Si la rose savait - Sheila - 14/03/2009

 

Que la lumière soit avec vous.
Bonjour, j'ai lu, j'ai écrit mais je ne sais toujours pas, comment avancé, j'ai l'impression d'un mur devant moi, j'ai commencé très jeune à m'intéresser aux Esprits.
J'ai dû arrêter pendant quelques temps car au tout début, je croyais que ceux que l'on appellait des Esprits, c'étaient des démons. Puis plus que je lisais, plus il y avait des nuances. Je cherche simplement à savoir qui est cet entité qui été assis au pied de mon lit quand je me couchais ? (la peur au début) Elle me suit toujours. Il me montre comme un petit court métrage des dangers, durée de parfois 2sec. qui reste graver dans mémoire.
Comment puis-je communiquer avec lui ? J’ai l'impression qu'il me protège et en même temps qu'il garde ses distances. L'écriture automatique, j'écris beaucoup très rapidement mais rien qui ne répond aujourd'hui à mes questions. Avant je ne savais pas ce que c'était mais maintenant je sais que l'on peut évoluer, mais malgré les lectures je n'avance pas.
Comment médité ? Comment vient-on à pouvoir communiquer de façon utile ? Ne soyez pas surpris avec la première phrase du début, c'est comme ça que commencent mes écritures avec eux. Bien à vous, merci beaucoup pour cette attention, bonne journée.

Bonjour Sheila,
L’Esprit qui vous aide et qui est souvent près de vous est un Esprit familier, il ne désire pas être identifié, c’est son souhait, respectez-le et soyez attentive aux petits messages qu’il vous donne sous forme d’images. Ne cherchez pas plus, remerciez-le si cela vous aide, il en sera ravi. Pour développer votre écriture automatique et à faire en sorte qu’elle devienne une aide pour autrui, il faut avoir un objectif. C’est souvent difficile seule et nous conseillons de rejoindre un centre spirite où avec d’autres médiums, vous pourrez épanouir cette belle médiumnité, approfondir la doctrine spirite et donner des réponses à tous vos questionnements. Je ne peux que vous conseillez de consulter sur notre site la liste des centres qui existent en France.
Fraternellement,
Catherine