Une étude du livre Les Messagers

le .

Les messagers

Ce mois-ci, nous vous présentons une étude du livre Les Messagers de Chico Xavier, du chapitre 1 au 13. Dans le cadre de la quatrième année d'initiation médiumnique, nous proposons à l'ensemble de nos élèves de poursuivre la compréhension du monde de l'au-delà par la découverte de cet nouvel ouvrage dicté par l'Esprit André Luiz au médium Chico Xavier.

 Emmanuel

C’est vers la fin de l’année 1941, que l’Esprit Emmanuel, guide de Chico Xavier, se communique à lui pour l’entretenir d’un projet. Il s’agit de transmettre médiumniquement des ouvrages relatant la vie dans le monde spirituel. Peu après, un esprit, André Luiz, médecin lors de sa dernière existence terrestre, dicte par psychographie pendant 700 jours une série de 13 ouvrages où il révèle ce qu’il découvre dans l’au-delà.
Le deuxième ouvrage sera les Messagers, il est écrit en 1944.
Ce livre révèle que la mort physique dévoile la vie spirituelle dans une évolution continue. Il relate les expériences de plusieurs Esprits qui se réincarnent avec des travaux programmés et nécessaires à leur perfectionnement. Il traite de thèmes comme l’étude des enseignements du Christ en famille, les bienfaits de la pratique du bien, il apporte des réponses sur la peur de la mort. L’auteur spirituel, André Luiz, met en évidence l’opportunité du travail des médiums, les alertant quant à la nécessité de pratiquer ces enseignements afin d’éviter un retour sur le plan spirituel sans avoir rempli les engagements acceptés.

Nous allons découper cette étude en chapitres. Pour ce soir, nous allons nous attarder sur les chapitres suivants

1 - Rénovation
2 – Aniceto
3 – Dans le centre des messagers
4 – Le cas Vicente
5 – Les instructions
6 - Mises en garde
7 - La chute d’Otavio
8 - Le désastre d’Acelino
9 - En écoutant les impressions
10 - L’expérience de Joël
11 – Berlamino, l’enseignant
12 – L’histoire de Monteiro
13 – Les réflexions de Vicente

On commence avec la préface

Elle est dictée par Emmanuel, le guide de Chico. Celui-ci insiste sur la nécessité du travail à réaliser chaque jour pour évoluer à la fois sur le plan terrestre et sur le plan céleste.
On peut retenir dans ce chapitre les passages suivants :
- Personne ne peut trahir les lois de l’évolution.
- Le progrès ne souffre pas de stagnation et l’âme chemine, sans cesse, suivant la lumière immortelle.
- Chaque conscience doit trouver sa juste intégration par l’effort intérieur, par la discipline personnel et l’auto-perfectionnement.

1 - Rénovation

Résumé de ce chapitre :

André Luiz, après avoir quitté le plan terrestre, sa femme et ses enfants, observe et est surpris par sa rénovation. Il peut enfin apprécier les suaves harmonies de l’amour divin. Narcisa, qui a remarqué sa transformation et lui conseille alors de suivre de nouveaux cours pour pouvoir aller travailler au ministère de la communication.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Pour la première fois, je cataloguais les adversaires dans la catégorie des bienfaiteurs.
  • Il est plus simple d’avancer si nous profitons des opportunités qui nous sont offertes.
  • Quand nous grandissons avec le Maître, ses enseignements grandissent également à nos yeux.

On y apprend :

  • Qu’il est difficile de se détacher des liens terrestres quand on n’a pas une grande connaissance sur le monde de l’au-delà et des lois divines. p19
  • Que le travail réalisé dans l’au-delà est nécessaire pour son progrès, c’est bien le temps de la rénovation. p22
2 – Aniceto

résumé du chapitre :

Tobias présente Aniceto, un instructeur de la communication, à André. Celui-ci explique son travail qui impose d’éteindre les vieilles vanités personnelles. Il prépare des collaborateurs. Il a actuellement un groupe composé de 50 personnes avec un prêtre catholique, un médecin, six ingénieurs, quatre professeurs, quatre infirmières, deux peintres, onze sœurs aux tâches ménagères, dix-huit ouvriers et trois places vacantes. André pourra donc démarrer son service dès le lendemain.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Le désir de collaborer et d’aider les autres semblait remplir la coupe vide de mon cœur.
  • Nul n’exige une reconnaissance pour les œuvres réalisées mais tous ensemble, nous sommes responsables pour les fautes commises.
  • Ici, comme sur terre, celui qui améliore ses connaissances n’est pas tout à fait le disciple. Il est l’instructeur qui enrichit les expériences et intensifie les expériences.

