Livre des Esprits - Patrick - 27/07/2006

 

Bonjour,
Je viens de commencer la lecture du « Livre des Esprits » d'Allan Kardec. Dans la mesure où l'on accepte les aspects d'une manifestation autonome de la conscience, les réponses aux questions posées font preuve d'une cohérence certaine.
Et, surprise...
Dans la note 1 de la page 96 -Livre II, Chapitre 4 (Edition téléchargée) - il est fait mention des êtres vivant sur Vénus, Mars, Jupiter pour signifier qu'ils représentent des mondes plus évolués que celui de la Terre, réputé pour les épreuves qu'il permet de vivre pour progresser.
On conçoit facilement que la connaissance scientifique et surtout cosmologique à l'époque de la rédaction de ce livre ne permettait pas de faire toute la lumière sur la description des planètes du système solaire et de leur environnement, hostile ou favorable à la vie, mais si l'on considère que la réponse des esprits, d'ailleurs pertinente sur d'autres sujets se rapportant aux sciences physique et chimique, transcende les limitations spatio-temporelles, que penser de "ces absurdités" ?
En vous remerciant pour votre réponse. Salutations spirituelles. Patrick

Bonjour,
Le spiritisme n'a rien de dogmatique, Kardec disait que si une nouvelle vérité se présentait et qu'il infirmait sa codification sur un point, alors le spiritisme se réformait sur ce point. Ainsi, le spiritisme n'est ni dogmatique, ni figé, il progresse et s'affine avec l'avancement des sciences. Effectivement, comme vous le dites, Kardec était influencé par les découvertes de son temps. Toutes les spéculations extra-terrestres étaient à la mode.
A l'époque, on découvrait les canaux sur Mars, on ne savait pas qu'ils étaient naturels, dus à une érosion par un fluide. Il a donc logiquement été conduit à sélectionner ces réponses parce qu'il en a eu plusieurs similaires et cohérentes, ce qui était un assez bon indice de concordance et de vérité.
Pour l'ensemble de la doctrine, Kardec a recueilli au départ une très grande quantité de messages d'Esprits (voir "les oeuvres posthumes"). Leur valeur était inégale car les Esprits ne sont pas tous du même niveau d'évolution et que les médiums ne sont pas des machines parfaites de transcription.
Ceci dit, pour le passage que vous évoquez, Kardec emploie beaucoup le conditionnel et place ses remarques dans une note. Il ne donne pas à cette réponse la même importance que celles qui sont données dans le coeur du livre. Si ce point est un des rares à ne pas avoir résisté aux avancées scientifiques modernes, on peut cependant remarquer que le paradigme spirite possède une remarquable stabilité sur la période de 150 ans qui nous sépare de sa création.
Par exemple, les Esprits prennent parti sur la conception atomiste de manière très profonde et précise et qui reste en plein accord avec les théories les plus modernes de la physique.
Fraternellement,
Jérémie