Débuts médiumniques de Melle Smith

le .

Melle Smith

Ce mois-ci, nous vous présentons les Débuts médiumniques de Melle Smith. Jeune femme élégante, Hélène Smith a collaboré avec le professeur Théodore Flournoy pendant six ans. Médium à transe mais aussi clairvoyante et psychographe, elle s'est prêtée à l'exercice répété des incorporations qu'il a consignées dans l'ouvrage Des Indes à la planète Mars.

Ses premières manifestations

C’est durant l’hiver 1891-1892, qu’Hélène Smith entendit parler du spiritisme par une de ses connaissances. Mme Y. lui prêta un livre de Denis, Après le mort. La lecture de cet ouvrage l’a vivement intéressé, aussi, Mme Y. l’engagea à l’accompagner chez une amie, Melle Z., qui s’intéressait aux mêmes questions et pratiquait de l’écriture automatique. On décida de se réunir pour des expériences régulières.
Voici ce que raconte Melle Z. : C’est le 20 février 1892 que je fis la connaissance de Melle Smith. Elle fut amenée chez moi par Mme Y., dans le but de tenter l’organisation d’un groupe spirite. Elle était alors absolument novice en fait de spiritisme, n’avait jamais rien tenté, et ne se doutait pas des facultés qui se développeraient en elle. Première réunion, nous débutons par la table ; nous n’arrivons qu’à la faire osciller. Nous considérons Mme Y. comme le médium sur lequel nous pouvons compter. Nous essayons de l’écriture, nous recevons par mon intermédiaire des encouragements à persévérer.

26 février 1892
Progrès. La table se meut bientôt, salue tour à tour tous les membres du groupe, nous donne quelques noms, dont un seul connu... Écriture : Melle Smith, qui essaye pour la première fois, écrit mécaniquement, les yeux fermés, quelques phrases où l’on peut déchiffrer quelques mots.

11 mars 1892
Pas d’autre note sur cette séance qu’une communication écrite par moi.

18 mars 1892
Progrès. Communication nette par la table. Tentative d’expérience dans l’obscurité, qui n’était pas absolue, le foyer contenant encore des braises incandescentes répandait une faible lueur ; nous nous distinguions à peine. Melle Smith voit un ballon tantôt lumineux, tantôt s’obscurcissant ; elle n’a jamais rien vu auparavant. Écriture : Melle Smith écrit mécaniquement une assez longue communication du père de M.K. un étudiant bulgare présent à la séance : ce sont des conseils à celui-ci.

À partir d’ici, l’assistance devenue trop nombreuse se scinda en deux groupes, dont l’un continuant à se réunir chez Melle Z. Melle Smith fit partie de l’autre qui s’assembla chez une dame N., et y eut à peu près une séance par semaine pendant près d’un an et demi c’est à dire jusqu’à fin juin 1893.

25 mars 1892
Onze personnes autour d’une grande et lourde table de salle à manger en chêne, à deux battants. La table se met en mouvement et plusieurs Esprits viennent donner leurs noms par coups frappés et témoigner du plaisir qu’ils ont à se trouver au milieu de nous. C’est dans cette soirée que Melle Smith commence à distinguer de vagues lueurs, de longs rubans blancs s’agitant du plancher au plafond, puis enfin une magnifique étoile qui dans l’obscurité s’est montrée à elle seule pendant toute la séance. sujet219 FlournoyA

1er avril 1892
Violents mouvements de la table dus à un Esprit qui se nomme David et s’annonce comme le guide spirituel du groupe. Puis il fait place à un autre Esprit qui se dit être Victor Hugo et le guide protecteur de Melle Smith qui est fort surprise d’être assistée d’un personnage aussi important. Il disparaît bientôt. Melle Smith se sent très agitée ; elle a des frissons, est partiellement glacée. Elle est très inquiète et voit tout à coup, se balançant au-dessus de la table, une figure grimaçante et très laide avec de longs cheveux rouges. Elle est si effrayée qu’elle demande qu’on fasse de la lumière. On la calme et la rassure ; la figure disparaît. Elle voit alors, posé sur la table devant l’un des assistants, M.P., un magnifique bouquet de roses de nuances diverses ; tout à coup elle voit sortir de dessous le bouquet un petit serpent qui, rampant doucement, vient sentir les fleurs, les regarde, cherche à s’approcher de la main de M.P., s’en éloigne un instant, revient doucement se blottir et disparaître dans l’intérieur du bouquet.
Puis tout se dissipe et la table frappe les trois coups terminant la séance. M.P. comprit après coup le sens de la vision du bouquet et du serpent, qui était une traduction symbolique d’une impression émotionnelle ressentie par Melle Smith.

Telle fut l’éclosion de la médiumnité d’Hélène.
Quasi nulle le 20 février, où les mouvements de la table ne lui sont pas attribués, elle apparaît aux séances suivantes dans deux essais d’écriture automatique ; la réussite du second essai fait supposer que les facultés d’Hélène se seraient rapidement développées dans cette voie, si elle ne l’eût aussitôt abandonnée en changeant de milieu.
Sa faculté de voyante, suggérée par les tentatives de séances obscures, se montre le 18 et le 25 mars sous la forme d’hallucinations élémentaires, ou vaguement figurées, ayant leur point de départ probable dans de simples phénomènes dus à la lumière propre de la rétine et images consécutives. Puis, encouragée par les prédictions des assistants, elle atteint dès le 1er avril aux visions proprement dites, ayant un contenu varié et une signification réelle ou symbolique.
En même temps, elle perfectionnait son écriture automatique.
Les hallucinations auditives n’ont pas tardé à compléter cet ensemble, mais il est impossible de savoir au juste à quelle date. Il faut adjoindre, à cela, les fréquents phénomènes d’émotion, frissons, tristesse, inquiétude, frayeur, etc., qui, éprouvés par Hélène sans qu’elle sache d’abord pourquoi, se trouvent ensuite en parfaite conformité avec le contenu des communications.
Ainsi, en une demi-douzaine de séances hebdomadaires, la médiumnité de Melle Smith avait revêtu un aspect complexe qu’elle devait dès lors conserver intact pendant trois années, et dont je fus témoin lorsque je fis sa connaissance.
Ce qu’il y a de particulier chez Hélène, c’est qu’après être restées absolument stationnaires, dès leur apparition, pendant une aussi longue période, ses facultés médiumniques subirent tout à coup au printemps de 1895 une énorme transformation et un magnifique épanouissement.

sujet219 indesB

Source : les notes du professeur Théodore Flournoy dans l’ouvrage Des indes à la planète Mars.