On y apprend :

  • Qu’il y a une grande organisation à la communication, des groupes de travail sont faits comme dans les classes terrestres, rien ne se fait au hasard. P28
3 – Dans le centre des messagers

Résumé du chapitre :

André découvre le centre des messagers où l’on prépare des compagnons qui doivent amener l’espoir et la consolation sur terre lors de leur incarnation. Parmi ceux qui se sont formés, rares sont ceux qui réussissent à faire vivre leur engagement. Aniceto confie l’instruction d’André à Vicente qui a lui aussi été médecin sur terre.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • La préparation ne constitue pas encore la réalisation proprement dite.
  • Très peu de serviteurs tolèrent les difficultés et fuient la ligne de front.
  • A chaque cycle de réalisations terrestres, nous croyons plus à nos tendances inférieures du passé qu’aux possibilités divines du présent, compliquant ainsi le futur.

On y apprend :

  • Que le centre prépare des individus pour comprendre la médiumnité et aider son prochain, ainsi on comprend mieux le sens de la médiumnité, pourquoi elle ne peut être payante. p32
4 – Le cas Vicente

Résumé du chapitre :

L’entente entre André et Vicente est immédiate et, comme de vieux amis, ils se confient leurs histoires réciproques. André, en racontant le second mariage de sa femme, redevient un peu triste, mais Vicente lui assure qu’il est heureux et, pour le prouver, lui raconte l’infidélité de sa femme avec son propre frère et le complot qu’ils ont mis en place pour se débarrasser de lui en le tuant sans qu’il n’y paraisse rien.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Tout vient en son temps, tant pour le bien que pour le mal, d’abord, le grain, après les fruits
  • L’arbre, pour produire, ne se plaint pas de ses feuilles sèches. Pour nous, maintenant, le mal est simplement le résultat de l’ignorance et rien de plus.

On y apprend :

  • Que malgré le complot, Vicente a séjourné dans le seuil pendant un certain temps, peut-être par méconnaissance de l’au-delà et de sa mort physique brutale p40
5 – Les instructions

Résumé du chapitre :

André et Vicente rejoignent Aniceto et partent assister à l’exposé de Télésforo, un ancien travailleur en communication. Les apprentis pour le service d’échange sont venus nombreux et écoutent attentivement parler de la place de la colonie dans les travaux terrestres. La tâche est immense car, au fur et à mesure que les souffrances du corps sont supprimées par la science, les affections de l’âme se multiplient.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • L’être humain est dominé par le rapprochement psychique spontané avec la sphère vibratoire de millions de désincarnés qui attendent désespérément l’occasion de refaire une existence sans aucune considération pour les desseins de notre Père.
  • Nous avons besoin de fidèles collaborateurs qui soient prêts à travailler, sans condition, compensation ou discussion mais qui s’intéressent à la sublimité du sacrifice et du renoncement avec le Seigneur.
6 - Mises en garde

Résumé du chapitre :

Télésforo poursuit son exposé en expliquant pourquoi, parmi les centaines de compagnons partant annuellement s’incarner pour un travail rédempteur, seule une toute petite minorité réussit à mener à son terme la tâche pour laquelle elle était venue. Vicente insiste ensuite sur la nécessité d’une parole saine et constructive, édifiante, afin d’éviter certains préjudices.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Vous vous êtes abonnés à la parole sans responsabilité et à l’enquête sans discernement, amoncelant des activités inutiles.
  • En tant qu’enseignants, les leçons sont toujours pour les autres et jamais pour soi.
  • Personne ne peut attendre une élévation spirituelle sans effort, sans sueur et sans larme.
7 - La chute d’Otavio

Résumé du chapitre :

