Daniel Dunglas Home : La Lumière et les Ombres du Spiritualisme

 

Retour à la bibliothèque

Biographie de Daniel Dunglas Home

280x363 Home

Il est né près d'Edimbourg le 20 mars 1833. Dès son plus jeune âge, il émigre en Amérique. C'est un être très sensitif, nerveux et d’une santé précaire. Sa première manifestation se présenta sous la forme d’une apparition.
Suite à des guérisons qu’il a obtenues, il tente à l’âge de dix neuf ans de faire des études de médecine.
Dans les années 1850, sa médiumnité est exceptionnelle, notamment les cas de lévitation et il se produit dans les salons. En 1858, Il se marie.
Sa carrière l'oblige à de grands ménagements car sa santé est délicate.
Il décède le 21 juin 1886. En savoir plus... 

Ses ouvrages sont :

  • La Lumière et les Ombres du Spiritualisme
  • Incidents in my Life (1863)

Commentaires du livre : La Lumière et les Ombres du Spiritualisme

Ecrit en 1883, il nous retrace dans la première partie, l'histoire des manifestations médiumniques à travers les époques pour arriver à son 19ème siècle et aux manifestations de la table tournante. Il nous met ensuite en garde contre certaines manifestations médiumniques et nous donne des exemples significatifs de duperie.
Au chapitre VIII, il évoque ses convictions et aborde sa méfiance à l'égard du spiritisme et de la réincarnation à laquelle il ne croit pas : "Cette théorie de la réincarnation donne un caractère nouveau et passablement inquiétant à la sentence biblique, qu'il n'y a point de répit pour les méchants. De malheureux esprits perdent un temps infini à démêler l'écheveau de leur personnalité déjà pas mal embrouillé, et qui peut s'embrouiller davantage. Une inquiétude constante les domine, celle d'oublier leur expérience terrestre, car s'ils perdent le souvenir d'un seul incident, on les renvoie ici-bas pour leur donner un peu plus de mémoire. Ils subissent, par conséquent, de nombreuses incarnations."
Toujours selon lui, Allan Kardec n'est qu'un homme qui a été mystifié : "La doctrine de la réincarnation détruit toute consanguinité. Elle abolit les liens de la famille, de la société, elle étouffe en nous les meilleurs sentiments. En effet, que reste-t-il lorsque tout ce que nous aimons a perdu jusqu'à la conscience de son identité ?"
Nous trouverons vers la fin de l'ouvrage des exemples détaillés de certains phénomènes qu'il a produits.


Retour à la bibliothèque