Fluides et pensées

le .

Fluides

Ce mois-ci, nous vous présentons Fluides et pensées. Les pensées semblent avoir une influence sur nous et sur notre environnement. Par elles et notre volonté, nous pouvons attirer à nous des fluides. Quelles sont leurs influences ? Dans ce sujet, nous parlons des travaux du docteur Emoto ainsi que de deux expériences réalisées sur des plantes.

« Les Esprits nous enseignent que nous devons toujours conseiller aux malades d’utiliser des passes magnétiques et de l’eau fluidifiée » expliquait Marlène Nobre lors d’un échange au dernier congrès médecine et spiritualité avec Jean-Paul Evrard (président du mouvement spirite francophone) et le docteur Jean-Jacques Charbonier (médecin anesthésiste réanimateur).
L’eau magnétisée est en effet une puissante aide qui nous est offerte par nos frères de l’au-delà ; aussi, nous avons voulu vous présenter les recherches faites par le chercheur japonais Masaru Emoto - docteur en médecine alternative, président de l’institut I.H.M. - qui s’est intéressé aux effets du hado sur l’eau.
Au Japon, le terme hado signifie onde vibratoire ou vibration. Ce mot existe depuis des siècles, mais on l’utilise dans des domaines aussi variés que la philosophie, la science ou la physique quantique. Récemment, cette définition s’est élargie au domaine spirituel pour désigner les pouvoirs de guérison.
Si on analyse ce concept avec ce que nous enseigne la doctrine spirite, on peut établir un parallèle entre le hado et ce que nous nommons les fluides. Ils existent autour de nous et imprègnent chaque être.
Le docteur Masaru Emoto a trouvé un moyen de photographier la structure des cristaux d’eau congelé et a fait une série d’expériences avec différentes types d’eau chargées ou non de différentes formes de pensées pendant un certains laps de temps.
Les résultats obtenus semblent montrer que la structure du cristal est anéantie avec l’émission de pensées peu élevées tandis que les cristaux qui auront reçu des pensées d’un niveau vibratoire plus élevé, ont une structure plus élaborée et plus régulière.

Quelques exemples de photographies issues de cette expérience

 eau congelée ayant été soumis à des pensées de guerre

Photographie de cristaux d'eau congelée ayant été soumis à des pensées de guerre

 eau congelée ayant été soumis à des pensées de paix

Photographie de cristaux d'eau congelée ayant été soumis à des pensées de paix

 eau congelée ayant été soumis au mot idiot

Photographie de cristaux d'eau congelée ayant été soumis au mot idiot

 eau congelée ayant été soumis au mot merci

Photographie de cristaux d'eau congelée ayant été soumis au mot merci

Pour ceux qui souhaitent étudier les travaux de Mr Emoto, ils peuvent également trouver d’autres photos sur ce diaporama.
Toutefois, les expériences de Mr Emoto ne sont pas encore reconnues par la communauté scientifique car elles ne sont pas réalisées suivant le protocole expérimental en double aveugle qui permet notamment de calculer le risque alpha. De manière simplifiée, le risque alpha correspond au niveau de confiance que l’on peut associer aux tests réalisés et donc aux résultats obtenues.

En tant que spirite, nous savons que par nos pensées, nous pouvons façonner notre environnement et attirer à soi des fluides plus ou moins épurés. En conséquence, chaque type de pensées se chargera de fluides. Dans cette même idée, quelques expériences ont été réalisées par des amateurs après avoir vu les travaux du docteur Emoto.

Effet du langage sur la conservation de riz

L’expérience en question consistait à mettre du riz cuit dans deux pots en verre identiques. Chaque jour, l’expérimentateur a dit « Merci » à l’un et « Idiot » à l’autre, et cela pendant un mois. A la fin de l’expérience, le riz auquel il avait dit « Merci » avait légèrement fermenté et dégageait une odeur de riz doux malté (pot de droite sur la photo), tandis que le riz auquel il avait dit « Idiot », était devenu noir, avait pourri et dégageait une odeur forte et nauséabonde (pot de gauche sur la photo). Plusieurs personnes ont refait cet essai et ont témoigné de résultats similaires.

