La guérison

le .

La guérison

Ce mois-ci, nous vous présentons une conférence qui a eu lieu dans notre centre, le samedi 14 mars à 15h sur le thème de La guérison par le docteur André Moreira. La traduction était réalisée par Claudia Bonmartin, présidente du CESAK à Paris et qui accompagne le conférencier dans ses déplacements en France.

sujet170 conferenceA

Bonjour à tous,
Je suis très heureux d’être ici parmi vous à nouveau. Je me souviens de ma première venue dans ce centre, il y a cinq ans et de l’accueil fraternel que j’ai reçu. C’est un grand plaisir de partager avec vous cette conférence d’après mon livre Guérison et auto-guérison sur le thème de la maladie et de la santé suivant le point de vue de la réincarnation. Nous allons parler de la santé et de la maladie selon le spirite et comprendre comment l’Esprit commande et dirige le corps.
La santé est une matière très discutée mais très peu comprise. Qu’est-ce qu’on veut dire quand on dit que nous recherchons la santé ? Pour certains, la santé est un corps qui n’a pas de maladie, pour d’autres, cela signifie le bonheur. Nous utilisons une définition de l’Organisation Mondiale de la Santé : O.M.S. Elle dit que la santé est un état dynamique d’équilibre physique, psychique et social ; ce n’est pas seulement l’absence de maladie. Vous voyez que cette définition est très ample parce qu’elle nous propose autre chose, au-delà du corps physique, elle nous propose un équilibre social et émotionnel.
En tant que professionnel et aussi en tant que patient, nous ne sommes pas préparés à cela. Les universités nous préparent à traiter le corps pour identifier la pathologie et non l’être intégral. De la même façon, la grande  majorité des patients ne cherchent pas la santé, ils cherchent l’anesthésie de leurs maladies. Ils cherchent à se libérer de la douleur et de la souffrance, cela fait partie du processus de guérison mais cela ne signifie pas la guérison. Nous vivons à une époque de grands progrès technologiques, nous prenons connaissance de plus en plus des diverses parties de notre corps mais nous perdons la notion de l’intégralité du tout.
J’ai travaillé pendant six ans comme médecin de famille et de communauté et si je voulais envoyer mon patient chez un spécialiste, je pouvais choisir parmi une liste. Par exemple, pour les douleurs osseuses, il y a l’orthopédie générale mais aussi une orthopédie spécialisée celle des épaules, du dos, du genou. Que se passe-t-il si quelqu’un souffre de l’épaule est envoyé chez un spécialiste de la colonne vertébrale ? Il revient sans aucune amélioration parce qu’il a consulté pour une partie incorrecte de sa souffrance, pour juste un « morceau du corps » et qu’il ne souffrait pas du dos.
sujet170 guerisonC En tant que patient, nous venons à une consultation pour une seule partie du corps : « Je suis venu ici docteur, pour que vous me donniez un médicament pour mon mal de tête ou pour mon hypertension. » On ne cherche pas à comprendre pourquoi on a mal à la tête, pourquoi on fait de l’hypertension et comment cela se connecte dans notre vie, dans notre tout. Il est plus facile de prendre une pilule pour fait taire notre douleur que de réaliser une transformation intérieure où il faudra avoir un compromis avec la vie.
Il faut voir la quantité de personnes qui souffrent de diabète ou d’hypertension et qui ne font aucun exercice physique. La grande majorité des malades ne veut avoir aucune limitation dans leur vie quotidienne, ils veulent uniquement des médicaments qui résolvent tout. Nous avons donc une recherche de santé très déséquilibrée. La santé, cependant, est beaucoup plus étendue que la médecine des « morceaux du corps » si nous prenons en considération les questions spirituelles. Alors, les choses deviennent beaucoup plus profondes comme le propose le spiritisme. L’Esprit Emmanuel nous donne une définition de la santé dans le livre Le Consolateur, il nous dit que le spiritisme, c’est la parfaite harmonie de l’âme.
