L'enfantement – Louis – 20/09/2017

 

Bonjour,
En vous posant déjà la question, vous m'avez précisé que le périsprit se loge dans le corps du bébé "au premier cri".
A)
Est-ce que cela veut dire que le périsprit, qui doit s'incarner dans le bébé, ne peut en aucun cas s'incarner dans le corps du bébé, quand celui-ci est dans le ventre de la mère?
Autrement dit: 2 périsprits ne peuvent être l'un dans l'autre? Le périsprit (de la mère) ne peut accepter l'inclusion d'un autre périsprit (le bébé)?
B)
A partir d'un certain niveau de croissance dans le ventre de la mère, la science révèle que le bébé entend les sons extérieurs.
Si le périsprit ne s'incarne dans le bébé qu'à sa naissance; durant la grossesse doit-on craindre les sons horribles diffusés par les films et séries qui passent à la télévision (explosions, détonations, cris de peur, musiques macabres) ? Cela parce que le bébé gardera en mémoire le stress de ces sons.
C)
Quand, durant la grossesse, les parents parlent au bébé, peut-on dire que d'une part le corps physique du bébé réagit aux sons, et d'autre part le périsprit qui attend de s'incarner dans ce bébé, attend à proximité des parents en les entendant parler au bébé à travers le ventre de la maman?
D)
Si vous me répondez que le périsprit du bébé à naitre ne se loge pas dans le périsprit de la maman, pourquoi l'avortement pose alors un problème?
Sincères salutations
Louis

Bonjour,
Dans le livre des Esprit d’Allan Kardec à la réponse à la question numéro 344, « A quel moment l’âme s’unit-elle au corps répond à votre question, il est montré que lorsque l’Esprit doit s’incarner dans un corps humain un lien fluidique le rattache à l’embryon. La réponse à la question numéro 345 montre que ce lien est définitif. L’Esprit se trouve attiré par une force irrésistible dès le moment de sa conception. A mesure qu’il se développe, le lien se resserre. Le périsprit, qui possède certaines propriétés de la matière, s’unit, molécule à molécule, avec le corps qui se forme. On peut dire que l’Esprit, par l’intermédiaire de son périsprit, prend en quelque sorte racine dans ce germe, comme une plante dans la terre. Quand le fœtus est entièrement développé, l’union est complète, alors il naît à la vie extérieure.
Quand aux sons, à l’environnement et aux comportements de la mère et du père, nous pouvons avoir une explication dans le livre Entre la terre et le ciel d’André Luiz psychographié par Chico Xavier. Il décrit les liens profonds entre la mère et l’Esprit de l’enfant à naitre. Il est montré que les pensées de la mère gardent une immense force sur l’Esprit, de la même manière que celle de l’Esprit se révèle d’un grand pouvoir sur la nouvelle mère. C’est une peu comme si l’esprit de l’un et de l’autre ce juxtaposaient et se maintenaient en parfaite communion, jusqu’à la naissance. D'une telle association provient ce que l'on appelle les marques de naissance. Certains états intérieurs de la femme atteignent, d'une certaine manière, le principe fœtal, le marquant pour toute son existence. Le travail de la maternité ressemble à un délicat processus de modelage. Le père quand à lui, par son attention et sa tendresse ou non, facilite ou non la tâche maternelle de la femme.
Au vue de ce qui a été dit plus haut et de ce que dit André Luiz, nous comprenons que la mère, mais aussi indirectement le père par la douceur ou non qu’il apporte à la mère, ont une grande influence sur l’enfant à naitre et ce, dès le début de la conception.
Sachant aussi que ce n’est pas le corps du bébé qui réagit directement aux sollicitudes des parents, mais l’Esprit qui influe sur le corps du bébé par lequel il est lié.
L’avortement, quand à lui, rompt le lien fluidique qui unit le corps de l’enfant à l’Esprit depuis le début de la conception. Ce lien rompu, l’enfant ne peut pas vivre et donc l’Esprit ne pourra pas s’incarner dans ce corps qui aurait dû être un instrument pour supporter ces épreuves comme le montre la réponse à la question numéro 357 du livre des Esprits d’Allan Kardec. L’avortement revient à ôter la vie à l’enfant avant sa naissance.
Fraternellement,
Marc

 

Avortement - Olivier - 06/12/16

 

Bonjour,
Une de mes amies s’est fait avorter il y a 6 mois. Contrairement à elle, son copain ne désirait pas d’enfant. Par manque de précautions, elle tomba enceinte. Sachant qu’il ne voulait pas d’enfant, par amour pour son copain, elle choisi sans son consentement et avant même qu’il sache qu’il allait être papa, de se faire avorter. Il se fâcha en apprenant cela et décida qu’il valait mieux qu’ils se séparent. Depuis mon amie est complètement tourmenter. Elle tenait beaucoup à cet homme et à ne pas vouloir le perdre, elle a fait un geste irréfléchi et inutile. Je pense que son copain aurait accepté cet enfant. Elle a tout perdu, son copain et l’enfant qu’elle devait avoir. Elle voulait pourtant un enfant depuis longtemps. Mais je ne voudrais pas la condamner, plutôt l’aider. Elle ne va pas très bien, prise par cet amour perdu et cet avortement qui la plonge dans un sentiment profond de dégout d’elle-même. Elle s’y est prise très tôt, peut-être que l’Esprit de son futur enfant n’était pas encore accroché au fœtus ? Comment ça se passe exactement pour lui et pour elle ? Quelles sont les conséquences ?