André fait la connaissance d’Otavio qui lui explique comment il a échoué dans sa mission médiumnique lors de sa dernière incarnation. Six Esprits devaient le suivre dans sa réincarnation pour porter secours aux individus perturbés ou malheureux sur la terre brésilienne dans les centres spirites. Otavio a eu une médiumnité précoce et toutes les dispositions pour être un travailleur fidèle. Il ne devait pas se marier afin de ne pas céder aux attraits du sexe ; il devait prendre en charge ses six frères, orphelins comme lui de parents mais il les avait rejetés. Il a oublié ses devoirs pour rejoindre l’oisiveté et les attraits de la chair. Il a fini sa vie dans l’alcool, le chagrin et la maladie.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Le missionnaire est obligé de marcher avec le patrimoine des certitudes et rien ne viendra excuser les fautes commises.
  • Jésus nous donne la bénédiction du temps.

On y apprend :

  • Qu’il a oublié ses engagements, pris dans la tourmente des biens matériels et la passion charnelle p58
8 - Le désastre d’Acelino

Résumé du chapitre :

C’est au tour d’Acelino de raconter son échec malgré un départ de Nosso Lar plein de promesses. Il était un médium auditif, psychographe et clairvoyant mais il n’a pas su résister à l’attrait de l’argent et a monnayé ses services. Il a oublié les leçons de la spiritualité supérieure et les enseignements divins. Il ne se trouve pas d’excuses car il était éclairé et l’assistance divine ne lui a jamais fait défaut. Après sa mort, il s’est trouvé dans le seuil pendant 11 années. Une foule d’Esprits inférieurs lui demandaient des prévisions, des nouvelles des incarnés, des résultats commerciaux…
On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • J’avais changé la médiumnité en une source de revenus matériels et de bas conseils.
  • J’ai apporté le vice en m’entourant de délinquants occultes, de mutilés de la foi et d’estropiés de la pensée.

On y apprend :

  • Qu’une médiumnité faite de multiples dons comme la claivoyance, l’audition, la psychographie demande de grands engagements et une grande responsabilité. P63
9 - En écoutant les impressions

Résumé du chapitre :

Dans une autre salle, des groupes discutent des erreurs qu’ils ont commises sur la terre. Une dame explique que son époux était contre les activités spirites aussi elle n’a pas pu développer sa médiumnité. Elle a passé son temps à se fâcher avec lui sur ce sujet et par manque de confiance, elle n’a pas pu conquérir la compréhension de son mari et de ses filles. Une autre personne, Ernestina a manqué de foi, elle se méfiait de tout et même de ses guides. Elle n’est jamais arrivée à mettre en pratique sa médiumnité. Un monsieur a lui aussi repoussé ce travail pour se consacrer uniquement à sa seconde épouse et ses exigences. Il s’est perdu dans la fréquentation d’êtres pervers. André écoute ces récits avec intérêt.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Je n’ai jamais pu souffrir l’incompréhension des miens sans me plaindre.
  • Pour que nous puissions travailler avec profit, il faut savoir avant tout se taire.
  • Sur terre, le plus grand intérêt de l’âme réside dans la réalisation de quelque chose d’utile pour le bien de tous avec comme objectif l’infini et l’éternel.

On y apprend :

  • Que cette situation est celle que l’on rencontre le plus fréquemment dans les centres spirites, le manque de temps, de foi, d’engagement. p69
10 - L’expérience de Joël

Résumé du chapitre :

André Luiz avec son ami Vicente s’approche à présent d’un vieux monsieur, Joël, afin de prendre de ses nouvelles. Joël souffre de vertiges et d’hallucinations. Quand il était revenu sur terre, il avait accès à une de ses vies passées mais cette réminiscence a tourné à l’obsession. Au lieu de se servir du souvenir pour bâtir quelque chose d’utile pour la cause spirite, il a passé son temps vivre au milieu de ses souvenirs. Il était médium auditif et il travaillait dans un groupe spirite mais il s’est vite désintéressé de la doctrine consolatrice.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • J’oubliais que le Seigneur ne m’avait pas donné ces réminiscences pour satisfaire ma vanité mais pour comprendre l’étendue de mes dettes.
  • Ma faute a déséquilibré ma pensée et les perturbations mentales constituent un douloureux martyre.

