Léon Denis : Jeanne d'Arc Médium

Retour à la bibliothèque

Biographie de Léon Denis

280x363 Denis

Léon Denis est né à Foug le 1er janvier 1846. Il découvrit le Spiritisme à 16 ans à travers le « Livre des Esprits ». Après la guerre de 1870, il prit la décision d’instruire le peuple.
Orateur éloquent et chaleureux, il entreprit plus de 300 à conférences à travers la France et l’Europe. Salomon Jugie écrira : « Les privilégiés qui ont eu la douce joie d’entendre jaillir de ses lèvres une inspiration vers le ciel, n’oublieront jamais l’élan vers l’infini qui les faisait tressaillir. Il était bien de là-haut ! »
Ecrivain tout aussi éloquent, ses ouvrages seront traduits dans la plupart des langues et lus aux quatre coins du globe. En savoir plus...

Ses ouvrages sont :

  • Giovanna (1880)
  • Le pourquoi de la vie (1885)
  • Après la Mort (1889)
  • Christianisme et Spiritisme (1898)
  • L’au-delà et la survivance de l’être (1901)
  • Dans l’Invisible : Spiritisme et médiumnité (1903)
  • Le Problème de l’être et de la destinée (1905)
  • Jeanne d’Arc médium (1910)
  • La Grande Enigme (1911)
  • La Guerre et le monde invisible (1919)
  • Esprits et Médiums (1921)
  • Synthèse doctrinale et pratique du Spiritisme (1921)
  • Le Génie Celtique et le monde invisible (1927)

Commentaires du livre : Jeanne d'Arc Médium

Dans cet ouvrage, Léon Denis a mis un soin particulier à nous retracer de l'héroïne, un portrait physique et moral aussi ressemblant que possible.
Il n'a rien négligé pour cela. Non seulement il a consulté les textes en bon historien, mais il a voulu s'imprégner, dans la mesure du possible, de l'ambiance au milieu de laquelle s'écoula la courte vie de la Pucelle.
Et c'est à Domrémy qu'il s'est rendu tout d'abord.
Réunissant les quelques bribes de documents écrits qui nous sont parvenus, Léon Denis réussit à nous composer, par touches successives, une image vraisemblable, bien vivante, de l'héroïne. Toute son existence est un enseignement, car «Jeanne n'est pas moins admirable dans ses propos que dans ses actes. Ces lèvres de dix-huit ans ont proféré des jugements qui méritent de figurer à côté des plus beaux préceptes de l'antiquité ». Ingénuité et sagesse, humilité et fierté, ardeur virile, angélique pureté et par dessus tout, une infinie bonté. Toutes les vertus étaient en elle.
Mais, c'est dans sa prison, au cours de son procès et jusque sur le jucher qu'elles brillent, ces venus, d'un éclat surhumain.
L'historien spirite ayant suivi Jeanne tout au long de sa merveilleuse épopée, l'accompagne maintenant dans sa prison, puis devant le tribunal.
Les pages que Léon Denis consacre à la prison, au procès, au supplice, nettes, incisives, vengeresses, poignantes, sont comme gravées à l'eau-forte. Une belle lumière ardente et sereine s'y joue ; il s'en dégage un accent profond de noblesse et de vérité. Si longtemps enveloppé d'ombres perfides, la mémoire de la Lorraine au grand coeur s'y hausse dans son véritable jour qui est celui de la gloire sans tâche.
En écrivant ce livre tout rayonnant de foi spirite, Léon Denis n'a poursuivi qu'un but : s'aider du témoignage historique pour dresser dans son vrai jour, l'image sublime de la sainte de la Patrie. Nous devons à sa philosophie si humaine, si compréhensive et si avertie, une œuvre d’une pénétration, d’une beauté qui ne seront aisément dépassées.


Retour à la bibliothèque