Bonjour,
Pour répondre à vos questions, il est bien de voir pour commencer, ce qu'il se passe dès le début de la conception. Dans le livre des Esprit d’Allan Kardec, livre 2 – Monde spirite ou des Esprit, chapitre 7 – Retour à la vie corporelle, sous titre – Union de l’âme et du corps, nous trouvons des éléments précis.
La réponse de la question 344, « A quel moment l'âme s'unit-elle au corps ? », montre ce qu’il se passe dès le début de la conception. Il est écrit :
« L'union commence à la conception, mais elle n'est complète qu'au moment de la naissance. Du moment de la conception, l'Esprit désigné pour habiter tel corps y tient par un lien fluidique qui va se resserrant de plus en plus jusqu'à l'instant où l'enfant voit le jour ; le cri qui s'échappe alors de l'enfant annonce qu'il fait nombre parmi les vivants et les serviteurs de Dieu. »
Nous voyons qu’avant la naissance l’Esprit n’est pas incarné, mais unis au corps par un lien fluidique qui se resserre au fur et à mesure de la conception jusqu’à la naissance. La Réponse à la question 345 du livre des Esprit précise que l’union entre l’Esprit et le corps est définitive empêchant tout autre Esprit de remplacer celui qui est unis au corps. Mais comme les liens qui tiennent l’Esprit au corps sont faibles, ils peuvent être facilement rompus par la volonté de l’Esprit qui recule devant l’épreuve qu’il a choisie ; mais alors l’enfant ne vis pas.
Mais si l’Esprit n’est pas encore incarné et que les liens qui le tiennent au corps sont facilement rompus, nous pouvons nous poser une autre question, que l’on retrouve dans le livre des Esprit un peu plus loin. C’est la question 353 - L'union de l'Esprit et du corps n'étant complète et définitivement consommée qu'après la naissance, peut-on considérer le fœtus comme ayant une âme ? En réponse, il est écrit :
« L'Esprit qui doit l'animer existe en quelque sorte en dehors de lui ; il n'a donc pas, à proprement parler, une âme, puisque l'incarnation est seulement en voie de s'opérer ; mais il est lié à celle qu'il doit posséder. »
Même si au moment de la conception il n’y a pas à proprement parler, une âme, ni incarnation, le corps de l’enfant, dès le début de sa formation est lié de façon définitive à un seul Esprit par un lien fluidique. Si ce lien est rompu l’enfant ne peut pas vivre, donc l’Esprit ne pourra pas s’incarner dans se corps. Nous pouvons conclure facilement que ce lien fluidique est rompu lors d’un avortement, quelque soit le moment où l’avortement est fait.
La réponse à la question 357 du livre des Esprits montre que les conséquences de l’avortement pour l’Esprit est une existence nulle qu’il devra recommencer.
Nous nous sommes intéressés à l’Esprit, intéressons nous maintenant à la mère.
Quelles sont les conséquences pour la mère ?
Là encore nous pouvons trouver la réponse dans le Livre des Esprits au même chapitre à la question 358, « l’avortement volontaire est-il un crime, quelle que soit l’époque de la conception ? », la réponse est claire :
« Il y a toujours crime du moment que vous transgressez la loi de Dieu. La mère, ou tout autre, commettra toujours un crime en ôtant la vie à l'enfant avant sa naissance, car c'est empêcher l'âme de supporter les épreuves dont le corps devait être l'instrument. »
Une exception est faite dans le cas où la mère serait en danger par la naissance de l’enfant. La réponse à la question 359 sur ce point, indique qu’il vaut mieux sacrifier l’enfant en formation que la mère.
Le livre de l’Évangile selon le spiritisme d’Allan Kardec nous pousse à suivre l’exemple de Jésus, modèle d’indulgence et de charité. Dans le chapitre 11, il est écrit : Aimer son prochain comme soi-même ; faire pour les autres ce que nous voudrions que les autres fissent pour nous, expression la plus complète de la charité, car elle résume tous les devoirs envers le prochain. Vous ne voulez pas la condamner, mais l’aider, c’est une bonne chose. Vous pouvez l’aider à surmonter son dégout d’elle-même en lui montrant que rien n’est perdu, que tout acte peut nous servir à avancer et évoluer. Vous pouvez lui montrer que, Dieu infiniment bon et miséricordieux, donne toujours les moyens de ce rattraper, de réparer ses erreurs et d’avancer. Priez pour qu’elle puisse trouver du courage et de la résignation pour se relever et que cette erreur l’aide à évoluer. Priez pour cet esprit qui n’a pu se réincarner, pour qu’il ne lui en veule pas et qu’il soit près à pardonner si tel est le cas, et en lui souhaitant une prochaine incarnation heureuse.
Fraternellement,
Jean-Marc

Regret d'avortement - Joëlle - 10/11/2015

Bonjour,
Je suis spirite depuis l'âge de 16 ans (j'en ai 35). J ai toujours eu l'intuition de Dieu et de l'au-delà depuis petite. A 16 ans, je suis tombée par hasard sur le livre des Esprits dans une bibliothèque. Après l'avoir emprunté et lu plusieurs fois, je l ai acheté et j'ai lu, par la suite, le Ciel et l'Enfer, l'Evangile selon le spiritisme et beaucoup d'autres. Je continue mon instruction avec les livres en ligne du site, l'agora et d'autres livres que j'achète, dont ceux de Chico Xavier que j'ai hâte de recevoir. Je prie souvent et essaie de m'améliorer moralement et de lutter contre mes défauts, je me remets en question régulièrement..
Je suis desolée car mon texte va être long. Je vous explique tout ça pour que vous compreniez mon profil, car le savoir que j'ai acquis me rend encore plus coupable de l'acte que j'ai commis quand j'avais 21 ans, et plus je viellis, plus je regrette.
Je vivais, à l'époque, avec mon premier conjoint, nous avions une fille de 7 mois. Sans emplois tous les deux, nous avions de faibles revenus, son caractère soupe au lait, presque violent, était dur à suporter. Il avait déjà du mal à supporter la vie de famille et ses contraintes et moi, de mon côté, je cherchais un emploi et, encore immature, j'étais obsédée par ma ligne et la peur de ne plus lui plaire. Je suis tombée enceinte à ce moment car je vomissais la pilule, nous avions tous deux decidé d'avorter, puis l'évenement s'est reproduit à nouveau, 7 mois plus tard, et j'ai reproduis la même erreur, une deuxième fois, pour lui, c'était hors de question d'avoir un autre enfant.
Cinq ans plus tard, me sentant très mal, l'envie d'avoir un autre enfant était devenue une obsession. Je l'ai supplié pendant un an et il a fini par accepter. Mais notre couple n'a pas tenu et nous nous sommes separés alors que notre bébé avait 17 mois.
Je suis actuellement mariée avec un autre homme, nous avons eu deux garcons et élevons ensemble mes deux grands (le papa est présent pour eux et s'améliore aussi).Voyant tout ca, maintenant que j'ai muri et que je suis plus instruite en tant que spirite, je regrette encore plus mes gestes d'autrefois. Je le regrette en tant que spirite, je réalise le mal que j'ai pu faire à l'Esprit que j ai empêché de s'incarner, mais aussi en tant que maman, j'aime mes 4 enfants d'un amour immense et lui aussi aurait du avoir sa chance, je n avais pas le droit non plus de priver ma fille d'un frère ou d'une soeur rapproché.
Puisse Dieu me pardonner de ces actes que je n'aurai pas assez de ma vie pour regretter et j'espère que l'Esprit de cet enfant me pardonnera. Si seulement je pouvais revenir en arrière pour recommencer car je me rend compte maintenant qu'il n'aurait pas été une épreuve insurmontable de continuer ma grossesse, j'aurai déjà évité le 2ème avortement, les choses se seraient déroulées avec quelques différences et la vie aurait suivi son cours. De plus, mon deuxième enfant, qui est arrivé 5 ans plus tard, a présenté et présente encore des troubles d'hyperactivité et d'hypersensibilité et la gestion de tout ça n'est pas facile pour lui. J'accepte entièrement les expiations et les épreuves de cette vie ou de la vie future, et j'espère qu'il me sera donné l'occasion de réparer tout ca.

