Récit d'une séance de matérialisation

le .

materialisation

Ce mois-ci, nous vous présentons Récit d'une séance de matérialisation. Au 19ème siècle, on assista à une explosion de séances médiumniques à travers toute l'Europe. Il y eu un grand nombre de médiums à effets physiques ; ils produisaient des coups frappés, des déplacements d'objets et aussi des matérialisations d'Esprits. Voici le récit d'une séance expliquée par une personne qui en pris part.

 Le médium Florence Cook

Cette séance se passait au 19ème siècle, en Angleterre avec une jeune médium, âgée de seize ans, Miss Florence Cook. Après avoir obtenu des manifestations telles que des coups frappés, des voix directes, des transports d'objets, des figures d’hommes et de femmes se firent voir. Dans l'ombre tout d’abord où ces figures vivantes se formaient puis dans la lumière où elles restaient visibles pendant cinq minutes. Ces êtres pouvaient même causer avec les assistants. Voici donc la description d’une séance d’après M. Gledstane, une personne présente à leurs déroulements :
« J'ai remarqué que ces têtes étaient plus ou moins couvertes d'une draperie, blanche à l'extrême. Dans le principe, cette draperie couvrait les côtés, le derrière de la tête, et venait sur les joues ; ces figures pour être visibles exigeaient une lumière très faible, la lumière trop intense les fatiguait ; le regard fixe des observateurs leur faisait mal et leur donnait une sensation semblable à celle d'une brûlure, actuellement elles supportent pendant longtemps une lumière vive. Katie-King, l'un des Esprits qui paraissent, est pour la ressemblance une seconde Miss Cook. Depuis lors, d'autres physionomies ayant moins de rapport avec la sienne se présentent sous les aspects suivants : traits plus grands, dents mal arrangées, elles ont une grande blessure au front. Il y a toujours des rapports sensibles entre leurs traits et ceux du médium.
L'Esprit de Katie prétend que ces figures, au moment de leur formation, ressemblent au médium exactement comme deux figurines de plâtre fondues dans le même moule ; elles se modifient ensuite à mesure que les manifestations se développent. Particularité étrange, tous ces Esprits, sauf peu d'exceptions, sont plus blonds que Miss Cook, et la figure de Katie n'est pas toujours la même ; ainsi, ses traits se sont projetés du cabinet, tantôt noirs comme de l'encre et comme vernissés, tantôt couleur jaune chocolat ; ses yeux sont parfois gris, puis noirs ; sa tête est plus grande que nature avec un front plus large que celui du médium.
L'Esprit dit que ces figures sont produites par les émanations fluidiques sorties du corps des assistants, fluides tangibles pour les Esprits néanmoins la vitalité de ces têtes dépend du médium seul, de l'action qu'il imprime inconsciemment à leurs molécules réunies.
Il y a quatre intervalles dans une séance, on reste assis quinze ou vingt-cinq minutes au plus, et pendant les moments de repos, d'après l'ordre de Katie, Miss Cook est obligée de se promener pour respirer l'air frais du jardin ; le cabinet et la salle des séances sont ouverts pour être aérés. Pendant l'apparition des figures, le médium est endormi dans le cabinet ; les Esprits demandent que tous les assistants chantent en restant à leurs places ; ils les invitent à se lever de leurs sièges ; le succès dépend de leur passivité complète, soit physique ou morale, les Esprits n'ayant pas besoin de l'avis des mortels qui ignorent la combinaison fluidique dont ils se servent pour produire des apparitions intelligentes.
Les Esprits ont souvent le regard vitré comme celui des somnambules, est-ce un manque de pouvoir ? Ce phénomène disparaît et les yeux deviennent brillants, si les assistants chantent avec ensemble, et ne sont pas venus seulement à un spectacle, on les voit remuer dans leur orbite et percevoir tout ce qui les frappe, chose qui avant leur était impossible. Graduellement, on a pu le faire avec plus de lumière.

A cette séance, l'Esprit Katie ayant attaché Miss Cook sur sa chaise, ordonna avec une voix faible qu'on posât de la cire sur tous les noeuds en y imprimant un ou plusieurs cachets. Cinq minutes après, à l'ouverture du cabinet sur laquelle était braquée la lumière, les phénomènes cités plus haut se répétèrent, et après la séance, les cachets étaient intacts, chacun a pu le constater ; on se refusa le droit d'attacher de nouveau le médium ; une tête, reconnue pour un Parsis apparut flottant dans l'air puis vint un nègre appelé Técumseh. La séance terminée, Miss Cook fut trouvée entransée profondément ; il fallut plusieurs minutes pour l'éveiller.
Nous étant assis, une autre figure reconnue par Miss Cook pour être sa tante, se montra, ayant des dents proéminentes et une mâchoire carrée. A notre demande, cette figure remua la tête affirmativement. D'autres figures apparurent ne présentant pas d'autres particularités ; les phénomènes, leur formation, fatiguaient beaucoup le médium tout en étant très difficiles à réaliser par les Esprits. »

 Le médium Florence Cook