Un cas de désobsession

le .

obsession

Ce mois-ci, nous vous présentons un cas de désobsession, sujet qui a été présenté au symposium de Liège des 3 et 4 mai 2003.

Voici le récit d'un cas de désobsession ayant eu lieu au Centre Spirite Lyonnais : "Au cours d'une de nos séances d'aide spirituelle, nous avons accueilli un homme d'une quarantaine d'année et se prénommant Jean Michel.
Les Etats-Unis et le monde ont eu le 11 septembre 2001 avec leur avant et leur après, le Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec a eu son 19 octobre 2002. Ce samedi 19 octobre 2002 nous avons vécu dans notre centre une expérience nouvelle et très enrichissante pour chacun d'entre nous.

L'histoire débute le mercredi 16 octobre 2002 en fin d'après midi et le dénommé jean Michel est venu nous trouver afin que nous puissions lui apporter notre aide.
Il nous dit d'abord que c'est sur les conseils d'un prêtre qui avait entendu parler de notre centre, qu'il nous a contacté par le biais d'Internet.
Jean Michel a beaucoup travaillé dans des pays étrangers et notamment en Afrique où il croyait avoir contracter une maladie.
Il souffre depuis de nombreuses années de démangeaisons sur tout le corps. Il n'y a pour autant aucune irruption cutanée externe apparente.
Il procédait régulièrement à une désinfection de sa literie et dormait souvent à même le sol. Il avait même parfois beaucoup de mal à supporter ses vêtements. Sa femme et sa fille commençaient également à ressentir les mêmes symptômes depuis quelques mois et leur vie de famille était de plus en plus perturbée.
La médecine, les psychologues, les psychiatres, les magnétiseurs en tout genre n'ont rien pu faire pour lui et il avait de plus en plus de difficultés à supporter son état.

C'est dans ces circonstances et ne sachant plus à quel saint se vouer qu'il est venu nous demander de l'aide sans avoir aucune notion de ce qu'est le spiritisme et du monde des esprits qui nous entoure.
Après avoir pris en aide spirituelle les différentes personnes que nous avions en fiche, nous demandons à Jean Michel de venir à la table afin que nous le magnétisions.
Plusieurs médiums ressentent que Jean Michel est sous l'emprise de un et peut être même deux esprits. Nous constaterons plus tard qu'en fait, il y en avait quatre.
Le lien de ces esprits avec Jean Michel était en relation avec une vie antérieure.
Leur objectif, comme souvent, était de se venger d'une situation passée, en faisant souffrir Jean Michel et sa famille et en créant la désunion entre eux. Devant la souffrance de cet homme nous décidons de le faire revenir avec sa famille deux jours plus tard le samedi 19 octobre.

Une réunion spécifique est organisée : une quinzaine de médium sont présents.
Jean Michel, sa femme et sa fille s'assoyent en face de nous, trois médiums sont désignés afin de les magnétiser.
Comme pour toutes nos réunions une prière tirée de l'évangile selon le spiritisme est lue.
Le président de séance demande à chacun d'être vigilant et en harmonie avec le groupe.
Puis il s'adresse au Frère Jean de la Lumière afin qu'il dirige l'un des esprits vers un médium désigné pour faire le travail Bernard.
Notre objectif était de pouvoir dialoguer avec cet esprit.
Il en a été tout autrement.
Un autre médium Marie Laure, non désignée pour travailler, fit une incorporation soudaine d'un esprit refusant la discipline imposée et réagissant à la prière.
Un 3ème médium Stéphane qui magnétisait Jean Michel fit également une incorporation non maîtrisée, c'était de loin le plus méchant et le plus virulent.
Tout ce beau monde se mit à parler :

Je vais vous donner quelques extraits de ce dialogue
Marie Laure : Premièrement ce n'est pas à vous de décider par qui on va parler.
Stéphane : Deuxièmement, on n'a rien à vous dire à vous, laissez nous tranquille

Un autre médium Catherine est chargé de leur répondre et tente de les raisonner.
Stéphane : Vous vous croyez forts parce que vous êtes unis, hein ! Mais vous verrez ce soir quand chacun d'entre vous sera seul, on viendra tous vous voir et vous persécuter. Vous ferez moins les fiers. J'en vois parmi vous qui ont peur.
Bernard : Oh ça suffit, tu m'agaces, Si ça se trouve elle a raison, j'en ai marre d'embêter ces gens. Ca nous mène à rien.
Stéphane : Tais toi laisse toi pas embobiner par ses sermons. On restera tous les quatre ensembles quoiqu'il arrive.
Bernard : Non
Stéphane : Couillon , crédule tu vas rester avec nous.
Catherine : Tu vois cher frère , tu parlais d'unité, il semble que vous n'êtes pas aussi unis que ça.
Stéphane : Vieille chouette.

Je tiens à vous signaler quand même que ce n'est pas le vocabulaire habituel employé par les médiums de notre centre.
Voyant que nous n'arriverions à rien devant un tel chaos, une prière est dite pour mettre fin à la réunion.
Marie Laure et Bernard étaient dégagés des esprits qui les incorporaient, seul Stéphane avait encore quelques convulsions et la respiration haletante. Après quelques minutes il retrouve l'entière possession de ses facultés.
Nous pensions être sortis d'affaire , lorsque deux autres médiums présentent à leur tour, tous les symptômes d'une incorporation.
Un esprit s'en prend maintenant à Maxence. Il est pris de violents tremblements, il serre les points, et se recroqueville sur lui-même. Il était terrorisé et se sentait enfoncé dans le sol. Un autre esprit s'en prend à Véronique qui se met à hurler et à se rouler par terre.
Nous mettrons une bonne demi heure pour sortir les deux médiums de cet état.