Bonjour Joëlle,
Les regrets que vous avez et qui vous pèsent tant sont déjà le début de l'expiation.
En effet, il n'y a, souvent, pas besoin d'attendre une nouvelle vie pour que les remords vous plongent d'eux-mêmes dans des tourments plus ou moins prononcés.
Mais, en même temps, ces remords sont justement le signe que vous avez progressé car, vous le savez très bien, si vous n'aviez pas évolué, vous n'auriez pas de remords. Vous comprenez aussi mieux, à présent, que l'oubli de nos vies passées (pendant lesquelles on était forcément encore moins évolué qu'aujourd'hui), est donc une bénédiction qui nous aide à avancer le cœur un peu plus léger. Petite précision : vous nous avez parlé de deux avortements. Or, vous parlez, tout le long de votre texte, d'un Esprit que vous avez rejeté, toujours au singulier. Êtes-vous bien sûre qu'il s'agit du même Esprit qui a refait une deuxième tentative sept mois plus tard ? Ne pensez-vous pas qu'il puisse s'agir d'un deuxième Esprit, c'est à dire d'un Esprit différent ?
Toujours est-il que les Esprits qui auraient dû être vos enfants savaient certainement, en s'incarnant en vous, qu'ils courraient le risque d'être rejetés : c'était, pour eux, une épreuve qu'ils avaient à subir.
Ne vous flagellez donc pas outre mesure pour les choix que vous avez fait et les erreurs que vous avez pu commettre dans le passé. Ce qui compte, c'est la personne que vous êtes devenue (grâce aussi à toutes ces "erreurs") et celle que vous allez devenir en poursuivant votre évolution.
Faites confiance en Dieu qui est juste et bon et saura vous donner encore milles occasions de rattraper les erreurs du passé.
C'est à Lui, et à Lui seul, de juger...
Fraternellement,
Hélène

 

Amour - Alexandre - 30/10/15

Bonjour,
J'aimerais savoir si y a une quelconque forme de destinée pour rencontrer son prochain amour, et comment peut-on savoir si la personne que nous aimons sera la compagne de notre vie ?

Bonjour,
La terre est un monde inférieur, dans la majorité des cas, nous nous retrouvons avec des personnes avec lesquelles nous avons des obligations et souvent des comptes d’autres vies à régler. La loi de la famille nous oblige par conséquent à aimer nos parents, nos frères et sœurs, nos grands parents, etc…
Loi difficile parfois puisque ces personnes sont quelquefois nos ennemis d’hier et alors on se sent tiraillé entre le devoir filial et la haine d’autrefois.
En ce qui concerne le choix de la compagne ou du compagnon, chacun espère dans son fond intérieur retrouver celui ou celle avec lequel on a le plus d’affinité, en un mot le grand amour. Malheureusement, compte tenu de nos vies souvent dissolues, la majorité des couples qui se forment sont là pour mettre en place les meilleurs accords en faisant beaucoup d’efforts.
Par conséquent, en tant que spirite, nous pensons comme dans tout projet, il faut avoir un objection, ensuite prier pour l’obtenir et puis faire constamment des efforts pour l’autre et s’oublier souvent. C’est la meilleure règle pour chercher à se comprendre : l’abnégation.
Fraternellement,
Catherine

 

obstination ou persévérance ? - E - 26/08/2015

Bonjour,
Il y a tout juste un an, un ami m'a parlé de votre centre et conseillé d'y chercher de l'aide à ma situation compliquée. J'ai laissé le temps passer. Puis cet ami est décédé et cela m'a poussée à venir assister à une séance un samedi, en souvenir de lui et pour suivre ses conseils amicaux... Mais je n'ai pas osé remplir un formulaire et demander de l'aide.
Je ne sais que faire. Je suis perdue et extrêmement triste depuis un an. J'ai rencontré un homme que j'aime et qui m'aime. Nous avons vécu une histoire ensemble mais les obstacles à notre amour sont nombreux et paraissent infranchissables. Il n'a pas eu la force de continuer.
Aujourd'hui nous ne nous voyons plus (il refuse de me voir) mais nous nous aimons toujours autant. Nous nous écrivons et sommes très malheureux chacun de notre côté.
Je ne demande pas grand chose en fait. Si cette relation est impossible pour lui, je peux le comprendre. Je voudrais seulement le voir, passer un peu de temps avec lui, discuter, échanger, avoir le droit de l'aimer et simplement de le regarder sourire... J'accepterais qu'il n'y ait jamais rien d'autre qu'un amour purement platonique entre nous. Mais il refuse cela aussi car c'est trop difficile pour lui.
Aujourd'hui je ne sais pas si je dois continuer d'espérer, persévérer pour sauver cet amour si beau qui nous unit ou si cette persévérance risque de me rendre folle et n'est rien d'autre qu'une obstination stérile qui nous fait du mal à tous les deux.
Je ne sais pas en quoi le spiritisme peut m'aider pour ce genre de problème et je comprendrais que vous ignoriez ma demande... Mais tout au fond de moi, j'ai le sentiment que nos âmes ont besoin d'être près l'une de l'autre et je ne sais comment leur donner une chance... Merci beaucoup de m'avoir lue. Et merci pour toute l'aide que vous apportez à ceux qui souffrent.

Bonjour,
Parfois, souvent même, on peut choisir comme épreuve d'avoir à résister à une tentation. Ce (ou celui) qui vous attire n'est pas forcément ce (ou celui) qu'il vous faut, c'est à dire que ce n'est pas forcément ce qui est bon pour vous, pour votre évolution. Comment le savoir ? Vous pouvez déjà vous demander si quelqu'un aurait à souffrir de votre union et vous remémorer le fameux "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse" . C'est une base simple mais très efficace quand on veut s'assurer de faire un bon choix...
Par vos pensées, vous créez et entretenez un lien qui vous apporte peut-être quelques satisfactions mais qui semble aussi vous faire souffrir et peut même vous empêcher de poursuivre votre véritable voie. Vous restez, bien sûr, toujours libre de conserver ce lien en l'état ou de le délier quand vous le voudrez.
Pour remplacer éventuellement le vide que causerait votre décision de ne plus entretenir ce lien, dites-vous que vous serez, par la suite, beaucoup plus disponible pour tous vos autres frères et sœurs qui ne demandent qu'à être aimés. Tournez-vous vers eux et vous verrez qu'ils sauront combler, petit à petit, ce vide affectif qui vous angoisse.
Fraternellement,
Brigitte

 

Devoir filial - Jacques - 25/05/2015

Bonjour,
Le spiritisme s'il met de grandes valeurs dans le devoir des parents à l'égard de leurs enfants met aussi des valeurs dans le devoir des enfants à l'égard de ces derniers.
Que peut-il en être de l'attitude à adopter par les enfants lorsque ceux-ci sont emprunts de ressentir un sentiment d'abandon ou de rejet par ces derniers sans que ne soit nécessairement présent un contexte de violence physique et tandis que le sentiment évoqué par l'enfant résulte généralement de propos critiques et récurrents des parents à l'égard de l'enfant en l'absence même de mauvais comportement de ce dernier ? Merci par avance pour votre réponse.

