience ou que telle religion ou telle doctrine voudrait le laisser croire. Ces connaissances ne seraient alors que des souvenirs de vies passées ressurgissant dans le champ de leur conscience actuelle.
Ces hypothèses mériteraient d'être testées pour être validées. Ceci dit, je ne suis pas convaincu que de telles choses existent sous la forme que vous décrivez. Par exemple, avoir la connaissance pure de la composition intrinsèque de l'électron, ce n'est pas pareil que de l'exprimer avec les modèles du paradigme de la physique moderne. Imaginons qu'on découvre que l'électron est composé d'un gaz de photons et de neutrinos : comment le yogi peut-il comprendre ce que ça veut dire sans être physicien ?
Avoir accès à la connaissance pure ne signifie pas devenir physicien, qui est un titre humain recouvrant des formulations humaines. Si on accède à la connaissance par le mysticisme, il me semble qu'on ne peut pas forcément comprendre les formulations théoriques issues de la science humaine...
Si à la moindre de mes questions il suffisait que je demande aux Esprits, je n'aurais plus besoin de travailler ! quel mérite, quel intérêt et quel plaisir en retirerais-je ?
Je vous conseille de lire "caractère de la révélation spirite" de Kardec...
Fraternellement,
Jérémie.

 

La passion du Christ de Mel Gibson - Kahan - 30/04/2004

 

Bonjour,
Surpris de n'avoir lu aucune question ou remarque sur ce film dans ce forum, je me décide donc à vous écrire : en tant que spirites, quel est votre sentiment à l'égard de ce film, à ce qu'il relate et à sa façon de le faire ? Est-ce que les Esprits peuvent-ils nous préciser la réalité de toute cette violence, voire même de toute cette histoire ?
Personnellement, je ne saurais dire si le récit du film est conforme aux "Evangiles de la Bible" ou aux "Evangiles selon le Spiritisme", cependant ne pense pas qu'il faille le voir comme un film antisémite car on y voit les Romains prendre à cour le fait de massacrer Jésus. A la fin du film, j'ai vu l'horreur que l'Homme peut faire aujourd'hui comme il le faisait déjà il y a des milliers d'années.
Amicalement. Un spirite convaincu mais peu acteur.

Bonjour,
Je n'ai pas vu le film et je ne peux vous donner mon sentiment. Cependant, je n'apprécie guère les films traitant l'histoire de Jésus, ils sont souvent truffés d'erreurs… pouvons-nous réellement comprendre la nature intime du Christ et saisir toute l'étendue de son évolution ?
Quant à la violence, je suppose qu'à l'époque, compte-tenu de la dureté de la vie et de l'évolution des individus, elle existe malheureusement bien, mais qu'est-ce qu'une violence physique pour un Esprit tel que Jésus ? La violence morale n'était-elle pas plus difficile à supporter ? L'ignorance et la rapacité de ses concitoyens n'était-elle pas plus dure à vivre ?
Fraternellement,
Catherine.

 

La théorie des chakras - Thierry - 08/04/2004

 

Bonjour à toute l'équipe de Lyon,
C'est toujours avec le plus vif intérêt que je parcours votre forum, et tiens à vous remercier pour la qualité des réponses !
Je voudrais savoir quelle est la position, ou plutôt l'explication d'un point de vue de la science spirite eu égard à la théorie des chakras de la tradition ésotérique hindouiste, faites-vous des recherches en ce sens expérimentale si oui, serait-il permis d'en savoir plus sur ce sujet, jusque-là, je n'ai trouvé que quelques explications mais très ésotériques, dans la doctrine théosophique, qui d'après leurs dires, prennent source dans le périsprit ou corps astral.
Merci d'avance pour vos réponses.
Thierry.

Bonjour,
Interpréter un phénomène spirite en utilisant le vocabulaire et les lois appartenant au paradigme de la physique est un exercice périlleux. Jusque-là, toutes les tentatives de modélisation des phénomènes spirites à l'aide du formalisme de la science normale sont décevantes. Ainsi, l'exercice consistant à parler des chakras, qu'on appelle centre de force en spiritisme, en employant des expressions issues de la physique (électromagnétisme, biophysique) est très délicat.
Néanmoins, plusieurs recherches scientifiques ont eu lieu sur le sujet, recherches que la science spirite reprend à son compte avec toute la prudence nécessaire.
On peut parler dans un premier temps des découvertes du professeur Kim Bong Han.
Le professeur Kim Bong Han est un scientifique né en Corée du Nord. Ses principales investigations portent sur l'acupuncture, technique ancienne de soins inventée par les Chinois il y a plusieurs millénaires. Les propriétés des points d'acupuncture et des méridiens qui les relient sont aujourd'hui l'objet de techniques évoluées d'investigation. Les soviétiques ont à ce sujet démontré l'existence d'un véritable circuit de basse résistance électrique (ou impédance) dans un organisme vivant, circuit coïncidant avec les méridiens reliant les points d'acupuncture. Il est en effet possible d'enregistrer de petites différences de potentiel électrique entre deux de ces points.
On tend à croire qu'un circuit interne profond est en relation avec les points d'acupuncture. On croit que de telles connexions se font grâce à un champ d'énergie et non pas grâce à un réseau de conducteurs. Les conditions de bien-être et de santé du corps paraissent essentiellement dépendantes de l'énergie circulant dans ces circuits et de leur équilibre mutuel.
On suppose alors que le système d'acupuncture forme un quatrième système de circulation, de niveau équivalent aux systèmes circulatoire, nerveux et lymphatique.
Les expériences du professeur Kim Bong Han visent à explorer plus en profondeur le système d'acupuncture en empruntant des techniques plus raffinées qui ne sont d'habitude pas utilisées dans ce sens. Il a par exemple injecté du phosphore radioactif en un point d'acupuncture et a essayé de suivre sa marche à l'intérieur de l'organisme. Il a vérifié que les atomes de phosphore radioactif, au lieu de s'éparpiller dans les tissus adjacents, suivaient un méridien particulier. Il détectera donc des atomes de phosphore radioactif en forte concentration au niveau des points d'acupuncture le long du méridien correspondant.
Il existe donc bel et bien des méridiens entre les points d'acupuncture, sortes de routes privilégiées. Le professeur Kim Bong Han a montré que les substances en rapport avec ces méridiens étaient en étroite relation avec le système endocrinien.
La question est de savoir si ce système de méridien est un facteur d'organogenèse et de manière générale de morphogenèse, en plus d'être un indicateur de santé, car cela permettrait de faire le lien avec ce que les spirites appellent le périsprit.
Le périsprit constitue l'idée directrice selon laquelle les cellules et les organes se spécifient et s'organisent dans l'espace.
À mon avis, c'est là que les recherches du professeur en biologie de Yale Harold Saxton Burr interviennent de manière cruciale. En effet, il a démontré que parallèlement et au-dessus du corps se trouvait un champ électromagnétique, qu'il a dénommé champ vital et dont les caractéristiques électriques suivaient celles des méridiens. Les caractéristiques de ce champ sont telles qu'il n'est pas possible de l'attribuer à la circulation de charges électriques portées par les molécules biologiques du corps. En particulier, ce champ existe de manière primordiale au niveau de l'embryon et il se trouve modifié lorsqu'une maladie va apparaître alors que celle-ci n'existe pas encore au niveau du corps.
Si nous simplifions, on peut dire que ce champ vital ressemble au fluide vital dont parlait Gabriel Delanne et Allan Kardec. En effet, ces pionniers spirites ont montré que le fluide vital était un intermédiaire entre le corps et le périsprit. Une modification du corps se répercute sous forme de vibration du fluide vital jusqu'au niveau du périsprit et de l'esprit. De manière réciproque, lorsque l'esprit imprime sa volonté sur le périsprit, celui-ci met en vibration le fluide vital qui à son tour va interagir avec la matière corporelle.
Je viens donc de montrer la chaîne des éléments qui interagissent depuis le corps jusqu'au périsprit et même jusqu'à l'esprit. On peut dire qu'en agissant sur les points d'acupuncture, le champ électromagnétique ou champ vital de Burr qui est approximativement l'analogue du fluide vital des spirites met en vibration le périsprit. Éventuellement, si une zone est malade on peut donc agir sur la cause des troubles qui se trouve dans le périsprit par l'intermédiaire de manipulations de certains points du corps. Les magnétiseurs spirites brésiliens, agissent eux, directement au niveau des centres de forces du périsprit à l'aide de passes.
En spiritisme, on ne parle pas de chakra car on désire ne pas trop marquer de rapprochement avec cet ésotérisme. Car si on est approximativement d'accord sur ce point, de nombreux autres sont très différents et on ne veut pas risquer d'assimilation abusive.
On parlera alors de centre de force. Ces centres de force sont au nombre de 7 principaux mais il y en a d'autres, secondaires. Ce sont des lieux aux caractéristiques électromagnétiques bien particulières ou si vous voulez des points d'acupuncture d'une plus grande importance.
Ces centres de forces sont donc des lieux privilégiés qui existent au niveau du corps et du périsprit. Il faut avouer qu'en France les spirites n'utilisent pas ces centres de force pour le soin. Les spirites français de tradition plus rationaliste hésitent à adhérer à cette théorie car elle ne figure pas dans les oeuvres de base de la codification.
Par contre, au Brésil, les écrits médiumniques spirites mettent en valeur leur importance cruciale. C'est ainsi que les passes magnétiques sont faites de telle manière à prendre en compte la position et la spécificité de ces centres de force. On peut résumer leur action par le tableau suivant :