On y apprend :

  • Que l’attrait des vies passées est toujours d’actualités et beaucoup de médiums sont fascinés parce qu’ils ont fait avant et reproduisent les mêmes gestes, les mêmes centres d’intérêt, les mêmes idées. P75
11 – Berlamino, l’enseignant

Résumé du chapitre :

Afin de poursuivre son instruction, André désire maintenant connaître l’expérience d’un enseignant qui a failli. Vicente lui présente alors Belarmino qui lui explique comment, malgré les promesses et le soutien divin, il n’a pas su résister à l’appel des sphères inférieures. Il est né dans un foyer où des parents lui enseignèrent les notions de spiritisme, puis il eut comme compagne, Elisa, qui était disposé à l’aider. Il a été, ensuite, amené à diriger un groupe spirite mais il s’est laissé emporter loin de la foi par des scientifiques qui lui demandaient toujours plus de preuves. Il a malmené les médiums à effets physiques qu’il devait aider. Puis le doute s’est installé et il a délaissé sa démarche spirite pour se préoccuper de son confort matériel.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • L’Evangile est un livre divin mais si nous persistons dans l’aveuglement de la vanité et l’ignorance, il ne nous offre pas ses trésors sacrés ; il nous semble dépassé.

On y apprend :

  • Que dans un centre spirite, il est nécessaire de s’entourer et d’écouter son entourage, un dirigeant de centre ne peut être dominé par l’orgueil. P82
12 – L’histoire de Monteiro

Résumé du chapitre :

Monteiro raconte à son tour son histoire. Il est parti de Nosso Lar avec la mission d’éclairer des incarnés et des désincarnés. Sa fascination pour l’invisible a pris le pas sur la morale spirite. Il devait orienter des médiums psychographes et psychophones mais devenu inflexible, il s’est perdu dans la pratique du spiritisme avec excès.
Dans son centre spirite, il aimait moraliser les esprits souffrants, surtout les désincarnés ignorants, mais il ne savait pas appliquer cette morale à sa vie personnelle et professionnelle. Sérénité, patience et pardon n’étaient que des mots pour les autres. Il a mis longtemps à comprendre, même après sa désincarnation, qu’il ne s’était pas intéressé à la pratique du spiritisme dans les pas de Jésus.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Le vice de l’intellect a toujours dévié tout travailleur plus enthousiaste que sincère.
  • L’attachement aux manifestations extérieures m’a complètement désorienté.
  • Ma raison se dirigeait vers la prière pendant que mon cœur se tenait collé à la Terre.

On y apprend :

  • Que l’obsession est un écueil inévitable que rencontrent tous les médiums, le centre spirite est un lieu d’échanges et d’entraite, un lieu où chacun peut s’aider. P86
13 – Les réflexions de Vicente

Résumé du chapitre :

Après tous ces enseignements, Vicente et André partent visiter les immenses jardins du centre des messagers. Ils échangent sur les erreurs de ceux qui ont échoué dans leurs missions terrestres. Dans le domaine de la médecine, nombreux sont ceux qui payent très cher l’indifférence dont ils ont fait preuve ou les abus qu’ils ont commis. Vicente prend l’exemple d’un chirurgien brillant, qui est resté dans les sphères inférieures, et subit la perturbation d’Esprits ignorants et persécutés.

On peut retenir dans ce chapitre, les passages suivants :

  • Il est responsable de l’animosité et de l’incompréhension qui animent ces êtres car il n’était ni sûr de son devoir, ni tranquille avec sa conscience.
  • La notion de devoir bien accompli, c’est une lumière éblouissante pour le jour et un oreiller bénit pour la nuit.
  • Où nous éteignons la lumière, nous pouvons tomber dans n’importe quel précipice.

On y apprend :

  • Qu’il existe dans les postes de secours, des lieux pour apprendre, comme celle de la préparation à la paternité, la maternité et à l’aide médicale. P92
  • Que dans ces postes, il y a des jardins, des centres de préparation pour se réincarner et des instituts pour les administrateurs pour renouveler ces forces. P93
  • Qu’à Nosso lar, il y a deux ministères qui permet d’avoir un taux vibratoire élevé : celui de l’élévation et de l’union divine, ce qui n’est pas le cas dans les camps de la paix. On comprend que c’est une chance pour André d’être à Nosso lar. P93