Le spiritisme et l'homosexualité - Annette - 30/11/2006

 

Bonjour,
J'ai déjà pratiqué l'écriture automatique et écrit sur l'agora en janvier 2001 sur le thème "expérience vers la spiritualité". Ceci afin de permettre de me situer. J'ai lu Allan Kardec et très croyante avec un passé très appuyé sur la religion catholique, en ayant un cheminement plus kardéciste depuis plusieurs années.
Mon mari et moi, sommes confrontés à un problème : nous avons un fils unique qui nous a annoncé son homosexualité (18 ans). Coup très dur pour nous, j'aimerais connaître vos points de vue et avoir votre aide afin de nous permettre de comprendre.
L'on naît homme ou femme, parfois l'esprit a du mal à accepter sa condition d'homme s'il a été femme avant.
Comment devons-nous analyser ce qui arrive, l'homosexualité serait une distorsion de l'âme, elle est condamnée pas la religion catholique (tu ne feras pas avec un homme ce que l'on fait avec une femme) depuis moïse, notre fils comment est-il perçu sur le plan spirite, est-il punissable aux yeux de Dieu, j'avoue que nous ne savons plus quoi penser.
Merci de votre attention. Aucun message en écriture automatique ne nous avait laissé pressentir cet état.

Bonjour,
Les esprits élevés nous annoncent les choses avec délicatesse et il faut savoir lire entre les lignes pour décrypter leurs messages de sagesse. Le spiritisme n’enseigne pas les châtiments comme émanant de la justice divine. Dieu ne punit pas ; l’homme par ses actes présents prépare son avenir et vit les conséquences de son passé.
Dans l’évolution de l’âme tout n’est que progression morale, une lutte incessante contre ses mauvais penchants et la distorsion de celle-ci est dans tout ce qui la détourne du bien, la sensualité aussi bien que la violence, la vanité, la drogue, ou les excès de toutes natures. Dans cette longue marche de nombreux écueils s’élèvent devant elle.
Que savons nous du parcours qu’elle a eu au cours de ses vies passées, du mépris qu’elle a du subir, ou du mal qu’elle a engendré. Ce qui compte c’est l’effort et la volonté que nous mettons à nous transformer, à notre mesure, de vie en vie, l’aide que nous pouvons avoir et celle que nous pouvons donner, tour à tour dans cette chaîne de fraternité qui ne finit pas.
L’évolution s’acquiert par les combats difficiles de chaque jour. De la même manière que l’être violent doit contrôler ses pulsions de colère, l’être sensuel doit arriver à maîtriser ses pulsions sexuelles.
Surmonter les épreuves, les assumer et les comprendre, c’est ce qui mènera l’homme à changer et le conduira vers le véritable but de l’existence, longue marche vers une perfection qui demande du temps, de la compassion, de la souffrance.
Ainsi l’esprit peut s’élever jusqu’à des sommets resplendissant ou plonger dans un abîme ténébreux.
Fraternellement,
Gilles

 

Evolution de la philosophie spirite - suite - Jean - 25/11/2004

 

Bonjour,
Je souhaiterais revenir sur la réponse apportée à mon message du 12 septembre sur l'évolution du spiritisme, réponse qui me laisse "sur ma faim"...
S'agissant de problèmes de société importants tels que le handicap ou l'euthanasie, je crois au contraire que les choses doivent bouger... Allan Kardec lui-même avait souligné le caractère évolutif de sa pensée spirite car tous les sujets qu'il abordait "méritaient des corrections à la lumière de faits nouveaux"... il me semble d'ailleurs avoir lu que le "livre des esprits" avait été corrigé et complété par ses soins, plusieurs fois, ce qui prouve la remise en question permanente de son propre travail.
Ainsi par exemple, Le handicap à la naissance est perçu dans le livre des esprits comme une épreuve choisie... aujourd'hui, compte tenu des connaissances nouvelles sur le psychisme des individus et les conséquences sur le corps, ne doit-on pas plutôt penser que l'épreuve du handicap n'est pas choisie mais liée à d'autres phénomènes comme une peur lors de la réincarnation, une relation traumatisante avec la mère ou son environnement lorsque l'esprit est dans le ventre de la maman... Le problème de l'euthanasie doit-il être toujours traité de manière aussi radicale comme on peut le lire dans le livre des esprits avec comme explication : "nul n'a le droit de mort sur l'autre"...
En résumé, ne peut-on envisager le spiritisme comme une doctrine qui va de l'avant, ouverte sur la société et ses problèmes nouveaux, qui n'étaient pas pris en compte au XIXè siècle. Les esprits qui vous contactent vous ont-ils fait part de ces nouvelles données ?
J'imagine qu'eux même évoluent et ne restent pas figés dans les concepts qu'ils avaient lors de leur précédente incarnation ?
Je tiens à souligner que dans mes propos il ne s'agit aucunement de remettre en question la pensée d'Allan Kardec, qui reste l'un des grands maîtres du spiritisme, mais seulement de faire évoluer la pensée spirite avec son temps. Merci d'avoir eu l'amabilité de me lire et merci par avance de votre réponse. 