Qu’est-ce que c’est que  l’âme ? L’âme, c’est l’Esprit incarné comme Allan Kardec l’a définit dans l’introduction du Livre des Esprits. Qu’est-ce que l’Esprit ? C’est le principe intelligent de l’Univers qui est individualisé à partir de sa source qu’est l’Intelligence Suprême qui est Dieu. Son chemin part de la simplicité vers la perfection par l’intermédiaire d’un progrès continuel qui se passe tout au long des millénaires. Dans les premières étapes du processus évolutif, comme principe spirituel, il n’est pas encore individualisé, il fait des stages dans les royaumes le minéral, le végétal, l’animal pour arriver au royaume humain où il va s’individualiser et acquérir sa propre conscience et le réveil des sentiments. La pensée devient continue, il commence à exercer sa liberté, il va choisir tout ce qu’il va semer, il va ramasser ce qu’il a semé parce que la semence est libre et la cueillette est obligatoire. Ce processus est graduel, plus il murit, plus sa liberté augmente et plus il gagne en responsabilité. Ce processus est dirigé par la loi divine par l’intermédiaire du phénomène que nous connaissons : l’incarnation qui, se répétant continuellement, s’appelle réincarnation.
J’aime faire usage d’une image pour représenter la réincarnation. La semence apporte en elle la nature de l’âme qui a donné son origine mais pour qu’elle devienne ce qu’elle doit être, il faut qu’on la mette dans la terre qui va la nourrir et la rassurer. De cette façon, elle peut grandir jusqu’à devenir ce qu’est sa destinée. Dans la semence, l’arbre existe déjà mais en tant que potentialité, il se passe la même chose avec l’Esprit ; l’Esprit est une semence divine de nature immatérielle qui apporte en soi la même nature qui lui a donné son origine, il apporte en soi, son héritage divin mais pour qu’il soit, un jour, ce qu’il doit être, il va faire usage de la matière où il va se nourrir de ses expériences intellectuelles et morales qui, petit à petit, vont réveiller sa nature. Il peut alors marcher dans la bonne direction de sa destinée.
De la même façon que la terre n’est pas l’essence de la semence, la matière n’est pas non plus l’essence de l’Esprit, c’est un champ d’expériences. La matière existe sur plusieurs niveaux et dans plusieurs univers parallèles. Nous avons plusieurs corps qui enveloppent l’Esprit et qui gardent en soi l’essence de nos expériences personnelles suivant nos choix personnels et le résultat de nos actions. Lorsque le corps meurt, c’est seulement le corps physique qui meurt, l’Esprit continue. Il a dans son corps spirituel tout ce qu’il a amassé dans sa vie moralement. Ce corps spirituel va être la source du prochain corps physique.
Quand l’Esprit s’incarne, ce corps spirituel se réduit jusqu’à la taille de la cellule zygote et il va commencer à se développer graduellement par l’intermédiaire du foetus. Tout ce qui se trouve dans le corps spirituel va guider la formation du corps physique. Le processus est bien entendu guidé par la loi divine et par la loi de cause à effet ou la loi d’action et de réaction. Il faut faire attention à ce terme car quand on parle d’action/réaction, nous ne sommes pas en train de parler de la loi de Newton qui dit qu’une force appliquée sur un objet produit une force pareille de la même puissance. Si on veut appliquer la même chose au niveau spirituel, cela donne une mauvaise compréhension de la loi divine. Certaines personnes pensent que parce qu’il a tué, il va mourir, s’il a blessé, il va être blessé, s’il a volé, il va être volé, les choses ne se passent pas ainsi. On ne parle plus de la loi de cause à effet mais de la loi du talion : œil pour œil, dent pour dent.
La loi de cause à effet est une loi de responsabilité. Si l’Esprit a tué, il va devoir générer de la vie, s’il a volé, il va devoir rendre avec bénéfice, s’il a détruit, il va devoir construire avec sacrifice, s’il a fait du mal, il va devoir se bonifier. Cette loi nous permet d’aller vers l’amour et non vers la souffrance. Le corps spirituel garde en lui les traces de ses actes passés et les transmet au corps physique, il s’agit d’un phénomène naturel et non d’un processus de punition.
