Alphonse Saltzmann

le .

Alphonse Saltzmann

Ce mois-ci, nous vous présentons Alphonse Saltzmann. Qui était cet homme ? Un simple commerçant ou un homme à l'écoute de l'invisible et de son prochain. Il fut aussi l'auteur de nombreuses ouvrages qui expriment son amour pour Dieu et le Christ ainsi que sa quête de la vérité.

Alphonse Saltzmann est né le 6 février 1850 à Sigolsheim dans le Haut Rhin. Quelques années plus tard, il se marie avec Françoise Célestine Thonon. Devenu veuf, il se remarie en 1902 avec Marcelle Marie Beaudelot. Il est courtier dans un commerce du vin. Il habite à Paris, boulevard Magenta dans le 10ème arrondissement.
Il s’intéresse très tôt à l’au-delà. Croyant fortement en Dieu et en Jésus Christ, il oriente volontiers sa pensée vers les sciences mystiques. Il trouve de nombreuses réponses auprès de la doctrine spirite et est l’auteur de nombreux ouvrages dont le livre de vie.
Alphonse Saltzmann y donne le principe de vie, apprendre à "cultiver sa terre", une fois l'amour éclos en vous, c'est une première étape pour comprendre et déchiffrer le mystère divin : "Vous comprendrez dans le plus profond de votre être, ce que ces mots signifient ! Mes chers petits, oh, écoutez-nous ! Il n'est pas de barrière qui puisse arrêter la course d'une âme qui monte à Dieu ! Il n'est pas de voile qui ne puisse se déchirer devant la lumière qui vient d'en haut; mais cependant il est une entrave invincible, qui ne peut abattre la pitié Christique, qui ne peut vaincre la bonté divine; c'est l'égoïsme ; il n'y a que vous qui puissiez vous opposer à ce que Christ vous donne Lumière et Bonheur ; il n'y a que votre moi égoïste qui puisse faire reculer le grand initiateur ! Cela voyez-vous, et cela seul, empêche le rayonnement céleste de pénétrer une âme. Mais si vous désirez vraiment lire dans le livre divin, la Vérité des Vérités ; brisez cet obstacle, écartez de vous l'égoïsme, ne ramenez pas tout à votre moi, dégagez votre âme de cette pauvre loque, qu'est un corps humain; aspirez la vie, et donnez vous, donnez vous en actes, en paroles, en pensées ; apprenez à aimer en apprenant à vous donner..."  Le bon chemin

Excellent médium, il reçoit des messages de l’au-delà que nous retrouvons notamment dans l’ouvrage, le bon chemin ; il obtient des guérisons dont voici un compte-rendu tiré du Le Journal de Rouen, du 22 août 1899 :
" On crie au miracle depuis hier, à Bolbec, car deux miracles, deux vrais miracles, viennent de se produire à Bolbec, en présence de nombreuses personnes qui en sont encore ébahies. Voici les faits tels que nous les raconte un correspondant occasionnel, très digne de foi, qui en a été témoin :
Depuis cinq ans environ, une brave femme, mme L., âgée de trente et un ans, était atteinte d'une claudication très accentuée, qui, survenue à la suite de couches, l'obligeait à marcher avec une béquille et une canne. Hier matin, cette femme se traînait péniblement dans la rue Jacques Fauquet, lorsque, en face du magasin de M. Percepied, coiffeur, il vit venir à elle un monsieur très bien mis qui, après lui avoir posé quelques questions, l’emmena sur la place Desgenétais et, avançant une chaise prise à la terrasse d'un café, lui ordonna de mettre le pied dessus.
- je ne puis pas, dit Mme L.
- Mais si ! Vous le pouvez, répliqua l'inconnu, en lui touchant la jambe, essayez, je le veux
Et tout aussitôt la brave femme mit le pied sur la chaise.
- Et maintenant, ajouta le monsieur bien mis, jetez votre béquille et marchez. La brave femme jeta sa béquille et sa canne et, quoique boitant encore, mais très légèrement, se mit à marcher. On juge de sa joie et de la stupéfaction des personnes présentes qui pour la plupart, connaissaient Mme L. et étaient certaines qu'il n'y avait de sa part aucune supercherie.
Cette dernière, qui avait demandé le nom de son bienfaiteur et qui en avait reçu une carte donnant le nom et l'adresse de celui-ci, s'empressa d'aller apprendre la bonne nouvelle à son mari, qui ne pouvait en croire ses yeux. Songez donc, elle était allée trois fois à Lourdes sans pouvoir être guérie, et il avait suffi de quelques mots d'un homme qu'elle n'avait jamais vu pour la guérir radicalement ! Naturellement, la nouvelle de cette guérison miraculeuse fut rapidement répandue, et toutes les personnes qui étaient atteintes d'une infirmité quelconque se mirent en quête du mystérieux guérisseur. L'une d'elles, qui était sourde comme un pot, parvint à le retrouver, et, sans se faire prier, notre homme ordonna à la sourde d'entendre, et la sourde entendit jusqu'au tic tac d'une montre placée à quelque distance de son oreille.
Tous les témoins de cette scène, et ils étaient nombreux, car c'était hier marché à Bolbec, émerveillés de ce qu'ils venaient de voir, entourèrent le monsieur bien mis. Mais celui-ci se déroba aux félicitations de la foule en délire. Il fit bien, car quelques instants plus tard ce n'est pas deux guérisons, mais c'est dix, c'est vingt, c'est cent guérisons qu'il aurait eu à faire. Une véritable cour des miracles l'eût entouré.
Quel était ce mystérieux personnage ? Un courtier en liquides, exerçant en ville, et non sans succès, on le voit, l'auto-suggestion. Surtout n'allez pas nier à Bolbec sa puissance médicale, vous vous feriez dire des sottises. L'homme a fait des miracles, et on y croit maintenant aux miracles dans cette bonne ville de Bolbec. »

Listes des ouvrages qu’il a écrits

 Les arcanes célestes

• Les remèdes divins pour l'âme et le corps. 1912
• L'Apocalypse dévoilée et expliquée par Saint Jean l'évangéliste au moyen de la médiumnité par l'écriture. 1914
• Harmonies morales, études philosophiques et religieuses suivies d'un traité du magnétisme curatif. 1914
• Révélation faite à une paysanne de Picardie. 1914
• Le spiritisme philosophique et religieux.1917
• La médecine spirituelle.1918
• Le magnétisme spirituel. 1919
• Le bon chemin. en 2 tomes. 1920 & 1921
• La terre d'avenir par xxx. 1923
• Livre de vie, oeuvre d'inspiration mystique. 1922
• Vers le bonheur. 1917
• Les arcanes célestes. 1928,
• A la recherche de la vérité en collaboration avec l'invisible. 1930
• Des épis et des fleurs spirituelles 1933

Source

Le blog d'Alphonse Saltzmann