Troubles du comportement, la vision spirite

le .

Troubles du comportement, la vision spirite

Ce mois-ci, nous vous présentons une étude réalisée par Jorge Hessen sur les Troubles du comportement, la vision spirite. Si l’on se envisage la vie du point de vue de l'éternité, on comprend que si l’on souffre aujourd’hui, ce n’est qu’une moment de notre vaste existence. La croix que nous supportons, même si elle semble lourde, peut être portée lorsque l’on a confiance en Dieu. Alors, tout effort est récompensé et, selon la loi divine, il n'existe pas d'épreuves injustes.

La jeune britannique Sarah Green

Depuis l’âge de 11 ans, elle aime écrire dans son journal intime les difficultés qu’elle affronte au quotidien. À 17 ans, elle est internée dans une unité de traitement psychiatrique, en Angleterre, pour y être soignée mais elle finit par se suicider en s’automutilant.
Avant d’être internée, Sarah est victime d’harcèlement scolaire. Cela l’a conduit à s’auto-flageller pour tenter d’en libérer. Elle considère que ses camarades ne l’acceptent pas, qu’ils la haïssent. Sarah n’arrive pas à comprendre comment elle a pu en être affectée au point de n’avoir plus aucune estime d’elle. Lorsqu’elle est internée, les automutilations se s’aggravent. Le cas de Sarah n’est pas unique. Les services de santé mentale, que ce soit au Royaume-Uni ou dans d’autres pays, montrent leur impuissance lorsqu’ils sont confrontés à des enfants ou à des adolescents porteurs de tels troubles du comportement.

Les TPB

Ces actions associés aux troubles psychologiques sont appelés troubles de la personnalité borderline ou TPB et sont classés par le psychanalyste Adolph Stern en tant que pathologie à mi-chemin entre la neurose et la psychose, engendrant un dysfonctionnement du métabolisme cérébral, désintégrant l’ego et engendrant un sentiment de perte désespérant.
La littérature spécialisée relève que les symptômes du trouble de la personnalité borderline apparaissent habituellement au cours de l’adolescence et perdure une dizaine d’années dans la majorité des cas. Les personnes victimes de ce trouble ressentent un besoin irrépressible de s’auto punir du fait de leurs échecs et de leurs frustrations personnelles durant leur vie quotidienne. Les chercheurs pensent qu’une origine génétique associée à des facteurs traumatisants durant l’enfance ou l’adolescence, peuvent être la cause des TPB.

Le comportement

Une personne, ayant un trouble de la personnalité borderline, ressent un soulagement émotionnel chaque fois qu’elle se mutile. Parmi les blessures fréquentes, on trouve : se donner des coups de poings, se sangler, se pendre quelques instants, se mordre, s’étendre ou se rouvrir ses plaies, s’arracher les cheveux, se brûler, se taillader volontairement avec des objets aiguisé, se pincer, ingérer des produits corrosifs et des objets, s’empoisonner par overdose de médicaments ou de produits chimiques sans intention suicidaire, se taper la tête contre les murs, se donner des coups de poings sur des surfaces dures.

La vision spirite

La science classique ne parvient pas à comprendre clairement les causes de ces troubles et la psychiatrie reste prisonnière des limites du cerveau. En tant que spirites, nous savons que le cerveau n’est pas la source essentielle des pathologies mentales mais seulement l’extériorisation de l’effet de la maladie.
L’Esprit qui habite le corps physique est à l’origine de bien des énigmes pathologiques de la psyché. En analysant rationnellement la loi de la réincarnation, on peut expliquer les causes actuelles des maladies. La loi de cause à effet aide à comprendre que la vie présente est le reflet de ce que nous avons été jusqu’à aujourd’hui, ce qui inclut nos expériences passées. Ces troubles, apportant la souffrance tant au malade qu’à sa famille, sont une répercussion des déviances morales ayant eu lieu lors d’existences passées. Ce sont une expiation ou une épreuve pour les parents qui ont pu être les complices des fautes commises par ces malades.

La loi de cause à effet

Le germe de la maladie mentale se trouve enregistré dans le périsprit de l’incarné. Pendant la conception, l’Esprit imprime avec l’aide des Esprits supérieurs, dans les molécules de l’ADN, de son nouveau corps physique tous ses besoins pour se grandir. Ce sont des legs apportés et bâtis par l’Esprit lui-même, qui modélise son sort à venir. S’il a un désir sincère de réparer ses erreurs, il sera soutenu par des Esprits protecteurs afin de mener à terme sa mission. Par conséquent, la genèse de la névrose la plus simple à la démence, l’hystérie, l’anxiété morbide ou la schizophrénie est toujours spirituelle.

La guérison

Il faut comprendre que la guérison intégrale de ces pathologies est très difficile parce que cela relève du plan de réincarnation de l’esprit. Cependant, la douleur, tant pour le malade que pour la famille, peut être adoucie si les personnes liées au drame ont la certitude que Dieu ne fait pas peser sur les épaules un fardeau trop lourd. La résignation, la prière et la foi apporte l’aide qui permet de supporter. Du point de vue spirite, la thérapie du traitement est essentiellement préventive pour éviter l’exaspération et le découragement.
La connaissance de soi, la recherche constante de la réforme intime et la transformation personnelle de chaque personne concernée sont des moyens efficaces de regagner la santé psychique de tous, puisque chacun d’entre nous peut potentiellement tomber malade.