Lorsque j’ai passé ma vie à fumer, j’ai détruit mon poumon physique et je laisse une empreinte à mon poumon spirituel ; dans une nouvelle incarnation, cette empreinte sur mon corps spirituel va jouer un rôle important sur le nouveau corps physique. Je pourrai avoir de l’asthme ou une pneumonie durant l’enfance ou bien un emphysème pulmonaire, des allergies respiratoires continues comme un effet naturel pour neutraliser la partie malade de mon corps spirituel. Comme je suis devenu spirite et que je fumais, je me suis demandé : qu’est-ce que je veux pour moi ? Est-ce que ce plaisir de fumer vaut le risque que je paie plus tard ? J’ai décidé pour l’amour de moi-même de travailler pour ma santé. J’ai donc renoncé à ce plaisir pour un plaisir beaucoup plus grand.
sujet170 moreiraB Nous sommes tous invités à travailler nos besoins intérieurs afin de générer les meilleurs effets pour le futur. Le corps spirituel garde tout et transmet d’une façon naturelle, les effets d’une incarnation à l’autre.
Pendant toute la vie terrestre, ce corps spirituel est la source du corps physique, c’est pour cela que les Esprits font des interventions directes à travers le corps spirituel par l’intermédiaire du magnétisme pour réaliser des modifications dans le corps physique quand nous l’autorisons bien sûr. Cependant, il est nécessaire que nous donnions notre autorisation énergétique pour que les Esprits puissent nous aider.
Nous sommes entourés d’un grand amour qui veut nous aider et nous soutenir continuellement mais il est limité par notre champ émotionnel et mental. Dans notre corps mental se trouve le siège de la pensée, celle-ci s’irradie et s’étend sur tout ce qui l’entoure établissant un champ magnétique. Emmanuel, le guide de Chico Xavier, a une image très intéressante, il dit « comme l’araignée vit dans le centre de sa toile, l’Esprit aussi, vit dans le centre de sa toile mentale. » Nous choisissons notre pensée et les sentiments qui vont avec et nous établissons une connexion avec d’autres Esprits incarnés et leurs ondes mentales. De cette manière, nous créons des interdépendances, nous influençons ceux qui nous entourent, qui nous influencent à leur tour. Nous sommes des antennes qui captent les ondes et transmettent leurs contenus ; nous sommes donc tous médiums. Ce champ mental et émotionnel attire des idées et nous y sommes soumis.
De nombreuses fois, les bons Esprits veulent nous aider pour provoquer le changement émotionnel qui est en nous, ou mental ou même quelque chose de physique mais notre irradiation ne le permet pas parce qu’elle nous éloigne d’eux et que nous préférons l’influence d’Esprits inférieurs qui se trouvent dans la même vibration que nous. Les bon Esprits nous aident un peu mais cette aide ne se maintient pas.
Ils ont des ressources très avancées pour intervenir sur notre corps physique et spirituel. De nombreuses fois, ils réalisent des chirurgies très complexes et pendant que l’on reçoit des passes magnétiques et que nous faisons une prière prolongée, ils vont intervenir d’une façon très subtile. Parfois, ils déconnectent des relations magnétiques que nous avons avec des Esprits obsesseurs ou avec d’autres Esprits incarnés avec lesquels nous échangeons des mentalisations négatives par l’intermédiaire de rancœurs, de désirs de vengeance. Tout se lie à nos cellules et provoquent des effets physiques que les bons Esprits peuvent couper par l’intermédiaire de passes magnétiques.
Mais à quoi bon faire tout ça si nous ne modifions pas notre champ mental ? De nombreuses personnes pensent que la guérison va venir de passes magnétiques ou simplement de l’intervention spirituelle. Ce sont sûrement des instruments de guérison mais s’il n’y a pas un changement moral du champ spirituel, les problèmes se maintiennent. C’est un peu comme prendre une douche et puis se jeter dans les déchets, on est à nouveau tout sale. Donc pour que les Esprits interviennent directement sur notre corps spirituel, il faut notre autorisation et pour cela, il est nécessaire d’élever notre syntonie mentale et émotionnelle par l’intermédiaire de notre renouvellement intérieur, on appelle cela un compromis avec la vie. Dans la Revue Spirite, Allan Kardec décrit les interventions du docteur Demeure, médecin spirituel qui faisait partie de la Société Spirite de Paris. Il nous raconte que le médium qui avait eu une contusion et une fracture et qu’il était intervenu directement sur le corps spirituel avec des résultats très positifs. Les Esprits ont donc beaucoup de possibilités.
