Libre arbitre - Kahan - 30/11/2005

 

Bonjour
J'attendais avec impatience la réponse au sujet soulevé par Josselin. Je n'ai pas été surpris de votre réponse, toujours une à toute question !
Comme un couple qui par égoïsme, par volonté de transmission de savoir ou de richesse, de besoin biologique, d'affection ou d'amour... décide d'avoir des enfants sans se soucier des difficultés et des tourments que ceux-ci pourront avoir plus tard ; Dieu ne fait, de mon point de vue forcement borné, qu'exactement la même chose, dans un dessein qu'il nous est interdit ou impossible de comprendre. Eh oui ! Notre libre arbitre s'arrête là où commencent les lois divines. Cela me révolte autant puisqu'un jour mes propres enfants pourront aussi me le reprocher. Si le monde est parfait puisque crée par Dieu, c'est aussi la perfection d'avoir des enfants sachant qu'ils vont forcement souffrir dans ce monde de début d'évolution spirituelle, mais dit-on pour leur propre bien dans une éternité infinie.
Par ailleurs, je reste conscient que votre réponse apportée à Josselin représente un idéal qu'il est vrai n'est pas acceptable tous les jours.
Bien à vous

Bonjour Kahan,
Comment penser que Dieu ne se soucie pas de ces enfants qu’il a lui-même créés. Nous avons tous en nous cette parcelle divine qui nous relie à lui, Dieu n’est qu’amour et ne souhaite que notre bien. Dieu ne nous créé pas pour faire ce qu’il veut de nous, il nous créé par amour, tous égaux à notre création, et lorsque notre conscience s’éveille, laisse le libre arbitre à chacun de notre choix et volonté d’évolution.
C’est le travail qui permet de progresser plus ou moins vite et de franchir ainsi plus ou moins rapidement les degrés d’évolution. Nous vivons effectivement sur une terre en cours d’évolution, chaque être mène son parcours comme il l’entend, mais la perfection se s’acquiert qu’avec le travail, la volonté, et le temps nécessaire de nos incarnations.
Retrouvez la confiance, chassez cette méfiance dans l’avenir, épanchez-vous vers Dieu à l’aide de la prière, il sera vous guider.
Fraternellement,
Sophie