Voyage spirite au Brésil - Episode 3

le .

Voyage spirite au Brésil

Ce mois-ci, nous vous présentons le Voyage spirite au Brésil - Episode 3 - Rio de Janeiro. Après avoir visité la capitale économique du Brésil, destination Rio de Janeiro. Cette ancienne capitale du Brésil est restée la capitale culturelle du pays et demeure aujourd’hui encore un symbole fort de la représentation du Brésil à l’étranger.

 Copacabana

Tout en profitant de la beauté unique de cette ville, entre montagnes et les célèbres plages de Corcovado et de Copacabana, nous nous dirigeons vers le Centro Espírita Léon Denis situé assez loin dans la périphérie de cette ville de 10 millions d’habitants.
Avec ses 2 000 adhérents et 200 médiums, ce centre nous a été indiqué comme un exemple d’organisation, c’est bien le cas : dans un large bâtiment de deux étages, sont regroupés de nombreuses salles d’études, des salles pour la pratique médiumnique, une crèche, une école, une cuisine, une salle de restauration, une maison d’édition de livres spirites, trois salles de conférence dont une accueillant 500 personnes.
C’est justement le début d’une nouvelle conférence, celle-ci est retransmise au moyen de télévision dans les 3 salles ainsi que dans les couloirs. Malgré cela, impossible d’y assister ! Les salles de conférences sont déjà pleines depuis notre arrivée et les télévisions dans les couloirs sont prises d’assaut. C’est environ 1000 personnes qui assistent à la conférence, il y a ainsi plusieurs conférences chaque jour et notre guide nous informe que la fréquentation est toujours aussi élevée.

 Local des Editions

Nous devons donc rebrousser chemin et nous nous rendons rua Souza Valente, au siège du département éditorial de la FEB – Federação Espírita Brasileira. Cette fédération qui regroupe les centres spirites à travers tout le Brésil est l’équivalent brésilien de L’Union Spirite Française ou du Mouvement Spirite Québécois. Ici, une centaine de salariés travaillent à l’édition des 400 livres édités par la FEB ainsi qu’à sa revue : Reformador.

C’est par le fruit du hasard que nous découvrons au 34 rua dos Invalidos, un immeuble d’une dizaine d’étages : Lar Fabiano de Cristo. Ce foyer spirite regroupe dans ses locaux la Société d’édition Lorenz, société qui traduit et édite des livres spirites en Espéranto. Nous avons déjà pu remarquer que l’Espéranto, langue internationale, est enseignée dans de nombreux centres spirites au Brésil. Ce que les espérantistes appellent « l’idée interne » de l’Espéranto est effectivement très proches des aspirations des spirites : établir, par le moyen d’une langue neutre, une communication fraternelle entre tous les êtres humains.
C’est aussi dans ces locaux qu’est éditée SEI – Serviço Espírita de Informações. Cette revue consacrée à l’actualité du mouvement spirite international est envoyée gratuitement à travers le monde en portugais, espagnol, anglais et bien sûr espéranto.
Enfin et surtout, cet immeuble est le siège de Capemi. Il s’agit d’une mutuelle créée en 1958 par quelques spirites. Quel rapport avec le Spiritisme ? Les bénéfices de cette société sont reversés à des œuvres caritatives et notamment aux logements sociaux.
Cette mutuelle, qui compte aujourd’hui 500 000 adhérents et plus 1 100 salariés et bénévoles, a déjà acheté à travers le Brésil assez de logement pour loger 50 000 personnes et subventionne le logement de 10 000 autres grâce à divers partenariats.
Il est a noté que, contrairement aux autres communautés religieuses au Brésil, les œuvres sociales spirites sont offertes à tous, sans jamais demander qu’elles sont les convictions de chacun.

 Le musée de Niterói

Lorsque les explorateurs portugais découvrent la baie de Guanabara en janvier 1502, ils pensent avoir découvert l’embouchure d’un fleuve et ils nommeront Rio de Janeiro (fleuve de Janvier) la ville qui sera fondée.
Il s’agissait en fait d’une baie, et l’on trouve aujourd’hui en face de Rio de Janeiro, de l’autre côté de la baie, la ville de Niterói, relié à la métropole par le gigantesque pont Rio-Niterói.
Niterói est une ville de 500 000 habitants surtout connu pour son célèbre Musée d’art contemporain réalisé par Niemeyer. Elle offre des plages et des lagons qui n’ont rien à envier à ceux de Rio de Janeiro.
Niterói nous a surtout étonné par l’activité de ses spirites, au nombre de 30 000, et par la dimension culturelle qu’ils ont réussi à donner au Spiritisme dans cette ville.
En effet, une loi municipale a instauré une « journée du livre spirite » tous les 18 avril. Profitant de l’opportunité, offerte par cette journée, d’avoir accès aux espaces culturels publiques et privés, le CEUNIT (Conselho Espírita de Unificação de Niterói) a mis en place le Premier Mois de la Culture Spirite en avril 2004. De nombreux événements spirites furent alors organisés : une exposition « Allan Kardec et le Spiritisme », une foire du livre spirite, plusieurs représentations théâtrales des pièces « Vies Passées » de Renato Prieto et « O Cândido Chico Xavier ». Ce mois de la culture spirite fut aussi l’occasion de commémorer une place Allan Kardec à proximité de la plage de Piratininga, un quartier en plein développement. Un dolmen fut érigé au centre de la place avec un portrait en bronze d’Allan Kardec dont la reproduction a été érigée en décembre 2004, rue Sala à Lyon où est né Allan Kardec. Déjà en 2002, l’avenue n°9 de Niterói avait été renommée Avenue Bezerra de Menezes et la route entourant le lagon Piratininga rue Chico Xavier.
On l’aura compris : les spirites de Niterói réussissent amplement à diffuser la culture spirite à tous leurs concitoyens. Prochain projet ambitieux : la construction d’un centre culturel spirite en centre ville à proximité du Musée d’art contemporain.

 Une rue au nom de Chico Xavier

Les jours passent vite au Brésil et il est malheureusement déjà temps de rentrer. Après trois semaines dans ce pays fabuleux on comprend pourquoi le mot saudade - ce mot exprimant la nostalgie du pays - n’existe que dans la langue portugaise. En quittant ce pays et après avoir vu tant d’institutions spirites complètement ignorées en Europe ou en Amérique du Nord, on s’interroge : comment se fait-il que les médias n’évoquent jamais ce sujet ?
Le Brésil est à la mode et les reportages divers sur ce pays ne manquent pas. Il est parfois question de l’Eglise Universelle ou des rites de la macumba ou du candomblé mais jamais du mouvement spirite.
Et pourtant, pour qui connaît le Brésil, difficile de cacher les 10 000 centres spirites répartis sur tout le territoire, difficile de taire l’influence d’Allan Kardec dont les livres se sont déjà vendus ici à 30 millions d’exemplaires, difficile de ne pas entendre parler du célèbre médium Chico Xavier, nominé pour le prix Nobel de la Paix en 1981. Et d’une manière générale, dans le reste du monde, difficile d’expliquer le silence des médias sur la révélation spirite et tout particulièrement en France pays natal d’Allan Kardec dont la seule information avouable est que sa tombe est la plus fleurie du cimetière du Père-Lachaise.