Nous sommes plongés dans un océan d’énergie mais nous attirons vers nous ceux avec lesquels nous syntonisons et lorsque nous établissons des relations négatives, nous absorbons leur contenu. De la même façon que nous contribuons à créer l’ambiance de notre foyer ou de notre travail par le produit, tantôt individuellement et tantôt collectivement, de notre mental, nous avons, par la réalité énergétique, le reflet de ce que nous sommes nous. Ceux qui sont autour de nous vont nous permettre une plus grande ou une plus petite réalisation spirituelle car nous avons à côté de nous les Esprits d’élévation que nous méritons. Nous ne sommes jamais des victimes et nous attirons des Esprits qui ont la même fréquence vibratoire que la nôtre, ils peuvent agir en nous seulement si nous l’acceptons. Le Livre des Esprits nous dit que les Esprits viennent nous aider dans le mal lorsque nous le souhaitons et seulement si nous l’autorisons.
Nous avons des visions sur nous-mêmes très idéalisées et nous ne voyons jamais le mal qui existe en nous ou ce quelque chose qui n’est pas bien développé, ce quelque chose qui n’est pas bien aimé, ce quelque chose qui n’est pas bien accepté. Nous sommes donc très vulnérables et sans aucune conscience de cette vulnérabilité, c’est pour cela que le spiritisme est une forme d’éducation. Il nous invite à l’auto connaissance. Allan Kardec nous en parle dans le livre Qu’est-ce que le spiritisme ? Le spiritisme traite de la nature de l’Esprit et de son intime relation avec la matière. Dans le livre Œuvres Posthumes, il dit que cette science, cette philosophe spirite a des conséquences religieuses parce que l’Esprit se plonge en lui-même et étudie sa nature profonde. Il rencontre Dieu parce que Dieu se trouve en lui comme toute créature humaine, création divine. Quand nous marchons vers l’auto connaissance, nous surmontons nos difficultés, nous nous transformons, nous modifions notre corps et nous le changeons. Nous activons ou désactivons notre génétique parce que nos cellules obéissent à  notre commandement mental.
Emmanuel nous dit que la pensée génère des courants de force qui agissent sur l’univers subatomique, changeant les subsistances et modifiant le fonctionnement des cellules, on appelle cela l’activation ou la désactivation des gènes. Aujourd’hui, la médecine est en accord avec cette théorie et peut le prouver. Elle étudie la génétique et nous apprend qu’il y a un ensemble de molécules qui ont une interaction très complexe et qui commande le fonctionnement des gènes. Auparavant, la médecine pensait que les cellules faisaient partie d’une monarchie où les gènes commandaient comme des rois et personne ne pouvait discuter leur ordre. Aujourd’hui, nous savons que les choses ne se passent pas ainsi, la cellule vit dans une démocratie, le gène commande comme un président mais après avoir donné ses ordres, le peuple peut les discuter et si cela va à l’encontre des droits du peuple, il y aura conflit. Mais d’où viennent ces molécules ? De notre alimentation, de ce que nous buvons, mangeons cependant une grande majorité est produite par notre corps lorsque nous pensons, nous parlons ou nous agissons, nous générons une cascade de produits neurochimiques qui sont des molécules et qui agissent sur notre corps.
Tout est en syntonie et le spiritisme va au-delà, il dit que ce n’est pas seulement l’ambiance qui nous entoure qui va jouer un rôle sur nous mais surtout le résultat de nos décisions. Nos pensées contrôlent les subsistances qui contrôlent les gènes. Quand on pense pour le bien, on agit dans le bien et on parle du bien, nous produisons un courant de bien qui va maintenir les cellules en équilibre mais lorsque nous pensons dans le mal, nous agissons dans le mal et nous parlons du mal, le mal étant tout ce qui nous éloigne du bien, nous générons un courant de déséquilibre qui va déséquilibrer les cellules. Seulement 20 % des gènes sont activés de façon permanente, 80 % sont comme des interrupteurs de lumière, il faut allumer ou éteindre. La grande majorité des choses qui nous atteignent sont sous notre contrôle, l’autre partie est celle que nous avions choisie avant notre incarnation actuelle ou il s’agit d’un effet direct de notre passé spirituel.