Centre de force
Localisation
Fonctions et organes correspondants
Maladies
Couronne Sommet de la tête Cerveau et glande pinéale Maladies en relation avec la pinéale et le cerveau (physique ou psychologique)
Frontal Centre du front Système nerveux, pinéale et pituitaire Folie, perte de mémoire, paralysie, épilepsie
Ajna entre les sourcils Glandes pituitaire et endocrines. Contrôle les autres centres majeurs. Cancer, allergies, asthme,maladies en relation avec le système endocrine et les yeux
Gorge Centre de la gorge Gorge, thyroïde et parthyroïdes. Maladies en relation avec la gorge.

Coeur Frontal

Centre de la poitrine Coeur, Thymus et système circulatoire Problèmes cardiaques.

Dorsal

Plexus solaire

Dorsal du coeur Poumons et à un certain degré, le coeur agit comme un centre de compréhension de l'énergie. Contrôle aussi la température du corps. Problèmes pulmonaires
Frontal Zone creuse au milieu des côtes Pancréas, foi, diaphragme, intestin grêle, colon, estomac. diabète, ulcère à l'estomac, hépatite, problèmes cardiaques et autres maladies en relation.
Dorsal Opposé au frontal Mêmes fonctions que le frontal.  
Rate au milieu de la dernière côte flottante gauche principal point d'entrée de l'énergie de l'air. Energise les centres majeurs et tout le corps. Basse vitalité, faiblesse
Nombril Nombril Intestin grêle, côlon constipation, basse vitalité et maladies en relation aux intestins.
Meng mein dorsal du nombril reins, glandes suprarénales, contrôle la pression sanguine Problèmes rénaux, basse vitalité et problèmes en relation aux intestins.
Sexuel aire pubienne Organes sexuels, vessie, jambes. Problèmes sexuels et de vessie.
de base Base de la colonne vertébrale Glandes suprarénales et organes sexuels. Energise tout le corps (os, muscles, sang et organes internes). Affecte la vitalité, la température du corps et la croissance des enfants. Centro d'autopréservation. Leucémie, basse vitalité, allergies, asthme, problèmes sexuels et de désordre psychologiques.


Vous pourrez par exemple trouver dans le livre " la guérison d'Ester " de Divaldo Pereira Franco un procédé d'utilisation du centre de force de la couronne.
Les brésiliens utilisent également les centres de force dans le développement de la médiumnité, ce qui peut se résumer dans le tableau suivant :
Centre de force
effets physiques possibles
effets médiumniques possibles
Couronne Pression de la nuque, pression de la tête (région pinéale), légers étourdissements-sommeil, impression de légèreté, lévitation, sensation de bien-être, chaleur au sommet de la tête Liaison avec le monde supérieur, tendance à l'incorporation consciente ou inconsciente avec les CDF du plexus solaire et du coeur. Médiumnité intuitive.
Front Pression ou chaleur entre les yeux, insensibilité du visage, pression ou bruit dans les oreilles, voix à l'intérieur du cerveau, pression derrière l'oreille gauche. tendance à la voyance ou à l'audition. Irradiation d'énergies spirituelles pendant un travail de cure.
Gorge sensation de brûlure ou pression dans la gorge, envie d'avaler souvent sa salive, flux de salive. Tendance à la psychophonie, médium parlant, conférencier.
Coeur Emotion, serrement de la poitrine, palpitations manque d'air, chaleur dans la poitrine, fluide suave, calmant, subtil, radiant. approche de l'"ange gardien", aide les autres CDF dans les divers types de médiumnité, équilibre les sentiments du médium.
Huméral Etirement dans le bras, les omoplates, les mains, engourdissement des mains, les mains ont des impulsions que le médium n'arrive pas à contrôler. Tendance à la psychographie, médium de cure magnétique. Avec les CDF de la couronne et du coeur, liaison physique spirituelle.
Nombril et Base Douleurs à l'entrée de l'estomac, nausées, se sentir mal, inquiétude, tremblement des jambes, engourdissement des jambes et des pieds. Tendance au travail de désobsession et effets physiques.