 Photographie de riz

Photographie de riz

On pourrait être amené à croire d’un point de vue spirite que l’action des fluides imprégnés par une pensée négative « Idiot » a catalysé le développement bactérien dans le riz, contrairement au pot influencé par l’action de fluides imprégnés de pensées positives « Merci ».
Il serait intéressant d’avoir d’autres détails sur ces expériences et de réaliser des compléments pour aller plus loin dans la compréhension cette action :
Est-ce que les pots ont été correctement stérilisés ?
Est-ce que les conditions de température et de lumière était similaires pour les deux pots et de nature constante ; certaines conditions pourraient favoriser le développer de certaines bactéries ou au contraire inhiber le développement d’autres bactéries ?
Refaire cette expérience en contrôlant l’environnement et avec un nombre de dupliquas suffisamment important pour permettre de conclure.
Refaire l’expérience mais avec de simples mots prononcés à voix haute, en faisant l’effort de penser à autre chose et au contraire de focaliser les pensées sur les pots mais sans prononcer les mots à voix haute, etc.

 

Effet du langage sur la croissance de plantes

Une expérience similaire a été réalisée sur des plants de tournesol que l’on a fait pousser avec de l’eau sur laquelle il a été dit « Merci » ou « Idiot ».
Voici comment cela se met en place :
Placer les deux pots sous les mêmes conditions environnementales,
Parler aux plantes, ne pas seulement les mettre sous l’influence des mots écrits,
Arrosage avec 200cc d’eau chaque matin et chaque soir.

Au fil du temps…

2 Juin : Mise en place des pots et des bouteilles utilisées pour arroser les plantes, on a écrit « Merci » sur un lot et « Idiot » sur l’autre lot.
20 Juin : Le pot « Merci » a germé.
22 Juin : La pousse du pot « Idiot » sort.
25 juin : Les feuilles du pot « Merci » commencent à devenir arrondies. Les feuilles du pot “Idiot” sont alors hérissées de pointes.
28 Juin : Les pousses du pot « Merci » sont grandes. Les feuilles du pot « Idiot » sont courbées et trouées.
2 Juillet : Les pousses « Merci » commencent à avoir de la « fourrure » sur les tiges et continuent de croître. Les feuilles « Idiot » sont froissées.

 Photographie d'une coupe de tiges au microscope

Photographie d'une coupe de tiges au microscope. A gauche : dessin d’une coupe transversale d’une tige « Merci », A droite : dessin de la coupe transversale d’une tige « Idiot ».

Les fibres sont plus étroitement reliées dans le dessin de la tige « Merci » tandis que le dessin de la tige « Idiot » ont des espaces importants et déformés entre les fibres.
Une autre différence entre ces deux pots à l’issu de l’expérience concerne les racines des plantes : le chevelu racinaire est plus développé pour les plants « Merci » que pour le plant « Idiot ».

Photographie de racines

Photographie de racines : à gauche, chevelu racinaire du plant « Merci » ; à droite, chevelu racinaire du plant « Idiot »

Durant cette expérience, les expérimentateurs en voyant les plants « idiots » péricliter, se sont sentis désolés et ont souhaité que ces plantes fleurissent aussi et ne meurent pas. Et effectivement les plants ont fleuri et ne sont pas morts.
Tout comme pour l’expérience du riz, il faudrait pouvoir refaire ces expériences avec un nombre de dupliquas suffisants et dans des conditions environnementales contrôlées pour pouvoir conclure de manière plus fiable sur ces résultats.
En conclusion, il semble que la pensée projetée engendre des différences entre les pots « Idiot » et « Merci » et comme pour l’eau, l’action positive modifie la structure et le devenir des objets.

Sur un plan plus universel, on peut dans le même ordre d'idées, poser ses pensées sur l’avenir avec des questions comme celle-ci : que pouvons-nous laisser aux future générations si nous avons peur de l'avenir ?