Bonjour Jacques,
Vous trouverez certainement réponse à votre question dans l’Évangile selon le Spiritisme d'Allan Kardec, au chapitre 14 "Honorez votre père et votre mère".
Les deux dernières parties intitulées "La parenté corporelle et la parenté spirituelle" puis "L'ingratitude des enfants et les liens de famille" devraient tout particulièrement vous intéresser.
Leur lecture pourra vous aider à comprendre que, même si le lien d'amour qui unit parents et enfants n'est pas toujours spontané, il est de notre devoir de le rechercher et de le faire croître.
Il n'y a pas de hasard dans les naissances, bien au contraire, les familles sont choisies avec le plus grand soin pour permettre à l'entité la meilleure progression. La charité envers autrui commence parfois, pour ne pas dire souvent, dans son propre foyer...
Fraternellement,
Agnès

 

Ame - Christian - 21/01/2015

Bonjour,
Concernant le livre d'Allan Kardec et ses mille questions aux êtres de lumière, j'ai trouvé les réponses belles, cohérentes, logiques pour moi et dans l'amour.
Maintenant, ce livre date de 100 ans et j'aimerai savoir si on a posé à ces mêmes anges les questions d'actualité pour notre humanité.
Ma 1ère question : qu'en est-il du mariage (selon les 3 grandes religions monoteistes) pour l'évolution ?

Bonjour Christian,
La question du mariage est traitée par Allan Kardec dans le Livre des Esprits dans la partie III, chapitre IV, sous le titre : « Mariage et célibat ». Il y est indiqué que le mariage est un progrès dans la marche de l’humanité et que son abolition serait un retour à la vie des bêtes, c'est-à-dire un retour à l’enfance du l’humanité. Le mariage est donc bien un des signes de l’évolution de l’homme.
Vous trouverez des compléments d’information dans le livre l’Évangile selon le Spiritisme, chapitre XXII, d’Allan Kardec, qui détaille le mariage selon les lois divines et les lois civiles.
Sur ces points, vous verrez que les lois d’ordre divin (et donc immuables) concernant le mariage sont la loi de reproduction, nécessaire à la survie de l’espèce humaine et la loi d’amour qui unit deux êtres établissant une solidarité fraternelle qui représente donc une sorte d’école d’apprentissage de la fraternité et de l’amour du prochain, amour qu’ils doivent reporter à leurs enfants pour les faire progresser.
La loi civile, changeante selon les temps, les lieux et le progrès et l’intelligence de l’homme n’en demeure pas moins utile pour régler les rapports sociaux et les intérêts des familles.
Par sa prévoyance, elle empêche l’homme civilisé de vivre comme un sauvage.
Le livre Initiation au Spiritisme, de Therezina Oliveira, développe lui aussi un intéressant chapitre sur le mariage que nous vous invitons à aller découvrir si vous voulez poursuivre cette réflexion.
Fraternellement,
Céline

 

Adoption - L - 09/09/2014

Bonjour,
Je suis dans un dilemme terrible depuis 48h. Un petit garçon de 6 mois dont la mère est morte en couches et dont le père, en prison, l'a rejeté est placé à l'adoption dans un hôpital de ma région. Personne ne veut de lui, la famille de sa mère a refusé de le récupérer. Des bébés abandonnés après lui ont déjà trouvé des familles d'accueil. Je connais au moins deux familles prêtes à l'adopter, (la mienne incluse) mais nous avons peur.
Je vis dans un pays aux vibrations et mentalités particulièrement basses et viciées ; les trois familles volontaires ont toutes peur de voir débarquer la famille quand tout se sera arrangé, que le petit se portera mieux pour nous faire chanter ou le récupérer. Des papiers officiels du tribunal n'y changeront rien, nous vivons dans un pays corrompu où tout le monde est au-dessus des lois.
Et les superstitions n'aident pas : sa mère a perdu la vie en la donnant. Je sais que ça joue énormément sur le fait que tout le monde le rejette. Et ça joue sur nous : nous ne savons pas quel est son karma, son background, s'il sera accompagné de désincarnés en colère et qui perturberont la famille qui le recueillera.
Nous voulons sincèrement le recueillir mais je m'en voudrais de mettre ma famille en danger. En même temps, ce n'est qu'un bébé. Mais dans mon environnement, même si on est sensible à ces situations, on n'est pas favorable au fait de s'engager personnellement et les drames arrivent si facilement.

Bonjour,
A la lecture de votre message, il m’est difficile de comprendre vos motivations pour adopter cet enfant. En effet, vous parlez surtout de vos peurs, face à l’inconnu (comme pour tout enfant, adopté ou non) et face au futur, et plus précisément, face à une éventuelle rencontre avec son père que vous supposez dangereux pour vous et votre famille.
Mais alors, quelles sont les raisons qui vous poussent à vouloir aimer cet enfant et lui offrir votre toit, votre amour de mère, vos baisers, et surtout votre protection et votre confiance en la vie ?
Sans doute êtes-vous touchée par son histoire, par la perte de sa mère. C’est avant tout car vous avez envie d’apporter tout votre amour de mère avec une grande force, et ne pas vouloir que ce tout petit nouveau dans la vie soit délaissé, abandonné.
Je comprends que vous puissiez être inquiète au sujet d’un éventuel recours du père biologique, tous les parents ayant adoptés craignent de perdre leur enfant, de voir leur famille et toute sa construction s’effondrer, ne plus avoir de sens en un claquement de doigt.
Ne le jugez pas, essayez de penser que chacun à une bonne raison de faire ce qui lui semble être le plus juste, ou le plus acceptable à un moment donné de la vie.
Ne craignez pas son « karma », l’épreuve qu’il vit actuellement dans la séparation avec sa mère est déjà tellement difficile…la vie ne peut que lui accorder de la douceur par la suite, et qui sait, un rayon de soleil y pénètrera bientôt si des parents aimants viennent pour l’aider à grandir et s’accepter.
Fraternellement,
Céline

 

 

