Quand les Esprits gouvernaient le Canada

le .

William Lyon Mackenzie King

Ce mois-ci, nous vous présentons Quand les Esprits gouvernaient au Canada C'est le titre d'un article, extrait de l'hebdomadaire Lectures pour Tous n°83, écrit par Desmond Stone, dans lequel il est question des convictions spirites de William Lyon Mackenzie King, qui fut, pendant vingt-et-un ans, premier ministre du Canada

" En dépit des son goût pour le spiritisme, ou peut-être à cause de lui, King était un géant au milieu des autres chefs de gouvernement. Certains diront peut-être que, si c'est sa croyance en l'Au-delà qui lui avait donné l'autorité et la prescience dont il a fait preuve en gouvernant si habilement le Canada, les autres chefs d'Etat gagneraient à participer à des séances de spiritisme pour entrer en contact avec les défunts.
Si la plus grande discrétion entoura les tentatives de l'homme d'état pour soulever le voile de la mort, Desmond Stone paraît cependant avoir pénétré le secret de cette vie :
King s'est intéressé au spiritisme parce qu'il était très isolé. Vers la fin de sa vie, comme presque tous ses parents et amis intimes étaient morts, il avait demandé au surnaturel la compagnie et l'appui moral dont il ressentait un si grand besoin. Geraldine

C'est ainsi qu'il obtint des messages de l'Au-delà par l'entremise de Miss Géraldine Cummins, l'un des plus remarquables médiums anglais utilisant l'écriture automatique.
Voici un exemple que nous donne Desmond Stone, assurant que le sujet n'eut aucune idée de l'identité de son visiteur :
Il y a plusieurs personnes qui ont envie de parler à Mac (King). Je vois que Franklin (Roosevelt) a pris avec lui deux dames. Ce sont les tantes de Mac, Tissy et Pussy…
Il y a ici un esprit délicieux que nous appelons la Dame de la Nuit. C'est la mère de Mac, et une partie de sa tâche consiste à libérer les âmes de leurs corps mourant.
La mère de King prend alors la parole " Mon très cher enfant, ma joie et mon orgueil, le meilleur des fils, je tiens à te gronder à cause de ta santé. Ensuite, tu parleras affaires avec Franklin… ".
Le reste du manuscrit était presque entièrement consacré au message de Franklin Delano Roosevelt. Miss Cummins, qui n'était pas au courant des liens d'amitié entre King et Roosevelt, avait couché sur le papier des détails, des surnoms et des secrets familiaux que personne en dehors des King et des Roosevelt n'aurait pu savoir. Convaincu, King prêta une grande attention au message de Franklin Delano Roosevelt.
Suivent diverses données de caractère politique, qu'il ne nous semble pas utile de retenir, estimant d'ailleurs que l'article entier aurait mérité d'être reproduit ici, ce qui ne nous semble pas permis, aussi invitons-nous nos lecteurs à se procurer ce numéro de Lectures pour Tous.  Helen Hughes

Mais, si nous poursuivons notre analyse, nous apprenons qu'un autre médium anglais renommé, avec lequel notre directeur M. Hubert Forestier eut, de son côté, l'occasion de travailler dans son pays, Mme Helen Hughes, fut également pour Mackenzie King un instrument de valeur pendant quatorze ans. Pour sa part, elle a confié à Desmond Stone son regret que le premier canadien ait exigé de conserver sous enveloppe les communications de l'Au-delà, ajoutant avec raison : " Il aurait pu faire tant pour la cause du Spiritisme, me dit-elle. Je ne comprends pas pourquoi il les gardait sous clef ".
A cette objection, Desmond Stone répond, logique : " La raison en est évidente pour quiconque connaît les mœurs de la politique. Si jamais ses ennemis avaient eu vent de son intérêt pour le spiritisme, le premier ministre et son gouvernement auraient été renversés instantanément. Voyez ce que l'opposition aurait pu faire avec un slogan comme : " Nous sommes gouvernés par des revenants ! ".
Mme Helen Hughes a aussi révélé à Desmond Stone : " M. King m'a fait un jour un grand compliment, il m'a dit : " Mrs Hughes, je veux vous remercier pour tous vos bons offices. Je me rappellerai toujours ma première séance avec vous. Mon frère, qui était médecin, est venu, m'a parlé, a dit qui il était et ce qu'il était. Vous ne me connaissiez pas et, pourtant, c'était bien mon propre frère qui s'adressait à moi. Ma mère est venue et elle m'a parlé des choses que je faisais autrefois à la maison. Oh, j'ai été amplement éclairé. Les gens qui n'ont pas connaissance du monde de l'Au-delà n'ont pas commencé à vivre ! ".
Commentant cette confidence, notre journaliste interroge : " Jusqu'à quel point cette " voyance " servait-elle à King pour diriger le Canada ? On l'ignore, mais il est certain que le premier ministre prit bon nombre de décisions illogiques sur le moment et qui étonnèrent son cabinet quand elles se révélèrent par la suite étrangement opportunes ".
Enfin Desmond Stone, conclut son article par une sorte d'interview de Mme Helen Hughes qui eut, depuis sa libération terrestre, la possibilité de joindre le Premier Canadien : " Je demandai au médium si elle se rappelait ce que King lui avait dit au cours de sa dernière apparition ".
Elle répondit : " Je lui avais demandé comment cela se passait pour lui et il a dit : " Très bien, merci. Beaucoup mieux dans ce monde-ci que dans celui que j'ai quitté ".

billet de 50 dollars canadien William Lyon Mackenzie King