Justinus Kerner : La Voyante de Prévorst

Retour à la bibliothèque

Biographie de Justinus Kerner

280x363 Kerner

Il est né le 18 septembre 1786 à Ludwigsbourg en Allemagne. Il devient médecin. Il est connu pour avoir été un précurseur en matière des applications thérapeutiques de la toxine botulique.
En parallèle, il écrit des poésies. Ses poésies font une large part aux phénomènes de la nature et se distinguent par une profonde mélancolie avec un penchant pour le surnaturel.
En 1807, il se marie et aura trois enfants.
Dans les années 1819, il s'intéresse au magnétisme animal. Il rencontre la somnambule Friederike Hauffe en 1826.
Il est mort le 21 février 1862 à Weinsberg.

Ses ouvrages sont :

  • Esquisses de Voyage du Fantasque Lux (1811)
  • Poésies Romantiques (1817)
  • Histoire de Deux Somnambules (1824)
  • La Voyante de Prévorst (1829)
  • Histoire de quelques Possédés de notre Epoque (1834)
  • Phénomènes du Domaine Nocturne de la Nature (1836)
  • De la Possession, mal Démoniaque Magnétique (1836)

Commentaires du livre : La Voyante de Prévorst

C'est le récit d'une jeune femme qui donne des preuves nombreuses de clairvoyance. Elle voit des scènes se développer dans un verre d’eau à la surface d’une bulle de savon. Elle a des rêves prophétiques ; annonce la mort ou la guérison de certaines personnes. Elle indique la nature et le traitement des maladies. Dès l’enfance elle est sensible aux effluves des diverses substances minérales et à plusieurs reprises, elle voit les fantômes des mourants.
Très rapidement elle entre en relations presque ininterrompues avec les Esprits des décédés. Les uns, heureux et d’un ordre élevé, la guident et la protègent ; les autres souffrants, viennent réclamer son secours. Elle n’est pas la seule à les apercevoir : ces apparitions, en effet, présentent tous les degrés de matérialisation. Les unes sont vues par elle seule et produisent des impressions étranges sur son entourage ; quelques-unes sont vues et entendues par quelques personnes qui veillaient près d’elle ; d’autres, enfin, sont vues par tous et même par des animaux.


Retour à la bibliothèque