Nous sommes capables de contrôler notre vie et certaines cellules peuvent être hypnotisées par l’intermédiaire du magnétisme. Quand on reçoit une passe magnétique, la personne qui applique cette passe dirige les fluides par sa pensée. Dans le livre La Genèse, il est dit qu’il suffit que l’Esprit souhaite que le fluide se déplace et si elle le fait avec concentration et dans la bonne direction alors il se produit une hypnose cellulaire. Cela signifie que les molécules sont changées et, par conséquent, qu’il y a une activation des gènes avec des effets immédiats ou même prolongés. Cela se maintient uniquement si les courants de nos pensées se modifient pour maintenir la structure qui a été modifiée, c’est pour cette raison que la guérison vient de l’Esprit même.
Quand nous faisons un effort pour nous transformer moralement, nous illuminons nos chakras, nous activons nos centres énergétiques avec une répercussion immédiate sur notre corps physique parce que chaque chakra est relié à un point du système nerveux et au système endocrinien qui contrôle les glandes. Il y a une répercussion physique immédiate qui va promouvoir la santé. De la même façon, lorsque l’on se nourrit de pessimisme, de négativisme, de rancœur, de vengeance, nous intoxiquons nos cellules et nous altérons notre fonctionnement. Voyez quel instrument parfait Dieu nous a offert, une réalité énergétique et matérielle qui répond immédiatement au commandement mental et émotionnel.
Nous ne sommes jamais victimes, nous sommes toujours les auteurs de notre propre histoire, nous écrivons le livre de notre vie et nous attirons les personnages qui sont en syntonie avec toutes les idées que nous sommes en train de construire. Le spiritisme est une proposition éducative de transformation morale et de changement intérieur. Toutes les maladies sont des invitations à un changement de comportement devant la vie. Les maladies sont des limites. Il y a des maladies qui sont considérées comme une aide pour un changement nécessaire, il y a des maladies qui sont comme un drainage et des maladies qui sont un reflet direct de ce qui est en train de se passer aujourd’hui dans notre champ mental. Notre corps n’est pas notre ennemi, nous ne devons pas nous disputer avec les symptômes, nous devons écouter les messages parce que tout signe, avertissement du corps est un message de l’âme nous invitant à un changement, à cun renouvellement vers l’amour.
Il est juste d’utiliser tous les médicaments prescrits par les médecins, les chirurgiens, etc. mais nous avons besoin d’aller un peu au-delà de tout cela, prendre seulement des médicaments équivaut à peindre un mur comportant des fissures, c’est beau mais ça ne résout pas le problème car l’infiltration réapparaîtra. L’infiltration est toujours morale. Elle arrive toujours quand nous avons un comportement rebelle devant la loi, quand nous voulons faire la loi à la place de la loi : « Je veux que les choses soient faites selon ma volonté, je ne me soumets à rien. » 
Derrière la dépression, il y a forcément un comportement inconscient, déjà que je n’ai pas la vie que je veux, je n’accepte pas celle que j’ai, cela signifie que je me dispute avec la réalité, je me dispute avec Dieu, j’essaie de vivre avec ma loi personnelle et je me déconnecte de moi-même, de la présence de Dieu qui est en moi, de la présence de Dieu dans la vie. Tout commence à échouer parce que je suis en train de marcher à contre-courant. Le processus de guérison, c’est la confiance. Tout est bien, nous avons à côté de nous tout ce dont nous avons besoin d’avoir et nous sommes à notre place, dans le lieu où nous devons vivre, nous avons la famille que nous méritons et en accord avec nous, nous avons le corps dont nous avons besoin pour le progrès que nous méritons, pour le perfectionnement que nous avons programmé pour nous dans cette incarnation actuelle. Si nous arrivons à atteindre notre but et que nous faisons ce que nous devons faire, ce pourquoi nous sommes venus faire alors quand nous acceptons la réalité et nous pouvons marcher en paix.
