libre arbitre - Chantal - 7/10/2015

[box content] Bonjour,
J'ai lu attentivement vos sujets du mois et certains de vos ouvrages mais je me demande toujours si nous avons un libre-arbitre ? Devant certaines situations, parfois j'en doute et quand on voit l'actualité aussi. Les désincarnés ont-ils eu aussi un libre arbitre ou voient-ils mieux ce qu'il leur faut ?

Bonjour,
En principe, ils en ont. Sinon, ils n'auraient pas de responsabilité face au mal commis, ni de mérite pour le bien fait. Mais ce libre-arbitre n'est pas total, pas complet, dans tout et pour tout, parce qu’il est relatif à l'évolution de l'être.
Dans les premières phases de l'évolution animique, l'Esprit n'a presque aucun libre arbitre et est plus sujet au déterminisme car l'exercice correct de la volonté demande du savoir et de l’expérience et, dans ces premières phases de son évolution, l'Esprit ne les a pas. Il manque de capacités pour une bonne évaluation des choix à faire. Dans cette phase, Dieu, à travers des Esprits plus élevés, compense son inexpérience, en lui dessinant le chemin à suivre. L'Esprit est mis devant des situations qu'il n'a pas choisies mais qui sont planifiées par des superviseurs spirituels afin de stimuler son développement intellectuel et moral. Par exemple, l'Esprit, qui vit selon son instinct, sera guidé dans les actes nécessaires à sa conservation et à celle de son espèce car son intelligence seule, encore non développée, ne suffirait pas pour l'aider.
À mesure que l'Esprit évolue, il commence à acquérir de l'expérience, à développer ses facultés. Il aura alors un peu plus de liberté de choix. Ce libre-arbitre croîtra à chaque fois, jusqu'à ce que l'Esprit ne soit sujet à aucun déterminisme et à mesure que l'Esprit comprendra le plan divin et y adhèrera en coopérant volontiers. A l'exemple de Jésus qui dit : « Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j'entends, je juge et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » Jean 5. 30
On subit encore le déterminisme, bien qu'appartenant à l'échelle humaine, il y a encore des conditions qui nous sont encore imposées par la providence divine pour pouvoir progresser selon la loi du progrès. Par exemple, on doit s’incarner et se désincarner, seul Jésus transcendait à cette obligation . On doit habiter dans un certain monde et faire face à certains types d'expériences. C'est encore par déterminisme divin que, le voulant ou non, on est sujet à la loi de cause à effet, en recevant les conséquences de nos actes bons ou mauvais, sur le plan terrestre ou le plan spirituel. Cependant, on a un certain libre-arbitre pour agir puis ensuite, la loi divine nous oblige à en récolter le résultat.
Fraternellement,
René