Les épreuves - 6/11/2014

Bonjour,
Comprendre les vicissitudes de la vie aident à mieux les supporter. J'ai lu dans l'Evangile selon le spiritisme d'Allan Kardec une explication relative aux raisons de nos épreuves, qui seraient liées à nos vies précédentes, aux erreurs que nous aurions commises et que nous devrions vivre à notre tour. Cela peut sembler en effet une explication plausible. Cependant, les apôtres sont tous morts sous des sévices, par la torture, et j'ai du mal à imaginer que Jésus n'ai choisi pour apôtres que d'anciens tortionnaires devant à leur tour subir de telles souffrances. Je vous serais reconnaissante si vous pouviez m'apporter plus de compréhensions au sujet des épreuves.

Bonjour Sophie,
Les épreuves ne sont pas là uniquement comme expiations. Elles sont, avant tout, destinées à nous aider à comprendre, à avancer, à nous améliorer.
Puisque vous vous référez à l’Évangile selon le Spiritisme, poursuivez la lecture du chapitre "Bienheureux les affligés" jusqu'au paragraphe 9 et vous lirez que : "Il ne faudrait pas croire cependant que toute souffrance endurée ici-bas soit nécessairement l'indice d'une faute déterminée ; ce sont souvent de simples épreuves choisies par l'Esprit pour achever son épuration et hâter son avancement. Ainsi l'expiation sert toujours d'épreuve, mais l'épreuve n'est pas toujours une expiation. (...) Un Esprit peut donc avoir acquis un certain degré d'élévation mais, voulant avancer encore, il sollicite une mission, une tâche à remplir, dont il sera d'autant plus récompensé, s'il en sort victorieux, que la lutte aura été plus pénible. Telles sont plus spécialement ces personnes aux instincts naturellement bons, à l'âme élevée, aux nobles sentiments innés qui semblent n'avoir apporté rien de mauvais de leur précédente existence et qui endurent avec une résignation toute chrétienne les plus grandes douleurs, demandant à Dieu de les supporter sans murmure."
Il arrive même que certains choisissent des épreuves non pas pour eux-même (ou pas seulement), mais pour aider leur entourage en leur offrant ainsi l'occasion de tendre une main, de secourir, de consoler. L'épreuve de l'un n'est alors que le prétexte à toucher l'autre et ainsi à faire émerger le meilleur de lui-même. C'est un aspect beaucoup plus fréquent qu'on ne le pense et qui mériterait d'être plus souvent médité... Comme vous le voyez, lier l'épreuve à l'expiation est un résumé beaucoup trop rapide qui ne prend pas en compte les innombrables critères qui font qu'une situation peut être juste et sage, même si on ne la comprend pas au premier abord.
Fraternellement,
Hélène