Prière – T– 21/07/2019

 

Bonjour, je rencontre souvent des personnes qui me disent : je ne sais pas prier ou je ne connais pas de prière. Il y en a d’autres qui répètent les prières qu’ils ont apprises dans leur jeunesse récitant des mots et des phrases sans en comprendre le sens et sans émotion.
Il y a des gens qui contestent l’efficacité de la prière, prétextant que Dieu sait tout, qu’il connait mes besoins, qu’il est donc superflu de faire mes demandes. D’autres disent : j’ai demandé, je n’ai pas été exaucé ou je suis allé à Lourdes je n’ai pas été guéri ! Qu'en pensez-vous ?

Bonjour,
La prière peut et même doit être un acte de la vie de tous les jours. Nous sommes reliés à tout ce qui nous entoure et notamment au monde spirituel par notre pensée. La prière est une invocation, un appel une demande d’aide à Dieu, ou à ses intermédiaires. Par la prière, l'homme appelle à lui le concours des bons Esprits. La puissance de la prière est dans la pensée ; elle ne tient ni aux paroles, ni au lieu, ni au moment où on la fait. On peut donc prier partout et à toute heure, seul ou en commun. La prière en commun a une action plus puissante quand tous ceux qui prient s'associent de cœur à une même pensée et ont un même but, c’est ainsi que l’on peut obtenir par exemple des guérisons. Ce n’est pas la longueur de la prière ou le nombre de mots qui est important mais c’est avant tout la sincérité que vous mettez dans votre demande. Une bonne pensée vaut mieux que de nombreuses paroles. Si votre prière ne trouve son dénouement rapidement c’est que le moment n’est pas venu et qu’il vous est demandé de trouver la solution. Pour cela vous recevrez une force intérieure qui vous permettra de continuer votre chemin avec courage, patience et résignation. Ce qu’il vous sera accordé ce seront les moyens de vous sortir de votre embarras grâce à des rencontres ou à des pensées dirigées par les bons Esprits. L'homme subit toujours la conséquence de ses fautes et il est ainsi constamment l'arbitre de son propre sort ; son bonheur ou son malheur dépend de sa volonté de faire le bien. La prière n'a de valeur que par la pensée qu'on y attache. Il vous suffit d’établir un dialogue simple avec Dieu ou les bons Esprits, il faut que vous compreniez chaque mot, que vous les sentiez vibrer en vous avec force et sincérité. Nous avons de bons amis dans l’au-delà qui ne demandent qu’à nous aider. Il nous suffit de nous tourner vers eux, d’élever, nos pensées pour qu’ils nous entendent et volent à notre secours pour nous trouver des solutions.
Fraternellement,
Pascal