Les moyens

D'ordinaire un peu d'eau magnétisé, voire une bonne claque permet au médium de se dégager. Dans notre cas, pas moyen.
Pour Maxence il fallait le sécuriser, et pour cela on lui a demandé de faire appel à son guide pour qu'il lui apporte sa protection.
Pour Véronique, ce fut la prière et la pensée de sa famille proche, son mari et ses enfants qui lui permirent de se détacher de cet esprit obsesseur.
Dans les deux cas ce fut la douceur et le dialogue avec ce qui restait de conscient dans les pensées du médium qu'il fallut aller chercher.
Après la réunion nous sommes restés un long moment ensemble pour discuter de ces évènements, en tirer les enseignements car notre travail n'était pas terminé.

La première règle, c'est le président de séance qui dirige la réunion et les médiums ne doivent prendre la parole que si un travail leur est demandé. C'est une discipline a respecté impérativement.
Ce jour-là les médiums présents n'étaient pas tous suffisamment expérimentés, ils n'ont pas su se protéger contre les agressions des esprits et ils ont manqué de discernement. Egalement tous les médiums doivent être unis par la pensée et les sentiments, la notion de groupe est indispensable.
Nous avons expliqué à cette famille ce qui s'était passé. Que les esprits obsesseurs étaient toujours là et que nous ne pourrions pas les aider si eux même n'en prenaient conscience et n'en avaient pas la volonté.
Nous leur avons demandé impérativement :
- De se spiritualiser par l'étude de la doctrine spirite.
- De se retrouver tous les trois au moins une fois par jour et de prier pour être libérer de ces esprits.
- De faire leur examen de conscience afin de supprimer les affinités qu'ils pourraient avoir avec ces esprits.
S'il ne faisaient pas cet effort nous ne pourrions et nous ne ferions plus rien pour les aider. Ils acceptèrent le contrat et chaque membre de notre groupe se mit en prière pour eux et pour les esprits perturbateurs. Nous nous séparâmes sur ces bonnes paroles.

Et dès le soir même et dans les semaines qui suivirent plusieurs d'entre nous furent visiter et perturber de jour comme de nuit par ces esprits.
- Soit par des symptômes physiques violents maux de têtes, agressivité, symptôme d'infarctus…..
- Soit par des agressions verbales tel Maxence rentrant chez lui et entendant : " Ah ! te voilà je t'attendais, on va bien s'amuser "
L'élévation de nos pensées, l'appel de notre guide spirituel, du Frère Jean de la Lumière, le guide de notre centre, des prières et des lectures spirites étaient les seuls remèdes efficaces contre ces nouveaux et encombrants compagnons.
Une communication permanente entre nous permettait de nous soutenir et de connaître l'évolution de la situation de chacun.
Nous avons attendu deux semaines avant de demander aux guides de notre centre de nous permettre de dialoguer de nouveau avec l'un de ces esprits. Seuls les médiums confirmés purent assister à cette réunion et à celles qui suivirent.

Quatre réunions furent nécessaires pour moraliser ces esprits, les décider à se repentir et suivre les Frères Spirituel qui venaient les chercher pour les guider sur le chemin qui mène à Dieu.
Les deux premiers qui nous furent envoyés ont été les plus faciles à décider.
A chaque fois une prière particulière et dirigée vers l'esprit était dite, destinée à le sensibiliser sur ses actes et ses conséquences. Les deux suivants, les plus retors et les plus arrogants se sont retrouvés isolés et en désaccord. Ils ont fini par accepter de libérer cette famille et de poursuivre la route de leur progression spirituelle. Ils sont tous partis en demandant pardon aux médiums et à la famille qu'ils avaient obsédés.
Ce travail, cette mission qui nous a été confiée, a pu se réaliser pour plusieurs raisons : les obsédés ont pris conscience de ce qu'il leur arrivaient. Ils ont eu la volonté de changer leur comportement, de prier, de faire un pas vers la spiritualité et l'Amour de Dieu, le groupe de médiums et l'ensemble des adhérents sont restés pendant toute la durée de cette épreuve unis et confiants. Les prières de tous ont été entendues et jamais nous ne nous sommes sentis en danger.
Je noterai également que aucun de nos adhérents n'a quitté le groupe suite à ces manifestations. Et surtout, durant toute cette période nous avons demandé et nous avons été sous la protection des guides de notre centre sans lesquels nous n'aurions rien pu faire.
Nous avons constaté au fil des réunions l'influence qu'ils avaient eu auprès de ces esprits pour les rendre plus dociles et nous faciliter notre travail.

Cette expérience a été bénéfique pour nous tous. Chacun a retenu les leçons et les enseignements qui s'imposaient. L'union de notre groupe a été déterminante dans l'aboutissement de ce travail que nous avons mené a bien. De tous les médiums qui ont vécu cette expérience, aucun n'a quitté le groupe.
Jean Michel progresse sur le chemin de la spiritualité et assiste régulièrement à nos activités.
Nous avons tous ressenti plus profondément encore les liens qui nous unissent à nos guides, à nos Frères spirituels de l'au delà."

 l'union

"Et c'est en travaillant en harmonie et en confiance entre nous et avec foi avec eux que nous pourrons avancer et progresser sur le chemin du Spiritisme."