Albert de Schrenck Notzing

le .

 Albert de Schrenck Notzing

Ce mois-ci, nous vous présentons une courte biographie du docteur Albert de Schrenck Notzing. Médecin allemand, il se passionne pour la recherche psychique et "pendant trente ans de persévérant labeur, il apporte à sa recherche toutes les vertus de la science allemande : une érudition profonde, une rigueur extrême dans les conditions expérimentales, une puissante logique et une prudente réserve dans les conclusions, unies à une admirable audace dans l’hypothèse."

 Albert de Schrenck Notzing

Il est né à Oldenburg le 18 mai 1862 en Allemagne ; son père est le major Walter de Schrenck Notzing et sa mère, Meta Abbes.
Albert étudie la médecine à Munich et a son doctorat en 1888. L'année suivante, il s'installe à Munich en tant que médecin généraliste. Il se marie avec Gabriele Siegle, fille de l’industriel Siegle. Il aura deux fils : Léopold en 1894 et Gustav en 1896.
Il s’oriente vers la psychologie et est le premier psychothérapeute dans le sud de l'Allemagne. Il développe de nouvelles méthodes pour le traitement des dysfonctionnements sexuels et de la neurathénie.
Il s’intéresse aussi à l’hypnose et en 1886, il fonde avec Carl Du Prel, la Psychological Society. Il est à son époque un des chercheurs le plus opiniâtre et consacre plus de quarante ans à cette étude. Il équipe son laboratoire pour l'étude de la médiumnité et finance ses publications ainsi que l’ensemble des rapports qu’il écrit sur la parapsychologie.
En 1889, il rencontre à Paris le professeur Charles Richet avec lequel il collabore. Il publie une étude sur les expériences entreprises ensemble sur la transmission de la pensée.
Au fil des ans, il étudie le travail d’Eusapia Palladino, Eva Carrière, Stanislawa Tomczyk, et les frères autrichiens Ruid et Willy Schneider. Il travaille aussi avec le Dr Eugene Osty et des chercheurs britanniques comme F.W.H. Myers, Sir Oliver Lodge et Henry Sidgwick.
Parce que les phénomènes physiques tels que la lévitation, le mouvement des objets sans contact physique apparente et la matérialisation apparente de masses amorphes pendant des séances ont toujours suscité le scepticisme, Schrenck-Notzing prend beaucoup de précautions dans le but de prévenir la fraude consciente ou inconsciente au cours de ses enquêtes. Les médiums sont fouillés avec soin avant toute expérience. Parfois on leur donne un vomitif afin de vérifier s’il n’y a pas de la matière physique dissimulé dans l’estomac ou la gorge. Très souvent, on change leur tenue. Ils sont alors tenus de porter des vêtements de séance dont les extrémités sont maintenues attachées. Ces précautions n'ont pas épargné Schrenck-Notzing de la critique et même ridicule quand il a signalé l'apparition de phénomènes physiques à ces séances. Mais il a obstinément poursuivi ses efforts pour prouver aux autres ce qu'il considérait comme la réalité de la matérialisation et d'autres phénomènes physiques jusqu'à sa mort à l'âge de 61 ans.." Selon son associé et ami, le Dr Gerda Walther, le baron Von Schrenck-Notzing était plutôt enclin "à attribuer les phénomènes psychiques au fonctionnement du subconscient" et "dans de rares cas, il n'excluait pas la théorie spirite."
Il se désincarne le 12 février 1929.

Ses livres 

- Une contribution à l'utilisation thérapeutique de l'hypnose
- L'hypnotisme à l'hôpital de Munich
- Phénomènes de matérialisation
- Phénomènes physiques de la médiumnité
- Des expériences de mouvement à distance (télékinésie) à l'Université de Munich
- Questions fondamentales de la parapsychologie
- Le développement de l'occultisme à la parapsychologie scientifique en Allemagne.

Schrenck-Notzing a écrit également de nombreux articles sur ses recherches, dont plusieurs parus dans Zeitschrift für Parapsychologie.