Voyage spirite au Brésil - Episode 2

le .

Voyage spirite au Brésil

Ce mois-ci, nous vous présentons la suite du voyage de trois spirites, deux québécois et un français, à travers le Brésil « spirite » et s'intitule Voyage spirite au Brésil Episode 2 – São Paulo. Nous voici de retour à São Paulo. Fondée en 1554, cette ville ne comptait que 30 000 habitants en 1870 ! C’est aujourd’hui une immense mégalopole de 18 000 000 d’habitants, capitale économique du Brésil, mais aussi premier foyer spirite de la planète : l’état de São Paulo rassemble environ un million de spirites réparties dans 3 000 centres.

 Centre spirite au Brésil

Notre première visite ici sera le centre spirite Cairbar Schutel dirigé par Marlene Nobre. Au rez-de-chaussée, le centre tient une librairie spirite qui donne sur la rue, ainsi qu’une grande salle de conférence pouvant accueillir près de deux cents personnes. C’est au sous-sol que la revue Folha Espírita est éditée. Cette revue, éditée à 8 000 exemplaires chaque mois, est notoire dans le mouvement spirite brésilien.
Le centre est bien sûr ouvert presque tous les jours. Nous sommes mardi et c’est le jour de l’assistance fraternelle. A partir de 19 heures, quatre médecins reçoivent chacun des personnes aux problèmes divers lors d’entretiens personnels de quelques minutes chacun ; c’est ainsi que 26 personnes seront prises en charge ce jour. Puis, à partir de 20 heures, une série de quatre conférences de quinze minutes chacune vont commencer, précédées et suivies d’une prière, jusqu'à 21 h 30.
Durant les conférences, deux médiums psychographes vont recevoir des messages pour les personnes reçues et d’autres inscrites préalablement. Comme nous en avions entendus parler à Uberaba, les deux médiums psychographes restent cacher du public lors de leur travail afin que les messages restent impersonnels. C’est ainsi entre quarante et cinquante messages psychographiés seront distribués directement aux personnes concernées afin de respecter leur intimité. Ces messages, émis par les guides spirituels de chaque personne ou une personne connue ou les guides spirituels de l’équipe psychographique donnent des conseils divers : commencer ou modifier un traitement médical ou psychologique, étude de la philosophie spirite pour améliorer la compréhension de la situation de chacun, indication sur le type de traitement spirituel le plus adapté, protocole de prescription pour les passes magnétiques, etc… Il est à noter que ces messages ont souvent, quand le cas traité le permet, un caractère éducatif conduisant la personne à sa propre prise en charge.
Ensuite, une dizaine de médiums du groupe vont magnétiser les participants : dix médiums magnétisent dix personnes, les dix médiums s’échangent leurs places réciproquement afin que chaque personne soit magnétisée par chacun des médiums. Cette méthode peut paraître intrigante au premier abord mais elle est dans la même logique que pour les messages impersonnels : elle permet en cas de guérison d’éviter d’identifier quel médium en a été la cause afin d’éviter que celui-ci ne puisse être la proie d’Esprits trompeurs venant flatter son orgueil. Le Brésil a ses raisons d’être aussi prudent : on ne compte plus les médiums qui, accomplissant des phénomènes médiumniques extraordinaires, se sont laissés entraîner à se croire investi d’une mission particulière ou à être meilleurs que les autres, et qui ont finalement desservit le Spiritisme.
Impressionné par l’organisation et la qualité du travail de centre, nous revenons le lendemain à 18 h 50 pour assister à la séance de désobsession. Ces séances ressemblent à s’y méprendre aux même séances organisées au Centre Spirite Allan Kardec de Montréal, « la syntonie est la même » remarquent les Québécois. Petite variante : cinq médiums travaillent pour quatre orienteurs et seules trois communications sont prises en même temps, selon la recommandation de l’Esprit André Luiz afin d’éviter une trop grande dépense d’énergie. Encore une fois, l’organisation est exemplaire, en moins d’une heure, c’est plus d’une dizaine d’esprits qui seront réorientés. A 20 h, tout de suite après la réunion commence la séance de « vibration ». Cette séance publique consiste à prier afin d’élever ses propres vibrations, aidées par le monde spirituel. C’est un premier pas vers la réforme intime.

