Les phénomènes de hantise

le .

Livre "Les phénomènes de hantise"

Ce mois-ci, nous vous présentons Les phénomènes de hantise. Il faut se féliciter de la réédition de ce classique d’Ernest Bozzano. Il est en effet difficile de faire mieux que Bozzano dans la rigueur de l’investigation, la clarté de l’exposition et l’exhaustivité des hypothèses étudiées.

 Ernest Bozzano

Ernest Bozzano appartient à cette génération de savants passionnés par les phénomènes qu’on appelait alors « métapsychiques ». Jusqu’à la première moitié du XIXe, en effet, la communauté scientifique n’avait pas peur de se confronter à ce monde étrange et déroutant. Les temps ont bien changé, et il est maintenant de rigueur, sous peine d’ostracisme immédiat, de se voiler la face et de crier à l’imposture dès que le paranormal pointe son nez.
Les chercheurs modernes, cependant, ont tendance à délaisser le domaine des faits dits « anecdotiques », c’est-à-dire spontanés et non reproductibles en laboratoires, pour lesquels ils dépendent essentiellement de témoignages dont les sceptiques peuvent toujours contester la véracité. Afin d’établir de manière incontestable la réalité des faits parapsychologiques, il a été jugé plus probant de se tourner vers les tests statistiques en laboratoire. Pourtant, ce sont bien les phénomènes spontanés qui sont, de loin, les plus impressionnants. Bozzano se penche ici sur une catégorie particulière de tels faits. Il en donne de nombreux exemples parmi les mieux attestés, notamment ceux ayant fait l’objet d’analyses publiées dans les revues des Society for Psychical Research d’Angleterre et les Etats-Unis. Il s’attache à dégager leurs traits communs et de les confronter aux diverses hypothèses possibles.
Réunissant un nombre conséquent de cas authentiques, observés par des scientifiques rigoureux, « Les phénomènes de hantise » est l'un des ouvrages les plus complets sur les phénomènes de maisons hantées et de poltergeist.

On peut lire dans l'Introduction : « Outre les phénomènes auxquels nous avons fait allusion, de meubles qui se déplacent, de fenêtres et portes qui claquent, de vaisselle qui se brise, il s'agit très souvent de sonnettes qui ne cessent de s'agiter bruyamment sans cause apparente, même après qu'elles ont été isolées par la suppression des cordons et des fils.
Tout aussi fréquents sont les cas de « pluie de pierres », présentant des traits caractéristiques fort remarquables, comme lorsque les pierres parcourent des trajectoires contraires aux lois physiques, ou s'arrêtent en l'air, ou tombent lentement, ou atteignent avec une dextérité très insolite un but déterminé, ou frappent sans faire de mal, ou bien sans rebondir ensuite, comme si elles étaient empoignées par une main invisible ; ou comme lorsque les pierres se trouvent êtres chaudes, voire même brulantes.
En d'autres circonstances les draps sont violemment arrachés des lits des personnes couchées, ces dernières étant soulevées et déposées doucement sur le sol, si toutefois les lits eux-mêmes ne sont pas renversés.
Plus rarement, on a des chutes abondantes d'eau, de boue, de cendre, des disparitions soudaines d'objets, qui sont restitués plus tard d'une façon tout aussi mystérieuse ; on constate aussi parfois des phénomènes persécuteurs, au cours desquels les vêtements s'allument sur la victime désignée ; les flammes prennent même quelquefois au lit où elle est couchée, à la maison qu'elle habite... sur 532 cas recueillis, on en trouve 158 de « poltergeist »...
46 cas de « pluies de pierre », 39 cas de sonnettes qui s'agitent spontanément, 7 cas de phénomènes incendiaires, et 7 autres où des voix humaines réelles et mystérieuses appelaient les personnes de la maison, où répondaient à leur appel, ou bien parlaient longuement et fréquemment, distribuant les conseils et les ordres. »

On peut lire en conclusion : « Récapitulons donc, en disant que d'après les procédés d'analyse comparée appliquée aux phénomènes de hantise, nous sommes parvenus à mettre en évidence que l'hypothèse spirite, entendue sous les deux formes de transmission télépathique de la pensée entre morts et vivants, et de manifestations de défunts par la médiumnité, est seule vraiment susceptible de les expliquer dans leur plus grande partie ; tandis que les hypothèses de la « télépathie entre vivants », de la « psychométrie » et de « l'animisme », si elles sont nécessaires à la compréhension plénière des faits, ne peuvent compter que comme hypothèses complèmentaires.
C'est à ces conclusions pondérées et objectives que nous sommes parvenus. Comme il n'existe pas d'autres hypothèses formulables, quiconque tendrait à une interprétation différente est tenu de démontrer que l'une quelconque des trois hypothèses discutées, ou les trois considérées toutes ensemble, peuvent expliquer les faits sans recourir à l'hypothèse spirite.
Quant à nous, nous croyons avoir prouvé le contraire ; cependant nous accueillerons toujours avec déférence les conclusions des autres chercheurs, à condition qu'elles soient rigoureusement basée sur les faits, qu'elles examinent ces faits sous tous leurs aspects, et que leurs auteurs ne se fient pas trop à l'amplification des hypothèses, en sautant de la métapsychique à la métaphysique, et par conséquent, en creusant dans le vide absolu. »

Vous pouvez commander cet ouvrage aux Editions Philman