Les Esprits psychopathes et sociopathes - AK - 01/07/2014

Bonjour,
Je sors d'une relation sentimentale avec une femme qui a été très tôt diagnostiquée avec de très fortes tendances à la psychopathie, c'est-à-dire avec un trouble de la personnalité antisociale. Une liste sommaire des traits caractérisant ce segment de l'humanité qui ne dépasse pas 4% de la population mondiale est la suivante :
- charme superficiel
- désinvolture et perception grandiose de soi
- faible réponse face à la peur
- besoin constant de stimulation
- absence totale de remords et de culpabilité
- connaissance intellectuelle de la différence entre le bien et le mal mais aucune contrainte morale à passer à l'acte
- Pas ou peu d'émotions, au plus bas degré si c'est le cas
- Pas ou peu d'empathie pour autrui
- Manipulateur et menteur
- passé délinquant bien souvent
- très grande intelligence
Ce ne sont que les traits principaux qu'on rencontre. Et selon Babiak et R.Hare deux grands spécialistes de la question, ainsi qu'à travers les recherches de nombreux autres spécialistes, j'ai appris que ce trouble de la personnalité incurable donnait lieu à la répétition d'un schéma concernant les relations amoureuses. Toute leur vie ils agiront comme ça. En tant que prolongement de leur propre personnalité, toute relation avec ces gens suit 3 étapes : Idealize, Devalue & Discard (Idéalisation, dévalorisation, rejet)
-Idéalisation : Phase où ils bombardent d'amour leur partenaire, et lui renvoie l'image d'un partenaire idéal à travers l'utilisation d'une persona créée de toute pièce. Le but étant que la personne tombe amoureuse avec qu'ils acquièrent le POUVOIR et le CONTROLE.
-Dévalorisation : Une fois la personne acquise corps et âme le psychopathe va jouer avec elle et s'en servir pour combler ses besoins (financiers, professionels, sexuels, etc.) puis s'en lasser une fois ceci fait. Commence alors une phase de dévalorisation qui n'a d'autre puis que de divertir le psychopathe en faisant souffrir sa victime devenue inutile par la frustration, la peur de l'abandon, le rabaissement. Cette phase a pour objectif d'asseoir une domination complète, de garder le contrôle, tout en ayant souvent déjà pris soin de préparer la prochaine victime (souvent un/une EX restée sous son contrôle, ou quelqu'autre personne)
- Rejet : Une fois la prochaine victime capturée, épuisée, vidée de ses forces, surviendra le simple rejet de la première qui restera sous le contrôle du psychopathe si la personne n'a pas la force de s'en défaire, espérant désespérément retrouver la personne qu'elle a connu avant (qui n'était qu'une personnalité factice)
Et c'est exactement ce qui m'est arrivé avec cette femme que je connais depuis 3 ans, qui a un passé sulfureux mais qui s'était toujours montrée attentionnée et aimante avec moi, dev enant ma meilleure amie.
Cependant, je connaissais ses fortes tendances à la psychopathie. J'ai toutefois cru déceler un semblant d'humanité derrière sa dureté, son caractère impitoyable, car elle peut adopter des attitudes très convaincantes.
Malheureusement même si c'était le cas, selon un article que j'ai lu sur leur mémoire émotionnelle, ils sont incapables d'avoir une continuité temporelle mémorielle liée aux émotions, en raison de leur superficialité dans ce domaine. Ainsi, ma copine m'a déclaré que tous les bons moments qu'elle a passé avec moi ne sont que des souvenirs objectifs pour elle et n'éveillent aucune émotion.
Ces gens sont incapables d'AIMER, du fait qu'ils n'ont pas ou que peu d'empathie envers les autres humains. Leur pauvreté émotionnelle rend chaque émotion ressentie (lorsqu'ils en ressentent) faible et brève. Ils n'ont littéralement aucune conscience qui puisse s'exprimer dans leur cerveau. Bref, nous viv ons parmi des esprits dont le cerveau ne leur permet pas d'exprimer une palette d'émotions humaines complète, et dont le seul but est de satisfaire leurs besoins égoïstes au détriment de tous les autres.
Mes questions pour vous est la suivante : Quel est l'intérêt que 4% à 5 % des hommes et femmes sur Terre soient incarnés avec une anomalie cérébrale qui les empêchent d'avoir de l'empathie, de ressentir les émotions humaines les plus fortes, faisant d'eux les pires prédateurs de tout le règne animal ?
Lorsqu'on a quelqu'un de très proche (famille ou conjoin) atteint de ce trouble, incapable de recevoir ou de donner de l'amour, est-ce un devoir devant Dieu de continuer à leur donner un amour qu'ils rendent stérile; au point d'en souffrir, d'être rejeté, trompé, baladé, méprisé ?
Comme c'est un peu confus dans mon esprit, je crains que ce que j'ai écris vous apparaisse confus. J'espère que non. Je vous remercie i nfiniment d'avoir pris le temps de lire ma lettre.

Bonjour,
Qu'il doit être difficile de vous apercevoir de l'ampleur la maladie dont souffre votre amie. Ne rien ressentir, seuls les robots en sont capables! Même les esprits ont des sentiments. Les Hommes souvent, ressentent, mais n'acceptent pas. En d'autres termes, ils observent le sentiment et le refuse, pour ne pas s'identifier à lui. On ne veut pas accepter la tristesse car on ne se défini par comme une personne triste, on accepte le jeu séducteur car on veut être une personne qui plaira à coup sur à l'interlocuteur du moment...Tout cela n'est qu'un rôle de plus dans lequel la personne prend ses pensées pour ce qu'elle est. Mais nous ne sommes pas ce que nous pensons. Les pensées vont et viennent, s'enchainent, s'entrechoquent et les émotions qu'elles véhiculent avec. Ne prenez pas vos pensées trop au sérieux, chacune se donne tellement d'importance !
La pathologie que vous décrivez est autant destructrice pour le malade que pour son entourage car vous avez été séduit par cette femme et sans doute inconsciemment, vous avez voulu répondre à ses exigences en transformant votre essence divine, votre "moi" intérieur.
Notre terre est une terre d'évolution, nous rencontrons des personnes qui ne sont pas toujours animées de bons sentiments envers leurs frères et soeurs il est vrai....Mais sans doute, si cette personne a été mise sur votre route, vous aurez appris : il n'y a rien de plus précieux que de savoir qui vous êtes et de vous respecter. Regagnez confiance en vous, avec douceur et clémence. Je comprends que l'apprentissage se fasse avec douleur et déception, que ce soit lourd pour vous. Appuyez vous sur votre guide, votre ange gardien. Jamais il ne vous laissera seul, il saura vous apporter la chaleur et le réconfort nécessaires, même entre les larmes.
Bien amicalement
Céline

 

 

