Religions africaines - Az - 10/11/2004

 

Bonjour,
Connaissez-vous et que pensez-vous des religions ancestrales d'origines africaines (notamment d'origine Yoruba comme la règle d'Ifa à Cuba, le Candomblé ou l'Umbanda au Brésil, malgré des interprétations religieuses, utilisent des médiums pour communiquer avec les orixas (ou orichas) ?
L'umbanda en particulier tend à éliminer les moyens traditionnels matériels et superstitions pour invoquer les entités, et ne garde que des effets festifs et folkloriques type tambours.

Bonjour, 
L'umbanda est d'origine africaine, en fait. Elle est la résultante d’ une fusion (on appelle "syncrétisme"), d’un mélange de plusieurs religions, notamment la religion catholique avec les religions africaines. L'Eglise et l’État ont interdit par le passé colonial du Brésil les pratiques des autres cultes que le catholicisme. Donc, les esclaves ont caché ses rites sous des noms catholiques et ses dieux, les Orixás, ont opté pour des noms de saints. Par exemple, une déesse comme Yemanjá était appelée Notre Dame et c’est une habitude du peuple aujourd’hui, au passage de l’année, d’aller à la mer, habillés de vêtements blancs, et d’y lancer une rose pour faire un cadeau à Yemanjá, même les catholiques le font !
Les pratiquants de cette religion utilisent des tambours pour évoquer les Esprits des Orixás et les médiums les reçoivent en dansant habillés de blancs. Les médiums fument des cigares et boivent l’« aguardiente » pour contenter les entités. Pendant la séance, les gens font des demandes aux Esprits communicants. Ces demandes ont pour principal thème de trouver un emploi, de gagner de l’argent, de trouver l’amour, d’envoûter son ennemi et bien des choses dans le même genre. Donc, c’est très folklorique.
Néanmoins, les spirites qui suivent la doctrine codifiée par Allan Kardec n'aiment pas beaucoup ces pratiques religieuses. Il y a deux sortes de problèmes pour cette mésentente. Le premier est dû au fait que l’on fait des offrandes aux Esprits pour obtenir quelque chose. Par exemple : si quelqu'un veut avoir de l’argent ou autre chose de matériel, les Esprits demandent tas d’objets comme de la boisson, du poulet, un cigare, ou du parfum, des fleurs et des jupes rouges, pour les Esprits féminins suivant la volonté du demandeur. En tant que spirite, je pense qu’il n'y a pas besoin de donner des choses matérielles aux Esprits pour avoir ce que l’on veut, puisqu’en demandant de choses matérielles ou sentimentales, les incarnés et désincarnés s'attachent à notre plan de vie et payent pour une chose qui doive être gratuite : la médiumnité est un don de Dieu. La seconde est dû au fait que les Esprits qui s’expriment, pensent être des dieux africains, mais en faite, ils ne sont pas tout de bons Esprits. Ils font ce qu’on les demande mais ils font aussi du mal : si quelqu’un veut qu’une personne ait des problèmes au travail, par exemple, elle « paye » un Orixá pour le troubler la vie de cette personne.
Fréquemment, dans les centres spirites, on doit travailler pour « défaire ces travaux » (anciennement, on appelait ça « macumba ») pour aider et soigner ces Esprits. L’autre jour, au centre, j’ai discuté avec un Esprit qui pensait être un Esprit d’un vieil africain, une entité très commun, il se faisait appeler : "petit vieux noir ". Il faisait des choses contre des personnes qu’il n’aimait pas, cela veut dire qu’il fabriquait des choses à l’aide de la matière ectoplasmique pour troubler quelqu’un. Les Esprits dirigeants ce travail m’ont fait voir qu’en fait l’esprit était un ancien savant qui avait été dans son avant-dernière vie un humble et pauvre homme d’origine africaine. Les choses qu’il faisait comme esprit, il les a apprises pendant cette avant-dernière vie. Quand il nous a compris son erreur et qu’il a demandé de l’aide, celle de son guide, les Esprits guides l’ont permis de revoir ces anciennes vies et de comprendre son erreur.
Chez nous, on rencontre très souvent pendant nos travaux de désobsession.
En conclusion, il faut faire très attention à ces pratiques religieuses. Elles donnent une mauvaise réputation au Spiritisme chez nous, au Brésil parce que beaucoup de gens mélangent l’Umbanda avec le Spiritisme et pensent que nous faisons du mal en communiquant avec les Esprits ainsi que des sorcelleries.
Fraternellement,
André, Un spirite du Brésil.