J'ai essayé de peindre grossièrement les relations que l'on pouvait faire entre les centres de force, les découvertes scientifiques, et le spiritisme, avec tout ce mélange de termes issus des deux paradigmes que cela comporte.
Pour approfondir, je dirais que le spiritisme peut également s'enrichir des expériences faites par l'occultiste spirite Charles Lancelin. En effet, certains spirites ont réussi à décomposer grâce à ses résultats les mécanismes d'interaction entre les parties que j'ai cités précédemment. Ainsi, j'ai pris parfois des raccourcis pour expliquer les rapports entre fluide vital et le champ vital. En fait, il n'y aurait pas identité stricte : le champ vital, constitué de photons (aspect particulaire des ondes électromagnétiques) interagirait avec le fluide vital (fluide universel dans un état particulier de résonance vibratoire) alors que ce dernier interagirait avec un lien astral, lui-même en rapport avec le périsprit.
Fraternellement,
Jérémie.

 

Spiritisme et Islam - Karim - 09/02/2004

 

Bonjour,
Je souhaiterais savoir si vous avez eu lors de vos séances de spiritisme, un éventuel contact avec des Esprits qui ont été de confession musulmane lors de leur dernière vie. Je suis médecin installé au Maroc (Casablanca) et je m'intéresse de plus en plus au spiritisme.
Mes connaissances sur le spiritisme, sont encore assez limitées, bien qu'ayant déjà lu pas mal d'ouvrages sur le sujet, de Kardec, Denis, ... Aucune des références sur le spiritisme que j'ai consulté ne fait référence à l'islam.
Une des questions à laquelle je n'arrive pas à répondre est la suivante : Pourquoi Jésus et pas Mahomet ?
Mon avis tous les deux sont des prophètes. Peut-être parce que le spiritisme est naît en Europe et que c'est une question de culture ?
L'un des points fort du spiritisme est son universalisme.
Finalement, il y a quelque chose qui m'échappe.
Merci
Karim, Casablanca MAROC

Bonjour,
Vous aimeriez savoir pourquoi Jésus et pas Mahomet ? Et la réponse se trouve dans votre réflexion : parce que le Spiritisme est né en Europe à une époque où la culture islamique n'était guère étendue en Europe ou aux Etats-Unis.
Mais le Spiritisme reste universel et l'on s'aperçoit que les Esprits se communiquent à tout homme sur terre, sans distinction de culture, de race ou de niveau social.
Fraternellement,
Catherine.

 

Crise de foi... - Rose - 18/08/2003

 

Bonjour,
Je vous ai déjà écrit l'an dernier et, entre autre, je vous avais dit combien la lecture du "livre des Esprits" m'avait enthousiasmée, qu'il concrétisait des années de croyance à laquelle je ne mettais pas de nom.
Mais voilà, sans aucune raison, il y a environ un mois, je me suis réveillée un matin, et j'avais perdu la foi... Dans ma tête, tout ce en quoi j'avais cru jusque là m'est apparu totalement faux et que ce que nous étions, notre corps comme notre "esprit", n'était que la transmission génétique de nos ancêtres.
Je me sens terriblement vide, je regarde mon fils et je me dis que non, son "âme" ne nous a pas choisi pour être ses parents et le guider dans "cette vie", que non, si je tente de vivre en faisant preuve de bonté et en cherchant sans cesse à m'améliorer, mon "âme" ne progressera pas dans ma "prochaine vie".
Je ne sais pas si vous imaginez ce que je peux ressentir, mais c'est terrible...
Je ne sais plus où j'en suis et je déprime... Je ne trouve plus aucun sens à ma vie, je n'ai plus envie d'affronter les difficultés car je me dis que tout est vain. Je ne viens pas là pour être critiquée ou qu'on me dise que je manquais certainement de foi pour en arriver là, mais pour trouver du réconfort, avoir votre avis et peut-être que vous m'éclairiez...
Amicalement, Rose.

Bonjour,
Non, on ne peut pas se réveiller un matin et n'avoir plus de foi tout d'un coup !
La foi, elle s'acquiert par l'expérience après avoir passé par les épreuves du doute au fil des diverses existences. Elle le rend capable de surmonter les plus grands obstacles.
Dans " l'Evangile selon le spiritisme ", Allan Kardec dit ceci :
" Chez certaines personnes, la foi semble en quelque sorte innée ; une étincelle suffit pour la développer. Cette facilité à s'assimiler les vérités spirituelles est un signe évident de progrès antérieur ; chez d'autres, au contraire, elles ne pénètrent qu'avec difficulté, signe non moins évident d'une nature en retard. Les premières ont déjà cru et compris ; elles apportent en renaissant l'intuition de ce qu'elles ont su : leur éducation est faite ; les secondes ont tout à apprendre : leur éducation est à faire ; elle se fera, et si elle n'est pas terminée dans cette existence, elle le sera dans une autre… mais il faut se garder de confondre la foi avec la présomption. La vraie foi s'allie à l'humilité ; celui qui la possède met sa confiance en Dieu plus qu'en lui-même, parce qu'il sait que, simple instrument de la volonté de Dieu, il ne peut rien sans lui ; c'est pourquoi les bons Esprits lui viennent en aide. La présomption est moins la foi que l'orgueil, et l'orgueil est toujours châtié tôt ou tard par la déception et les échecs qui lui sont infligés. "
Je vous conseille donc la relecture de cet ouvrage et se prendre le temps d'établir un contact avec votre guide spirituel par le biais de la prière. Posément et calmement, avec réflexion, vos idées se mettront en ordre.
Fraternellement,
Catherine.

 

Les grands Esprits se rencontrent ? - Patrick - 20/07/2003

 

Bonjour à tous,
Depuis quelques années, j'étudie en amateur les différentes philosophies et religions humaines et j'ai depuis peu découvert le Spiritisme notamment par l'intermédiaire de votre excellent site.
Question 1 : Mon interprétation des différents textes (chrétiens, boudhistes ...) m'avait amené à bâtir de façon purement intellectuelle une théorie sur Dieu, l'esprit, l'homme etc... qui à mon grand étonnement s'avére être quasiment identique de celle bâtie par les spirites. Quelle interprétation feriez-vous de cette convergence de vue (coincidence or not coincidence) ?
Question 2 : Dans les textes que vous publiez, il semble que l'esprit se libère du corps pendant le sommeil pour vaquer à des occupations d'ordre spirituel dont il resterait des traces dans les rêves. Pour ma part pour 99,99% de mes nuits, je ne me souviens pas de mes rêves (j'ai même l'inpression de ne pas rêver) et les très rares fois où je me souviens de quelque chose au réveil, je ressent un fort malaise, souvent persistant, quelque soit le contenu du rêve (c'est encore pire si cela ce produit dans la journée à l'occasion d'une sieste). Au vu de votre expérience, quelle interprétation feriez-vous de cet état de fait ?
En vous remerciant par avance pour le temps que vous consacrerez à me répondre, bien cordialement à vous.

