Sympathie - antipathie – Valérie – 27/11/2017

 

Bonjour,
A une sortie, je me suis retrouvée en face d’une femme pour qui j’ai eu une antipathie instantanée. Antipathie confirmée et renforcée à la suite d’une conversation que j’ai eue avec elle dans la soirée. Depuis, à chaque fois que je la vois, sa vue m’indispose au point de tout faire pour l’éviter. Nous avons pourtant des gouts en commun c’est pour ça que nous nous croisons parfois. Mais rien y fait. Ce n’est pas la première fois que je rencontre une situation où je me retrouve devant une personne avec qui j’éprouve d’emblé de l’antipathie, mais jamais de cette importance. En contraste avec cette situation, j’ai une amie proche, pour qui j’ai eu une sympathie immédiate. Dès les premiers instants de notre rencontre, nous nous sommes très bien entendus. Nous sommes toujours sur la même longueur d’onde. Notre entente donne souvent l’impression que nous nous connaissons depuis notre plus tendre enfance. Depuis la rencontre avec cette femme, je me pose des questions. Est-ce que ces relations d’emblées antipathiques ou au contraire sympathiques ont-elles un rapport avec notre karma ? Est-ce que j’ai rencontré ces deux femmes dans d’autres vies ? Et si nous nous étions déjà rencontré, qu’elles étaient nos relations ? Si vous pouvez m’aider.

Bonjour,
La sympathie ou l’antipathie soudaine sont presque toujours le retour de sensations ressenties dans une incarnation précédente, dans des circonstances provoquant ses sentiments. En principe, l'oubli des existences antérieures est une des conséquences de la réincarnation. Toutefois, cet oubli n'est pas absolu. Chez beaucoup de personnes, le passé se retrouve sous la forme d'impressions, sinon de souvenirs précis. Ces impressions influencent parfois nos actes ; ce sont celles qui ne proviennent ni de l'éducation, ni du milieu, ni de l'hérédité. Au nombre, on peut classer les sympathies et les antipathies soudaines.
Un exemple sur une raison qui peut provoquer une antipathie est donné dans un livre écrit par Gabriel Delanne sous le titre « Réincarnation », chapitre 7, « les expériences de rénovation de la mémoire », sous titre, « haine tenace ». C’est l’exemple d’un Esprit qui exerçait sa vengeance sur une femme. L’Esprit expliqua au médium qui avait gagné sa confiance la raison qui le faisait agir.Dans une précédente existence, dit-il, je faisais partie d'une famille princière russe. Nous étions trois enfants, deux filles et un garçon. Mes sœurs, pour jouir de mon patrimoine, me firent enfermer dans une maison d'où je ne pus sortir que par la mort. Là je me suis juré que, si je le pouvais, tôt ou tard, je me vengerai. Dieu dans sa bonté a permis que nous nous réincarnions dans le même milieu, de telle façon que par les liens du mariage nous sommes arrivés à être beau-frère et belle-sœur ; malgré cela, pendant ma vie, nous n'avons pu sympathiser ensemble sans en connaître les raisons. Je suis mort au monde de la matière voilà treize ans ; je pus me reconnaître assez vite pour voir que ma sœur du passé était ma belle-sœur du présent. De là notre antipathie l'un pour l'autre et de là aussi ma vengeance ; j'étais mort enfermé ; je voulus qu'à son tour elle subit le même sort.
Toute antipathie, aussi justifiée soit-elle, devrait finir par laisser place à la sympathie par un travail constructif.
Pour compléter ces explications, vous pouvez lire, si vous le voulez, le livre des Esprits d’Allan Kardec, Livre 2, monde spirite ou des Esprits, chapitre 7, retour à la vie corporelle, sous titres, sympathies et antipathies terrestres ; le livre, Le problème de l’être et de la destiné de Léon Denis, deuxième partie, le problème de la destinée, chapitre 14, les vies successives – preuves expérimentales – rénovation de la mémoire ; le livre, le consolateur psychographié par Chico Xavier, dicté par l’Esprit Emmanuel, partie 2, sentiment, titre, affection et sous titre, sympathie et antipathie.
Fraternellement,
Antoine