Bonjour,
Le Spiritisme marche avec les progrès de la science et les découvertes scientifiques permettent et permettront de démontrer ce que le Spiritisme a révélé. A ce jour, la science ne s’intéresse pas au secret de l’âme et vos questions ne voient guère plus loin que les soucis de la matière. Tout effet a une cause. Méditez cette phrase.
Lisez bien tous les ouvrages spirites, comprenez en le sens profond et la complexité des incarnations. Venez discuter et rejoignez-nous, vous pourrez ainsi participer à l’évolution du Spiritisme.
Fraternellement,
Gilles.

 

Evolution de la philosophie spirite - J - 09/09/2004

 

Bonjour,
S'agissant de problèmes de société importants tels que l'euthanasie, le suicide, l'interruption volontaire de grossesse, l'homosexualité..., n'y a-t-il pas une évolution nécessaire à entreprendre dans le spiritisme actuel par rapport à l'époque d'Allan Kardec, compte tenu du changement de nos mœurs et des progrès de la science et de la médecine ?
En d'autre termes allons vous vers une philosophie spirite progressiste ou restons vous dans les schémas spirites tels qu'enseignés dans les ouvrages d'Allan Kardec... étant entendu que les grands principes de base ne sauraient être remis en question !
Merci par avance de votre réponse.

Bonjour,
L’évolution des mœurs, les progrès de la science ou de la médecine ne doivent pas faire oublier l’indispensable élévation morale de l’homme.
Euthanasie, suicide, interruption volontaire de grossesse, trois sujets directement lié à la vie du corps et trois moyens destinés à la détruire avant son terme.
Nous venons sur Terre pour subir l’épreuve d’une nouvelle existence et toute atteinte volontaire à la vie doit être considérée comme une fuite, un échec. Dieu a donné la vie et l’homme n’a pas le droit d’en disposer.
IVG, dès la conception, un Esprit est déjà prêt pour une nouvelle incarnation. Détruire dans la ventre de sa mère cette vie qui débute, c’est ôter la possibilité à un esprit d’une vie d’expiation ou de mission. Cela peut parfois être difficile à concevoir pour notre intelligence si le sens moral est insuffisant d’autant que les progrès de la médecine nous apportent aujourd’hui des moyens de contraception pour nous éviter d’avoir à réfléchir après sur les conséquences de nos actes.
Le suicide, le spiritisme enseigne qu’il ne met pas fin aux souffrances de l’âme. Acte stupide où l’homme n’a rien à gagner si ce n’est de revenir subir, dans une nouvelle incarnation, les épreuves qu’il n’aura pas eu le courage de surmonter. Les progrès de la science ne peuvent rien contre le cycle des incarnations.
L’euthanasie, autre moyen de raccourcir la vie. Qui vous dit que cette épreuve n’a pas été choisie et n’est pas nécessaire pour la séparation du corps et de l’âme. Autant, il est inutile de maintenir la vie de façon artificielle, autant la nature, c’est-à-dire la volonté de Dieu, doit accomplir son œuvre dans le rythme imposée. De même que l’enfermement d’une âme dans un corps débile n’est pas du au hasard, ni à une injustice.
Pour ce qui est de l’homosexualité, nous avons déjà répondu à cette question. Difficile épreuve pour celui qui la vit mais là aussi le sens moral de chacun doit intervenir dans les actes comme dans les paroles.
Les lois morales sont immuables et leur compréhension est fonction de l’élévation de l’esprit. L’être humain aura toujours son libre arbitre pour choisir entre l’accomplissement du bien et celui du mal, quelque soit les progrès scientifiques qui lui auront été donnés.
Fraternellement,
Gilles.