Bonjour Patrick,
Dans votre première question vous semblez surpris de constater la convergence de la doctrine spirite avec les dogmes de certaines religions. Sachez tout d'abord que le spiritisme n'est pas une religion et qu'il n'est pas incompatible avec la pratique d'un culte.
D'ailleurs, vous avez bien perçu, peut être de manière intuitive, ce qui différencie une religion du spiritisme. Vous dites " m'avait amené àbâtir de façon purement intellectuelle une théorie sur Dieu ... " et, un peu plus loin " celle bâtie par les spirites de façon semble-t-il expérimentale ". En effet toute religion repose sur des dogmes, des préceptes de base, que l'on doit accepter sans pouvoir les mettre en doute ou en vérifier le bon fondement.
Le spiritisme est aux antipodes de cette démarche. Il se base sur des faits, des expériences, des communications reçues par les médiums pour étudier, comprendre et construire une doctrine. Le spiritisme est aussi une évolution personnelle, qui permet de progresser pas à pas, ne gravissant une marche que si la précédente est un socle solide construit sur des certitudes puisque expérimentées et vérifiées.
Vous dites être sceptique. Moi je vous réponds étudiez la doctrine spirite et surtout pratiquez. Mais attention, et j'insiste, ne pratiquez jamais seul. Le monde des esprits est peuplé de bons mais aussi de mauvais esprits sous le joug desquels vous pourriez tomber sans même en avoir conscience. Ne pratiquez qu'avec des médiums confirmés qui vous conseilleront et vous protégeront, dans le cadre d'un centre spirite.
Votre deuxième question est relative au dégagement du corps physique. Nous avons tous un corps physique et un corps fluidique appelé périsprit. Ce corps fluidique est le siège de l'âme et est immortel. C'est lui qui survit à ce que nous appelons la mort. Ce périsprit peut se dégager du corps physique durant le sommeil, tout en y restant lié par un cordon fluidique. L'esprit retrouve alors une relative liberté et en profite pour voyager et travailler car l'esprit n'est jamais inactif. Au moment de la mort, le cordon fluidique est rompu et l'Esprit recouvre son entière liberté. Par cette similitude de dégagement on dit que le sommeil est une petite mort.
Je vous conseille de lire Le livre des Esprits d'Allan Kardec. C'est la base de toute la doctrine spirite.
Extraits du livre des Esprits :
401. Pendant le sommeil, l'âme se repose-t-elle comme le corps ?
" Non, l'Esprit n'est jamais inactif. Pendant le sommeil, les liens qui l'unissent au corps sont relâchés, et le corps n'ayant pas besoin de lui, il parcourt l'espace, et entre en relation plus directe avec les autres Esprits. "

402. Comment pouvons-nous juger de la liberté de l'Esprit pendant le sommeil ? " Par les rêves. Crois bien que lorsque le corps repose, l'Esprit a plus de facultés que dans la veille ; il a le souvenir du passé et quelquefois prévision de l'avenir ; il acquiert plus de puissance et peut entrer en communication avec les autres Esprits, soit dans ce monde, soit dans un autre. Souvent, tu dis : J'ai fait un rêve bizarre, un rêve affreux, mais qui n'a aucune vraisemblance ; tu te trompes ; c'est souvent un souvenir des lieux et des choses que tu as vus ou que tu verras dans une autre existence ou à un autre moment. Le corps étant engourdi, l'Esprit tâche de briser sa chaîne en cherchant dans le passé ou dans l'avenir.
"Pauvres hommes, que vous connaissez peu les phénomènes les plus ordinaires de la vie ! Vous croyez être bien savants, et les choses les plus vulgaires vous embarrassent ; à cette question de tous les enfants : qu'est-ce que nous faisons quand nous dormons ? Qu'est-ce que c'est que les rêves ? Vous restez interdits.
"Le sommeil délivre en partie l'âme du corps. Quand on dort, on est momentanément dans l'état où l'on se trouve d'une manière fixe après la mort. Les Esprits qui sont tôt dégagés de la matière à leur mort ont eu des sommeils intelligents ; ceux-là, quand ils dorment, rejoignent la société des autres êtres supérieurs à eux : ils voyagent, causent et s'instruisent avec eux ; ils travaillent même à des ouvrages qu'ils trouvent tout faits en mourant. Ceci doit vous apprendre une fois de plus à ne pas craindre la mort, puisque vous mourez tous les jours selon la parole d'un saint. v"Voilà pour les Esprits élevés ; mais pour la masse des hommes qui, à la mort, doivent rester de longues heures dans ce trouble, dans cette incertitude dont ils vous ont parlé, ceux-là vont, soit dans des mondes inférieurs à la terre, où d'anciennes affections les rappellent, soit chercher des plaisirs peut-être encore plus bas que ceux qu'ils ont ici ; ils vont puiser des doctrines encore plus viles, plus ignobles, plus nuisibles que celles qu'ils professent au milieu de vous. Et ce qui engendre la sympathie sur la terre n'est pas autre chose que ce fait qu'on se sent, au réveil, rapproché par le cœur de ceux avec qui on vient de passer huit à neuf heures de bonheur ou de plaisir. Ce qui explique aussi ces antipathies invincibles, c'est qu'on sait au fond de son cœur que ces gens-là ont une autre conscience que la nôtre, parce qu'on les connaît sans les avoir jamais vus avec les yeux. C'est encore ce qui explique l'indifférence, puisqu'on ne tient pas à faire de nouveaux amis, lorsqu'on sait qu'on en a d'autres qui nous aiment et nous chérissent. En un mot, le sommeil influe plus que vous ne pensez sur votre vie.
"Par l'effet du sommeil, les Esprits incarnés sont toujours en rapport avec le monde des Esprits, et c'est ce qui fait que les Esprits supérieurs consentent, sans trop de répulsion, à s'incarner parmi vous. Dieu a voulu que pendant leur contact avec le vice, ils pussent aller se retremper à la source du bien, pour ne pas faillir eux-mêmes, eux qui venaient instruire les autres. Le sommeil est la porte que Dieu leur a ouverte vers leurs amis du ciel ; c'est la récréation après le travail, en attendant la grande délivrance, la libération finale qui doit les rendre à leur vrai milieu.
"Le rêve est le souvenir de ce que votre Esprit a vu pendant le sommeil ; mais remarquez que vous ne rêvez pas toujours, parce que vous ne vous souvenez pas toujours de ce que vous avez vu, ou de tout ce que vous avez vu. Ce n'est pas votre âme dans tout son développement ; ce n'est souvent que le souvenir du trouble qui accompagne votre départ ou votre rentrée, auquel se joint celui de ce que vous avez fait ou de ce qui vous préoccupe dans l'état de veille ; sans cela, comment expliqueriez-vous ces rêves absurdes que font les plus savants comme les plus simples ? Les mauvais Esprits se servent aussi des rêves pour tourmenter les âmes faibles et pusillanimes.
"Au reste, vous verrez dans peu se développer une autre espèce de rêves ; elle est aussi ancienne que celle que vous connaissez, mais vous l'ignorez. Le rêve de Jeanne, le rêve de Jacob, le rêve des prophètes juifs et de quelques devins indiens : ce rêve-là est le souvenir de l'âme entièrement dégagée du corps, le souvenir de cette seconde vie dont je vous parlais tout à l'heure.
"Cherchez bien à distinguer ces deux sortes de rêves dans ceux dont vous vous souviendrez ; sans cela vous tomberiez dans des contradictions et dans des erreurs qui seraient funestes à votre foi. "
Voilà Patrick, ce ne sont que quelques éléments de réponse qui demandent à être approfondis. Sachez que nous serons toujours là pour vous aider.
Patrick, vous êtes en recherche et les routes sont nombreuses. Mais regardez bien tout au fond de votre cœur. Dieu y a déposé un trésor de lumière, c'est une parcelle de son amour et elle est pour vous. Que cette lumière guide vos pas sur le chemin du spiritisme, ce n'est pas le plus facile mais c'est celui qui vous mènera jusqu'à lui.
Avec toute mon amitié,
Maxence.