Accepter ne signifie pas être soumis. L’acception signifie la résignation active. Je ne me dispute pas avec la réalité, j’accepte la réalité, je travaille pour la transformer parce que le progrès, c’est une loi de la vie. Lorsqu’on se rebelle, nous sommes toujours en train de nous disputer avec la réalité, on exige qu’elle soit différente. Nous ne pouvons pas construire une réalité différente, les choses ne marchent pas ainsi. L’acceptation, c’est un médicament pour l’âme.
Toute expérience vécue peut se transformer en apprentissage quand nous nous auto pardonnons, quand nous pardonnons aux autres, lorsque nous regardons avec beaucoup humanité l’autre. Alors, nous pouvons marcher ensemble en se regardant dans les yeux, ni meilleur, ni pire, juste fils de Dieu. Les Esprits nous disent que parler de fanatisme religieux  c’est prétendre que Dieu est Père sans que notre frère soit frère. Si nous disons que Dieu est notre Père, par conséquence l’autre est notre frère. Lorsque nous apercevons la croix du Christ, nous y voyons un symbole archétype. La verticale, c’est la vie et l’horizontale, l’humain. Au fur et à mesure que nous approfondissons notre rapport avec Dieu, dans la verticale ascendante, nous approfondissons la relation avec nous ; dans la verticale descendante, nous approfondissons la relation avec les autres. Si l’on unit les pointes de la croix, nous avons le cycle complet évolutif, l’homme vers Dieu et Dieu vers l’homme, de l’homme vers nous et de nous vers l’homme, de nous vers Dieu et de Dieu vers nous. Dans ce mouvement intégral, nous sommes tous ensemble.
L’Evangile est source de vie parce qu’il est la description de la loi divine, le chemin de l’auto illumination, de la communion avec Dieu. Il ne s’agit pas de cette communion externe, de l’adoration extérieure mais de cette communion intime dans le temple de notre cœur où nous pouvons demander à la sagesse divine: « Que ta volonté soit faite Seigneur, guides-moi dans le chemin de Ta sagesse, Tu sais ce donc j’ai besoin, Tu connais ce qui se trouve dans mon cœur, Tu connais ma potentialité, développes-là Seigneur, afin que je puisse accomplir ce que je me suis proposé de faire, pour que je puisse être continuellement en syntonie avec Ton amour ».
L’intervention divine sur nous, c’est de l’amour inconditionnel, personne n’a besoin de le mériter, il s’agit d’une intervention, d’une donation intégrale. L’Esprit Dias Dacruz dit : « Quand Dieu regarde l’être humain, Il ne voit pas une œuvre imparfaite, mais une œuvre parfaite en continuelle exécution, Il sait qu’aucune de ses œuvres ne va échouer. Quand Il nous regarde, Il voit la semence qui commence à apparaître, Il voit le fruit qui s’annonce, Il sait que c’est une question de temps, Il aime chaque étape que nous vivons. »
Il nous appartient d’aimer chaque étape que nous vivons parce que nous tous, nous pouvons choisir notre chemin mais nous ne pouvons pas choisir notre destin. Notre destinée est déjà prête et tracée. Nous sommes tous intégrés dans cet amour pour quelques jours de plus ou de moins et nous y arriverons. Ce que nous choisissons, c’est la vitesse à laquelle nous allons en construisant notre chemin individuel. Comme la rivière a son chemin personnel et rencontre d’autres ruisseaux pour aller se jeter dans le même océan, nous marchons tous vers Dieu, indépendamment de la culture, de la langue, de la maturité spirituelle et des responsabilités.
Nous sommes tous frères en humanité et notre corps est le temple de l’Esprit qui exprime ce que nous vivons, montrant dans les symptômes les chapitres de notre histoire. A nous de lire le message. Dieu se manifeste en nous et notre corps est soumis à cette loi inscrite dans notre conscience.
Quand on parle de guérison ou d’auto-guérison, c’est la même chose. Guérit seulement celui qui s’auto-guérit parce nous sommes tous soutenus mais chacun marche vers ce qu’il se permet et s’autorise, il s’agit d’un choix personnel, c’est clair !