A São Paulo, la plus grande misère côtoie la plus grande pauvreté. Autour de la ville, s’étendent les célèbres favelas. C’est dans l’une d’elles, dans la ville de Diadema, que nous allons visiter la crèche spirite Lar do Alvorecer[1], crèche fondée par le centre spirite Cairbar Schutel. Un couple de spirites nous accompagne en chemin. Nous discutons de travail médiumnique et notamment de la désobsession à laquelle nous avons assistée. Tous les deux participent à ce travail en tant qu’« orienteur ». Le rôle de ces médiums consiste à conseiller et à guider les Esprits désincarnés, à accepter l’aide spirituelle. Ce travail médiumnique est considéré comme l’un des plus difficiles. Si les médiums psychophones ne manquent pas pour laisser s’exprimer les Esprits perdus ou obsesseurs, les médiums « orienteurs » sont plus rares. Pour répondre efficacement quelque soit le cas de l’Esprit, il est nécessaire de réunir de nombreuses qualités : une grande connaissance de la philosophie spirite, beaucoup de respect, d’amour, de tact, de calme, de psychologie, etc… La syntonie de groupe est elle aussi un élément très important : le médium orienteur et le médium psychophone ont tous les deux un rôle actif dans le processus et il est important qu’il existe une bonne syntonie entre les deux.

Marlene Nobre

Nous arrivons à la crèche où nous sommes chaleureusement accueillis de nouveau par Marlene Nobre. Cette crèche créée en 1965 abrite 128 enfants de moins de 7 ans, mais cette crèche fait aussi fonction d’école pour 182 enfants de 7 à 10 ans. De plus des cours d’apprentissage sont donnés à partir de 15 ans pour permettre aux enfants d’apprendre un métier. L’assistance sociale ne se limite pas aux enfants : plusieurs médecins et dentistes se relayent du lundi au samedi, de 18 h à minuit, afin d’apporter gratuitement des soins à la communauté.
Tandis que des cuisiniers bénévoles s’activent en cuisine pour préparer des pizzas pour tout ce petit monde, tous les enfants sont réunis dans un grand réfectoire. En les regardant, tout souriant et heureux, on est bien loin des clichés des favelas sombres et dangereuses ! Après avoir récité le « Notre Père », Marlene Nobre raconte aux plus âgées un conte poétique. Malgré l’ensemble de ses responsabilités, elle vient chaque jeudi pour voir les enfants de la crèche. Marlene Nobre est aussi présidente de AME, l’Association des Médecins Spirites[2], composée de 2000 médecins spirites à travers le Brésil.

La Casa André Luiz[3] à São Paulo est un immense complexe médical spirite qu’il est difficile d’imaginer en dehors du Brésil. Cet établissement est spécialisé dans les soins aux enfants à handicap lourd, physique ou mental. 1 683 salariés et 2000 bénévoles s’occupent 24 heures sur 24 de 640 patients. Créé au milieu des années 60 au milieu d’une favela de São Paulo, ce complexe a tous les traits d’un grand hôpital de nos pays : sur 75 000 m² de terrain, 35 000 m² sont occupés par des bâtiments abritant les services les plus divers : infirmerie, cuisine, 640 lits, toutes les spécialités médicales, (psychothérapie, odontologiste, physiothérapeute, gynécologie, chirurgie dentaire, chirurgie gastrique, etc…), gymnase, piscine, crèche, garderie, cours d’artisanat, de cuisine, etc…
Les activités ne se limitent pas au secteur médical puisque 2 500 repas sont distribués chaque jour dans les quartiers les plus défavorisés. De plus, le complexe contient aussi un centre spirite : le Centro Espírita Nosso Lar[4] . Compte tenu de la nature du complexe, les travaux spirituels du centre sont principalement liés à la désobsession, et notamment au rééquilibre du périsprit des patients afin de leur permettre une réincarnation « normale ». En effet, étant donné la lourdeur des handicaps, ceux-ci ne sont pas à imputer à une simple obsession et il serait illusoire et vain de vouloir obtenir des guérisons. Le centre spirite organise aussi des cours de Spiritisme suivit en moyenne par 2000 élèves. C’est aussi là que sont enregistrées et émises les émissions de la radio spirite Radio Boa Nova[5].
Enfin, des émissions spirites de télévision sont aussi enregistrées à raison de 1 heure/semaine. Tous les soins offerts aux enfants handicapés sont gratuits. L’argent nécessaire au fonctionnement de ce complexe vient en partie de l’état à raison de 40 % et en majeure partie des dons. Tout est optimisé pour limiter les coûts : panneaux solaires pour chauffer l’eau, fabrique de savon sur place, fabrication de médicaments les plus courants, etc… Une nouvelle évolution de l’établissement est de déplacer les professionnelles directement dans les familles concernées par des handicaps lourds.