 

La religion - Phil - 07/06/2003

Bonjour,
Je viens de lire plusieurs livres d'Allan Kardec et de Léon Denis où tous les deux exposent leur point de vue sur le christianisme.
Cependant,ce qui m'intéresse c'est de savoir si l'islam est réellement la religion qui prolonge le Christianisme, comme l'affirme si bien le Coran. L'Islam est-il une religion fondée sur la doctrine même de Jesus Christ. L'islam est-il en accord avec les lois divines ?
Le Coran est-il une nouvelle révélation de Dieu à l'Homme ?

Bonjour Marko,
Votre question est un sujet bien long à débattre et qui dure depuis des siècles entre religions.
Le spiritisme n'est pas là pour se positionner en tant qu'arbitre, mais donner les moyens à chacun de pouvoir s'éclairer par soi-même avec les outils de la cohérence et de la raison et de pouvoir se faire ainsi une opinion raisonnée et personnelle.
La réponse est dans le code de morale universelle, sans distinction de culte, utile au développement de la pensée. Devant ce code divin, l'incrédulité elle-même s'incline, c'est le terrain où tous les cultes peuvent se rencontrer, le drapeau sous lequel tous peuvent s'abriter, quelles que soient leurs croyances, car elle n'a jamais fait le sujet de disputes religieuses, toujours et partout soulevées par les question de dogmes.
Il est vrai que chaque religion se distingue de part ses dogmes et ses rites avec souvent des préceptes datant de plusieurs siècles, inchangés et de par nature, immuables et donc non voués à l'évolution. On ne peut faire progresser l'humanité en gardant des préceptes relatifs à une période trop éloignée de l'évolution générale du monde.
La morale quant à elle est toujours intemporelle et applicable à tous sans distinction, ni de couleur de peau, ni de lieu, ni d'époque.
Il faut se rappeler que Jésus, de son temps enfreignait des « coutumes ou mours » ancrées dans la civilisation et l'on peut voir à quel point les rites prenaient aux yeux des peuples plus d'importances que le fond.
C'était l'héritage des ancêtres et des croyances, les façons de faire que l'on se transmet et qui dans le fond, portent en soi « les traditions », si lourdes et pesantes. Pour reprendre à titre d'exemple quelques passages de la Bible, on peut y lire, certaines des persécutions que Jésus était affublées. On disait alors de lui : « c'est un pêcheur, car il n'observe pas le sabbat, ne fait pas ses ablutions.etc. Et Jésus de répondre : « ...et vous vous indignez parce que j'ai rendu la pleine santé à un homme le jour du sabbat ? Cessez de juger sur l'apparence, jugez selon la justice !» . Ne voit-on pas ce genre de situation encore actuellement et de nos jours plus de 20 siècles après dans des contextes différents ? L'Amour est le seul vecteur qui rend témoignage de l'application des lois de Dieu.
Toutes les coutumes, mours et croyances sont soumises à un pays, une époque, mais la loi de Dieu est universelle de par le temps et l'espace. Puisse le fond prendre le pas sur la forme, et l'évolution morale de l'humanité ira croissante et grandissante.
Il faut savoir être le plus objectif possible pour être le plus proche de la vérité, sans voile, ni artifice. Tout ce qui dirige vers une dogmatisation des actes et des pensées, éloigne le sens premier de sa source et l'on perd peu à peu la cohérence du message initial. Il faut donc regarder et étudier les textes de chaque religion, avec un oeil critique, tout en comparant les contradictions, si riches en enseignement et en vérité. Tâche bien difficile quand le Messie ou le prophète est porté aux firmaments et ou sa fonction intouchable et inaccessible empêche aux consciences d'avoir le maximum de sens critique et constructif pour mieux l'appréhender.
Le Coran reconnaît Jésus dans ses textes, sa faculté de prophète, de thaumaturge, il est d'ailleurs appelé "l'esprit et le verbe de Dieu". Mais il est vrai qu'on lui donne un rôle et une place, différente de ce que le Catholicisme veut enseigner. Selon la tradition islamique, Dieu à envoyé 124 000 prophètes, et plus de 300 messagers divins. Selon cette tradition, Jésus n'en est qu'un de ceux-là, un des plus grand prophètes, attesté, mais ce sont les disciples de Mahomet qui déclare celui-ci, le dernier et le plus grand de tous. Mahomet en parlant de lui-même disait d'ailleurs : "Je ne suis qu'un homme, chargé d'annoncer et d'avertir. que suis-je, sinon un mortel et un apôtre".
Pour être en accord avec les lois divines, il faut se rapprocher le plus près des valeurs de Dieu, donc d'Amour, de tolérance, de pardon et d'égalité au sens absolu entre TOUS les êtres. La notion de justice doit être omniprésente pour tous sans distinction, chaque être d'égal à égal dans ses principes, dans ses lois et ses applications.
Enfin, pour terminer ce vaste sujet, le Spiritisme a pris comme exemple, Jésus, car d'après les énoncés précédents, ses faits et paroles, dirigent notre conclusion en ce sens. Mais étant donné, qu'il n'impose pas, chacun est libre de ses choix et de son raisonnement. Seul la morale guidera toujours l'humanité vers Dieu lorsqu'elle sera la plus proche de ses valeurs. Les dogmes passent, mais les valeurs morales perdurent.
Par ce développement, je suis sûr que vous pouvez Marko, désormais de vous-même, répondre à toutes vos questions en y appliquant l'analyse, la raison, et le bon sens, tout en gardant bien comme base fondamentale de jugement, que c'est l'Amour dans sa dimension la plus haute à notre entendement humain qui est révélateur de ce que Dieu veut nous faire comprendre pour notre bien, à nous tous, ses enfants.
Fraternellement,
Christophe

