Léon Denis : Après la Mort

Retour à la bibliothèque

Biographie de Léon Denis

280x363 Denis

Léon Denis est né à Foug le 1er janvier 1846. Il découvrit le Spiritisme à 16 ans à travers le « Livre des Esprits ». Après la guerre de 1870, il prit la décision d’instruire le peuple.
Orateur éloquent et chaleureux, il entreprit plus de 300 à conférences à travers la France et l’Europe. Salomon Jugie écrira : « Les privilégiés qui ont eu la douce joie d’entendre jaillir de ses lèvres une inspiration vers le ciel, n’oublieront jamais l’élan vers l’infini qui les faisait tressaillir. Il était bien de là-haut ! »
Ecrivain tout aussi éloquent, ses ouvrages seront traduits dans la plupart des langues et lus aux quatre coins du globe. En savoir plus...

Ses ouvrages sont :

  • Giovanna (1880)
  • Le pourquoi de la vie (1885)
  • Après la Mort (1889)
  • Christianisme et Spiritisme (1898)
  • L’au-delà et la survivance de l’être (1901)
  • Dans l’Invisible : Spiritisme et médiumnité (1903)
  • Le Problème de l’être et de la destinée (1905)
  • Jeanne d’Arc médium (1910)
  • La Grande Enigme (1911)
  • La Guerre et le monde invisible (1919)
  • Esprits et Médiums (1921)
  • Synthèse doctrinale et pratique du Spiritisme (1921)
  • Le Génie Celtique et le monde invisible (1927)

Commentaires du livre : Après la Mort

Il s'agit du premier ouvrage de Léon Denis et il va avoir un grand retentissement. Il paraît à la fin de l'année 1890, sous le titre : Après la Mort, avec, comme sous titre : « Exposé de la philosophie des Esprits, ses bases scientifiques et expérimentales, ses conséquences morales ».
En parlant de ce livre, Léon Denis dit : « Ce sera un volume de 300 pages fait dans un esprit d'éclectisme et de conciliation de toutes les écoles, mais conservant, comme base, l'enseignement du fondateur de la doctrine avec ses principes si logiques et si sages ».
La première partie traite des grandes religions de l'antiquité en passant par l'Inde, l'Egypte, la Grèce, la Gaule. Les trois suivantes abordent le monde invisible et énumére de façon précise les divers états de la matière, les fluides, les médiums. Dans le dernière chapitre, il s'agit de la partie morale où toute la grandeur du spiritisme apparait.
On peut dire : « Ce livre est destiné à satisfaire les curieux du mystère et de l'au-delà. L'auteur y défend le Spiritisme avec une rare conviction, soutenue par un talent distingué d'écrivain. Son style est clair, rapide, d'une correction irréprochable et, à l'ordinaire, brillant et poétique, mais sans vaine phraséologie. Certes, on peut ne pas partager les idées de l'auteur, mais il faut respecter le sentiment qui l'inspire, et l'on ne peut refuser à sa noble sincérité la sympathie dont oeuvre et écrivain sont également dignes ».


Retour à la bibliothèque