Le dernier centre de São Paulo que nous avons visité, nettement plus petit mais tout aussi marquant, est la « Casa Fraterna Franscico de Assis »[6] dirigé par la médium peintre Valdelice Salum . Une vingtaine de médiums travaille dans ce petit centre. Comme dans de nombreux centres spirites au Brésil, celui-ci contient une librairie ainsi qu’une petite cuisine où est préparée l’assistance sociale pour les plus démunis : chaque mardi, c’est 800 sandwiches qui sont distribués, accompagnés d’un mélange de lait sucré et de café, ainsi que des couvertures en cas de besoin.
Les murs du centre sont couverts de peintures médiumniques obtenues par Valdelice Salum ; l’une d’elles, représentant une ville de l’au-delà, avait été peinte entièrement en bleu et de nouvelles couleurs, jaune, vert, orange, apparaissent progressivement au loin.
Quinze lits sont disposés dans une première salle où ont lieu les passes énergisantes. Dans une autre salle, trois lits sont réservés à la chirurgie spirituelle, dont l’effet est de guérir certains cancers. Des médiums à effets physiques pratiquent alors des passes en incorporant des Esprits guides spécialisés dans ce travail. Valdelice nous explique que les médiums de cure capable de réaliser ce travail sont très rares. En effet, il est nécessaire pour cela d’avoir une médiumnité à effet physique et non seulement ces médiumnités sont rares mais elles sont souvent le fait de personnes non équilibrées moralement. Avant de pouvoir mettre un médium à effet physique à ce travail, il est donc indispensable que cette personne ait donné des signes forts de réforme intime et cela peut prendre plusieurs années, voire plusieurs décennies. Sans quoi, l’orgueil suscité par la réussite de guérisons est trop fort et les Esprits obsesseurs l’utilisent pour isoler le médium du groupe et le rendre inopérant.
Nous avons assisté à une séance de « passes ». Avant que les patients soient magnétisés un à un, une bonbonne d’eau est pré-magnétisée par les médiums présents puis cette eau est répartie dans des centaines de petits flacons de quelques centilitres. Ensuite, lors des magnétisations individuelles, l’Esprit magnétise aussi un ou plusieurs flacons pour chaque patient et indiquent la posologie (par exemple, une goutte matin et soir, etc…) Cette sorte d’« homéopathie spirituelle » est une spécialité de ce centre et nous pouvons témoigner que ces effets sont surprenants. L’un d’entre nous avait un flacon dont quelques gouttes étaient à appliquer sur le genou chaque soir. Or, alors que l’eau de tous les flacons avaient la même origine, celle de ce flacon sentait si fort une odeur rappelant le « baume du tigre » qu’il aurait été impossible de la boire !
Là, comme dans tous les centres que nous avons visités, tout est bien sûr gratuit.

Avant de quitter São Paulo, nous visitons les locaux d’un projet récent : l’Universidade Internacional de Ciências do Espírito : l’Université International des Sciences de l’Esprit. Créée par le Dr Sérgio Felipe de Oliveira, qui s’est illustré sur les recherches des liens entre la glande pinéale et la médiumnité, cette université donne des cours, tous les soirs de la semaine, sur les rapports entre la Science et la Spiritualité.

 

[1] « Foyer où point le jour »

[2] AME : Associacão dos Médicos Espíritas

[3]Maison André Luiz

[4]Centre Spirite Nosso Lar : Nosso Lar (notre demeure) est le nom d’un livre psychographié par l’Esprit André Luiz à Chico Xavier. Nosso Lar est le nom de la colonie spirituelle décrite dans l’ouvrage.

[5] Radio Bonne Nouvelle : il existe quatre grandes radios spirites au Brésil dont Radio Boa Nova qui est émise à São Paulo.

[6]Maison Fraternelle François d’Assise