 

 

Spiritisme et Christianisme - Pierre-Etienne - 17/02/2003

Bonjour,
Voilà, je suis spirite depuis quelques années car je trouve cette doctrine merveilleuse et elle m'a beaucoup apporté lors d'une difficile période de mon existence.Mais depuis quelques temps, je me pose une question.
Voilà, un peu partout si l'on fait des recherches, on peut voir que le Spiritisme, finalement est une doctrine chrétienne. On avance cela en se basant sur le fait que Kardec a écrit les trois livres qui sont : "L'Evangile selon le Spiritisme", "Le Ciel et l'Enfer" et "La Genèse".
Seulement, ces ouvrages furent écrits pour répondre aux interrogations de personnes catholiques découvrant le Spiritisme et qui se posaient beaucoup de questions en raison des contradictions entre le Spiritisme et certains dogmes catholiques. Ils voulaient bien adhérer à la doctrine spirite sans renoncer à leurs convictions religieuses. Ces trois livres ne sont donc qu'à l'usage des chrétiens et non aux autres confessions.
De plus, si on lit bien "Le Livre des Esprits" ainsi que "Le Livre des Médiums", il n'est nullement fait mention de christiannisme. On aborde certains aspects des religions sans jamais en citer une. Et tout cela car une des vocations premières du Spiritisme est de rassembler les peuples. Hors, comment rassembler si on se place dans un camp plus que l'autre ?
Autrement dit, comment les gens de l'Islam, du Bouddhisme ou même ceux qui n'ont pas de religion, vont se tourner vers cette doctrine ? Voyant qu'elle est estampillée du "label" chrétien, ils risquent bien de s'en détourner.
Gabriel Delanne écrivit, en octobre 1910, que "le Spiritisme se suiciderait s'il se mettait à la remorque d'une des formes cultuelles qui existent aujourd'hui" car, selon Allan Kardec, "le Spiritisme est un terrain neutre sur lequel toutes les opinions religieuses peuvent se rencontrer et se donner la main" (Voyages spirites en 1862).
J'aimerais donc avoir votre avis sur la question.
Bien amicalement,

Bonjour Pierre-Etienne,
Le Spiritisme comprend un code de morale universelle sans distinction de culte. Les Esprits se manifestent partout sans donner à personne le privilège exclusif d'entendre leur parole. Le spiritisme n'a pas de nationalité, il se manifeste sur tous les continents, il n'est imposé par aucune classe de la société, pour que chacun puisse en recevoir des enseignements. Il fallait qu'il en soit ainsi pour appeler tous les hommes à la fraternité et rassembler les peuples.
Comme il est énoncé dans la Bible, par Jésus, l'on peut y lire que l'Esprit de Vérité viendra "éclairer" les hommes dans le futur et dissiper les ténèbres.
Il fallait donc que l'Esprit de Vérité se communique dans un milieu où la notion de tolérance, de fraternité et d'Amour et d'ouverture soit la plus grande pour être apte à le comprendre : "Le consolateur vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit".
Le christianisme répond à ces valeurs, Jésus de par ses enseignements et ses actes a démontré que de tous les "prophètes" que notre terre ait porté, il a porté au plus haut les notions d'Amour universel de fraternité et de tolérance ou toutes les philosophies peuvent se rejoindre. Sa grandeur d'âme en a fait un exemple universel, moral et philosophique.
C'est ainsi que le 15 mars 1856 qu'un esprit se nommant "la Vérité" se présenta à Allan Kardec et se désigna comme son guide pour l'aider à rectifier les erreurs dans ses écrits et le protéger.
Les desseins de la Providence se sont ainsi réalisés. Ses propos dans ses communications nous affirmèrent que "toutes vérités se trouvent dans le christianisme, les erreurs qui y ont pris racine sont d'origine humaine". On comprend alors l'orientation inspiré de Kardec par rapport à Jésus sur "l'Evangile selon le spiritisme" et d'autres livres. L'Esprit de Vérité devait donc revenir hors de tout dogme, lié à l'homme, qui fausse le jugement. Ainsi le spiritisme réalise ce que Jésus a dit du "consolateur promis" : le spiritisme parle sans figure et sans allégories, il lève le voile laissé sur certains mystères et il perpétue le message de Jésus sans le modifier dans ses fondements.
Chacun a son choix de culte mais la raison l'emporte sur les dogmes. La valeur morale et philosophique sera prépondérante a tout , et l'homme de par son ouverture et sa compréhension, comprendra le sens réel des choses sans les ornières des dogmes.
Ces étapes d'évolution se font à travers les peuples, les milieux sociaux et les générations ou peu à peu les religions laisseront place au sens premier qu'est la foi, sans artifice. Rien ne se fait en un jour et c'est à chacun de nous, ouvrier de l'Amour, de faire en sorte de raccourcir ce temps par nos efforts journaliers sur les autres et sur nous-mêmes.
Fraternellement.
Christophe

 

 

Kardec et islam - Dr Karim Laraki - 01/08/2002

Bonjour,
Je suis médecin marocain et je viens de découvrir avec grand intérêt les ouvrages de Kardec. Etant donné que je suis musulman, quelques passages dans le livre des esprits notamment, relatifs à Mahomet et l’islam m’ont dérangé. Dans votre cercle, le problème a-t-il été posé depuis Kardec et avez-vous des références à ce sujet ? Par ailleurs avez-vous des membres de votre cercle installés au Maroc avec lesquels je pourais éventuellement prendre contact. Salutations Dr Karim LARAKi