Demande à un défunt - Hervé - 25/03/2014

Bonjour,
Encore merci des réponses aux questions que je vous ai posées par le passé. Ma question : Je suis veuf depuis maintenant sept ans, et j'essaie de me retrouver une compagne. Mais cela malheureusement ne marche pas à chaque fois. J'ai consulté deux cartemanciennes qui m'ont dit qu'il fallait que j'aille sur la tombe de ma femme ou le lieu où ont été dispersées ses cendre comme cela a été le cas pour ma femme, pour lui demander de me laisser en paix avec les femmes et de ne pas m'empêcher de rencontrer une compagne ? Est-ce exact ? M'adressez à elle le soir comme je le fais avec mon ange-gardien lorsque j'ai besoin de ses conseils ne serait-il pas suffisant ? Pour ce genre de demande, j'ai du mal à trouver les mots. Pourriez vous m'aider ? Merci

Bonjour,
Si on veut communiquer avec un défunt, c'est bien parce que l'on pense que l'Esprit survit après la mort du corps. Alors pourquoi faudrait-il se rapprocher d'une dépouille vide (ou de cendres éparpillées dans votre cas) pour pouvoir communiquer avec l'Esprit qui est détaché du corps ?
Votre instinct était le bon : vous pouvez continuer à vous adresser à votre femme comme vous l'avez toujours fait, sans écouter les conseils souvent onéreux mais pas toujours efficaces.
Trouver une personne avec qui partager son quotidien est difficile pour de nombreuses personnes, même pour celles qui ne sont pas veuves... Votre épouse n'est donc pas forcément en cause dans vos échecs amoureux.
Vous devriez cherchez à consacrer davantage de temps à vous améliorer ainsi qu'à soulager les peines et souffrances de ceux qui croiseront votre route.
C'est la meilleure façon d'oublier votre solitude.
Soyez patient,
Fraternellement,
Hélène

 

 

Avortement - E. - 17/2/2014

Bonjour,
Premièrement je m'excuse par mon français car je ne suis pas française. J'ai lu la question et la réponse à propos de l'avortement. Je suis très touchée par cette question, car je me suis fait pratiquée un avortement sans savoir le mal que je faisais à un esprit, à l'époque je croyais que le foetus n'avait pas d'esprit.
J'ai avorté au mois de septembre 1993, et depuis je pense à cet enfant que je n'ai pas eu, avec beaucoup de peines et regrets, je suis tellement désolée... Aujourd'hui, j'ai un enfant, un garçon de 13 ans que c'est la joie de ma vie, et je pense toujours qu'íl pourrait avoir un frère ou une soeur de presque 20 ans, qu'íl n'aura jamais à cause de moi.
Est-ce que je pourrais consulter afin de savoir ce qui s'est passé avec cet esprit ? S'il est bien, s'il est capable de me pardonner...? Je vous serai très réconnaissante.

Bonjour,
Tous, nous avons fait des choix que nous regrettons. Pourtant, lorsqu'ils ont été pris, à ce moment là, nous agissions avec nos connaissances du moment. Je comprends que votre avortement il y a 20 ans vous peine beaucoup.La miséricorde de Dieu est grande, et Il voit nos actes et considère nos choix avec nos connaissances du moment. Il y a 20 ans, vous ne connaissiez pas la loi de réincarnation et vous ne songiez pas que cette vie pouvait être aussi un heureux évènement ...
Tous les esprits n'en veulent pas à leurs parents de ne pas les avoir accueillis, certains pardonnent et prient pour avoir une nouvelle chance de revenir dans la même famille spirituelle. Au lieu de nourrir des regrets, je vous conseille de prier pour cet esprit en lui souhaitant une prochaine incarnation heureuse, et en lui envoyant de bonnes pensées fraternelles pour sa vie dans le monde spirituel également
Bien fraternellement,
Bien amicalement
Céline

 

 

Questions à mon guide - Sofia - 13/2/2014

Bonjour,
Depuis un an, j'essaie d'être enceinte mais cela ne fonctionne pas. Nous avons déjà un fils et nous avons fait tous les examens et il n'y a pas de problème. J'ai le sentiment que ma mission est d'aider les gens autour de moi surtout mon mari pour évoluer et apprendre un peu plus. Je voudrais savoir si je suis sur la bonne voie pour remplir ma mission. Qu'en pense mon guide ?

Bonjour Sofia,
Je comprends que pour vous l'attente soit longue. Puisque toutes les conditions physiques sont réunies pour que vous puissiez avoir un nouvel enfant, vous devez être confiante. En tant que spirite, nous savons qu'une incarnation se prépare bien avant que l'ovule de la mère soit fécondée. Dans le monde spirituel, les candidats à la réincarnation se préparent pour une nouvelle vie sur terre, avec l'aide active de leur guide, et projettent les épreuves et les progrès qu'ils auront à accomplir.
En accord avec votre mari, trouvez des moments de calme et de paix pour prier vos guides et leur confier votre souhait d'accueillir une nouvelle âme dans votre famille, et gardez confiance, de nombreux Esprits attendent pour avoir une chance de se réincarner.
Bien fraternellement,
Céline

 

Couple et après-vie - Maxinkow - 12/01/2014

Bonjour,
Tout d'abord, merci de bien vouloir prendre le temps de répondre à mes interrogations. Mes questions sont les suivantes :
- Après la mort, le lien de fidélité et d'union pour un couple est maintenu ? Et après les réincarnations ?
- Il est dit dans le livre des Esprits que lesEesprits n'ont pas de sexe, mais ont-ils tout de même des relations que l'on pourrait qualifier de "rapports sexuels", et si oui dans un aspect monogamique ou pas ?
- Quid des remariés ?

Bonjour,
Ce qui vous parait si important aujourd'hui, ne le sera pas forcément demain. Tout dépend du degré d'évolution de chacun.
L'acte sexuel, dans le cadre d'un couple solide et uni, peut permettre de ressentir, le temps d'un instant, un sentiment de fusion avec l'autre. Peut-être n'aurez-vous plus besoin de le vivre de cette manière... Peut-être n'en aurez-vous plus envie... Peut-être n'en aurez-vous pas la possibilité car vous serez sur des plans différents...
Il n'est pas possible de généraliser. Certains couples s'attendent, s''espèrent et se retrouvent après avoir continué de veiller l'un sur l'autre, même après la mort du corps de l'un d'eux, d'autres ne le souhaitent pas.
Même dans le cas du remariage, il faut voir s'il fait suite à un divorce (qui, comme le suicide, ne peut être inscrit dans le karma qu'en terme de tentation et donc de lutte nécessaire) ou s'il fait suite à un veuvage. L'évolution spirituelle nous amène à privilégier les émotions du cœur qui seules durent au delà de notre enveloppe terrestre.
Vous pourrez approfondir ces questions en reprenant le Livre des Esprits ou l'Évangile selon le Spiritisme d'Allan Kardec, mais aussi dans de nombreux romans spirites comme ceux de Chico Xavier par exemple.
Bien amicalement
Odile

 

Avortement - Sonia - 26/11/2013

 

Bonjour,
J'ai regardé le film de chicco Xavier et à un moment lors de réunion spirite, on voit un Esprit avorté qui en veut à ses parents. J'ai vécu un avortement à l'Age de 17 ans au vu de la situation à l'époque (mésentente familiale mère absente etc) je ne pouvast mettre au monde ce bébé même si j'ai eu des regrets.
Il est clair qu'avec la connaissance du monde spirite que j'ai aujourd'hui (30 ans)si je devais revenir en arrière, je ne ferais pas cet avortement. Comment puis-je me faire pardonner à cet Esprit et l'aider à trouver sa voie sans vengeance, ni haine bien que je ne sais ce qu'il est devenu.

