7 - En écoutant les impressions

Les Messagers, **France**, 01 **janvier** 1944

Un Esprit, André Luiz, médecin lors de sa dernière existence terrestre, dicte par psychographie une série de 13 ouvrages où il révèle ce qu’il découvre dans l’au-delà.
Le deuxième ouvrage sera les Messagers, il est écrit en 1944.
Ce livre révèle que la mort physique dévoile la vie spirituelle dans une évolution continue. Il relate les expériences de plusieurs Esprits qui se réincarnent avec des travaux programmés et nécessaires à leur perfectionnement. Il traite de thèmes comme l’étude des enseignements du Christ en famille, les bienfaits de la pratique du bien, il apporte des réponses sur la peur de la mort.
L’auteur spirituel, André Luiz, met en évidence l’opportunité du travail des médiums, les alertant quant à la nécessité de pratiquer ces enseignements afin d’éviter un retour sur le plan spirituel sans avoir rempli les engagements acceptés.

Résumé de la planche

Dans une autre salle, des groupes discutent des erreurs qu’ils ont commises sur la terre. Une dame explique que son époux était contre les activités spirites aussi elle n’a pas pu développer sa médiumnité. Elle a passé son temps à se fâcher avec lui sur ce sujet et par manque de confiance, elle n’a pas pu conquérir la compréhension de son mari et de ses filles. Une autre personne, Ernestina a manqué de foi, elle se méfiait de tout et même de ses guides. Elle n’est jamais arrivée à mettre en pratique sa médiumnité. Un monsieur a lui aussi repoussé ce travail pour se consacrer uniquement à sa seconde épouse et ses exigences. Il s’est perdu dans la fréquentation d’êtres pervers. André écoute ces récits avec intérêt.

Planche

Les impressions

Cliquez pour agrandir

Réflexion spirituelle

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :
- Je n’ai jamais pu souffrir l’incompréhension des miens sans me plaindre.
- Pour que nous puissions travailler avec profit, il faut savoir avant tout se taire.
- Sur terre, le plus grand intérêt de l’âme réside dans la réalisation de quelque chose d’utile pour le bien de tous avec comme objectif l’infini et l’éternel.