Bonjour,
Nous n’avons pas connaissance d’une étude sur le thème : « L’Islam et le spiritisme ». Une série d’article au titre « Mahomet, médûm prophète » a été publié dans les n° 36 à 40 de la Revue Spirite
On remarque que presque toutes les religions ont pour origine des phénomènes médûmniques. L’Islam n’échappe pas à cette règle, Mahomet voit l’ange Gabriel, il est dans un état rappelant celui de la transe lorsqu’il dicte le Coran.
Le Spiritisme est donc une « clef » qui permet de comprendre les phénomènes médûmniques et de retrouver, dans chaque religion, ce qui est universelle et supérieur, en dépouillant chacune d’elle de tout ce qui est de source humaine.
Mickael

 

 

Dieu - FrJP - 12/04/2002

Bonjour,
Voilà ça fait plus ou moins un an que j’ai découvert le Spiritisme et j’aimerais poser une question qui me trotte dans la tête depuis un moment : Est-ce que Dieu a une âme comme nous les êtres humains ? Est-ce quelque chose de beaucoup plus évolué ? J’aimerais savoir aussi lorsque l’on est suffisament évolué, nous pouvons lui parler comme nous le faisons avec un autre Esprit c’est-à-dire pouvoir le voir. Je sais que cette question peut paraître un peu spéciale mais elle me tracasse depuis un petit temps. Existe-t-il aussi des livres sur le magnétisme que vous pourriez mettre à disposition sur ce site ? Je voulais vous dire aussi que votre site est vraiment bien fait et contient beaucoup d’informations. D’avance merci et bonne continuation pour votre site.

Bonjour,
Voici la définition de Dieu :
A la question : « qu’est-ce que Dieu ? » Les Esprits répondent : « il est l’intelligence suprême, cause première de toutes choses. »
Kardec ajoutera à cette définition :
· Dieu est éternel : s’il avait eu un commencement, quelque chose aurait existé avant lui ; il serait sorti du néant, ou bien il aurait été créé lui-même par un être antérieur. C’est ainsi que, de proche en proche, nous remontons à l’infini dans l’éternité.
· il est immuable ; s’il était sujet à des changements, les lois qui régissent l’univers n’auraient aucune stabilité.
· il est immatériel : c’est-à-dire que sa nature diffère de tout ce que nous appelons matière, autrement il serait sujet aux fluctuations et aux transformations de la matière, et il ne serait pas immuable.
· il est unique ; s’il y avait plusieurs dieux, il y aurait plusieurs volontés ; et dès lors il n’y aurait ni unités de vues, ni unités de puissance dans l’ordonnance de l’univers.
· il est tout-puissant, parce qu’il est unique. S’il n’avait pas la souveraine puissance, il y aurait quelque chose de plus puissant que lui ; il n’aurait pas fait toutes choses, et celles qu’il n’aurait pas faites seraient l’œuvre d’un autre Dieu.
· il est souverainement juste et bon. La sagesse providentielle des lois divines se révèle dans les plus petites choses comme dans les plus grandes, et cette sagesse ne permet de douter ni de sa justice, ni de sa bonté.
· Dieu est infini dans toutes ses perfections. Si l’on suppose imparfait un seul des attributs de Dieu, si l’on retranche la moindre parcelle de l’éternité, de l’immuabilité, de l’immatérialité, de l’unité, de la toute-puissance, de la justice et de la bonté de Dieu, on peut supposer un être possédant ce qui lui manquerait, et cet être, plus parfait que lui, serait Dieu.
Le langage humain est impuissant à exprimer l’idée de l’être infini. Dès que nous nous servons de noms et de termes, nous limitons ce qui est sans limites. Toutes les définitions sont insuffisantes et, dans une certaine mesure, induisent en erreur. Cependant la pensée, pour s’exprimer, a besoin de termes. Le moins éloigné de la réalité est celui par lequel les prêtres d’égypte désignaient Dieu : Je suis, c’est-à-dire je suis l’être par excellence, absolu, éternel, de qui émanent tous les êtres.
La question de Dieu est le plus grave de tous les problèmes suspendus sur nos têtes et dont la solution se lie d’une manière étroite, impérieuse, au problème de l’être humain et de sa destinée, au problème de la vie individuelle et de la vie sociale.
La connaissance de la vérité sur Dieu, sur le monde et la vie est ce qu’il y a de plus essentiel, de plus nécessaire, car c’est elle qui nous soutient, nous inspire et nous dirige, même à notre insu. Pour élucider un tel sujet, nous avons maintenant des ressources plus hautes que celles de la pensée humaine ; nous avons l’enseignement de ceux qui ont quitté la terre, l’appréciation des âmes qui, ayant franchi la tombe, nous font entendre, du sein du monde invisible, leurs avis, leurs appels, leurs exhortations.
Or, que disent ces Esprits sur la question de Dieu ? L’existence de la Puissance suprême est affirmée par tous les Esprits élevés. Ceux d’entre nous qui ont étudié le spiritisme philosophique savent que, tous les grands Esprits, tous ceux dont les enseignements ont réconforté nos âmes, adouci nos misères, soutenu nos défaillances, sont unanimes à affirmer, à proclamer, à reconnaître la haute intelligence qui gouverne les êtres et les mondes. ils disent que cette intelligence se révèle plus éclatante et plus sublime à mesure que l’on monte les degrés de la vie spirituelle. Pour ce qui concerne le magnétisme, nous n’avons pas d’ouvrage à disposition sur notre site.
Fraternellement,
Gilles

 

 

Eglise catholique et le spiritisme - Rafael - 25/03/2002

Dans la bible, il existe plusieurs versets qui condamne la pratique du spiritisme, maintenant j’ai entendu dire que le Pape via le porte parole du vatican avait donné son accord pour la pratique du spiritisme moyennant certaines conditions. Pouvez vous m’en dire plus ? Merci

il existe effectivement dans l’Ancien Testament, des versets qui condamne la pratique de la divination et le commerce avec les morts. (à noter que le Spiritisme lui aussi condamne le commerce de la médûmnité). Ce sujet a été traité par Kardec dans son ouvrage le Ciel et l’Enfer au chapitre XI : Défense d’évoquer des morts. Vous trouverez dans ce chapitre toutes les réponses à ce sujet. Quant à l’attitude de l’Eglise catholique, le Père Gino Concetti à écrit dans l’Observatore Romano de novembre 1996 (journal officiel du Vatican) que la communication avec les morts pouvait être une bonne chose si elle était faite sous certaines conditions de recueillement.