Bonjour Sonia,
Dieu accorde sa miséricorde à tous, heureusement. Les enfants qui n'ont pu naître ou qui sont nés mais n'ont pas été "désirés" peuvent pardonner à leurs parents.
Si vous le voulez, nous pouvons demander des nouvelles de cet enfant lors d'une réunion spirite. Il faudrait que vous nous donniez la date (ou au moins l'année) de l'avortement. Vous pouvez prier pour lui bien sûr.
Fraternellement,
Céline

Rencontre - Hervé - 26/11/2013

Bonjour,
Pouvez-vous me dire s'il vous plait : lorsque nous rencontrons quelqu'un d'inconnu de tout lien familial, si nous rencontrons cette personne pour la première fois que ce soit dans un marché, dans le métro etc, avons-nous besoin de la rencontrer ou nous l'avons déjà rencontrée dans une vie passé. Par exemple, toutes les personnes que nous croissons lors d'un péage sur la route en départ de vacances, hasard ou rencontre neutre. J’espère que je me suis bien exprimé.

Bonjour Hervé,
Il est vrai que votre message n'est pas tout à fait clair.
Nous avons des liens affectifs avec d'autres personnes, bien au-delà de notre champs familial. Il est même très fréquent que nous partagions de plus grandes affinités avec des amis qu'avec nos frères et sœurs de sang. La famille et ses liens intrinsèques nous force à aimer, à partager...c'est une des bénédictions de la réincarnation, tout en étant une difficulté ! Si l'on croit en l'immortalité de l'âme et en la réincarnation, on conçoit rapidement que le meilleur des remèdes pour résoudre les différents et les conflits d'autres vies est de nous retrouver dans la même sphère familiale que ceux qui nous ont offensés. Ainsi, peut apparaître une réparation fraternelle.
Fraternellement,
Céline

 

Rêve - Marie - 13/09/2013

Bonjour,
A 18 ans, je suis tombée amoureuse d'un garçon que je voyais tous les soirs au restaurant universitaire. Très timide, je n'osais pas me laisser approcher et c'était un amour basé uniquement sur le regard. J'ai alors fait un rêve où je passais devant sa table au restaurant universitaire. Je me suis arrêtée à sa hauteur et une voix m'a dit : "Vas plus loin". Je n'ai pas su interpréter ce message : fallait-il entrer en relation avec ce garçon ou continuer ma route vers un autre destin ? Puis la vie nous a séparé et je ne l'ai jamais revu.
Ma vie est alors allée toute de travers. J'ai rencontré un homme méchant qui m'a abandonnée avec 3 enfants. J'ai fait une grave dépression et je lutte contre l'idée du suicide qui s'impose à moi. Ce message venait-il de mon ange gardien qui cherchait à me guider vers le bonheur et que je n'ai pas compris ?

Bonjour,
Il existe de nombreuses raisons à une attirance physique pour quelqu'un. Outre les explications de projections sentimentales imprégnées en nous depuis l'enfance, nos expériences au travers des vies successives expliquent également les profils de personnes qui nous plaisent, à bien ou à mal. Parfois, c'est l'entourage spirituel d'une personne qui nous plaît. On parlera alors de son aura, de sa prestance, ou encore tout simplement de la sensation agréable que procure la simple présence de l'autre.
Aujourd'hui, vous vous souvenez de cet homme croisé à votre période adolescente, et de cette attirance particulière mais c'est certainement un exemple qui vous rappelle ce que vous n'avez peut-être pas connu pour le père de vos enfants. Que se serait-il passé si vous aviez osé parler de votre attirance pour ce garçon ? Dieu seul le sait. Mais toutes les attirances n'aboutissent pas forcément à des histoires d'amour sans failles. Votre plus bel ouvrage est à voir à travers vos enfants. Dieu, ainsi qu'eux-mêmes vous font confiance pour les aider à devenir des adultes dans cette existence. Je suis sure que vous débordez d'amour pour eux 3, restez confiante et forte. Bien que cela puisse vous être difficile de ne plus partager la vie de leur père, l'amour réel se trouve dans la vie sous de nombreuses formes, et vos enfants en sont la preuve chaque jour.
Chassez au loin toutes ses idées noires,
Bien fraternellement,
Céline

 

Mariage pour tous - Annette - 07/02/2013

 

Bonjour,
un phénomène de société fait l'actualité actuellement, bien qu'à mon sens il me paraît peu important en regard d'autres problèmes bien plus pressants que sont l'économie et tout ce qui en découle (chomage...). Je veux parler du mariage pour tous.
Quel est le point de vue du cercle spirite Lyonnais sur ce sujet ainsi que la possibilité pour les homosexuels d'adopter un enfant ou de recourir à la procréation médicalement assistée ou à la gestation pour autrui

Bonjour,
Cette question qui nous a déjà valu, à notre petite échelle, un abondant courrier est, comme vous le dites si bien, "un phénomène de société peu important en regard d'autres problèmes bien plus pressants..." Adopter un enfant ou avoir recourir à la procréation médicalement assistée ou à la gestation réalisée par un tiers n'a pas beaucoup d'importance pour l'esprit qui s'incarne ; ce qui importe c'est l'amour que l'on va donner à cet esprit pour lui mettre de réaliser son évolution. Que cet même esprit s'incarne dans une famille homosexuelle ou non ne change en rien dans son travail d'évolution si ces parents sont bienveillants à ce travail dont ils ont la responsabilité. Voilà, j'espère avoir répondu à vos questions. Fraternellement, José

 

Mariage entre les homosexuels - Rachel - 07/01/2013

Bonjour,
quelle est la position des spirites à la question suivante : Mariage autorisé ou non pour les homosexuels ? Les personnes homosexuelles lors de leur réincarnation ont-elles choisi cette épreuve ou pas ?