 

Sexe et évolution - Carlos - 24/05/2002

Bonjour,
Je viens régulièrement consulter votre rubrique Agora. C’est un plaisir souligné d’une bonne source d’information dans ma propre quête. Je voudrais en profiter pour vous demander si le fait que l’on fasse souvent l’amour à sa compagne /femme, si cela, d’une certaine manière, va contre les principes de la loi de l’évolution ? Ne pensez-vous pas qu’il serait utile de confronter le Spiritisme au Sexe et à sa pratique ? Je veux dire par-là, quel serait le bon comportement sexuel à avoir pour être en phase avec le Spiritisme ? Merci. PS : Les personnes qui posent des questions dans ce forum devraient bien lire celles déjà présentes afin de voir s’il est utile de reposer plusieurs fois la même question !

Sources de sensations et d’émotions, le sexe ne doit pas être utilisé à la légère. L’usage anormal de la sexualité, à la recherche de plaisirs bizarres et troublants, ne fait que compromettre l’Esprit et lui donner l’occasion de relations obsessives avec des Entités vicieuses du monde spirituel.
Le « bon comportement » est l’usage de la sexualité gouvernée par l’amour, avec pour objectif la famille.
Mickaël.

 

 

Le sexe - Carlos - 26/04/2001

Bonjour,
J’ai cherché rapidement des réponses dans le spiritisme aux questions sur le sexe, mais peu de résultats. Est-ce que malgré son côté pulsionnel et matériel est-il une entrave à l’évolution spirituelle ? Peut-on savoir dans quelles limites ? Sachant que la plupart des gens font certaines choses pendant l’acte, est-ce que c’est vraiment condamnable ? Merci de m’éclairer.

Vous trouverez des milliers de sites, des milliers d’ouvrages, des milliers de magazines qui parlent de sexe. Ne dit-on pas que le sexe et l’argent mènent le monde ? Chaque monde a les valeurs qu’il mérite et le nôtre est encore bien peu évolué…
En effet, le spiritisme ne parle pas de sexe, simplement parce qu’il préfère développer d’autres valeurs ; toutefois ce n’est pas un sujet tabou et nous vous répondons bien volontiers. Tout d’abord, entendons-nous sur le terme. Dans notre société, le mot sexe est assimilé au pêché, à la luxure, aux déviations sexuelles, aux perversions de toutes sortes. Force est de constater que tout cela est plus proche de la nature animale que de la nature spirituelle de l’homme.
Mais on ne peut nier cette force, cet instinct, cette pulsion qui pousse deux êtres de sexe contraire (pour faire simple) l’un vers l’autre.
Dans le monde végétal et animal, cette pulsion est avant tout une force de procréation, cet instinct est celui de la survivance de l’espèce. L’homme peu évolué, encore proche de l’animalité, aura cet instinct animal de la continuité de l’espèce qui sous-entend de façon plus ou moins consciente la création d’une famille, d’un groupe, etc…
L’homme perverti aura une démarche différente, celle de la fornication pour la fornication et il ajoutera à l’acte sexuel sa perversion, de la moins grave à la plus monstrueuse.
Enfin, pour l’homme évolué, c’est une fusion de corps et d’âme entre un homme et une femme et l’on parle d’amour ; l’amour physique, l’acte sexuel étant l’une des expressions de l’Amour, mais certes pas l’ultime.
Pour répondre clairement à vos questions : La luxure est une entrave à l’évolution spirituelle. L’amour physique entre deux êtres qui s’aiment peut déjà être une forme d’évolution.
Enfin l’Amour universel, libéré des liens de la chair et du désir est celui qu’éprouvent les Esprits supérieurs, celui que nous éprouvons tous un jour lorsque nous aurons transcendé l’amour humain, qu’il soit physique ou non.

 

 

Homosexualité et Spiritisme - Chantal - 20/02/2001

Je souhaiterais savoir comment le Spiritisme explique l’homosexualité masculine et féminine. Allan Kardec en a-t-il parlé dans ses écrits. Merci par avance pour vos réponses.

Expliquer l’homosexualité masculine et féminine que certains hommes ou femmes vivent dans leur vie, reviendraient à expliquer leur histoire, celle de cette vie et aussi souvent celle d’une vie antérieure. Pour cela, il faut considérer chaque individu isolément, chaque homme a sa propre histoire, son propre cheminement.