Gabriel Delanne : Ecoutons les Morts

Retour à la bibliothèque


Biographie de Gabriel Delanne

280x363 Delanne

François-Marie-Gabriel Delanne naquit à Paris 21, rue du Caire, le 23 mars 1857. Son père Alexandre Delanne était ami d’Allan Kardec, et sa mère était médium écrivain.
En mars 1883, lorsque fut publié le premier numéro de la revue bimensuelle « Le Spiritisme », Gabriel Delanne qui comptait parmi les collaborateurs de cette publication, en devint très vite le rédacteur en chef. Avec son père Alexandre Delanne, il fut un des fondateurs de l’Union Spirite Française.
Très malade, Gabriel Delanne se désincarna le 12 février 1926 en ajoutant : « Souvenez-vous mes amis que Delanne n’a pas peur de la mort. » Biographie de Gabriel Delanne

Ses ouvrages sont :

  • Le Spiritisme devant la Science(1885)
  • Le Phénomène Spirite(1896)
  • L’Evolution Animique (1897)
  • Recherches sur la Médiumnité (1898)
  • L'âme est Immortelle (1899)
  • Les Apparitions Matérialisées de Vivants et des Morts, tome I (1909)
  • Les Apparitions Matérialisées des Vivants et des Morts, tome II (1911)
  • La Réincarnation (1924)
  • Ecoutons les Morts (Aucune date connue)

Commentaires du livre : Ecoutons les Morts

Dans cet ouvrage, Gabriel Delanne collabore avec Bourniquel pour aborder différents sujets comme les visions et les incarnations.
En treize chapitres, ils développent les manifestations des Esprits et notamment les preuves de leurs identifications.
A l'aide d'exemples concrets et des recherches, ils montrent combien les communications médiumniques s'appuyent sur des faits justes et vérifiables.
Ils démontrent également les manifestations qui sont le fruit du subconscient du médium de celles purement spirites : "Lorsque nous assistons à des expériences dans lesquelles on cherche à figurer des personnalités secondes, nous ne tardons pas à nous apercevoir que l'imagination des sujets est moins riche qu'on aurait pu s'y attendre. La personnalité d'un militaire, d'un prêtre, d'une danseuse, etc. se reproduit presque toujours avec des variations insensibles ; on sent nettement que le réservoir où s'est alimenté l'imagination subliminale n'est pas inépuisable."


Retour à la bibliothèque