Octave Béliard

le .

Octave Béliard

Ce mois-ci, nous vous présentons un article sur le docteur Octave Béliard. Médecin mais surtout écrivain, il s'est passionné pour l'occultisme et ses manifestations ; sa démarche scientifique apporte un intérêt aux faits qu'il a méticuleusement sélectionnés et s'il abandonna la médecine au profit de la plume, c'est avec un réel talent qu'il écrivit des nouvelles ou des histoires.

Il est né à Paimboeuf le 12 décembre 1876. Après des études à Ancenis et à Nantes, il devient médecin. En 1896, alors qu'il n'a que vingt ans, il fréquente la loge maçonnique de Nantes où il se lie avec le Dr Auguste Chauvet.

 Signature d'octave béliard En 1903, Octave épouse Jeanne Rabjeau et s'installe quelque temps à Montjean-sur-Loire. Ses inclinations le portent davantage vers la littérature que vers la médecine et il rédige régulièrement des articles pour la Revue du théâtre Graslin et pour le Nantes mondain. Il finit par abandonner plus ou moins la pratique de la médecine pour s'installer à Paris.
En 1907, il publie avec son ami le Dr Léo Gaubert Le Périple, un ouvrage sur l'occultisme et ses différentes branches.
De 1909 à 1911, il écrit plusieurs nouvelles : Aventures d'un voyageur qui explora le temps, Le Passé merveilleux ou Une exploration polaire aux ruines de Paris.
Parallèlement à ses travaux de plume, il se passionne pour les mystères de l'occultisme. En 1920, il publie Sorcières, rêveurs et démoniaques, une étude sur les croyances et pratiques superstitieuses dans l'histoire. Historien scrupuleux, il observe les travaux des grands savants.
En 1927, il obtient le prix Jules Verne honorant les auteurs de science-fiction pour son ouvrage La Petite-Fille de Michel Strogoff.
Durant la seconde guerre mondiale, il est nommé médecin-chef de l'hôpital Fénelon à Vaujour. Sorciers; Rêveurs et démoniaques d'Octave Béliard
Au milieu de l'année 1942, le décès de son épouse Jeanne le plonge dans le désespoir. Il tente d'oublier son chagrin en se replongeant dans l'étude des hiéroglyphes égyptiens. Il fréquente alors assidûment le Louvre et travaille à l'élaboration d'un dictionnaire de hiéroglyphes égyptiens ; il fait la connaissance de l'égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt.
Après cette période, il se plonge à nouveau dans l'écriture et publie plusieurs nouvelles parmi lesquelles : L'Étrange Histoire de Françoise, La Hantise, La Seconde Vie, La Ville de rêve, Le Bouddha, Le Charmeur de bruits, Le Décapité vivant, Le Karma, Le Roseau de Tout-Ankh-Amon, Spiritisme, Un dîner au Majestic, Visite de nuit, Le Sac de serge verte, Le Seuil…
En 1950, Octave Béliard revient vers l'ésotérisme en publiant À propos d'occultisme. Il y apporte une démarche plus scientifique en étudiant les faits et aborde l'étude des phénomènes psychiques en se situant dans la mouvance de la métapsychique.
Il meurt le 24 juin 1951 à Paris.

Ses livres

 Le livre Magnétisme et SpiritismeLe Périple (1907)
Aventures d'un voyageur qui explora le temps (1909)
Le Passé merveilleux (1909)
Une exploration polaire aux ruines de Paris (1911)
Sorcières, rêveurs et démoniaques (1920)
La Petite-Fille de Michel Strogoff (1927)
À propos d'occultisme (1950)