 

 

Le spiritisme et le christianisme - Eliane - 03/03/2002

Bonjour à toutes et à tous...
Je vous écris pour vous demander un avis, une réponse qui pour moi me parait très importante. Ma mère est évangeliste et j’ai donc eu l’occasion de lire La Bible, je la lis encore quelques fois...
Personnellement, je suis assez intéressée par la philosophie du spiritisme.
Sachant que le spiritisme est quelque fois mis en relation avec les Evangiles, comme on peut le voir dans quelques ouvrages : Christianisme et Spiritisme de Léon Denis ou L’Evangile selon le Spiritisme, il y a un petit quelque chose qui me chiffonne, bien entendu le spiritisme se veut être une valeur universelle, j’aurais quand même voulu savoir si vous aviez déjà communiquer avec un Esprit instructeur à propos du sujet de la religion et plus particulièrement du christiannisme et de Dieu.
Dans La Bible, il est écrit, que celle-ci est la parole de Dieu, hors à certains passages de La Bible, il est clairement écrit que le spiritisme est une mauvaise chose devant Dieu, par exemple : quand tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras pas à faire selon les abominations de ces nations : il ne se trouvera au milieu de toi personne qui fasse passer par le feu son fils (...) ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel... (Deutéronome chap. 18, v.9), je peux me tromper mais il me semble que ce passage de La Bible traite d’ une certaine façon du spiritisme ?
Or, je ne sais que penser, les uns disent comme ça, les autres autrement... Aidez-moi, à trouver une réponse à cette question, merci.

Bonjour Eliane,
A la lecture de votre courrier, je constate que votre connaissance est livresque et n’est point tirée de l’expérience. En effet, si vous aviez assisté à une réunion spirite, telle que le Spiritisme doit être pratiqué, vous auriez constaté que les médûms ne provoquent pas la communication avec les morts. Le médûm n’étant qu’un canal, il se rend disponible pour servir le plan divin : seuls les Esprits, qui ont reçu l’autorisation divine, peuvent se communiquer par l’intermédiaire du médûm.
En résumé, le Spiritisme n’est pas de la voyance, ne consiste pas à interroger les morts. Le spiritisme consiste à se mettre à la disposition des bons Esprits pour recevoir des enseignements ou pour aider des Esprits errants à se tourner vers la lumière de Dieu.
Je vous conseille la lecture du Ciel et l’enfer d’Allan Kardec : ouvrages/ciel 11.htm.
Joëlle.

 

 

Concernant-les-Evangelistes - yoone - 26-01-2002

Bonjour à toutes et tous,
J’ai découvert, il y a quatre jours le livre des esprits. Ca a été pour moi un choc spirituel intense ! Je n’ai pas trouvé grand chose à contredire dans ces idées, en partant de l’hypothese d’un monde des Esprits réel.
J’ai été, pendant les longues années de mon enfance, adhérent à des idées évangélistes pentecostise.
Cette religion, déviance du protestantisme prône une communion avec l’esprit saint, dans un but de perfectionnement de l’âme.
J’ai quitté, amer, toute idée religieuse lors de l’adolescence. Je suis depuis parti du principe que la religion est une invention, une institution de l’homme. L’interprétation des textes sacrés, le plus souvent pris au pied de la lettre, entraîne des croyances fausses, des déviances notoires aux idées de base, et enclint en un traditionnalisme des plus stupide.
Bref, suite à la lecture du livre des esprits, j’en suis venu à la conclusion que les pentecotistes semblent être des médûms, de par leur communion avec l’esprit saint.
Enfin, ma question : Y a-t-il eu des études spirites sur les évangelistes. Beaucoup de personnes de mon entourage pratiquent leur culte. Je sais que peu importe le moyen pour arriver au perfectionnement de l’âme, personne n’a la pure vérité. Le problème est que si j’avoue une certaine inclinaison pour les théories spiritistes, je vais passer à leur yeux comme "sataniste" car ils ont du mal à comprendre la différence entre spiritisme et nécromancie.
Bien, Cordialement,

Bonjour,
Non, il n’y a pas d’études spirites sur les Evangélistes ou autres Pentecotistes. D’ailleurs, que signifie le terme "études spirites" ? Le spiritisme est différent des mouvements religieux que vous citez.
Chacun a l’entière liberté de ses croyances, être spirite ce n’est pas être sectaire ou intolérant. Ce n’est même pas être missionnaire. L’être humain est complexe, son stade d’évolution différent. Certains ont besoin de solides barrières, de retranchements, d’autres sont attirés vers la lumière et la liberté. De même l’interprétation des textes sacrés peut se faire à des niveaux différents.
Nous concevons qu’il y ait plusieurs chemins pour atteindre le sommet. Nous demandons simplement qu’on nous laisse parcourir le notre en toute quiétude.
Pour nous, et vous le comprendrez, si vous lisez les œuvres de Allan Kardec citées plus loin, être traités de "sataniques" est amusant, enfantin.
Etre spirite c’est croire en l’immortalité de l’Esprit qui de vie en vie, doit se perfectionner au travers d’épreuves qu’il a librement choisies, c’est croire que nous sommes tous impliqués dans ce vaste dessin, que nos frères qui ont quitté la terre sont en relation avec nous et nous aident. La médiumnité est simplement le canal qui permet cette communication.
Vous pouvez lire les ouvrages suivants d’Allan Kardec : Le livre des Esprits, le livre de Médiums, l’Evangile selon le spiritisme.
Cordialement,
Michel.

 

 

Le soleil - Benjamin - 19/09/2001

Bonjour,
Pratiquant le magnétisme depuis quelques mois dans un centre spirite, ma sensibilité aux énergies a beaucoup évolué. Dans n’importe quelle situation ou endroit, il m’arrive souvent de ressentir l’énergie de mon voisin, de ce qui m’entoure. J’en viens donc à poser ma question. Avant, je n’appréciais pas le soleil, en été, je recherchais toujours l’ombre au point que je pouvais finir l’été aussi blanc qu’en le commençant. Mais depuis que ma sensibilité se développe, me mettre au soleil me fait beaucoup de bien car je ressens des énergies "toutes propres" pourrais-je dire. Je me demandais donc si le soleil avait un véritable rôle énergétique pour la terre important pour la spiritualité, le bien-être des gens. Pour soutenir mon idée, je pensais au pourcentage de suicides plus élevés dans les pays où les nuits hivernales sont très longues etc... Cela peut-il s’expliquer énergétiquement ?

Bonjour,
Vous avez raison, le soleil est la source de la lumière, chaleur et vie. C’est une source spirituelle. Il tient rang de véritable religion astrale, chez les Egyptiens entre autres, incarnation de force créatrice et de source vitale.
Sans lui, il n’y aurait pas de vie ; il est vibratoire comme toute la nature. Il nous ressource comme toute la nature. Se replonger dans ses vibrations, c’est un secours parmi d’autres pour vivre notre vie terrestre.
En donnant votre magnétisme aux autres, il est normal de rechercher le soleil pour reconstituer votre énergie. Mais cette énergie se reconstitue aussi dans le sommeil et une alimentation équilibrée. Cependant, reste la prière et l’élévation spirituelle une des sources les plus sûrs pour avoir de bons fluides.
Eve.