William Crookes : Discours récents sur les recherches psychiques

Retour à la bibliothèque

Biographie de William Crookes

280x363 William Crookes

William Crookes est né en 1832 à Londres. Il débute à 10 ans une carrière scientifique au Royal College. Il devient en 1854 professeur de chimie et grâce à l'héritage de son père, il peut consacrer tout son temps à l'étude dans un laboratoire privé. Il découvre le thallium en 1861, invente un tube électronique en 1872 et montre que les rayons cathodiques sont des particules électrisés en 1878.
Plus tard, il s'intéresse aux phénomènes spirites et s'implique dans les recherches. Il sera le président de la Society for Psychical Research. En 1874, il conlut que les phénomènes existent mais la plupart de ses collègues scientifiques dénigrent les résultats. William Crookes sera tellement scandalisé qu'il ne parlera plus de phénomènes mais restera jusqu'à sa mort, un fervent spirite.

Il se désincarne en avril 1919.

Ses ouvrages sont :

  • Katie King
  • Recherches sur les Phénomènes du Spiritualisme (1902)
  • Discours Récents sur les Recherches Psychiques (1903)

Commentaires du livre : Discours récents sur les recherches psychiques

Ce document rassemble deux discours que William Crookes a donnés lors de rencontres. Le premier se passe en 1897 devant la société de recherches psychiques où il aborde la possibilité de divers états chez l'individu et de l'action de la force vitale ainsi que l'impact des vibrations : "Je ne puis m’empêcher de croire que la matière, la forme, l’espace ne sont que des conditions temporaires de la vie présente."
Le second a lieu en 1898 pour le congrès de l'association britannique pour l'avancement des sciences où il traite de la télépathie et des recherches réalisées par d'autres scientifiques : "Il nous faudra passer au crible de la science une masse énorme de phénomènes avant que nous puissions comprendre en effet une faculté aussi étrange, aussi déconcertante, demeurée pendant des âges aussi impénétrable que l’action directe d’un esprit sur un autre esprit. Cette tâche délicate exige l’emploi rigoureux de la méthode d’exclusion – une mise de côté constante de phénomènes étrangers qu’on peut expliquer par les causes connues, y compris ces causes beaucoup trop familières, les fraudes conscientes et inconscientes."


Retour à la bibliothèque