Sorts – Antoine – 14/09/2018

 

Bonjour,
D'abord je tiens à vous remercier pour toutes les réponses à mes questions que vous m'avez données. Voici ma nouvelle question : Certaines personnes prétendent avoir le pouvoir de jeter des mauvais sorts en créant le malheur dans la vie des gens. Ils pratiquent ce que l'on appelle la magie noire. ils font ce qu'on nomme un travail sur une personne à qui ils veulent nuire en plantant par exemple des aiguilles dans une poupée représentant la personne à laquelle ils veulent nuire. Ensuite on prétend que la personne en question est confrontée à toutes sortes de malheurs dans sa vie (maladie, divorce, perte d’emploi, échecs dans tout ce que cette personne entreprend etc...)
Je voudrai savoir si des personnes peuvent vraiment jeter des sorts à d’autres personnes ou cela est-il simplement un mensonge et ces personnes n'ont en réalité aucun pouvoir ? Dans le cas où elles n’auraient pas ce pouvoir comment se fait-il que tous ces malheurs arrivent vraiment à la personne visée ? Cela peut même arriver alors que la personne ignore qu'on a fait un travail sur elle en lui jetant un sort ?

Bonjour,
Je vous conseille de lire le passage dans le livre des Esprits, chapitre 9, sur le pouvoir occulte. Talismans. Sorciers
Vous vous apercevrez que l'on ne peut pas jeter un sort par contre, on peut avec l'hypnose créée des subjections mais il faut le consentement de la personne comme vous avez pu le constater dans des émissions télé.
On ne peut pas nier que dans certaines cultures, on est déjà conditionné dès l'enfance qu'il existe de la magie noire ou des jeteurs de sort, c'est une forme d'auto conditionnement. Quand on jette un sort, on émet des pensées avec plus ou moins de forces, pour qu'elles rentrent en action, il faut qu'il existe un lien avec la personne, une mèche de cheveux ne suffit pas. Le lien se fait par un accord de pensées en syntonie. C'est une forme de télépathie. Dans cette action, des Esprits légers, perturbateurs, méchants sont souvent présents, ils perturbent tous ceux qui veulent bien y croire.
Fraternellement,
Audrey