27 - Enfin le travail

**France**

Un esprit, André Luiz, médecin lors de sa dernière existence terrestre, dicte par psychographie une série de 13 ouvrages où il révèle ce qu’il découvre dans l’au-delà.
Nosso lar ou Notre demeure est le premier livre et il paraît en 1941.
André Luiz meurt d’une occlusion intestinale laissant seule sa femme et ses deux enfants sur la terre brésilienne. Après une errance de huit ans dans le monde du Seuil, il arrive dans une des « demeures de Notre Père » ; cette colonie spirituelle s’appelle : « Nosso Lar ». Il est accueilli dans un hôpital spirituel où des soins sur son périsprit sont pratiqués afin de retrouver les forces nécessaires pour lutter contre toutes ses pensées négatives et ses angoisses.
Il découvre alors un nouveau monde. Il cheminera notamment avec Lisias, un compagnon spirituel et comprendra petit à petit à travers son travail personnel, les erreurs qu’il a faites dans sa vie d’incarné. Il pourra ainsi retourner en tant qu’esprit auprès des siens pour les aider dans leurs épreuves.

Résumé de la planche

Dans les chambres de rectification, André découvre une terrible misère spirituelle. Le personnel ayant été appelé à d'autres services pour la journée, il y a peu de monde disponible pour s'occuper de tous ces malheureux qui expriment leur souffrance par des pleurs et des gémissements. Tobias fait la tournée des malades donnant un mot d'encouragement à l'un, prodiguant des passes magnétiques à l'autre tout en livrant, à André, de premiers éclaircissements sur ces différentes situations. Dans la dernière chambre, où se trouvent les 32 malades les plus atteints, l'infirmière est vite submergée par les intenses émanations de fluides vénéneux. André, instinctivement, se saisit du matériel d'hygiène et vient seconder l'infirmière sous le regard satisfait et reconnaissant de Tobias.

Planche

Cliquez pour agrandir

Réflexion spirituelle

Pour aller plus loin, nous vous conseillons un passage dans Après la mort de Léon Denis, chapitre XII, le but de la vie

« La vie actuelle est donc la conséquence directe, inévitable de nos vies passées, comme notre vie future sera la résultante de nos actions présentes. En venant animer un corps nouveau, l'âme apporte avec elle, à chaque renaissance, le bagage de ses qualités et de ses défauts, tous les biens et les maux accumulés par l'oeuvre du passé. Ainsi, dans la suite de nos vies, nous construisons de nos propres mains notre être moral, nous édifions notre avenir, nous préparons le milieu où nous devons renaître, la place que nous devons occuper. »