Bonjour,
Nous ne voudrions pas, en répondant d'une manière trop générale et catégorique, servir de prétexte pour contribuer à opposer les hommes dans ce débat qui attise déjà bien des passions. Alors que tant d'autres évènements bien plus graves et injustes se passent de par le monde, on peut d'ailleurs se demander pourquoi, les partisans du "pour" comme ceux du "contre" mettent tant d'ardeur à faire entendre leur opinion.
Remettons les choses à leur juste place en nous souvenant que chacun de nos actes, et même chacune de nos pensées, conditionne tous les éléments de notre vie, présente ou future. Nous sommes donc responsables de ce que nous vivons mais dans une mesure qui dépend de notre évolution.
En effet, plus l'homme est évolué spirituellement, plus il est capable de réfléchir, c'est à dire de discerner le bien du mal et d'agir en conséquence.
L'homme devient donc de plus en plus responsable de ses choix et tolérant envers ceux qui n'en sont pas au même point que lui sur le chemin de l'évolution.
Apprenons à nous respecter, quelles que soient nos différences.
Fraternellement,
Sophie

 

 

Séparation des familles - Andréa - 22/09/2012

 

Bonjour,
tout d'abord je tiens à vous féliciter pour votre site qui m'a permis de connaitre la doctrine spirite et ses messagers. J'ai l'impression de m'être enfin réveillé depuis que j'ai lu les œuvres d'Allan Kardec et même si je comprends que cela n'est pas suffisant à mon évolution je m'efforce de changer mon état d'esprit tous le jours dans la limite du possible de mon actuelle vie incarnée.
J'ai une question à laquelle j'ai déjà en partie essayé de répondre en méditant et en priant. Je me permet de la présenter ici pour avoir votre opinion et pour d'autres spirites qui pourrait se la poser aussi.
Au cours de ma seconde lecture du Livre des Esprits je me suis tout particulièrement concentré sur le chapitre IV à la section "Parenté, filiation" et sur le concept de famille spirituelle qui explique qu'au sein d'une famille et de son entourage les esprit sympathiques se ressemblent en se réincarnant pour s'aider dans la progression spirituelle.
Comment expliquer à la lumière du spiritisme les séparations brutales de certains époux ou amis après des années de (présumé) bonheur ?
Mes propres explications sont encore très difficiles à exprimer avec lucidité et restent pour l'instant à l'état d'ébauche : influence de mauvais esprits détournant un esprit de l'amour de l'autre ; simple libre arbitre qui conduit à faire le plus simple choix de ne pas se battre pour la réussite d'une relation ; échec d'une épreuve consistant à se réconcilier avec un esprit envers qui l'on était endetté ou vice-versa.
En m'excusant pour ma prolixité je prie pour que vos esprits protecteurs puissent toujours vous protéger des mauvaises influences et vous aident dans le travail charitable que vous avez entrepris.

Bonjour Andréa,
Nous vous remercions vivement pour vos encouragements, ainsi que votre envie charitable d’aider nos frères et sœurs en souffrance.
Le bonheur est parfois comme une étoile filante, des années de difficultés pour quelques moments de bonheur. Sans la foi, que notre vie temporaire d’incarnée semblerait injuste ! Ce bonheur, encore nous faut-il nous souvenir de la traversée qu'il nous a demandé.
Vous parlez des ruptures d'amitié et des divorces de couples de manière inatendue. Avant notre incarnation, et même durant notre incarnation, nous avons des souhaits de réussite familialle, des souhait de fidélité et de bonnes vertues.
Sur terre, nous subissons l'influence de notre matière. L'égoïsme, le sexe, la vanité, l'envie de liberté, même à faible dose, peuvent nous plonger dans des pensées d'évasions pour un autre milieu, vers un/une autre compagne également. Sans compter également l'influence de nos expériences succéssives; nos rencontres peuvent faire appel à des souvenirs.
Certains esprits sont capables d'influencer nos pensées pour passer à l'acte, et rendent difficile la lutte en pensées de la personne incarnée.
Dans la plupart des cas, même si la séparation nous semble brutale, une préparation s'est faite, petit à petit dans l'esprit de la personne sensible.
La force d'une amitié comme d'un amour se puise dans l'humilité et dans la confiance mutuelle. Parfois, réveler ses doutes et ses envies chassent les pensées intrusives et matérialise les pensées suggerées par ces esprits. Certains esprits n'ont pas conscience du mal qu'ils peuvent causer, voir leurs pensées se matérialiser en paroles les rebuttent. Pour ceux qui oeuvreraient dans un but de séparation, l'humilité du compagnon ou de l'ami dans le tourment permet l'implication de bons esprits venant rendre utile la conversation.
Fraternellement,
Josiane

 

Rencontrer l'homme qui me conviendra - Cécile - 28/08/2012

 

Bonjour,
cela fait des années que, malgré mes efforts pour rencontrer des gens, je ne trouve pas celui avec lequel je souhaite refaire ma vie. Je suis une femme souriante et soignée, qui s'intéresse à plein de choses, mais jamais je ne recontre quelqu'un et surtout pas de mon âge. Je prie depuis si longtemps que Dieu me fasse rencontrer cet homme qui me conviendra parfaitement et vice-versa.
Il me semble que je le reconnaîtrais tout de suite ? Quelle est votre opinion sur ce sujet.
Et pourquoi dois-je attendre des années sans une rencontre dans ce sens ?

Bonjour,
Le mariage et le célibat sont 2 leçons de vie différentes. Or, puisque vous parlez de "refaire" votre vie, c'est que vous avez déjà vécue l'expérience du couple.
Qu'est-ce qui vous empêche de profiter pleinement de cette nouvelle expérience qu'est le célibat ? Nous avons tous besoin d'aimer et de nous sentir aimé, c'est un fait.
Mais, en attendant de rencontrer quelqu'un, n'oubliez pas que vous avez tous vos frères à aimer. Ils sont nombreux à avoir besoin, comme vous, de tendresse, d'affection, d'attentions et ils sauront vous le rendre au centuple. Vous pouvez vivre de beaux moments partagés, de tendres complicités avec des tas et des tas de personnes. Il n'y a bien que les relations sexuelles que vous ne pourrez partager avec vos frères, mais est-ce si important ?
Est-ce réellement ce qui vous manque le plus ?
Vivez, épanouissez-vous, apprenez à connaître vos propres goûts et désirs, profitez de votre disponibilité pour aller vers vos frères qui vous attendent impatiemment et, pour vous donner du courage, reliez-vous à l'amour de Dieu qui est toujours présent et offert généreusement à qui en fait la demande rt qui est bien plus beau et grand que l'attraction physique dont nous faisons régulièrement l'expérience.
Peut-être qu'alors, acceptant la situation de célibat et mettant donc moins de pression sur une rencontre à venir, celle-ci pourra se faire...
Auparavant, il nous semble que vous devez d'abord apprendre à vous accepter et vous souvenir de cet amour invisible qui nous entoure tous. L'amour de Dieu, qui n'aura jamais d'égal dans aucun homme, saura vous aider à comprendre.
Fraternellement,
Hélène