Eileen Garrett

le .

Eileen Garrett

Ce mois-ci, nous vous présentons une biographie d'une médium à transe complète Eileen Garrett. Née en Irlande en 1893, elle a une enfance difficile ; en effet, ses parents se suicident peu après sa naissance, c’est donc sa tante et son oncle qui l’élèvent. Elle se révèle une enfant fragile et souvent malade. Elle est atteinte de maladies respiratoires et d’un début de tuberculose. Elle vit à Beauparc dans le comté de Meath.

Une médiumnité en attente

Petite, elle a des visions et voit des énergies se dégager autour des personnes et même des animaux. Au moment de la mort, elle voit se dégager une sorte de fumée grisâtre et comprend que la vie ne finit pas avec la mort du corps physique.

Un départ difficile

Elle quitte l’Irlande pour l’Angleterre, c’est un climat plus doux qui lui convient mieux, elle a 15 ans. Elle se marie très jeune avec un homme bien plus âgé qu’elle. Elle aura trois fils et une fille qui décèdent tous en bas âge. Elle divorce.

La guerre

Durant la première guerre mondiale, elle travaille comme infirmière dans un hôpital. Elle se lie d’amitié avec un jeune officier qui l’épouse. Eileen GarrettCependant, il est tué au front et elle se retrouve veuve. Un mois avant l’armistice de 1918, elle épouse un autre jeune homme.

Une médiumnité de transe

Celle-ci se met en place lors d’une séance publique à Londres en 1919. Des Esprits se communiquent, ce sont des proches décédés de personnes dans la salle. Un Esprit, en particulier, du nom d’Uvani, se manifeste pour déclarer qu’il sert de guide à Eileen et qu’il désire faire avec elle un travail pour prouver la survie de l’Esprit après la mort du corps physique. Eileen, comme beaucoup de médiums à transe qui débutent, a du mal à gérer cette forme de médiumnité. Elle tombe malade et divorce.

Le British College of Psychic Science

Fondée en 1920 par James Hewat McKenzie et sa femme, cette institution étudie les hypnotiseurs et les médiums ainsi que les phénomènes qu’ils créent. Comme beaucoup de sommités de cette époque, ils étudient tout d’abord le spiritisme et n’arrivent pas à trouver un accord avec la science. Ils vont peu à peu s’orienter vers les phénomènes uniquement et créer une nouvelle branche la parapsychologie ou l’étude des phénomènes paranormaux.

Une nouvelle orientation

Eileen se lit d’amitié avec les McKenzie et prend part aux expérimentations. En 1933, elle part aux Etats-Unis pour se consacrer aux diverses recherches faites sur la médiumnité. Elle participe à divers tests comme les cartes de Zener avec le professeur Joseph Rhin. Cependant, elle n’attribue pas sa médiumnité à un contact avec des Esprits mais simplement à une activité du champ magnétique. Pour les diverses personnalités qui se présentent et se communiquent, elles sont pour elle et les parapsychologues qui travaillent avec elle des personnalités de son subconscient.
Elle travaille avec le chercheur Hereward Carrington. Des milliers de tests se feront et confirmeront bien ses capacités pour ensuite être mis en doute comme cela arrive très souvent et beaucoup pensent qu’Eileen a triché.

Le perfectionnement

Pendant les années qui suivirent, elle perfectionne sa capacité de communiquer avec les esprits des défunts à travers son guide spirituel. Elle exprime souvent des doutes sur l'indépendance spirituelle d’Uvani, cet Esprit qui prétend la conseiller. sujet178 EileenBElle pense parfois qu’il n’est qu’un segment de son subconscient. D’autres Esprits l’accompagnent dans son travail comme Abdul Latif, un médecin persan du XVIIème siècle, qui s’intéresse aux guérisons. Tahotah puis Rama, deux Esprits dont les sujets d’intérêt se portent sur des questions philosophiques et spirituelles. Cette indécision sur la source de ses capacités consternent les spirites, qui, dans ses années 1920 à Londres, l'avait côtoyés avec le plus grand sérieux.

En 1951, elle crée une fondation de parapsychologie à New York et en 1952, édite un magazine sur la science psychique intitulé Demain. En 1959, il devient le Journal International de parapsychologie et en 1970, l'examen parapsychologie.
Elle écrit plusieurs ouvrages comme en 1949, L’aventure dans le super normal, en 1950, Le sens et le non sens de la prophétie, en 1968, De nombreuses voix, une autobiographie.
En 1960, elle déclare : « Le don de médiumnité entraîne nécessairement une grande perspicacité dans les phénomènes. C’est comme un mécanisme, simple et clair, à travers lequel les idées circulent. Il suffit de se mettre dans un état de réceptivité qui permet d’accepter le flux des événements et des idées pour pouvoir percevoir ou entendre. » Et conclut : «... La communication avec l'autre monde pourrait bien devenir un substitut pour vivre dans ce monde. Comprendre ce monde dans lequel nous vivons est une priorité dans cette existence et c’est au cœur de l'éthique de la médiumnité."

Elle décède en 1970 à Nice.